BABTCHENKO, UNE NOUVELLE AFFAIRE SKRIPAL = Ridiculisés par une « fake news » qu’ils n’ont pas vérifiée, l’AFP, Le Monde et toute la presse occidentale pris en flagrant délit de « complotisme » anti-russe

Télécharger en PDF
Lecture : 5 min

 

Le journaliste et écrivain russe Arkadi Babtchenko, qui avait été présenté par la presse occidentale « mainstream » comme probablement « assassiné par Moscou » le 29 mai vient de réapparaître en pleine santé à Kiev le 30 mai !

 

Dépêche de l’AFP du 30 mai à 14h48, environ deux heures avant que l’on apprenne que l’assassinat n’était qu’un canular monté par les services ukrainiens.

 

Article publié par le journal « Le Monde » le 30 mai à 15h43, environ une heure avant que l’on apprenne que l’assassinat n’était qu’un canular monté par les services ukrainiens. Cet article purement « complotiste » suggère de façon évidente que le commanditaire de cet assassinat était Vladimir Poutine…

ANALYSE : UNE NOUVELLE BÉRÉZINA POUR LA PRESSE OCCIDENTALE
Le journaliste et écrivain russe Arkadi Babtchenko annoncé mort assassiné par balle le 29 mai au soir à Kiev est apparu vivant ce 30 mai dans l’après-midi devant la presse en Ukraine.

Les autorités ukrainiennes ont déclaré que l’assassinat du journaliste russe Arkadi Babchenko – qu’elles avaient annoncé avec force détails – était en fait une ruse de leur part pour empêcher une attaque contre lui. Le chef du SBU, le service de sécurité nationale ukrainien, Vassili Gritsak, a affirmé qu’il avait des informations sur une tentative d’assassinat prévue sur le journaliste par les services spéciaux russes et qu’il avait agi pour déjouer le complot.

Ce rebondissement rocambolesque pose 6 questions essentielles :

 

QUESTION 1
Il est désormais avéré que les informations diffusées par les autorités ukrainiennes hier, affirmant qu’Arkadi Babchenko avait été assassiné et incriminant aussitôt la Russie dans cet assassinat étaient des informations fausses. Ce sont les autorités de Kiev elles-mêmes qui l’ont annoncé.
Mais alors, pourquoi faudrait-il croire sur parole, ce 30 mai, ces mêmes autorités ukrainiennes alors qu’elles ont eu l’audace de mentir aussi effrontément à la planète entière hier ?

QUESTION 2
La nouvelle version ukrainienne est ubuesque : après avoir assuré la sécurité de ce journaliste, les autorités ukrainiennes auraient mis en scène son faux assassinat par les Russes afin… de le protéger contre un assassinat à venir par ces mêmes Russes.
En supposant que cette nouvelle version ukrainienne soit exacte, quel a été l’intérêt de monter un tel canular puisque l’intéressé était déjà sous la protection des services ukrainiens ?

QUESTION 3
Toute la presse occidentale a repris instantanément la « fake news » de Kiev et les accusations de l’Ukraine contre la Russie, sans évoquer le moindre doute sur la réalité de l’assassinat présumé lui-même.
Pourquoi aucun journaliste occidental n’a-t-il éprouvé le besoin de vérifier la réalité du fait lui-même en se renseignant pour savoir où était le corps de la victime et pour interroger le maximum de témoins potentiels ?
Pourquoi la nouvelle de l’assassinat a-t-elle ainsi été publiée au mode indicatif et non pas au mode conditionnel ?

QUESTION 4
Depuis plusieurs années, un certain nombre d’informations diffusées en Occident concernant la Russie, l’Ukraine ou la Syrie présentent la particularité désagréable de « sonner faux ».
Les bombardements chimiques allégués en Syrie, que la presse occidentale a aussitôt attribués au « régime de Bachar el Assad », suscitent encore beaucoup de doutes et de scepticisme plusieurs mois après, quant à leur réalité ou à leurs auteurs.
Il en est de même de la très étrange « affaire Skripal », au cours de laquelle un agent double russe donné pour mort (lui aussi !) et sur ordre de Poutine (lui aussi !) est paraît-il frais comme un gardon sans que nul journaliste ne l’ait revu depuis son empoisonnement présumé.
Comment se fait-il que les dirigeants russes – qui sont accusés par ailleurs d’être à la tête d’une des plus puissantes armées du monde – soient à ce point maladroits qu’ils ne sont parvenus à assassiner ni Skripal ni Babtchenko ?

QUESTION 5
Dans l’affaire Skripal, comme dans l’affaire Babtchenko, le Kremlin a aussitôt protesté de son innocence mais ses déclarations ont aussitôt été présentées dans la presse occidentale comme un summum de cynisme et d’hypocrisie.
Pourtant, si l’on s’en tient strictement aux faits avérés, dans l’affaire Skripal, comme dans l’affaire Babtchenko, les déclarations faites par le gouvernement russe n’ont jamais été contredites par la suite des événements alors que celles des gouvernements de Londres et de Kiev sont apparues comme suspectes sinon carrément mensongères.
Dans ces conditions, pourquoi aucun journaliste français ne met-il les pieds dans le plat en faisant remarquer que, jusqu’à preuve du contraire, les faits établis ne justifient en aucun cas le climat d’accusation constant qui vise les autorités russes et la bienveillance systématique dont bénéficient les fake news avérées diffusées par la presse occidentale ?

QUESTION 6
Si les plus grands médias français se font avoir comme des novices en répandant des fake news comme dans les affaires Skripal et Babtchenko, comment le projet de loi « anti-fake news » d’Emmanuel Macron va-t-il faire pour ne pas pousser les juges et le grand public à attaquer désormais tous les grands médias du pays ?

FA
30 mai 2018

Source (notamment)  : https://francais.rt.com/international/51165-journaliste-russe-arkadi-babtchenko-assassine-kiev-vivant-apparait-presse?utm_source=browser&utm_medium=push_notifications&utm_campaign=push_notifications

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

François Asselineau, Président de l’Union populaire républicaine. La France doit sortir de l’Union européenne, de l’euro et de l’Otan.

Aidez-nous ! Partagez :