Revue de presse du 17 au 23 février 2020

Télécharger en PDF
Lecture : 29 min
Print Friendly, PDF & Email

L’armée américaine débarque en masse en Europe

Au total, 37 000 soldats de 18 pays, dont 20 000 Américains, vont participer à Defender Europe 20 en mai et en juin dans plusieurs pays européens.

Source : le Point (20 février)

Depuis la chute de l’URSS, l’OTAN, en dépit des promesses verbales faites aux dirigeants russes de l’époque, ne cesse de s’étendre et de se renforcer à l’est : Balkans, Pologne, pays baltes, Ukraine, etc. Sous couvert de défense contre la « menace russe », ces manœuvres constituent une nouvelle agression qui n’est pas du tout dans l’intérêt de la France. 

France – République en perdition

Retraites : « Cette réforme est un appel à travailler au noir », tonnent les experts-comptables

En clair, c’est un appel à éviter les cotisations sociales. Car un indépendant qui cotisera 1 500 euros par an touchera la même retraite que celui qui cotise 6 200 euros.

Source : le Figaro (20 février)

Par les traités européens (art. 121 du TFUE), nous sommes soumis aux GOPÉ, qui nous imposent cette réforme des retraites.

Caisse d’épargne teste le statut de banquier « auto-entrepreneur »

Selon nos informations, la banque souhaite mener des tests en Bretagne et dans les Pays de la Loire pour employer des conseillers indépendants, en partie rémunérés aux commissions. L’expérience est inédite en France et fait déjà grincer les dents des syndicats au sein du groupe BPCE, filiale des Caisses d’épargne.

Source : Challenges (19 février)

L’ubérisation de la société française est « en marche ».

Haute fonction publique : le rapport Thiriez propose la création d’un concours spécial pour les élèves d’origine modeste

L’objectif est d’accéder à plus d’équité sociologique et géographique dans la haute représentation de l’État. Le texte prévoit que 20 classes préparatoires seront créées en France métropolitaine (une par Région) et outre-mer et que les élèves seront à l’avenir sélectionnés notamment en fonction de critères sociaux. Selon le rapport, une fois sortis de ces classes préparatoires, des élèves d’origine modeste pourraient ensuite passer un concours spécial pour accéder aux différentes écoles du service public. Un nombre de places leur sera réservé, autour de 10 % par promotion.

Source : France info (18 février)

En faisant de la discrimination sociale, le gouvernement avalise son échec à fournir une éducation égalitaire pour tous les enfants. À moins que cette inégalité ne soit volontaire ? En effet, le contrôle continu du baccalauréat crée par exemple une inégalité de fait entre les établissements.

Réforme des retraites : l’Assemblée nationale vote contre la demande de référendum de la gauche

Au premier jour de l’examen du projet de loi sur la réforme des retraites, l’Assemblée nationale a rejeté, lundi 17 février, la demande de référendum lancée par les communistes et soutenue par 60 députés du PS, de La France insoumise, des élus Libertés et Territoires et même un député Les Républicains.

Source : Ouest-France (17 février)

Dans ce Parlement issu des élections de 2017, Macron dispose encore d’une majorité de députés obéissants, même si le groupe LREM perd un membre tous les deux mois. Si les municipales se traduisent par une lourde défaite pour LREM, ainsi que pour Macron et Philippe, ceux-ci pourraient bien perdre définitivement les moyens de faire passer leurs lois rétrogrades.

L’Assemblée nationale. (Éric Feferberg – AFP)

France – À l’abandon

Nucléaire : pour le PDG d’EDF, « il y a un risque » que la France perde son savoir-faire

« Ce n’est pas en construisant une centrale nucléaire tous les quinze ans qu’on sera efficaces », a lancé Jean-Bernard Lévy ce dimanche sur Europe 1.

Source : Europe 1 (16 février)

Certes, ceci est un sujet clivant : faut-il ou non le nucléaire pour l’énergie française ? Ce débat devrait être tranché par référendum. Soit on abandonne le nucléaire, et cette crainte de perdre de l’expérience devient sans objet. Soit on investit vraiment dans le nucléaire, auquel cas il faut mettre les moyens. Mais à vouloir ménager la chèvre et le chou, on n’obtient que flou et inefficacité.

GAFAM : le Sénat défend le libre choix du consommateur

Le Sénat, à majorité de droite, a adopté mercredi à l’unanimité, en première lecture, une proposition de loi visant à réguler l’activité des géants du numérique pour garantir la liberté de choix du consommateur. Pour le secrétaire d’État chargé du Numérique, Cédric O, si cette initiative est « largement bienvenue », c’est au niveau européen que la régulation doit se faire.

Source : Challenges (19 février)

Quand bien même les traités européens peuvent laisser une certaine marge de manœuvre sur certains sujets, la Macronie s’empresse de céder cette latitude à l’UE pour mieux resserrer nos menottes.

Renault dans le rouge en 2019 avec Nissan et les volumes

Le bénéfice net de Renault a été amputé par une chute de la contribution de son partenaire Nissan ainsi que par une charge fiscale de 753 millions d’euros liée à la suspension du plan stratégique à moyen terme lancé par l’ex-PDG Carlos Ghosn.

Source : les Échos (14 février)

Espérons que Renault saura rebondir. En effet, la marque au losange ne doit pas attendre une quelconque aide de l’État qui serait contraire au sacro-saint principe de l’UE de la concurrence libre et non faussée.

(Renault – Denis Meunier)

Mariage Alstom-Bombardier : à Crespin comme à Petite-Forêt, des syndicats inquiets

Les propos rassurants du PDG d’Alstom dès lundi et l’annonce du rachat de Bombardier n’ont visiblement pas convaincu. La CGT reste donc méfiante. Le rapprochement de « deux groupes similaires qui, en Europe, fabriquent les mêmes choses » implique forcément des « doublons » pour Ludovic Bouvier.

Source : la Voix du Nord (19 février)

En effet, l’existence de doublons après une fusion conduit mécaniquement à un risque de réduction d’effectifs. L’article 63 du TFUE empêche que l’État puisse analyser si cette fusion est digne d’intérêt pour les Français et la bloquer si besoin est.

France – Politicaillerie

Comment Anne Hidalgo maquille les comptes de Paris

La maire actuelle de Paris a trafiqué différents chiffres de la comptabilité parisienne, avec par exemple un endettement communiqué dix fois moindre que ce qu’il est réellement.

Source : Capital (18 février)

La transparence devrait être au cœur de l’action municipale. Quelles autres listes que celles de l’UPR peuvent se targuer de vouloir appliquer les 30 propositions de l’association Anticor, garantissant démocratie et transparence ?

Des ministres interchangeables ? Pas de souci, selon Ndiaye, les Marcheurs sont tous de « très grands politiques » 

À ceux qui verraient dans ce jeu de chaises musicales un signe inquiétant de l’inanité de la fonction ministérielle en Macronie, reléguée à la simple exécution des volontés jupitériennes, Sibeth Ndiaye a une réponse toute prête ce lundi 17 février : au contraire, l’exécutif a l’embarras du choix.

Source : Marianne (17 février)

Après la « pensée complexe » d’Emmanuel Macron qui était censée justifier l’absence d’interview du 14 juillet, voici la très grande compétence des Marcheurs censée justifier le caractère interchangeable des ministres macroniens. On ne peut que reconnaître à la Macronie une grande créativité dans le registre des arguments fallacieux, exprimée dans les propos de l’interchangeable Ndiaye.

Sibeth Ndiaye. (LCI)

Pour Emmanuel Macron, la Russie va « continuer à essayer de déstabiliser » les démocraties occidentales

Lors de la conférence de Munich sur la sécurité, le président français a estimé qu’il fallait « renforcer les défenses technologiques, les coopérations entre services » occidentaux.

Source : le Monde (15 février)

Encore des accusations sans preuve : la Russie a bon dos ! En termes plus factuels, rappelons qu’Edward Snowden, qui a dénoncé la surveillance de masse effectuée par les agences d’espionnage des États-Unis, est réfugié politique en Russie. Et que Julian Assange, lui aussi lanceur d’alerte, est menacé d’extradition à la demande de Washington.

Brexit

Brexit : Londres rejette tout alignement sur les règles européennes

David Frost, le négociateur britannique, a prononcé un discours à Bruxelles. Il critique fermement l’idée que Londres soit soumise, à l’avenir, au respect de règles édictées par l’UE, et il promet une relation commerciale régie par un accord de libre-échange classique.

Source : les Échos (17 février)

L’Union européenne tente d’imposer une tutelle réglementaire au Royaume-Uni. Heureusement, le gouvernement britannique est déterminé à restaurer la souveraineté et l’indépendance du Royaume-Uni.

Le gouvernement britannique dévoile son système d’immigration post-Brexit

Le Royaume-Uni utilisera un système à points privilégiant les « brillants » cerveaux au détriment des « travailleurs peu qualifiés ».

Source : Euractiv (19 février)

Grâce au Brexit, le gouvernement britannique est libre d’instituer le système d’immigration de son choix sans tenir compte des contraintes des traités européens. Ce système fondé sur les compétences des candidats à l’immigration existe déjà dans d’autres pays du monde, par exemple le Canada.

À la suite du Brexit, la nécrose de l’UE s’accélère !

François Asselineau revient sur plusieurs articles de presse qui ont suivi le Brexit. Toutes les déclarations (du FMI, de Macron, etc.) témoignent d’une véritable panique chez les européistes. Pendant ce temps, la décomposition de l’UE avance inexorablement. Et les électeurs français commencent à s’en rendre compte.

Source : UPR (19 février)

UE – D’accord, pas d’accord

« Aucun accord définitif » sur la PAC : le ministère de l’Agriculture contredit son propre ministre

Le ministère français de l’Agriculture et de l’Alimentation a infirmé les propos tenus plus tôt par son propre ministre, Didier Guillaume, sur la politique agricole commune : « Aucun accord définitif n’a encore été acté » entre les 27, a-t-il rectifié.

Source : RT France (21 février)

Encore un exemple de l’amateurisme de nos dirigeants.

Budget de l’UE : la France vent debout contre les rabais

La France « en a assez » des rabais accordés à certains pays de l’Union européenne dans le cadre du budget à long terme, a affirmé la secrétaire d’État Amélie de Montchalin lundi à Bruxelles, avant le sommet extraordinaire de jeudi 20 février.

Source : le Figaro (17 février)

Malgré ces déclarations martiales et ces protestations de pure forme, il faudra bien que la France négocie pour savoir comment boucler le budget de l’UE sans le Royaume-Uni. Et comme sa position est minoritaire, il faudra qu’elle fasse des concessions.

« Bruxelles n’est pas ma priorité », dit le Premier ministre suédois contre les exigences budgétaires des patrons de l’UE

Le Premier ministre suédois, Stefan Lofven, a lancé une attaque cinglante contre les dirigeants bruxellois après qu’ils ont exigé une augmentation de 44 % des contributions annuelles à l’UE.

Source : Express (21 février) – en anglais

Le départ du Royaume-Uni crée un trou dans le budget de l’UE qui doit être comblé par une contribution plus élevée des États membres ou par une diminution de certaines dépenses (on peut penser à la PAC). La négociation sur cette décision est au point mort, car les intérêts divergents des États membres s’expriment à nouveau.

Le Premier ministre suédois, Stefan Lofven. (IG)

Élargissement de l’UE : Macron plus souple sur l’Albanie et la Macédoine

Le chef de l’État français, Emmanuel Macron, s’est dit prêt samedi sous conditions à lever l’opposition de son pays à l’ouverture de négociations d’adhésion à l’UE avec l’Albanie et la Macédoine du Nord. 

Source : la Tribune (15 février)

Après ses prises de position contre l’élargissement, Macron s’est fait taper sur les doigts par le représentant des États-Unis pour les Balkans. Mis en minorité et sous pression par ses partenaires européens, il prépare donc progressivement son virage à 180 degrés.

UE – Tout va bien

Mobilisation en Grèce contre la réforme des retraites

La Grèce tournait au ralenti, mardi, avec des milliers de personnes qui protestaient contre le projet de loi réformant les retraites, qui doit être voté au Parlement d’ici à vendredi.

Source : le Monde (18 février)

La réforme des retraites est exigée par les GOPÉ. Le nivellement par le bas est visible à travers toute l’UE, en Grèce comme en Allemagne.

L’importation de miel à bas prix menace les apiculteurs européens

La baisse de la production européenne de miel et la hausse des importations à bas prix mettent en péril l’apiculture européenne, qui réclame à l’UE un plan d’urgence pour protéger le secteur.

Source : la Tribune (20 février)

Et pourtant, le salut des apiculteurs réside plutôt dans la sortie de l’Union européenne ! Aussi bien pour pouvoir légiférer efficacement contre les néonicotinoïdes, qui provoquent la réduction des populations d’abeilles, que pour pouvoir établir des droits de douane nationaux afin de protéger les productions locales. 

Monde

Venezuela : l’ambassadeur de France pointé du doigt après avoir reçu Guaido

Une protestation écrite a été transmise par le gouvernement vénézuélien, qui n’a pas apprécié que le chef de l’opposition soit reçu par l’ambassadeur.

Source : le Point (18 février)

Comme sur le dossier syrien, la diplomatie française s’enferme dans un alignement total sur la position de Washington en soutenant un président putschiste à la légitimité très fragile. Et, comme sur le dossier syrien, les dégâts risquent d’être considérables pour la diplomatie française si les événements ne se déroulent pas comme le souhaitent les États-Unis.

Les investisseurs étrangers ne veulent plus financer le déficit américain

En 2019, les étrangers ont vendu pour 128,4 milliards de bons du Trésor américain. Ce désintérêt, qui se confirme année après année, a conduit la Fed à jouer le rôle de prêteur en dernier ressort.

Source : les Échos (21 février)

La perte de confiance progressive dans le dollar à l’échelle internationale est l’épée de Damoclès qui plane au-dessus de l’économie américaine.

Washington a perdu la trace de 715 millions de dollars d’armes en Syrie

Un rapport du département de la Défense estime que des milliers d’armes fournies par les États-Unis à leurs alliés sont « vulnérables à la perte ou au vol ».

Source : le Figaro (20 février)

Cela rappelle étrangement les déclarations de François Asselineau sur le double jeu des États-Unis au Moyen-Orient.

Mustafa Sanalla : « Le blocage du pétrole est un désastre pour la Libye »

Alors que la production d’or noir a chuté de 90 % en un mois, le président de la National Oil Corporation s’alarme d’une situation « catastrophique » pour la population et l’économie.

Source : le Monde (17 février)

Le pétrole est le sang de l’économie ; sans lui, il est difficile pour les sociétés industrielles de maintenir leurs activités.

La raffinerie de Ras Lanouf, en Libye, en octobre 2019. (Esam Omran al-Fetori – Reuters)

Airbus-Boeing : vers la suppression d’une aide fiscale cruciale aux États-Unis

Nouveau rebondissement dans le conflit commercial opposant l’Union européenne aux États-Unis sur les subventions accordées à Airbus et Boeing : des élus de l’État de Washington ont introduit mercredi une proposition de loi supprimant une importante aide fiscale mise en place il y a seize ans en faveur de l’avionneur américain.

Source : la Presse (20 février)

Évasion fiscale et opacité : les îles Caïmans et les États-Unis épinglés

Selon le dernier classement établi par Tax Justice Network, les îles Caïmans, les États-Unis et la Suisse seraient les pays les plus opaques en matière de finance internationale et de fiscalité. En Europe, la Suisse (3e), le Luxembourg (6e) et les Pays-Bas (8e) font toujours figure de places fortes de l’opacité économique.

Source : la Tribune (18 février)

Les paradis fiscaux et judiciaires ont toujours de beaux jours devant eux, car les flux de capitaux en provenance de l’UE peuvent continuer à y affluer. En effet, l’article 63 du TFUE interdit le contrôle des flux de capitaux entre États membres de l’UE et pays tiers.


Vos retours et propositions d’articles sont les bienvenus sur selection_infos@upr.fr.

Pour changer les choses, nous vous invitons également à partager massivement cette revue de presse ! Vous pouvez recevoir chaque semaine le courriel prêt à diffuser sur simple demande à revue-de-presse@upr.fr.

Enfin, vos dons sont très importants pour permettre à l’UPR de continuer à vous fournir encore et toujours du contenu de qualité.

Coordination de la revue de presse : David Pauchet

Rédacteurs : Maxime Forner, Thierry Lacour, Gilles Marceau, Geoffrey Marhoffer, David Pauchet

Relecture : équipe de relecture menée par Jean-Baptiste Villemur

Validation finale : François Asselineau

Débit faible ou difficultés pour visionner sur Youtube ? Vous pouvez télécharger les conférences de l’UPR à partir du site d’un militant sur : http://www.upr1.world/Asselineau.html. Quant aux derniers entretiens d’actualité, ils sont téléchargeables à cette adresse : http://www.upr1.pw.

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ? Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :

Articles qui pourraient aussi vous intéresser