=BON PRÉSAGE POUR TRUMP ?= Le journal français «Le Monde» – le même qui assurait que le Brexit serait battu – affirme que c’est Hillary Clinton qui a remporté le 1er débat télévisé…

Télécharger en PDF
Lecture : 8 min

screen-shot-09-28-16-at-12-47-pm
Lundi 26 septembre, un premier débat télévisé, retransmis sur tout le territoire des États-Unis, a opposé les deux principaux candidats à la Maison Blanche, le républicain Donald Trump et la démocrate Hillary Clinton.

Quel en a été le résultat ?

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les avis divergent selon que l’on consulte les grands médias ou que l’on s’intéresse sans parti pris à ce qu’en a pensé le peuple américain.

 

Qu’en pense le journal français Le Monde ?

Archétype du grand média euro-atlantiste, le journal Le Monde a été racheté en 2010 par un trio d’hommes très riches : Pierre Bergé (entrepreneur, ancien soutien de François Mitterrand puis de Jacques Chirac), Matthieu Pigasse (homme d’affaires, propriétaire et président de plusieurs médias et magazines ) et Xavier Niel (fondateur de Free).

Le Monde a consacré rien moins que la moitié de sa “Une” du 28 septembre 2016  à ce premier des trois débats télévisés qui  opposeront le candidat républicain et la candidate démocrate. Une “Une” avec une photographie énorme, remplissant la moitié de la page et barré du titre sans appel : ÉTATS-UNIS : AVANTAGE CLINTON.

screen-shot-09-28-16-at-12-31-pm
À l’appui de ce titre, le journal publie rien moins que trois articles différents et un éditorial en pages intérieures, dont le moins que l’on puisse dire est qu’ils ne font preuve ni de doute ni de nuances. Leur lecture constitue une série de quatre communiqués de victoire pour Mme Clinton et un véritable réquisitoire contre Trump, qualifié successivement de « brouillon », « peu préparé », « menteur », « sans répartie », « incompétent », etc..

 

  • 1er article page 2 : « Hillary Clinton, combative, surclasse Donald Trump : Face au candidat républicain brouillon et peu préparé, la démocrate a remporté le premier des trois duels télévisés avant la présidentielle du 8 novembre »

 

  • 2e article page 3 : « Tout au long de sa prestation, le candidat républicain a été contredit sur ses assertions les plus erronées ou mensongères ».

 

  • 3e article page 3 : se fondant sur des propos de comptoir recueillis auprès de quelques clients d’un bar de Manhattan – appelé le « Village Pourhouse » – le journaliste affirme que « le débat a tourné à l’avantage de Madame Clinton » et cite un « ancien cuistot à la retraite » qui formule le jugement suivant contre Trump  : «  Il n’avait aucune répartie, ne savait que dire ‘‘c’est faux, c’est faux’’ »

 

  • 4e article page 21 : dans son éditorial, lui aussi consacré à ce débat télévisé, le journal affirme en titre : « Clinton-Trump l’expérience face à l’incompétence »

 

Qu’en pensent les Américains ?

Je n’ai pas étudié la presse américaine pour savoir ce qu’ont pensé de ce débat les grands médias du pays, mais j’imagine très volontiers que leur verdict a dû être voisin de celui du journal Le Monde. 

En revanche, mon attention a été attiré par un sondage en ligne, réalisé par le très sérieux magazine Time, qui a demandé aux internautes : Votez maintenant : Qui a gagné le premier débat Clinton – Trump ?

En milieu d’après-midi, ce 28 septembre, le sondage a enregistré le nombre colossal de 1 934 000 votes.
Il en ressort le verdict suivant :  Clinton : 45 % – Trump : 55 %

 

screen-shot-09-28-16-at-12-31-pm-001

Conclusion : l’élection de Trump témoignerait de l’affaiblissement rapide du pouvoir des grands médias

Qui croire  ?

  • Le journal Le Monde, qui fonde son “analyse” du débat sur un “radio-trottoir” mené auprès d’une demi-douzaine de clients d’un pub new yorkais, et sur des journalistes payés par Pierre Bergé, Xavier Niel et Mathieu Pigasse de la banque Lazard  ?
  • Ou bien les près de 2 millions d’Américains qui ont voté sur le site en ligne du magazine Time, et qui se sont prononcés à 55 % pour Donald Trump ?

 

Mon petit doigt me dit que Mme Clinton a du souci à se faire.

Car il suffit de se rappeler que le même journal Le Monde, après avoir affirmé pendant des mois à ses lecteurs que le Brexit plongerait le Royaume-Uni dans l’Apocalypse, leur expliquait encore, le 23 mai dernier, que, « À un mois du vote, les sondages donnent plutôt gagnant le camp du « Remain ». Dans une enquête de YouGov pour le Times publiée mercredi, 44 % des personnes interrogées se disent pour le maintien du Royaume-Uni en Europe, 40 % contre. Une deuxième enquête, effectuée par Ipsos-Mori et publiée par l’Evening Standard, fait état d’un écart beaucoup plus important entre partisans du maintien (55 %) et d’une sortie de l’UE (37 %). »

Complètement dans la main de l’oligarchie financière euro-atlantiste, Le Monde n’est pas un journal objectif mais un journal de propagande. Et comme l’oligarchie dont il fait la propagande est en train de perdre, lentement mais sûrement, le pouvoir face au réveil des peuples et des nations, Le Monde est devenu une formidable “boussole à montrer le sud”. C’est-à-dire un organe de presse qui trompe l’opinion et qui se trompe dans à peu près tous les domaines (Russie, Syrie, Brexit, Politique européenne, lancement de Macron, etc., etc.).

S’il fallait une preuve de sa conception très spéciale du métier de journalisme, il suffirait de rappeler ici que Le Monde n’a pas consacré une seule ligne – pas une seule ! -, depuis neuf ans et demi, ni à l’UPR ni au signataire du présent article. Le Monde considère donc que les 190 000 électeurs de l’UPR aux dernières élections régionales sont des non-êtres et que notre site upr.fr, le 2e site le plus consulté de tous les partis politiques français, n’existe pas non plus.

Naturellement, une tel naufrage dans le métier de propagandiste – pourtant expressément interdit par la Charte de Munich du journalisme de 1971 – n’est pas sans répercussions à long terme.

Ce n’est pas pour rien que la diffusion totale du Monde est passée de 407 000 exemplaires en 2002 à 292 000 en 2015, soit une dégringolade continuelle de -28,3 % au cours des treize dernières années.

Le Monde, qui était encore le journal français le plus diffusé à l’étranger jusque dans les années 2000, avec une diffusion journalière hors France – déjà bien faible – de 40 000 exemplaires, y est désormais en voie de disparition : sa diffusion journalière hors France est tombée en 2012 à 26 000 exemplaires.

Quoi qu’il en soit, il faudra se souvenir de cette “Une” du monde du 28 septembre 2016 lorsque auront lieu les élections américaines le 8 novembre prochain.

  • Si Hillary Clinton est élue, nous pourrons dire que l’oligarchie est parvenue à ses fins et que les grands médias – même en déconfiture comme Le Monde – ont encore un pouvoir décisif.
  • Si c’est en revanche Donald Trump qui est élu, ce sera un événement considérable qui témoignera, parmi bien d’autres choses, de l’affaiblissement continuel du pouvoir des grands médias pour façonner l’opinion publique planétaire.

 

François Asselineau
28 septembre 2016

Enregistrer