Suspension des accords de Schengen : Le château de cartes européiste commence-t-il à s’effondrer ?

Télécharger en PDF
Lecture : 5 min

chateau-de-carte-europe-upr
Le château de cartes européiste commence-t-il à s’effondrer ? – Avec la suspension de facto des accords de Schengen, Laurent Fabius estime que « la raison d’être de l’Europe est en danger » et craint que le référendum britannique n’aboutisse à la sortie du Royaume-uni de l’UE.

Dans ma dernière vidéo d’actualité – enregistrée le 11 septembre – , j’ai interpellé (à partir de 37’03’’) le “faisant-fonction” de ministre des affaires étrangères Laurent Fabius, qui avait vilipendé le gouvernement hongrois au motif que le mur de fils barbelés, que la Hongrie a installé sur sa frontière avec la Serbie et la Croatie, serait contraire aux « valeurs européennes ».

J’ai rappelé dans ma vidéo qu’au même moment, l’Union européenne, avec le plein soutien de M. Fabius, finance… la construction d’un Mur entre l’Ukraine et la Russie, et qu’elle se solidarise du gouvernement ukrainien allié à l’extrême droite néo-nazie des partis Svoboda et Pravyii Sektor !

J’ai rappelé aussi que M. Fabius ne dit pas un mot des “Murs” que l’Espagne a construit autour de ses enclaves de Ceuta et Melilla au Maroc, que la Grèce a construit face à la Turquie, que les États-Unis ont construit face au Mexique et qu’Israël a construit autour de Gaza.

J’ai donc déduit que M. Fabius était un adepte du « 2 poids 2 mesures permanent » et que ce double-standard permanent était désormais exaspérant pour les Français.

Et j’ai conclu en disant (à partir de 39’45’’) :

« En réalité, ce que M. Fabius ne veut pas avouer, c’est que cette crise des migrants montre qu’il n’y a jamais eu d’Union européenne. Que tout le monde tire à hue et à dia. On a appris il y a quelques minutes que le Groupe de Visegrad – qui est un sous- groupe de pays de l’est qui sont au sein de l’Union européenne – a dit qu’il refusait les quotas. La Roumanie a dit qu’elle refusait les quotas. Donc en fait tout le monde tire à hue et à dia. Cette crise des migrants montre que la construction européenne est un mensonge depuis le début. Voilà la conclusion qu’il faut en tirer».

[ Pour visionner mon entretien : http://www.upr.fr/entretiens-actualite-upr/asselineau-questions-actualite-11-09-2015 ]

Laurent Fabius aurait-il visionné mon entretien ? Probablement pas. Mais les déclarations qu’il vient de faire ce 22 septembre devant plusieurs journaux européens montrent qu’il a bien compris, lui aussi, que cette crise des migrants jette une lumière crue sur l’absence totale de solidarité européenne et qu’elle met à nu le mensonge de la prétendue « construction européenne » ?

D’où cette phrase pathétique :
« L’Europe a connu d’autres crises. Mais là, d’une certaine façon, c’est sa raison d’être et son fonctionnement même qui sont en cause ».

Le chef du Quai d’Orsay en a profité pour laisser poindre les sueurs froides qu’il éprouve devant les résultats du prochain référendum britannique pour ou contre la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne :

« Comment se déroulera le référendum britannique l’an prochain si la question des réfugiés n’est pas réglée ? ».

[ Source : http://www.romandie.com/news/La-raison-detre-de-lEurope-en-danger-estime-Laurent-Fabius/632111.rom ]

De fait, toute la prétendue « Union européenne » est en train de partir à vau-l’eau.

En ce 22 septembre 2015, ce ne sont pas moins de 8 États européens qui ont repris le contrôle national de leurs frontières nationales : la Hongrie, l’Allemagne, l’Autriche, la République Tchèque, la Slovaquie, la Slovénie, la Croatie et la Finlande. Tant il est vrai que, lorsque la situation vire au chaos, les utopies s’effondrent et les peuples redécouvrent qu’il n’y a plus de secours possible que dans des liens de solidarité tissés par les siècles.

Dans les faits, les accords de Schengen n’existent donc plus.

Et la situation ne cesse de s’aggraver. Au moment même où M. Fabius exprime son désarroi devant les médias, on apprend qu’au cours des toutes dernières heures, le gouvernement de Budapest a décidé d’autoriser les militaires hongrois à ouvrir le feu sur les réfugiés et qu’il vient d’être suivi en cela par le gouvernement bulgare.

[ http://www.francesoir.fr/politique-monde/migrants-les-militaires-hongrois-autorises-ouvrir-le-feu-sur-les-refugies et http://francais.rt.com/international/7243-bulgarie-tirer-migrants-frontiere ]

CONCLUSION

Dans l’atmosphère crépusculaire qui est tombée sur l’Europe et sur la France, les déclarations inquiètes et sans précédent de Laurent Fabius ont au moins un mérite.

Elles nous apprennent que, comme Mikhaïl Gorbatchev en 1988 ou comme le Shah d’Iran en 1978, les oligarques euro-atlantistes sentent le sol se dérober sous leur pied.

Une immense angoisse est en train de les envahir : et si cet édifice de domination monstrueux, qu’ils ont édifié depuis plus d’un demi-siècle sur le Vieux Continent au profit de Washington et des grands groupes financiers et industriels, avait commencé de s’effondrer, pour de bon, comme un château de cartes ?

François ASSELINEAU