Réaction de François Asselineau au débat de ce jeudi sur les élections européennes : « Le Frexit va être le cœur de la campagne pour les élections européennes. »

Télécharger en PDF
Lecture : 4 min
Print Friendly, PDF & Email

François Asselineau, candidat tête de liste de l’Union populaire républicaine (UPR) pour les élections européennes, se réjouit qu’un débat pluraliste se soit tenu ce jeudi 4 avril sur France 2 et sur France Inter dans le cadre de la campagne.

Il remercie les médias du service public audiovisuel d’avoir organisé cet événement.

De l’avis même des organisateurs, la présence de François Asselineau, qui avait été controversée, a permis de rendre le débat franchement vivant, intéressant et contradictoire. Son absence eût été une réelle atteinte à la démocratie et à l’intérêt des échanges.

François Asselineau a pu présenter aux Français les raisons profondes de quitter l’Union européenne, ainsi d’ailleurs que sont en train de le faire les Britanniques.

Le débat de ce jeudi a montré que, sur tous les sujets, l’Union européenne ne fonctionne pas, qu’il s’agisse de démocratie, de niveau de vie, de protection sociale et environnementale ou encore d’immigration.

Le débat de ce soir a également montré que les analyses défendues par François Asselineau lors de l’élection présidentielle de 2017 se sont largement répandues au sein des autres formations politiques qui, cependant, continuent d’avancer leurs promesses illusoires d’« autre Europe » qui trompent de moins en moins de Français.

Butant sur la réalité, qui est que l’Europe ne peut pas être changée, les européistes se sont réfugiés dans des discours incantatoires, anxiogènes et belliqueux, n’hésitant pas à désigner de façon irresponsable des ennemis comme la Chine ou la Russie pour justifier leur chimère d’unification continentale.

Ce sont les européistes qui promettent aux Français un avenir rabougri et replié sur un périmètre géographique restreint, d’ailleurs parfaitement artificiel et qui n’obéit à aucune solidarité héritée de l’histoire.

Bien différent est l’avenir que François Asselineau propose aux Français. En particulier, le candidat de l’UPR a rappelé que la sortie de l’Union européenne permettra de défendre nos intérêts nationaux vitaux, de rouvrir la France sur l’ensemble du monde, sans distinction douteuse entre les pays, mais également de renouer des liens étroits avec les pays de la Francophonie, tout spécialement en Afrique.

À rebours du discours européiste systématiquement dévalorisant pour la France et pour les Français, le candidat de l’UPR appelle nos concitoyens à avoir confiance en eux et à briser, avec détermination et sérénité, les menottes de la « construction européenne » qui nous asservit et nous détruit à petit feu.

Les menottes bleues aux étoiles d’or brandies par le candidat du « Frexit » pour symboliser la prison des peuples dans laquelle est enfermée la France, a montré une tout autre hauteur de vue que la boîte de piment d’Espelette dans laquelle l’ex-ministre des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, croit trouver la justification de la « construction européenne ».

Il est essentiel que les Français comprennent le lien de cause à effet direct entre leurs problèmes – et tout spécialement les problèmes soulevés légitimement par les « gilets jaunes » – et notre appartenance à l’Union européenne et à l’euro.

François Asselineau insiste sur la nécessité que les prochains débats prévus sur des chaînes de télévision et des antennes de radio permettent au candidat du « Frexit » de s’exprimer : il est en effet primordial, ne serait-ce que pour des raisons de démocratie et de pluralisme, que les Français puissent entendre un son de cloche radicalement nouveau et différent de celui des européistes ;  la campagne ne fait que commencer.


Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ? Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :