Union populaire : Asselineau demande publiquement à Mélenchon de cesser son plagiat

Télécharger en PDF
Lecture : 2 min

Dans une vidéo publiée aujourd’hui, François Asselineau dénonce l’atteinte à la propriété intellectuelle et à la clarté politique que constitue l’utilisation par Jean-Luc Mélenchon de l'”Union populaire”, bannière sous laquelle il candidate à l’élection présidentielle de 2022 et qui est un extrait du nom de notre mouvement : l'”Union populaire républicaine”, fondée en 2007 il y a quatorze ans et dont le nom est déposé.

Dans un premier temps, François Asselineau a envoyé un courrier personnel à M. Mélenchon, et adressé une copie de ce texte à M. Quatennens, coordinateur de la “France insoumise”, pour trouver une solution à l’amiable à cet acte inamical, qui est irrespectueux et injurieux vis-à-vis de nos adhérents, sympathisants et électeurs. Cette démarche privée est restée sans aucune réponse.

Pressé par les interrogations de plusieurs journalistes et devant la confusion qu’entretient, pour le public, l’utilisation indue et délibérée d’une partie du nom de notre formation politique par M. Mélenchon, François Asselineau a décidé de rendre le scandale public, et de demander publiquement, devant les Français, à M. Mélenchon de renoncer au nom d'”Union populaire” pour sa campagne. Faute de quoi, M. Asselineau entamera une démarche contentieuse à l’égard de M. Mélenchon.

L’indignation serait, d’ailleurs, générale et bien légitime si une force politique, concurrente de celle de M. Mélenchon, soutenait un candidat sous la bannière de la “France indocile” ou de “la République insoumise”. Encore le plagiat serait-il moindre que celui commis par M. Mélenchon à l’égard de M. Asselineau, puisque seul l’un des mots de la formation politique de M. Mélenchon serait, alors, copié.