L’UPR demande que Mme Bricq soit immédiatement démise de ses fonctions pour ses propos orduriers à l’encontre de la gastronomie française

Download PDF
Lecture : 11 min

Communiqué

nicole-bricq

Mme Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur, a cru bon de déclarer au Premier ministre et à son épouse, sur les marches mêmes de l’hôtel de Matignon et devant les caméras, que la cuisine servie la veille au soir à l’Élysée, lors du dîner d’État offert en l’honneur du Président de la République Populaire de Chine, était « dégueulasse ». « Il faut le dire, il faut le dire » a-t-elle ajouté avec affront. [Source : http://www.lexpress.fr/actualite/video-selon-nicole-bricq-la-cuisine-a-l-elysee-etait-degueulasse_1503989.html ]

Ce propos ordurier s’adresse en premier lieu au chef des cuisines de la présidence de la République, jeune chef talentueux, qui reçut voici dix ans le titre prestigieux de « Meilleur Ouvrier de France ».

guillaume-gomez

Le chef des cuisines de l’Élysée, Guillaume Gomez, est employé à la présidence de la République depuis 17 ans. À l’âge de 25 ans, il avait été le plus jeune cuisinier à remporter le titre convoité de Meilleur Ouvrier de France.

Mais le langage de charretière de Mme Bricq vise également les mets qui ont été servis lors de ce dîner d’État notamment les foies gras et les volailles des Landes, les vins de Champagne et les grands crus de Sauternes Château d’Yquem et de Bordeaux Château Lafite.

Tous ces producteurs, qui ont une renommée mondiale, peuvent se sentir aujourd’hui humiliés et trahis par la ministre théoriquement en charge de soutenir leurs efforts à l’exportation.

L’Union Populaire Républicaine (UPR) rappelle que le ministre du commerce extérieur est payé par les contribuables français pour promouvoir l’excellence du savoir-faire français dans tous les domaines et, en particulier, dans le domaine de la gastronomie et de la restauration.

L’UPR rappelle que ce secteur d’activités est en outre l’un des plus grands pourvoyeurs d’emplois en France, et l’un de nos principaux atouts à l’exportation.

Avec ses propos de potache, Mme Bricq vient de prouver son immaturité et son absence totale de sens des responsabilités, a fortiori vis-à-vis d’un hôte comme le Président de la République Populaire de Chine.

L’UPR demande au Président de la République française de démettre immédiatement Mme Bricq de ses fonctions, sans même attendre le remaniement ministériel annoncé.

nicole-bricq-scandale

Comme on le voit sur cette photo, prise lors de sa visite officielle au Koweït en mars 2013 où elle avait fait scandale, Nicole Bricq a une conception bien à elle du « chic à la française » qu’elle est censée représenter à l’étranger en sa qualité de ministre du commerce extérieur. Avec le nouveau scandale du 28 mars 2014 où elle juge « dégueulasses » la cuisine servie à l’Élysée et certains des plus grands crus de vins français, il est grand temps que le président de la République mette le holà en la chassant du gouvernement.

 

PRÉCISIONS SUR LE SCANDALE PROVOQUE PAR Mme BRICQ, MINISTRE DU COMMERCE EXTÉRIEUR, ET LA DEMANDE DE DÉMISSION FORMULÉE PAR L’UPR

Suite au communiqué de presse que nous avons mis en ligne pour demander la démission de Mme Bricq, ministre du commerce extérieur, pour ses propos outrageants sur le dîner d’État offert au président chinois, quelques internautes, y compris quelques adhérents de l’UPR, ont manifesté leur incompréhension devant notre demande. Ils ont semblé considérer cette demande comme exagérée et les propos de la ministre, qualifiant de « dégueulasse » le dîner servi comme assez anodins, voire humoristiques.

Face à ces quelques critiques, très minoritaires, nous tenons à apporter les précisions suivantes.

1) Il s’agit de tout sauf d’un sujet dérisoire. Les déclarations de Mme Bricq provoquent un tel scandale que le président de la République a convoqué une « réunion de crise » à ce sujet :
http://www.bfmtv.com/politique/reunion-crise-a-lelysee-apres-propos-nicole-bricq-743239.html

2) Cette réunion est certainement motivée par le tollé suscité, notamment auprès des fournisseurs de l’Élysée, parmi lesquels on trouve certains des vins les plus prestigieux de France : le Sauternes Château d’Yquem, le Medoc Château Lafite, le champagne Deutz.

C’est toute la profession qui se sent attaquée par les plus hautes instances de l’État, de même que les producteurs de foie gras et de volailles des Landes.

3) Il ne s’agit nullement d’une plaisanterie de Mme Bricq, qui eût d’ailleurs été du dernier mauvais goût.

Mme Bricq a téléphoné au Chef cuisinier de l’Élysée pour s’excuser.

Lequel chef, « Meilleur Ouvrier de France 2004 » a été tellement humilié publiquement qu’il a refusé les excuses de la ministre : http://www.leparisien.fr/politique/reunion-de-crise-apres-le-diner-a-l-elysee-juge-degueulasse-par-nicole-bricq-28-03-2014-3718225.php

Au passage, le fait même qu’un ministre qualifie publiquement de « dégueulasse » le travail consciencieux d’un « Meilleur Ouvrier de France » est en soi une faute professionnelle impardonnable.

Pour visualiser le chef cuisinier ainsi traîné dans la boue par Mme Bricq et le travail accompli pour ce dîner d’État aux frais du contribuable, nous suggérons aux lecteurs de visionner cette vidéo : http://www.elysee.fr/videos/francechine-dans-les-coulisses-d-039-un-diner-d-rsquo-etat/

4) Les quelques critiques de notre communiqué perdent de vue qui est Mme Bricq.

Mme Bricq n’est pas n’importe qui. Elle est ministre du commerce extérieur.

Son DEVOIR PROFESSIONNEL, en tant que ministre du commerce extérieur, est de promouvoir en toute circonstance les produits français, et tout spécialement l’élégance vestimentaire et les produits de la gastronomie française. Elle exerce notamment par ses fonctions la tutelle de la SOPEXA (Société de Promotion des Exportations Agro-alimentaires françaises).

C’est pour cela que les contribuables lui payent un salaire très confortable, payent le salaire des membres de son cabinet, payent tous les frais de fonctionnement de son cabinet et notamment les voyages incessants à l’étranger en avion 1ère classe, etc.

5) Depuis plus d’un an et demi qu’elle exerce ces fonctions, Mme Bricq n’est pas une apprentie. Elle sait parfaitement quel doit être son rôle.

Le 4 septembre 2013, par exemple, elle s’est rendue chez le traiteur parisien privé Potel et Chabot pour vanter les mérites de son action et de la gastronomie française : http://www.poteletchabot.com/fr/une-histoire-dhommes/actualites/actualite/article/le-ministere-du-commerce-exterieur-chez-potel-et-chabot.html?no_cache=1

Mais, comme il s’agit d’une entreprise privée, Mme Bricq n’aurait jamais osé dire ce qu’elle vient d’oser sortir sur le dîner d’État de l’Élysée.

6) La défense et la promotion de la gastronomie française sont d’ailleurs devenus l’un des chevaux de bataille de François Hollande en personne.

Le 24 juillet 2012, il avait reçu en grande cérémonie à l’Elysée le Club des Chefs cuisiniers des grands dirigeants du monde : le « G20 des cuisiniers »
http://www.huffingtonpost.fr/2012/07/23/le-club-des-chefs-des-chefs-cuisiniers-francois-hollande_n_1694827.html

7) Le dîner d’État auquel Mme Bricq a participé était le suivant :

Entrée : Gourmandise de foie gras truffé
Plat principal : Volaille landaise rôtie, et sa viennoise de champignons, moelleux de pommes de terre forestière
Plateau de fromages
Dessert : Nuance chocolat et caramel, glace acidulée.
Vins :

a) Château d’Yquem, sauternes de 1997, avec le foie gras à l’entrée
(prix : 239 €/bouteille payée par le contribuable)
[source : http://www.priceminister.com/offer/buy/131951386/chateau-lafite-rothschild-1999.html#sort=0&bbaid=443777698&xtatc=PUB-[ggp]-[Maison]-[Vin-Saveur]-[131951386]-[occasion]-[Top_Occasion] ]

b) Château Lafite 1999 avec la volaille
(prix : minimum 699 €/bouteille payée par le contribuable)
[source : http://www.priceminister.com/offer/buy/131951386/chateau-lafite-rothschild-1999.html#sort=0&bbaid=443777698&xtatc=PUB-[ggp]-[Maison]-[Vin-Saveur]-[131951386]-[occasion]-[Top_Occasion ]

c) Champagne Deutz millésimé 2005 avec le dessert.
(prix : minimum 125 €/bouteille payée par le contribuable)
[ source : http://avis-vin.lefigaro.fr/vins-champagne/champagne/champagne/d13144-deutz/v13155-deutz-amour-de-deutz/vin-blanc ]

Tout ceci ayant été préparé par un chef cuisinier « Meilleur Ouvrier de France 2004 » et une équipe d’aides cuisiniers triés sur le volet, il est tout simplement honteux que ce dîner fastueux puisse être qualifié de « dégueulasse » par la ministre en charge de promouvoir la gastronomie française.

Et quand bien même eût-ce été le cas que le DEVOIR de Mme Bricq était de ne jamais le laisser paraître.

8) Le scandale provoqué devient planétaire.

Les agences de presse internationales et les journaux du monde entier sont trop contents de pouvoir torpiller l’un des fleurons de l’exportation française, qui est tout ce qui tourne autour des mets et des vins français.

Ce sont des enjeux qui se chiffrent en dizaines de milliards d’euros et en centaines de milliers d’emplois.

– Agence REUTERS (Royaume-Uni) : « French minister in the soup over ‘disgusting’ food remark »
http://www.reuters.com/article/2014/03/28/us-france-dinner-idUSBREA2R1MP20140328

– Journal GLOBE AND MAIL (Canada) : « Chinese President was served ‘disgusting’ food, French minister says  »
http://www.theglobeandmail.com/news/world/chinese-president-served-disgusting-food-french-minister-says/article17721820/

– Eater (USA) : « French faux pas »
http://eater.com/archives/2014/03/28/french-faux-pas.php

– Agence italienne AGI (Italie) : « Francia: gaffe ministro, « disgustosa » la cena di Hollande per Xi »
http://www.agi.it/estero/notizie/201403281514-est-rt10167-francia_gaffe_ministro_disgustosa_la_cena_di_hollande_per_xi

– Agence ANSA (Italie) : Francia: Ministro offende cuoco Eliseo
La Bricq dopo cena Xi: »cucina disgustosa ». E lui respinge scuse
http://www.ansa.it/web/notizie/rubriche/mondo/2014/03/28/Francia-Ministro-offende-cuoco-Eliseo_10302425.html

– Magazine STERN (Allemagne ) : « Affront gegen Hollande Ministerin schimpft über « widerliches » Essen im Élysée »
http://www.stern.de/panorama/affront-gegen-hollande-ministerin-schimpft-ueber-widerliches-essen-im-elysee-2099822.html

– Journal DIE WELT : Ärger um « widerliches » Essen im Elysée-Palast
http://www.welt.de/vermischtes/article126337376/Aerger-um-widerliches-Essen-im-Elysee-Palast.html

– tv.meti (Chine) : 法国外贸部长布里克向法国总理及夫人吐槽总统府爱丽舍宫的国宴实在恶心,
(Traduction : La ministre française du Commerce extérieur, Mme Bricq, indique au Premier ministre de la France et à son épouse que le banquet présidentiel du Palais de l’Élysée était vraiment dégoûtant),
http://t.vmeti.com/index.php?m=ta&id=1941393565

– Capital of Pakistan (Pakistan) : « French minister in the soup over ‘disgusting’ food remark »
http://www.capitalofpakistan.com/2014/03/29/french-minister-in-the-soup-over-disgusting-food-remark/

– Ghana Web Online (Ghana) : « French minister in the soup over ‘disgusting’ food remark »
http://www.ghanawebonline.com/en/opinion/ghanaians-diaspora/item/4601-french-minister-in-the-soup-over-disgusting-food-remark.html

etc.

etc.

Conclusion : Oui, Mme Bricq a très gravement fauté contre les intérêts essentiels qu’elle est payée pour défendre.
Lorsque l’on est ministre, on se doit de se surveiller.

L’UPR a parfaitement raison de souligner cette affaire et de réclamer la démission de Mme Bricq.