Présidentielle 2022 1re partie : les enseignements du 1er tour – François Asselineau

Télécharger en PDF
Lecture : 2 min

La première partie démontre sans concession qu’Emmanuel Macron s’avère être le président le plus à l’extrême droite de la Ve République : le véritable “barrage à l’extrême droite” à faire est celui de faire barrage à Macron.

Le représentant suprême de la France, le président E. Macron, a tenu des propos fascistes et racistes indignes de sa fonction. Il “emmerde” les français, et décide que les non vaccinés ont cessé d’être des “citoyens”. Hier, les non vaccinés, et demain, à qui le tour ?

Une réélection de Macron serait tragique pour la France, il instaurerait des mesures liberticides et d’atteinte à la souveraineté nationale telles que le portefeuille d’identité numérique européen (un crédit social à la chinoise ?)…
Il laisse craindre la cession du siège de la France au sein de l’ONU à l’UE, le partage de la dissuasion nucléaire avec l’Allemagne, la perte de territoires français devenant indépendants mais les rendant dépendants de l’UE comme la Corse ou l’Alsace, etc.

C’est pourquoi la perspective de Marine Le Pen, présidente, serait un moindre mal qu’Emmanuel Macron. Il y aurait une véritable opposition à l’Assemblée Nationale. Marine Le Pen ne prévoit aucune de ces mesures attentatoires aussi gravement à l’intégrité de la France et à celle de ses citoyens. Elle ne pourrait pas agir avec autant de facilité que E. Macron ces 5 dernières années.

Pour toutes ces raisons, le 24 avril prochain, toutes les voix de tous bords doivent s’unir pour battre Macron, et aller de concert à contre-courant même de la posture incompréhensible de J-L. Mélenchon.

Chaque voix doit aller contre Macron. Deux choix utiles se présentent : s’abstenir ou voter Le Pen.

ToutSaufMacron #2022 #LePen