L’UPR a franchi la barre des 9000 adhérents et a déposé sa 13 ème liste de candidats pour les élections régionales

Télécharger en PDF
Lecture : 3 min

Communiqué

Print Friendly, PDF & Email

Mardi 3 novembre, l’UPR :

– a franchi la barre des 9.000 adhérents,
– a déposé sa 13ème et dernière liste de candidats en Préfecture pour les élections régionales,
– et a dépassé les 50% de collecte de son budget de campagne de 700.000 euros.

L’UPR a franchi la barre des 9.000 adhérents le mardi 3 novembre 2015, soit quatre mois exactement après avoir dépassé le cap des 8.000 adhérents le 3 juillet dernier.

La progression du nombre d’adhérents sur la période a donc été, en moyenne, de 8,1 par jour, et ce malgré les grandes vacances pendant lesquelles les Français s’intéressent traditionnellement moins à la politique.

L’UPR a, notamment, recueilli les fruits de ses analyses montrant que M. Tspiras était un leurre euro-atlantiste : après avoir été présenté dans les médias grecs et français comme le chevalier blanc qui allait pourfendre l’austérité, le premier ministre grec a fini par céder piteusement sur tout en juillet 2015, confirmant la prédiction que l’UPR avait faite dès le mois de janvier. M. Tsipras a aussi confirmé qu’il est impossible de mettre un terme à la spirale sans fin d’appauvrissement et de régression sociale qui frappe les peuples d’Europe, sans sortir de l’Union européenne et de l’euro.

Ce mardi 3 novembre, l’UPR a également déposé sa 13ème et dernière liste en Préfecture en vue de sa participation aux élections régionales de décembre.

La présence massive de l’UPR à ce scrutin – 1.971 candidats – représente un tour de force politique inédit dans la Cinquième République pour un parti qui n’a accès ni au financement public ni à aucun média national, notamment audiovisuel.

Ce déni de démocratie révolte, d’ailleurs, un nombre de Français – ou de contribuables qui financent le service public – de plus en plus significatif.

La censure, bien que handicapante par rapport à nos adversaires politiques ultra-médiatisés, n’empêche pas l’UPR de progresser dans les sondages puisqu’elle recueille 2% des intentions de votes dans le dernier sondage national TNS Sofres-OnePoint, soit le double de celles de Lutte Ouvrière, les deux tiers de celles de DLF et un tiers de celles du Front de Gauche. L’UPR est très loin, bien évidemment, de bénéficier des deux tiers du temps de parole de DLF ou d’un tiers de celui du Front de Gauche dans les médias audiovisuels nationaux.

Ce mardi 3 novembre, l’UPR a aussi dépassé la moitié de la collecte des 700.000 euros nécessaire à sa participation aux élections régionales.

Ce budget, entièrement levé sous forme de dons privés auprès de nos adhérents, sympathisants et électeurs, couvre le financement des 46 millions de bulletins de vote et de professions de foi dans toutes les régions de France métropolitaine (Corse exceptée) et pour l’Île de la Réunion, d’un million de tracts et de cent mille affiches. Il couvre aussi l’achat de matériel militant, les frais de location de salle et les frais de publication d’affiches par une société.

Alors que l’UPR ne bénéficie d’aucun sponsor financier et d’aucun soutien dans les médias de masse, elle est en train de démontrer, grâce à la force de conviction et au dévouement de ses adhérents et sympathisants, qu’il est possible de rassembler les Français pour sauver la France du désastre euro-atlantiste.

Aidez-nous ! Partagez :