L’oiseau, la meilleure défense anti-aérienne contre les F-16 américains

Télécharger en PDF
Lecture : 3 min
Print Friendly, PDF & Email

Un F-16 de l’armée belge s’est écrasé lors d’un vol d’entraînement hier, jeudi 16 août, dans l’après-midi. L’avion de chasse avait quitté sa base, de Kleine-Brogel, à 14 h 44.

Lors de son retour vers la base, alors qu’il effectuait des approches à basse altitude, la tour de contrôle a aperçu des flammes à l’arrière de l’appareil. L’avion se trouvait tout près de la piste de Kleine-Brogel et le pilote n’a pas eu d’autre solution que de s’éjecter pendant que son avion s’écrasait. Le pilote a été retrouvé sain et sauf… perché dans un arbre !

L’enquête sur les causes de l’accident est officiellement en cours. Mais les premières informations, fondées sur les conversations mêmes du pilote avec la tour de contrôle, indiquent qu’il s’agit d’un « birdstrike », c’est-à-dire d’une collision avec un oiseau.

http://www.bruxelles2.eu/defense-ue/armees-europeennes/oiseaux-contre-f16-f16-crashe.html

CONCLUSION : UN EMPIRE AUX PIEDS D’ARGILE

L’aimable volatile qui s’est fracassé contre un réacteur du F-16 était-il un terroriste kamikaze d’Al-Qaïda ? En tout cas, il peut se vanter post-mortem d’avoir occasionné un dommage de l’ordre de 38 millions d’euros (50 millions de dollars), prix moyen actuel d’un F-16 (cf. http://info-aviation.com/?p=13784).

Au-delà des dommages matériels et du coût, il vient d’administrer de nouveau la preuve que les empires les plus puissants sont toujours des colosses aux pieds d’argile.

L’un des principaux points forts des armées américaines et de l’OTAN réside dans leur supériorité aérienne. Elle leur assure une première domination facile des pays cibles, grâce à leurs fameux « bombardements humanitaires ».

(Leur principal point faible réside en revanche dans l’infanterie, les soldats de l’OTAN étant généralement tout sauf les bienvenus parmi les populations « libérées ». D’où les hécatombes à répétition de soldats de l’OTAN en Afghanistan, en Irak et ailleurs).

Mais même ce point fort de la force aérienne présente un talon d’Achille : son extrême sophistication technique n’empêche pas une oie cendrée de le mettre plus sûrement au tapis qu’un missile sol-air.

Car l’incident qui vient de se produire à Bruxelles n’est pas nouveau. Il arrive régulièrement, comme en témoigne cette spectaculaire vidéo, filmée dans le cockpit d’un F-16 (à moins que ce ne soit d’un CT-155 Hawk), qui s’écrase exactement 58 secondes après avoir été frappé par un oiseau :
http://www.youtube.com/watch?v=zN_Zl64OQEw

Tout cela est à méditer. Il n’y a jamais de force invincible.

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ?
Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :