Le ministre allemand des affaires étrangères se réjouit de l’élection de Merkollande

Lecture : 2 min
Print Friendly, PDF & Email

Comme nous l’apprend une dépêche AFP de 21h20, il n’aura en effet fallu que 80 minutes pour que l’Allemagne enterre Merkozy sans tambour ni trompettes et se félicite du partenariat avec Merkollande pour mener des réformes de structure.

 

Le ministre allemand des Affaires étrangères, M. Guido Westerwelle, vient en effet de faire une visite à l’ambassade de France à Berlin après la victoire de François Hollande, ce qui est un geste assez inhabituel.

Il a qualifié  « d’évènement historique » l’élection de François Hollande comme nouveau président, ce qui fera plaisir à Jack Lang qui avait sorti la même rengaine deux heures avant.

Se disant convaincu d’avoir un partenariat étroit avec la France, M. Westerwelle a lancé : « nous nous réjouissons de notre coopération. » Ce qui ne mange pas de pain.

 

Mais il a surtout déclaré : « Nous allons travailler ensemble à un pacte de croissance pour l’Europe. Nous devons maintenant sceller un pacte de croissance pour plus de compétitivité.  Nous devons ajouter de nouvelles impulsions de croissances, cela passe par des réformes structurelles. »

 Tiens, tiens…

CONCLUSION

Il aura fallu moins de « 80 minutes chrono » à Berlin pour siffler la fin de la récréation : les « réformes de structure », c’est-à-dire le bradage de notre patrimoine public à des intérêts financiers privés et le démantèlement de nos acquis sociaux, le tout pour cause d’UE et d’euro, sont plus que jamais à l’ordre du jour.

Comme je l’avais déjà indiqué, les Allemands vont probablement proposer un programme de « relance » et de « croissance », comme prétend l’exiger François Hollande. Mais il sera justement fondé, comme depuis 20 ans, sur les fameuses réformes de structure…

En bref, Berlin vient donner le baiser de la mort à Merkollande.

Les Français ne sont décidément pas sortis de l’auberge.

M

Aidez-nous ! Partagez :