COMMUNIQUÉ | L’UPR exprime son dégoût et son extrême indignation devant la déclaration de M. Macron sur les Comoriens

Télécharger en PDF
Lecture : 4 min
Print Friendly, PDF & Email

L’UPR exprime son dégoût et son extrême indignation devant la déclaration d’Emmanuel Macron, plaisantant sur le drame de l’immigration illégale à Mayotte qui provoque chaque année des milliers de morts.

Il a en effet indiqué que le « kwassa-kwassa pêche peu, mais il amène du Comorien« , assimilant ainsi des désespérés, risquant leur vie, à une espèce générique de poissons.

Le président de la République a fait cette déclaration indigne de sa fonction lors d’une visite au Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage atlantique (CROSS) d’Etel, dans le Morbihan. Celle ci a été relevée par les journalistes de Quotidien puis relayée par plusieurs autres titres de presse.

 

L’UPR tient à rappeler que, selon des sources déjà anciennes, de 12 000 à 20 000 Comoriens ont péri en tentant d’entrer à Mayotte à bord des kwassa-kwassa, petites embarcations fragiles à l’origine de nombreuses noyades dans le canal du Mozambique.

L’UPR souligne que, si un autre responsable politique avait eu l’indécence de tenir des propos aussi abjects, il eût probablement fait l’objet de poursuites judiciaires de la part du Gouvernement, et l’ensemble de la classe médiatique aurait fait part de son émotion et de son indignation.

L’UPR demande solennellement au président de la République de présenter ses excuses publiques, tout particulièrement aux Français d’origine comorienne dont il était allé hypocritement briguer les suffrages lors de son meeting à Marseille le 1er avril 2017.

Nous rappelons qu’Emmanuel Macron n’en est pas à sa première déclaration chargée de cynisme et de mépris pour la misère humaine.
En effet, alors tout juste nommé ministre de l’Économie, M. Macron avait utilisé des termes odieusement blessants à l’égard des employées de l’entreprise Gad, qu’il avait décrites comme « illettrées », avant de s’en excuser.
Il s’était également emporté il y a un an face à un ouvrier en lui lançant que « le meilleur moyen de se payer un costard, c’est de travailler ».
Lors de la campagne présidentielle, M. Macron avait encore créé une polémique en qualifiant le Pas-de-Calais de territoire où « il y a beaucoup de tabagisme et d’alcoolisme. »

En conclusion, l’UPR appelle tous les Français de cœur à sanctionner le parti de M. Macron (La République en Marche) aux élections législatives en empêchant ce personnage, bouffi d’orgueil par la courtisanerie qui l’entoure, de disposer dangereusement et sans contrepoids de tous les pouvoirs de l’État.
Aidez-nous ! Partagez :