Angela Merkel encaisse sans broncher un discours cinglant contre sa politique qui accepte la vassalisation de l’Europe par les Etats-Unis

Télécharger en PDF
Lecture : 3 min
Print Friendly, PDF & Email

ANGELA MERKEL ENCAISSE SANS BRONCHER UN DISCOURS CINGLANT AU BUNDESTAG CONTRE SA POLITIQUE QUI ACCEPTE
LA VASSALISATION DE L’EUROPE PAR LES ÉTATS-UNIS.

Cette vidéo est assurément à voir . Il s’agit du discours, prononcé le 26 novembre dernier, par le Dr Sahra Wagenknecht, députée allemande du parti « Die Linke » ( traduction : « La Gauche »). Ce parti est un peu l’équivalent français du Parti de Gauche, mais avec une position plus oppositionnelle au SPD que celle de M. Mélenchon en France, lequel a contribué à faire élire François Hollande en 2012 sans rien exiger en échange.

Pendant près de 7 minutes, la députée dresse, devant la Chancelière d’Allemagne, un véritable réquisitoire de la politique, guerrière et contraire aux intérêts du peuple et des entreprises allemands, conduite par l’actuel gouvernement de Berlin.

On notera en particulier qu’elle développe exactement certaines des mêmes analyses que celles que je présente, depuis plusieurs années, dans ma conférence « Qui gouverne la France et l’Europe ? ».

C’est ce dont témoigne l’extrait ci-après :

Dr Sahra Wagenknecht, députée allemande s’adressant à Angela Merkel :

« Je peux vous recommander de lire le livre de Zbigniew Brzezinski qui a longtemps été un pionnier de la politique étrangère américaine. Le beau titre de ce livre, écrit en 1997, se présente ainsi : « LE GRAND ÉCHIQUIER, La primauté de l’Amérique et ses impératifs géostratégiques ».

« En ce qui concerne l’Europe, Brzezinski plaide pour un élargissement décisif de l’OTAN vers l’est : d’abord en Europe centrale, puis dans le sud, puis dans les pays baltes et enfin en Ukraine. Parce que, comme l’auteur le justifie de façon convaincante, « chaque étape de l’expansion étend automatiquement la sphère immédiate d’influence des États-Unis ».
[…]

« Au lieu de travailler avec ces voyous [nazis du gouvernement ukrainien], nous avons à nouveau besoin d’une politique étrangère allemande dans laquelle la sécurité et la paix en Europe est plus importante que les instructions de Washington. »

Je regrette pour ma part que cette députée pleine de vigueur appartienne à un parti qui prône lui aussi une « Autre Europe ». Je regrette qu’elle n’ait pas poussé son analyse jusqu’à comprendre que c’est la prétendue « construction européenne » elle-même qui relève d’une géopolitique américaine de domination du continent européen.

Il n’en demeure pas moins que ce discours – quoique trop naïf sur l’UE – est un discours courageux ; et que l’attitude silencieuse et presque penaude avec laquelle la Chancelière d’Allemagne est constitutionnellement obligée de l’écouter fait plaisir à voir.

Cette vidéo révèle, a contrario, à quel point la démocratie a disparu de facto en France. On n’imagine pas un tel discours au Palais Bourbon, dans la bouche d’aucun de nos députés. Quiconque se hasarderait à le prononcer serait aussitôt taxé de « complotisme » et « d’anti-américanisme primaire » par les chiens de garde de la sphère politico-médiatique.

François Asselineau

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ?
Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :