== UN NOUVEL INDICATEUR TRÈS INQUIÉTANT == Le sperme des hommes occidentaux continue à se dégrader très vite en qualité et en quantité : plus de moitié moins en 38 ans !

Télécharger en PDF
Lecture : 5 min
Aidez-nous ! Partagez :

Parmi d’autres titres de presse, le journal La Dépêche du 26 juillet rend compte de cette étude très inquiétante. Mais l’exposé des causes auquel procède le journal ne va pas au-delà de la question des produits chimiques et de notre mode de vie. Il ne dit rien sur le rôle permissif de la Commission européenne ni sur le modèle économique et social qui est imposé aux peuples occidentaux par une oligarchie plus cupide que jamais.

———————–

Le déclin du sperme et de sa qualité dans le monde n’est pas nouvelle.

Mais la revue Human Reproduction, étudiant  50 pays, vient de publier une nouvelle étude spécialement documentée et alarmante : se fondant sur 7.518 études, plusieurs équipes de chercheurs internationaux ont découvert que cette tendance continue à s’accentuer, principalement aux États-Unis, en Australie, en Nouvelle-Zélande, et en Europe.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont extrait 185 travaux portant sur 42.935 hommes – dont le sperme a été prélevé entre 1973 et 2011 – sélectionnés en fonction de leur âge, leur période d’abstinence, leur pays d’origine, et indépendamment de leur fertilité.

D’après les résultats, la concentration en spermatozoïdes du sperme a baissé de 52,4 % entre 1973 et 2011 chez les hommes occidentaux tandis que la quantité totale de sperme a chuté de 59,3 %.

Soit plus de moitié moins, en qualité et en quantité, en 38 ans !

Le nombre de spermatozoïdes moyen observé est de 81 millions/ml, tout pays confondu. Ce chiffre reste cependant dans la norme fertile de l’OMS qui estime qu’il faut un taux supérieur à 15 millions/ml pour concevoir un enfant.

Selon les spécialistes, le phénomène pourrait être lié :

  • aux perturbateurs endocriniens, ces substances chimiques, comme les pesticides, qui dérèglent le système hormonal,
  • aux produits chimiques utilisés dans les plastiques et les cosmétiques,
  • au mode d’alimentation (prolifération des fast-food et du triptyque viande-frites-sel) qui favorise l’obésité,
  • à la sédentarité,
  • au stress,
  • et au tabagisme.

 

Le fait que l’on observe ce déclin dans des pays occidentaux, contrairement à l’Asie, l’Afrique ou les pays d’Amérique du Sud, suggère fortement que les produits chimiques jouent un rôle de cause à effet, soulignent les auteurs de l’étude.

 

Commentaires

Il semble bien que ce soit le mode de vie occidental, avec une nourriture de plus en plus industrialisée, un environnement de plus en plus envahi de substances chimiques, et une vie de plus en plus sédentaire et stressée au travail, qui conduise l’homme occidental à voir la qualité de son sperme se dégrader à toute allure.

Si l’on y réfléchit bien, il est effarant que les hommes occidentaux aient vu statistiquement la qualité et la quantité de leur sperme diminuer de plus de moitié en moins de 40 ans. Si l’Occident poursuit sur cette lancée morbide induite par la « mondialisation inévitable » et la maximisation du profit dans toutes les activités humaines, qu’en sera-t-il dans un demi-siècle ?  

Tout comme les auteurs de l’étude, les journaux du jour qui relaient cette information très inquiétante ne vont pas au-delà que de souligner l’impact des produits chimiques et de notre mode de vie. Personne ne s’aventure à rechercher les vraies causes, à savoir la Loi du Profit maximal dans tous les domaines, le rôle permissif de la Commission européenne en la matière, et le modèle économique et social qui en découle et qui est imposé aux peuples occidentaux par une oligarchie plus cupide que jamais.

 

Conclusion

Ce constat permet de rappeler ici que l’UPR a déjà tiré le signal d’alarme, récemment, sur la responsabilité écrasante de la prétendue « construction européenne » dans ces évolutions vers un environnement et une nourriture de plus en plus toxiques pour le corps humain :

 

 

Dans le domaine médical touchant à la santé humaine – et même à la fertilité humaine comme ici – la première des décisions stratégiques consiste à reprendre notre pouvoir collectif de décision et à en finir avec la Loi du Profit maximal dans tous les domaines. Ce qui impose de sortir de l’Union européenne.

François ASSELINEAU

26 juillet 2017