PRÉSENCE MASSIVE, JOYEUSE ET REMARQUÉE DE L’UPR À LA BRADERIE DE LILLE le samedi 2 septembre 2017

Télécharger en PDF
Lecture : 19 min
Print Friendly, PDF & Email

Le lecteur trouvera ci-dessous le compte-rendu en photos de mon déplacement du 2 septembre 2017 à la Braderie de Lille. Cet événement populaire célèbre, qui se déroule chaque année dans la grande métropole du Nord le week-end du premier dimanche de septembre, trouve ses origines au XIIe siècle. Elle constitue traditionnellement l’un des plus grands rassemblements de France et l’un des plus grands marchés aux puces d’Europe.

En 2016, cependant, la Braderie, qui aurait dû avoir lieu le week-end du 3 et du 4 septembre, fut annulée en raison de la menace terroriste après l’attentat du 14 juillet 2016 à Nice. C’était la première annulation de l’événement depuis 70 ans. Cette année, la reprise de l’événement s’est faite en demi-teinte, avec des dispositifs de sécurité accrus. La foule a été loin, semble-t-il, d’atteindre les 2 millions de personnes des années d’avant 2016, mais il s’agissait néanmoins d’un grande réunion populaire.

Les équipes militantes de l’UPR avaient retenu un emplacement auprès de la mairie de Lille et préparé un stand et des banderoles pour bien signaler notre présence. Il est à noter que si En Marche, le MoDem, le PCF et France Insoumise avaient aussi organisé la présence d’un stand, ni le Front National, ni Les Républicains, ni le PS, ni EELV, ni l’UDI, ni DLF, etc. ne l’avaient fait et qu’ils brillèrent donc tous par leur absence.

Une atmosphère joyeuse autour du stand de l’UPR

La première caractéristique de notre présence, en cet après-midi un peu frais et pluvieux du 2 septembre 2017, a été qu’il a régné, autour du stand de l’UPR, une atmosphère extrêmement bon enfant, sympathique et joyeuse.

Beaucoup de demandes d’autographes ou de dédicaces

J’ai signé des dizaines d’autographes sur tous les supports : tracts, livres, T-shirts de la boutique, drapeaux, etc.

Un jeune Lillois montre avec beaucoup de plaisir la dédicace que j’ai faite, à sa demande, sur un livre (L’Art de la Guerre de Sun Zi) qu’il a décidé d’offrir à son frère (grand sympathisant de l’UPR) pour son anniversaire – Se tenant à côté de moi, Catherine Lassenay veille comme d’habitude à la parfaire régularité comptable des sommes encaissées au titre des adhésions ou des ventes des produits de la boutique UPR. Car ce ne sont pas les mêmes imputations comptables dans un cas et dans l’autre. Même lors d’un événement festif, l’UPR se doit d’être « 100% transparente et 0% défaut » vis-à-vis des adhérents qui lui font confiance comme  vis-à-vis des enquêteurs de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP).


Les personnes adhérant sur place avaient droit à une affiche « collector » spécialement dédicacée. Nous avons enregistré 10 adhésions au cours de l’après-midi.

Ce jeune Lillois arborant ses convictions de façon amusante sur son T-shirt, n’était venu voir que deux stands : celui de France Insoumise et celui de l’UPR. Selon certaines informations, il aurait été membre du PCF et aurait tenu le stand de ce parti. Mais on  se demande alors pourquoi il arbore un T-shrit avec un dessin de Marx, dans la mesure où le PCF de nos jours n’a plus grand rapport avec les enseignements de Marx.  Quoi qu’il en soit, il m’a gentiment sollicité pour un autographe.

Une dédicace spéciale à un étudiant nommé… Macron.

Un étudiant nommé C. Macron était venu se renseigner sur les partis politiques présents à la braderie de Lille. Il a souhaité que je lui fasse un autographe, tout en précisant qu’il n’était pas encore résolu à adhérer. Il a quand même avoué que son patronyme n’était « pas toujours facile à porter »…

Selon cet étudiant dont le nom de famille est Macron, c’est un patronyme qui n’est « pas toujours facile à porter » de nos jours….

Beaucoup de séances de photos et de « selfies »…

Alors que le soleil se couche sur le Lille et son beffroi, deux passants m’abordent pour être pris en photo avec moi. L’un des deux m’avoue avoir voté Macron et le regretter déjà…

Beaucoup de demandes de renseignements émanant d’un public très jeune

Une mini-conférence improvisée

J’ai été pressé de questions par des étudiants qui voulaient savoir, notamment, comment la France, une fois sortie de l’UE, pourrait « faire face seule à la Chine ».

J’ai répondu pendant près d’une demi-heure à ces jeunes qui découvraient avec beaucoup d’intérêt de nombreux arguments et de faits qui démontaient complètement la propagande qu’ils subissent dans les médias et dans leurs études.

La visite des représentants des élèves de Science-Po Lille

Les dirigeants du « Bureau des Élèves » (BDE) de Sciences-Po Lille ont absolument tenu à se faire prendre en photo avec moi et m’ont invité à venir faire une conférence prochainement dans leur IEP. Rendez-vous a été pris pour cet automne.

Petit entretien avec un média local destiné aux jeunes

Ce petit média destiné aux jeunes s’appelle « Alter ego ». Il a été le seul à m’interroger.

La foule devant le stand de l’UPR….

Facétie de la mairie de Lille ? L’emplacement qui avait été réservé à l’UPR était situé entre le stand de France Insoumise – que l’on voit ici à gauche – et le stand du Parti fédéraliste européen que l’on voit ici à droite.

Autant il y avait de l’animation autour du stand de France Insoumise, tout spécialement lorsque les députés FI du Nord sont venus s’y exprimer par mégaphone – et plus d’animation encore autour du stand de l’UPR tout l’après-midi – autant la vue du stand du Parti Fédéraliste européen était pathétique : il n’a attiré quasiment aucun visiteur tout au long de la journée.

… mais personne (ou presque) devant les stands du Parti fédéraliste européen, de « En Marche » et du MoDem…

Le stand du Parti fédéraliste européen est resté désespérément vide…

Sur cette photo, mis à part les militants de « En Marche » qui tiennent le stand, seules trois dames s’y sont arrêtées pour boire le café offert. cette photo est plutôt flatteuse car le stand de « En Marche » est resté à peu près vide de tout public pendant l’après-midi, tout comme le stand du Modem à droite.

La visite chahutée du ministre Gérald Darmanin

Vers la fin de l’après-midi, le ministre Gérald Darmanin a fait une arrivée inopinée sur la place où se tenaient les stands des partis politiques. ( Ancien membre du parti Les Républicains, ancien maire de Tourcoing de 2014 à 2017 et ancien député LR de la 10e circonscription du Nord entre 2012 et 2016, Gérald Darmanin a trahi son camp en entrant au gouvernement d’Édouard Philippe en mai 2017 comme ministre de l’Action et des Comptes publics).

L’arrivée du ministre a suscité aussitôt une manifestation spontanée de syndicalistes de « Solidaires », de partisans de la France Insoumise et de militants de l’UPR :

Les membres de « Solidaires » et France Insoumise ont scandé : « Rendez-nous nos 5 € ! » (allusion à la réduction de 5 €, annoncée le 21 juillet, de l’APL (Aide personnalisée au logement) accordée à 6,5 millions d’allocataires).

Quant à eux, les militants de l’UPR ont scandé « Parlez-nous des GOPÉ ! », tout en brandissant des pancartes « Sortir de l’UE » et des banderoles « INFORMEZ-VOUS ! UPR.FR »

Très gêné, Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics. a pu mesurer la présence massive de l’UPR et a rapidement rebroussé chemin.

À quoi pense le ministre du budget de Macron lorsqu’il se retrouve nez-à-nez face à notre pancarte appelant à la sortie de l’UE ? Réponse expérimentale constatée : à tourner les talons et à déguerpir…

« Omission » médiatique sur la présence de l’UPR

  • « Omission » sur La Voix du Nord

Le soir même, le site du journal « La Voix du Nord » a rapporté l’incident dans un article qui évoque un « Comité d’accueil bruyant pour le ministre Gérald Darmanin sur la Braderie de Lille » émanant de « militants opposés à la politique du gouvernement ».

Mais quels étaient ces militants ? Le grand quotidien du Nord cite « certains syndicats en colère et quelques militants de la France insoumise ». Mais il « oublie » de citer l’UPR.

Parmi les centaines de photos prises par les reporters du journal sur place, la rédaction en chef de La Voix du Nord a par ailleurs fait preuve d’une autre « omission ».

Le cliché choisi pour illustrer la mésaventure survenue au ministre est en effet celui où notre grande banderole « INFORMEZ-VOUS ! UPR.FR » est à moitié cachée par la tête du ministre, à l’endroit précis où apparaît UPR.FR. :

L’art de « l’omission » médiatique dans la France de 2017 : parmi des centaines, la rédaction en chef de La Voix du Nord a « malencontreusement » choisi un  cliché où notre grande banderole « INFORMEZ-VOUS ! UPR.FR » est à moitié cachée par la tête du ministre, à l’endroit précis où apparaît UPR.FR. Les lecteurs pourront reconnaître en arrière-plan l’une de mes affiches, mais son format est tellement petit et flou qu’elle est impossible à reconnaître.

Le texte qui « oublie » de citer l’UPR et le choix d’illustration qui occulte le mot « UPR » sont d’autant plus surprenants que notre Délégué départemental avait expressément mentionné aux grands médias lillois ma présence à Lille ce samedi 2 septembre après-midi. Plusieurs médias – dont La Voix du Nord – avaient d’ailleurs envoyé un accusé de réception explicite pour nous confirmer qu’ils avaient bien eu l’information.

J’étais en outre le seul ancien candidat à l’élection présidentielle de 2017 à m’être rendu à la Braderie de Lille puisque Mme Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, qu’une rumeur locale avait annoncé comme devant venir ce samedi, ne se sont en effet pas déplacés. C’eût été, normalement, une raison supplémentaire pour m’accorder un bref entretien, ou a minima pour signaler ma présence et celle d’un stand de l’UPR.

Il n’en a rien été. Mis à part le petit média jeune « Alter ego » mentionné supra, tous les autres médias semblent – du moins au moment où ces lignes écrites (03/09/2017 à 17h00) – avoir décidé de faire silence sur ma présence et sur le stand de l’UPR.

Pourtant, les journalistes de La Voix du Nord étaient sur place et ceux de la télévision locale « Grand Lille TV » aussi.

  • « Omission » sur Grand Lille TV

Les journalistes de Grand Lille TV étaient d’ailleurs à dix mètres de notre stand. Ils ont pris contact avec notre responsable pour lui indiquer qu’ils étaient prêts à m’interroger, mais qu’ils attendaient le feu vert de leur chef de rédaction.

Quelques minutes après, nous avons pu voir l’un des journalistes au téléphone puis le voir plier bagage avec ses collègues sans nous dire un mot. À l’évidence, il semble que la rédaction en chef de Grand Lille TV a émis un feu rouge au lieu d’un feu vert…


Comme ni le Front National ni Les Républicains ni le PS n’avaient de stand à la Grande Braderie  de Lille, et que les stands de En Marche, du Modem sont restés quasiment vides toute la journée, les grands médias locaux ont donc « oublié » d’informer leurs spectateurs et leurs lecteurs :

  • que j’ai été le seul ancien candidat à la présidentielle à m’être rendu ce samedi 2 septembre à la grande Braderie de Lille
  • et que l’UPR y a été le mouvement politique qui a attiré le plus de public, à peu près à égalité avec France Insoumise.

EXTRAITS DE LA CHARTE DES DEVOIRS ET DES DROITS DES JOURNALISTES (dite « Charte de Munich »)  (1971)

Déclaration des devoirs
Les devoirs essentiels du journaliste, dans la recherche, la rédaction et le commentaire des événements, sont :
1) respecter la vérité, quelles qu’en puissent être les conséquences pour lui-même, et ce, en raison du droit que le public a de connaître ;
2) défendre la liberté de l’information, du commentaire et de la critique ;
3) publier seulement les informations dont l’origine est connue ou les accompagner, si c’est nécessaire, des réserves qui s’imposent ; ne pas supprimer les informations essentielles et ne pas altérer les textes et les documents ;
[…]
8) s’interdire le plagiat, la calomnie, la diffamation, les accusations sans fondement ainsi que de recevoir un quelconque avantage en raison de la publication ou de la suppression d’une information ;
9) ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste ; n’accepter aucune consigne, directe ou indirecte, des annonceurs ;
10) refuser toute pression et n’accepter de directives rédactionnelles que des responsables de la rédaction.
Tout journaliste digne de ce nom se fait un devoir d’observer strictement les principes énoncés ci-dessus.

Une fin de journée chaleureuse avec les militants de l’UPR

Au crépuscule, je rejoins à pied, par les rues de Lille, le petit restaurant où il a été convenu de dîner avec nos équipes militantes. Sur ce cliché, je m’entretiens avec Olivier Rasson, notre délégué UPR pour la Belgique et le Bénélux, qui avait aimablement fait le déplacement et qui m’a demandé de venir refaire prochainement une tournée de conférences en Belgique.

La journée – très réussie nonobstant les « oublis » médiatiques – s’est achevée de façon très conviviale et joyeuse, avec une vingtaine de nos militants, dans un petit restaurant de Lille, autour d’un plat de moules frites et d’une bière pression locale.

Assis à ma droite (à gauche sur la photo), Olivier Durnez, notre Délégué départemental du Nord, se remet de sa fatigue du jour en avalant la bière pression traditionnelle de Lille.

La chaleur et la gentillesse des « gens du Nord » est bien connue : les militants m’avaient réservé la surprise de m’offrir un colis de spécialités locales (bière artisanale du Pays minier, cidre fermier de l’Avesnois, eau-de-vie de bière de Béthune, terrine de foie gras de canard à la fleur de bière de l’Avesnois, bière de l’Abbaye de Maroilles), ainsi qu’un petit ouvrage fort bien fait sur l’histoire de la ville de Lille.

J’en profite pour souligner que, depuis un an, le nombre de nos adhérents dans le seul département du Nord est passé d’environ 270 à 735 (compte non tenu des 10 nouveaux adhérents enregistrés ce samedi, qui seront passés en comptabilité et introduits dans notre base de données lundi ) en l’espace d’un an. Cela représente une progression phénoménale de +172 % en 12 mois, qui est encore supérieure à notre moyenne nationale de progression sur la même période.


En conclusion, je tiens à présenter tous mes remerciements à notre délégué départemental, Olivier Durnez. Ingénieur de 38 ans, excellent organisateur, toujours fiable et disponible, Olivier est en outre d’une amabilité et d’une gentillesse dignes de tous les éloges.

Au-delà de lui, mes remerciements les plus vifs et les plus sincères vont aussi à toutes nos militantes et à tous nos militants du Nord et des zones voisines (Pas-de-Calais et UPR de Belgique et du Benelux), qui m’ont accueilli si chaleureusement et qui avaient organisé à la perfection ma venue à la grande Braderie de Lille.


François Asselineau

3 septembre 2017


PS : Un grand merci aussi à Thomas Harbonnier, militant de l’UPR du Nord, qui a réalisé les très belles photos du présent reportage.

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ?
Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :