Élections départementales : l’UPR présente des candidats dans 14 cantons

Télécharger en PDF
Lecture : 5 min

Communiqué

À l’occasion des élections départementales des 22 et 29 mars, l’Union Populaire Républicaine (UPR) présente des candidats dans 14 cantons répartis dans toute la France, aussi bien en milieu urbain que rural.

Pendant la campagne électorale, les candidats de l’UPR expliqueront que les Français ne dirigent plus leur propre pays et qu’une petite oligarchie prédatrice s’en est emparée par le biais des traités européens et de l’OTAN.

Ils démontreront que ni le gouvernement, ni les conseils régionaux, ni les conseils départementaux, ne sont en mesure de tirer les Français du déclin actuel et de les conduire à nouveau sur la voie du progrès social. Ils expliqueront qu’il n’y a dès lors qu’une seule façon de redresser notre niveau de vie, développer nos emplois, préserver nos acquis sociaux, nos services publics, nos terroirs, notre langue et notre diplomatie : c’est de faire sortir unilatéralement la France de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN.

Les candidats de l’UPR informeront aussi les électeurs du coût astronomique de la prétendue « construction européenne » pour les finances publiques et pour la croissance, qu’il s’agisse de la contribution nette de la France au budget européen – de 9,4 milliards d’euros en 2013 – ou des dépenses colossales engagées pour satisfaire aux règles européennes.

Les candidats de l’UPR dénonceront également le rôle joué par le trio « FN-UMP-PS », qui ment aux Français depuis des décennies en leur proposant une « autre Europe » illusoire. D’un côté, l’UMP, le PS et leurs satellites appliquent les politiques qui leur sont dictées depuis l’extérieur. De l’autre côté, le FN, qui ne propose jamais de sortir unilatéralement de l’Union européenne, ni de l’euro, ni de l’OTAN, sert de roue de secours à la dictature euro-atlantiste, en associant de façon scandaleuse l’idée de souveraineté nationale à des thèses d’extrême droite, et en en détournant ainsi tragiquement une large majorité des Français.

L’UPR insiste sur la résonance nationale des élections départementales. Certes, un élu de l’UPR ne pourra pas changer de manière significative le quotidien des Français. Mais aucun élu en mars ne le pourra non plus. Cependant, un conseiller départemental a le pouvoir de désigner les sénateurs, qui ont, avec les députés, le pouvoir de « détricoter » la Constitution et de ratifier les traités. Il a aussi, par le biais de son parrainage, le pouvoir de décider, au nom des électeurs du canton, qui aura le droit de se présenter à l’élection présidentielle et qui ne l’aura pas.

Les 14 cantons dans lesquels l’UPR présente des candidats sont les suivants :

Alpes-Maritimes (06) : Canton de Nice – 9

Canton urbain

Candidate : Claire Koyama, demandeur d’emploi, 53 ans

Candidat : Éric Boizet, photographe, 53 ans

Bouches-du-Rhône (13) : Canton de Marseille -11

Canton urbain

Candidate : Patricia Memaj, Infirmière libérale, 52 ans

Candidat : Nicolas Douard, Auto-entrepreneur, 25 ans

Calvados (14) : Canton de Caen – 3

Canton urbain

Candidate : Gwaenaelle Collin, étudiante en biologie, 21 ans

Candidat : Correspondant UPR dans le Calvados, apprenti logistique, 24 ans

Canton de Bethoncourt, Doubs (25)

Canton rural

Candidate : Cécile Vendevogel, clerc de notaire, 36 ans

Candidat : David Pierson, Correspondant UPR dans le Doubs, Diététicien/éducateur sportif, 44 ans

Gard (30) : Canton de Nîmes-1

Canton urbain

Candidate : Frédérique Mourgues, artiste plasticienne, 53 ans

Candidat : Thierry Barnabé, Correspondant UPR dans le Gard, professeur de technologie, 45 ans

Gironde (33) : Canton de Cenon

Canton urbain + banlieue

Candidate : Anne Guillot, auto-entrepreneur, 43 ans

Candidat : Jean-Louis Gilles, dessinateur du bâtiment, 30 ans

Indre-et-Loire (37) : Canton de Joué-Lès-Tours

Canton urbain

Candidate : Françoise Vergés, technicienne de maintenance électroménager, 41 ans

Candidat : Kemais Marzouk, chargé de clientèle, 32 ans

Loire-Atlantique (44) : Canton de Saint-Herblain – 1

Canton urbain

Candidate : Julie Ramelot, Déléguée départementale UPR de Loire-Atlantique, ingénieur en micro-électronique, 31 ans

Candidat : Laurent Egron, cadre SNCF, 49 ans

Bas-Rhin (67) : Canton de Erstein

Canton rural

Candidate : Véronique Bruder, vendeuse immobilier, 50 ans

Candidat : Yannick Herve, enseignant-chercheur, 53 ans

Var (83) : Canton de Solliès-Pont

Canton rural

Candidate : Nathalie Eymard, auteur, 51 ans

Candidat : Maurice Aeply, retraité, 70 ans

Vaucluse (84) : Canton de Monteux

Canton péri-urbain

Candidate : Muriel Hermier, secrétaire, 55 ans

Candidat : Paul-Henri Tartanson, Fonctionnaire-architecte, 57 ans

Vosges (88) : Canton de Saint-Dié-des-Vosges – 1

Canton rural

Candidate : Aurélie Marchal, sans emploi, 20 ans

Candidat : David Wentzel, Délégué départemental de l’UPR des Vosges, ambassadeur du tri, 29 ans

Territoire-de-Belfort (90) : Canton de Grandvillars

Canton rural

Candidate : Aurore Macé, juriste en milieu hospitalier, 31 ans

Candidat : Jonathan Vallart, Délégué départemental UPR du Territoire-de-Belfort, aide-soignant, 35 ans

Val d’Oise (95) : Canton de Sarcelles

Canton urbain + banlieue

Candidate : Isabelle Perrin, déléguée médicale, 52 ans

Candidat : Anthony Gérôme, assistant-social, 32 ans

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

Union populaire républicaine. La France doit sortir de l’Union européenne, de l’euro et de l’Otan.

Aidez-nous ! Partagez :