Le candidat FN du Lot-et-Garonne, qui qualifiait l’UPR de « sous-marin de l’UMP », était payé… par des proches de J-F. Copé !

Télécharger en PDF
Lecture : 9 min
Print Friendly, PDF & Email
Le candidat FN du Lot-et-Garonne, qui qualifiait l'UPR de « sous-marin de l'UMP », était payé... par des proches de J-F. Copé

Le candidat FN du Lot-et-Garonne, qui qualifiait l’UPR de « sous-marin de l’UMP », était payé… par des proches de J-F. Copé !

Voici à peu près un an, je me suis présenté comme suppléant, à l’élection législative partielle du Lot-et-Garonne. À l’époque, le candidat du Front national à cette élection était le dénommé Étienne Bousquet-Cassagne. Celui-ci fit une campagne électorale populiste, typique du Front National, consistant à taper sur les immigrés, l’insécurité et les impôts et à garder soigneusement le silence sur la question de la souveraineté nationale et de la prétendue « construction européenne ».

La calomnie contre l’UPR orchestrée en mai 2013 par le FN et le journal Sud-Ouest

Faute d’arguments de fond à opposer à ma candidature, le candidat frontiste et ses militants passèrent une partie non négligeable de leur temps à nous calomnier, en indiquant partout que je n’étais qu’un « sous-marin de l’UMP », destiné à prendre des voix au FN. Cette campagne de diffamation produisit malheureusement son effet auprès des électeurs crédules. Et cela d’autant plus qu’elle fut puissamment relayée par le journal Sud-Ouest, journal qui soutint d’ailleurs de façon éhontée le candidat du FN pendant toute la durée de la campagne. En porte témoignage un article de Sud-Ouest du 30 mai 2013 que j’ai conservé dans mes archives, ayant eu l’intuition qu’il nous servirait un jour. Cet article était principalement destiné à décrire l’UPR comme un « sous-marin de l’UMP » et se fondait pour cela sur les dires de Michel Guiniot, l’un des responsables nationaux chargés des basses œuvres et des coups tordus de la SARL Le Pen :

article Le FN met le paquet et denonce les sous marins

article de Sud-Ouest du 30 mai 2013

Voici l’agrandissement du passage où je suis nommément désigné par Michel Guiniot à la vindicte des électeurs du Lot-et-Garonne, comme étant un « sous-marin de l’UMP »

zoom article Le FN met le paquet et denonce les sous marins

Le candidat FN du Lot-et-Garonne qualifiait l’UPR de « sous-marin de l’UMP »

Michel Guiniot FN

Sur cette photo, Michel Guiniot apparaît à droite de Mme Le Pen lors de l’émission que lui a consacrée « Le Petit Journal » de Canal +, diffusée le 24 octobre 2013.

Sur cette photo, Michel Guiniot apparaît à droite de Mme Le Pen lors de l’émission que lui a consacrée « Le Petit Journal » de Canal +, diffusée le 24 octobre 2013. Ce reportage a permis de découvrir avec effarement la façon dont Mme Le Pen organise ses prétendus « réunions-débats avec la population » : il s’agit d’une pure pièce de théâtre, avec des acteurs choisis parmi les militants du FN, des questions et des réponses pré-écrites. Tout cela témoigne du mépris et du cynisme écœurants avec lequel le FN considère ce que doit être le débat démocratique. Source : http://www.canalplus.fr/c-divertissement/c-le-petit-journal/pid6381-les-extraits.html?vid=959429L’organisateur de ces réunions totalement factices, avec de prétendus « citoyens pris au hasard », qui sont en fait des figurants encartés au FN, est le même homme que celui qui a fait courir la rumeur, lors de l’élection législative partielle du Lot-et-Garonne il y a un an, que l’UPR était un « sous-marin de l’UMP ». 

L’article de Sud-Ouest me qualifiant de « sous-marin de l’UMP » fut publié sans nous demander notre point de vue avant publication et sans nous offrir un droit de réponse sérieux après publication. Il s’est agi d’une manœuvre de diffamation sciemment conduite à charge par le journal, en complicité avec Michel Guiniot et le candidat du FN Étienne Bousquet-Cassagne.

Le vrai « sous-marin de l’UMP » était… le candidat du FN !

Seulement voilà. Comme le disait déjà le poète grec Euripide au Ve siècle avant JC : « Le temps révèle tout: c’est un bavard qui parle sans être interrogé.» On a en effet appris il y a quelques jours que le candidat du FN Étienne Bousquet-Cassagne est éclaboussé par les rebondissements de l’affaire Bygmalion. Je rappelle que cette agence de communication créée en 2008 par des proches du Jean-François Copé, l’actuel président de l’UMP, est désormais soupçonnée d’avoir servi à des surfacturations au détriment du parti. Jean-François Copé et Bygmalion ont attaqué « Le Point » en diffamation mais une filiale de Bygmalion, Event&Cie, fait l’objet d’une enquête préliminaire du Parquet de Paris pour faux, abus de biens sociaux et abus de confiance. Le candidat du FN Étienne Bousquet-Cassagne a pour sa part été contraint de reconnaître qu’il avait bénéficié d’un don de Bastien Millot, l’un des dirigeants de la société Bygmalion, pour une campagne électorale en 2012, un don selon lui « personnel », et déclaré. Étienne Bousquet-Cassagne Étienne Bousquet-Cassagne a aussi confirmé avoir travaillé pour Bygmalion « de 2011 à 2013, un contrat professionnel dans le cadre de mon BTS (de communication) en alternance« . Cité dans le JDD, Bastien Millot a indiqué avoir aidé Etienne Bousquet-Cassagne, « à titre personnel à hauteur de 4.600 euros pour sa campagne de 2012« . Concernant le stage de BTS, il a précisé que le jeune homme avait aidé Bygmalion « pour des démarches commerciales en Aquitaine, où son père est militant UMP ».

 CONCLUSION

En d’autres termes, il est désormais avéré que le candidat du FN à l’élection législative partielle du Lot-et-Garonne est en fait non seulement le fils d’un militant bien connu de l’UMP dans le département mais qu’il a bénéficié, au moins pour l’une de ses campagnes électorales, de dons de proches du président de l’UMP. C’est en fait celui-là même qui m’accusait d’être un « sous-marin de l’UMP » qui l’était. Il y a une expression chinoise pour qualifier ce comportement diffamatoire et abject : le candidat du FN était « un voleur qui crie : Au voleur ! »  

RAPPEL : LES LIENS DU FRONT NATIONAL ET DE L’UMP

Cette Affaire Étienne Bousquet-Cassagne, payé par des proches de Copé, est l’occasion de rappeler que, s’il y a bien un parti qui ne cesse de réclamer des alliances avec l’UMP, c’est justement le Front National. Il suffit de rappeler quelques déclarations récentes de plusieurs des dirigeants du parti frontiste :

  • 4 octobre 2012 : Jean-Marie Le Pen: «Une alliance du FN avec l’UMP est dans la logique du scrutin à deux tours»
  • 9 février 2013 : Futures élections : Jean-Marie Le Pen évoque une alliance UMP-FN
  • 16 mars 2013 : Marion Maréchal-Le Pen envisage des « alliances de circonstance avec l’UMP »

Marion Maréchal-Le Pen envisage des alliances de circonstance avec l'UMP et aussi : http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/03/17/marion-marechal-le-pen-envisage-des-alliances-de-circonstance-avec-l-ump_1849554_823448.html et encore : http://www.lcp.fr/actualites/politique/146199-marechal-le-pen-envisage-des-alliances-de-circonstance-avec-l-ump

  • 26 mars 2013 : Municipales : le FN veut des alliances locales avec l’UMP

le FN veut des alliances locales avec l'UMP

  • 15 mai 2013 : Un allié de Marine Le Pen appelle à des alliances FN-UMP
  • 31 octobre 2013 : Marion Maréchal à Sorgues: la Gauche Forte dénonce une alliance FN-UMP
  • 16 janvier 2014 : S’associer avec l’UMP entre les deux tours ? « Pourquoi pas ? », répond Wallerand de Saint-Just, le candidat FN à la mairie de Paris

associer avec l’UMP entre les deux tours   et aussi :http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/le-fn-veut-bousculer-le-match-hidalgo-nkm-16-01-2014-3498573.php

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ?
Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :