Revue de presse du 27 mai au 2 juin 2019

Télécharger en PDF
Lecture : 33 min
Print Friendly, PDF & Email

Juan de Nova, l’une des îles Éparses françaises, située dans le canal du Mozambique, est un havre de biodiversité, préservé de la prédation et de la pollution humaine. (AFP – Sophie Lautier)

Madagascar et la France vont négocier un accord sur les îles Éparses pour 2020

Les présidents français Emmanuel Macron et malgache Andry Rajoelina ont annoncé mercredi vouloir régler l’épineux dossier des îles Éparses, ces quatre îlots français situés dans le canal du Mozambique, mais revendiqués par Madagascar depuis le début des années 1970.

Source : RFI (1er juin)

Vu la façon dont M. Macron défend les intérêts français, par exemple face au gouvernement allemand, il y a tout lieu d’être inquiet sur les suites de ce dossier.

France

Les dockers CGT de Marseille ne chargeront pas d’armes pour l’Arabie saoudite

Ils réagissaient à des révélations selon lesquelles le cargo saoudien Bahri Tabuk devait prendre livraison de munitions de canons Caesar au port de Marseille à destination du port saoudien de Jeddah. Une livraison prévue alors que l’Arabie saoudite est accusée d’utiliser des armes françaises contre des zones civiles dans la guerre qui fait rage au Yémen depuis 2015.

Source : Capital (31 mai)

La complicité du régime de Macron avec l’Arabie Saoudite qui mène une guerre sanglante au Yémen passe mal…

Réaction de François Asselineau aux résultats des élections européennes 2019

Le président de l’UPR analyse le résultat des dernières élections, et notamment prend du recul sur le résultat de l’UPR.

Source : UPR (27 mai)

60 % des ministres du gouvernement français ont été épinglés par le fisc en 2018

Plus de la moitié du gouvernement français a fait l’objet d’un redressement fiscal l’an dernier, rapporte le Canard enchaîné. Les concernés sont « des membres du gouvernement nommés en 2017 et durant le premier semestre de 2018 ».

Source : Sputnik (29 mai)

Sur un total de trente cinq ministres, vingt et un ont vu leur dossier rectifié : trois pour avoir versé trop d’argent aux impôts, dix-huit pour n’en avoir pas versé assez. Plus de la moitié des ministres ont donc essayé de réduire le montant de leur impôt de façon frauduleuse…

Une députée LREM annonce sa candidature à la mairie de Nantes avec une photo de Montpellier

La députée LREM Sophie Errante a annoncé ce mercredi sa candidature à la mairie de Nantes, mais son site affichait une photo d’un monument de Montpellier.

Source : Libération (29 mai)

Les habitants de Nantes apprécieront à sa juste valeur le sérieux de cette candidature.


Le twittos qui a levé le lièvre parle de la place Graslin, mais en réalité il s’agit de la place Royale de Nantes. Et la photo montre la place de la Comédie de Montpellier. (Capture d’écran Google Street View)

La mise à mort de l’agriculture française

Un éleveur bio explique comment l’agriculture française est assassinée par la mise en concurrence sauvage au niveau mondial.

Source : UPR (2 juin)

France – Répression & dictature

La limitation du temps de parole des députés votée sans l’opposition

Soirée très tendue à l’Assemblée nationale, où l’opposition a préféré quitter l’hémicycle dénonçant « un déni de démocratie ».

Source : Huffington Post (29 mai)

Lorsqu’on a été élu par une partie assez réduite de l’électorat, quelle meilleure façon d’affaiblir les opposants que de les faire taire ? Petit à petit, une véritable censure se met en place.

Selon ce macroniste, « un maire qui sera réélu sans l’apport de LREM sera un ennemi » de Macron

Une déclaration de Gilles Boyer, nouveau député européen LREM, fait réagir les internautes et une partie de la droite.

Source : l’Obs (31 mai)

Macron poursuit son projet d’avaler la droite et de pulvériser la gauche. Les municipales se feront avec lui ou contre lui. Que les Français en profitent pour lui envoyer un message clair en votant pour des maires UPR.

Un député suisse veut priver la France de LBD

Face à ce qu’il considère comme des « dérives », Guy Mettan propose d’interdire l’exportation en France du lanceur de balles de défense de fabrication suisse.

Source : le Point (29 mai)

La démarche de ce député suisse, même si elle a peu de chance d’arrêter les exportations de LBD à destination de la France, met en avant une réalité : la violation des règles d’utilisation des LBD par certains services de maintien de l’ordre en France, qui utilisent «un moyen défensif lourd» comme une «arme d’attaque terrifiante».

Le gouvernement français, quant à lui, préfère fermer les yeux sur cet usage détourné du LBD.


Un gendarme du PSIG (peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie) s’entraîne à l’usage d’un LBD 40 suisse à Bordeaux, le 7 mars 2016. (REUTERS – Regis Duvignau)

France – Lessivage de la fonction publique

Contractuels, mobilité, rupture conventionnelle… le projet de loi sur la fonction publique adopté en première lecture

Ce projet inquiète les syndicats de fonctionnaires, qui y voient un alignement sur le privé au détriment du statut.

Source : 20 Minutes (28 mai)

On savait depuis Orwell que la guerre, c’est la paix, et que l’esclavage, c’est la liberté. Grâce à Bruxelles, nous savons désormais que la précarité, c’est la souplesse, la dégradation du statut, c’est la modernité, et que les suppressions de postes, c’est la réactivité. Que vont dire les syndicats financés par l’Union européenne ?

Macron veut, dès juin, remplacer des hauts fonctionnaires récalcitrants

Depuis le tout début de son quinquennat, le chef de l’État avait annoncé vouloir remplacer les hauts fonctionnaires réticents, à qui, selon son entourage, il reproche régulièrement de freiner ses réformes.

Source : la Tribune (29 mai)

S’appuyant sur les résultats électoraux de LREM, Macron se sent pousser des ailes pour anéantir toute opposition dans la fonction publique, et ainsi accélérer son rythme de réformes. Cela va de pair avec la limitation du temps de parole pour ladite opposition à l’Assemblée nationale.

France – Malaises dans les services publics

Hôpital de Libourne : les personnels des urgences rejoignent la grève nationale

Afin de protester contre le manque d’effectifs et leurs conditions de travail, les personnels des urgences de Robert-Boulin ont observé un débrayage de cinq minutes ce mardi midi et ont choisi de suivre le mouvement de grève nationale.

Source : Sud-Ouest (28 mai)

Les coupes budgétaires dans le service public et en particulier dans la santé deviennent critiques : diminution des moyens humains, financiers et matériels, fermeture de centres sont responsables de conditions inhumaines pour les employés et les usagers. Imposées par l’Union européenne à travers les GOPE, ces coupes budgétaires ne peuvent malheureusement que se poursuivre, quelle que soit la mobilisation du personnel…


Les personnels des urgences de Libourne ont débrayé quelques minutes ce mardi midi (Sud-Ouest)


Contre les suicides dans la police, le directeur propose des «moments de convivialité »

Fausse bonne idée ? La direction générale de la police nationale essaie d’endiguer le phénomène du suicide dans ses troupes en proposant un retour de la convivialité dans les services mais les policiers ne semblent pas très optimistes.

Source : RT France (31 mai)

Voilà une proposition qui manque de sérieux quand on voit l’attitude concrète de la direction de la police nationale dont les ordres produisent les résultats inverses depuis des années.

Seule la fin de la crise des Gilets jaunes permettrait aux policiers de respirer à nouveau en supprimant les mobilisations exceptionnelles, mais cette sortie de crise nécessiterait notre libération de l’Union européenne, mesure que M. Macron refuse d’appliquer.

France – Désastres industriels

Plan social chez GE Belfort : les élus locaux accusent Macron d’avoir su avant les élections européennes

La rumeur d’un plan social chez General Electric courait depuis plusieurs mois. Mais il a finalement été annoncé 48 heures après la fin des élections, s’indigne le maire de Belfort, Damien Meslot.

Source : BFM TV (29 mai)

Voici un dossier où la responsabilité de M. Macron est directement engagée, puisque c’est lui, en tant que ministre de l’Économie, qui avait autorisé en novembre 2014 la vente des activités énergie d’Alstom à General Electric.

Il est clair que dans le cadre de l’Union européenne, toute politique industrielle nationale est impossible à cause de la sacro-sainte concurrence libre et non faussée (dont on voit en ce moment le peu de cas que fait le gouvernement américain au sujet de Huawei).

Seul un gouvernement français débarrassé des contraintes des traités européens sera à même de garantir l’existence de filières industrielles en France.

Arcelor Mittal réduit de nouveau sa production en Europe, notamment en France

Trois semaines après avoir annoncé l’arrêt temporaire de sa production d’acier brut de son usine polonaise de Cracovie, Arcelor Mittal réduit de nouveau la voilure en Europe. Cette fois, les sites concernés se situent à Dunkerque, en France, et à Eisenhüttenstadt, en Allemagne.

Source : les Échos (29 mai)

Le dogme du libre échange mondialisé promu par la construction européenne aura provoqué la mort à petit feu d’Arcelor, agonie qui avait commencé en Lorraine. L’UE ne protège en fait même pas ses champions européens !


Philippe Huguen/AFP

Amiens : le repreneur de Whirlpool à son tour dans une situation critique

WN, qui avait repris l’ancienne usine Whirlpool en mai 2018, se trouve dans « une impasse de trésorerie très importante », d’après la préfecture. Le carnet de commandes peine à se remplir.

Source : le Parisien (28 mai)

Avec la meilleure volonté, l’industrie française n’arrive pas à être compétitive à cause de la cherté de l’euro.

Union européenne

Élargissement de l’UE. Bruxelles veut des négociations dès « maintenant » avec l’Albanie et la Macédoine

L’exécutif européen a plaidé ce mercredi 29 mai pour une ouverture sans plus attendre des négociations d’adhésion à l’Union européenne de l’Albanie et de la Macédoine du Nord, jugeant que les deux pays avaient fait les efforts demandés par les 27 à qui appartiendra le dernier mot.

Source : Ouest-France (29 mai)

Alors que l’Europe craquelle de toutes parts, que le Royaume-Uni s’en va et que la situation financière italienne menace de faire s’écrouler l’euro, les docteurs Folamour de la Commission réclament toujours et encore l’élargissement de l’UE. Bien entendu, l’Albanie et la Macédoine ont auparavant prêté allégeance à Washington en rejoignant l’OTAN.

Mais qui payera l’entrée dans l’UE de deux pays qui ne peuvent prétendre être contributeurs nets et qui, certainement, recevront plus qu’ils ne donneront ? Encore une augmentation de la contribution à prévoir pour notre pays.

11 pays européens n’envisagent pas de sortir du charbon

Plusieurs États européens – Pologne en tête –  ne prévoient pas de baisse significative ou de sortie du charbon, tout en bénéficiant de fonds européens pour la transition énergétique.

Source : Euractiv (1er juin)

Qui paye donc à fonds perdus la fausse transition énergétique de ces pays ? C’est le contribuable français à hauteur de 20 %.


En 2030, la production d’électricité en Europe se concentrera surtout en Pologne et en Allemagne. [Shutterstock]

La Pologne annonce son intention d’acquérir 32 avions de combat F-35A

Le ministre de la Défense polonais l’a annoncé sur Twitter à l’issue du faux suspens de l’appel d’offres, sachant que Varsovie avait déjà indiqué la préférence pour l’avion américain. L’entreprise française Dassault, fabricant du Rafale, n’a même pas daigné proposer une offre. Après l’Italie, les Pays-Bas, le Danemark et la Belgique, la Pologne sera donc le cinquième État membre de l’Union européenne à doter ses forces aériennes d’avions F-35A.

Source : Opex 360 (29 mai)

Après les hélicoptères, voici les avions américains que la Pologne choisit d’acheter au détriment d’Airbus ou d’entreprises européennes. Vous avez dit « Europe de la Défense » ? Vous avez dit “ l’Europe fait contrepoids aux États-Unis” ?

Italie

Au lendemain des élections, la Commission européenne envisagerait de s’en prendre à l’Italie

Dans le contexte des relations conflictuelles entre Rome et Bruxelles au sujet du budget italien, l’exécutif européen serait sur le point de relancer les hostilités en ouvrant la voie à une procédure disciplinaire contre le gouvernement de coalition.

Source : RT France (28 mai)

L’Italie a un déficit excessif et ne respecte pas les critères fixés par les traités. Le gouvernement veut redonner un peu d’air à son économie par de modestes mesures de relance. Mais c’est encore trop pour les gardiens du dogme.

Avec son projet de « monnaie alternative », l’Italie fait un nouveau pied de nez à Bruxelles

Cette idée, déjà brandie par le gouvernement Salvini, se traduirait par l’émission de « mini-bots », des bons du Trésor italien.

Source : le Figaro (31 mai)

Vincent Brousseau avait déjà expliqué les trois scénarios possibles de sortie de l’euro, dont celle des mini-bots. La question est de savoir s’il ne s’agit que d’une menace du gouvernement italien pour tenir en respect la Commission, ou bien d’un véritable projet.

Royaume-Uni

Brexit : Boris Johnson renvoyé en justice pour mensonge

Le favori à la succession de Theresa May devrait comparaître en justice pour ses affirmations durant la campagne pendant le référendum de 2016.

Source : le Figaro (29 mai)

Les mauvais perdants vont tout faire pour éviter un « hard Brexit », y compris essayer d’éliminer le porteur du projet par voie légale… Mais le désir de sortie de l’UE, démocratique et légitime, domine à présent la vie politique nationale.

Liverpool et Manchester réclament la renationalisation des trains régionaux

Excédés par les nombreuses perturbations, les retards, et la surpopulation de certaines lignes, les maires des deux villes ont demandé au gouvernement de reprendre le contrôle du réseau ferré du nord du Royaume-Uni. Le réseau appartient à une filiale de la compagnie allemande Deutsche Bahn.

Source : les Échos (29 mai)

L’exemple anglais est particulièrement éloquent concernant les dangers de la privatisation des chemins de fer. Mais l’UE va continuer à forcer la France à adopter des politiques qui ne fonctionnent pas.

Julian Assange présente des symptômes de « torture psychologique »

Le rapporteur des Nations unies sur la torture, qui a rencontré Julian Assange en prison, dénonce une « campagne implacable et sans retenue d’intimidation et de diffamation » contre le fondateur de WikiLeaks.

Source : le Monde (31 mai)

L’UPR ne se lasse pas de dénoncer le scandale que constitue la persécution de ce lanceur d’alerte et ami de la liberté d’expression.

Guerre commerciale entre Chine et États-Unis

États-Unis : un projet pour taxer les pays sous-évaluant leur monnaie

Le département du Commerce américain a proposé ce jeudi d’imposer des droits de douane spécifiques aux produits importés de pays qui sous-évaluent leur monnaie par rapport au dollar, un projet susceptible d’aboutir entre autres à une taxation supplémentaire des produits chinois. La nouvelle règle, si elle était instaurée, pourrait aussi toucher des biens de pays comme le Japon, la Corée du Sud, l’Inde, l’Allemagne et la Suisse.

Source : le Figaro (24 mai)

Un exemple frappant du privilège exorbitant du dollar dont parlait déjà de Gaulle. Car le dollar est quant à lui largement surévalué et ne tient que par l’achat de dette américaine pour assurer la puissance commerciale de l’Amérique. Cela entraîne un risque structurel sur la stabilité financière mondiale, si important que de nombreux pays sont en train d’abandonner les échanges en dollar.

Guerre commerciale : la Chine menace de limiter les exportations de terres rares vers les États-Unis

La Chine envisage d’user de sa position dominante dans le secteur des terres rares comme arme dans les négociations commerciales avec les États-Unis, en limitant l’accès américain à ces ressources, prévient, ce mercredi 29 mai, la presse officielle chinoise. Une annonce qui intervient sur fond d’escalade des tensions entre les deux plus grandes puissances économiques mondiales.

Source : la Tribune (29 mai)

La guerre commerciale que les États-Unis livrent à la Chine permet de mettre en évidence les atouts économiques accumulés par Pékin ces dernières années, notamment le quasi-monopole sur les terres rares dont dépendent nos technologies, ou encore la détention de milliards de dollars de bons du Trésor américain, qui permettent de soutenir la dette de l’Oncle Sam.

Monde

Entrée en vigueur de la zone de libre-échange en Afrique

Malgré son entrée en vigueur ce jeudi 30 mai, l’Union africaine dispose encore d’un mois pour mettre en place la phase opérationnelle et notamment les instruments techniques pour contrôler cette zone de libre-échange. Signée le 21 mars 2018 par 49 États africains, la ZLEC a été ratifiée par 22 pays. Le Nigeria, plus grande économie du continent, ne l’a pas encore fait, mais la position d’Abuja est en train d’évoluer.

Source : RFI (30 mai)

Regroupant différentes zones régionales, ce projet, inspiré par certains idéaux panafricanistes, cet effort d’intégration du continent pourrait servir le développement économique et humain, dans un contexte de forte croissance démographique, à condition d’éviter le néolibéralisme brutal, souvent au service d’ingérences étrangères.

Un référendum met fin aux privilèges fiscaux des multinationales offshore en Suisse

Dimanche 19 mai, lors d’un référendum, les Suisses ont dit oui à 66,4 % à l’abolition des privilèges fiscaux des multinationales offshore dont ont profité 24 000 sociétés étrangères basées dans le pays.

Source : Sputnik (30 mai)

Avant d’être un paradis fiscal, la Suisse est d’abord une vraie démocratie où le peuple peut encore décider de mesures fiscales, contrairement aux pays membres de l’UE. Encore une leçon de nos voisins suisses à méditer.

La Malaisie refuse de devenir « la décharge du monde » (et va retourner à l’envoyeur des centaines de tonnes de déchets plastiques)

Le pays va renvoyer 3 000 tonnes de déchets plastiques dans leurs pays d’origine, notamment en France et aux États-Unis.

Source : France info (28 mai)

Après la décision chinoise, l’an dernier, d’arrêter de traiter les ordures de la mondialisation, la Malaisie avait pris le relais, tout comme d’autres pays d’Asie, dont les Philippines, pensant profiter d’une aubaine. Mais certaines pratiques illégales et les dégâts considérables sur l’environnement incitent à trouver une alternative. À noter aussi que la Malaisie ne se juge pas « trop petite » face au reste du monde. Libre et souveraine, elle refuse de se laisser marcher sur les pieds et défend ses intérêts, même contre des pays prétendument plus puissants.

Vos retours et propositions d’articles sont les bienvenus sur selection_infos@upr.fr.

Pour changer les choses, nous vous invitons également à partager massivement cette revue de presse ! Vous pouvez recevoir chaque semaine le courriel prêt à diffuser sur simple demande à selection_infos@upr.fr.

Coordination de la revue de presse : David Pauchet

Rédacteurs : Antoine Carthago, Maxime Forner, Thierry Lacour, Gilles Marceau, David Pauchet

Relecture : équipe de relecture

Validation finale : François Asselineau

Débit faible ou difficultés pour visionner sur Youtube ? Vous pouvez télécharger les conférences de l’UPR à partir du site d’un militant sur : http://www.upr.world/Asselineau.html. Quant aux derniers entretiens d’actualité, ils sont téléchargeables à cette adresse : http://www.upr1.pw.

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ? Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :