Vers des drones militaires pour surveiller les populations civiles ?

Télécharger en PDF
Lecture : 6 min
Print Friendly, PDF & Email

drone_asselineau_upr_usa

Une très inquiétante déclaration du maire de New York, Michael Bloomberg.

Lors d’un entretien radio accordé ce week-end des 23-24 mars 2013, Michael Bloomberg, maire de New York, a estimé que des drones de type militaire pourraient être utilisés afin de surveiller la population civile (1).

« What’s the difference whether the drone is up in the air or on the building ? » a lancé le premier magistrat de New York, c’est-à-dire : « Quelle différence cela fait-il que la caméra soit dans un drone dans les airs ou sur un bâtiment ? »

Répondons tout de suite au maire de la ville où est installée la Statue de la Liberté :

a) la présence de caméras de surveillance sur les toits des immeubles n’est pas nécessairement un modèle à suivre, et n’a d’ailleurs provoqué aucune diminution notable de la délinquance ;

b) il existe un gouffre technologique entre des caméras de surveillance fixe (à l’angle de vue et à la définition limités) et le système de drones, de plus en plus sophistiqués et performants, que sont en train de mettre sur pied les autorités américaines.

Michael Bloomberg, qui a d’abord été au « Parti démocrate », avait rejoint… le « Parti Républicain » en 2001 pour se présenter à l’élection municipale de New York. Il est considéré comme la 20e personne la plus riche du monde avec une fortune de 22 milliards de dollars (2).

Ses propos ne font que confirmer le climat de plus en plus orwellien qui s’insinue dans nos sociétés soit-disant modernes : des hommes politiques richissimes – aux « convictions » de type « UMPS »-, n’hésitent plus à brandir des moyens de surveillance militaire contre leur propre population.

Comme le rappelle l’article de Numérama qui rapporte cette information, un système comme ARGUS-IS (3) pourrait très bien couvrir l’ensemble d’une ville sans aucun problème.

La déclaration du maire de New York est d’autant plus inquiétante pour nous que la prédisposition des autorités de l’Union européenne à imiter servilement les dérives liberticides américaines (comme le Patriot Act) n’est plus à prouver.

Il est donc très rationnel de craindre que des drones militaires pour exercer une super-surveillance des populations civiles ne soient progressivement et discrètement mis en place dans l’UE. Tout particulièrement dans les pays de la zone euro qui sont de plus en plus secoués, les uns après les autres, par des émeutes quasi-quotidiennes.

Cette évolution ne serait d’ailleurs que parfaitement cohérente :

– avec le fameux projet INDECT, financé par l’UE, qui prévoit lui aussi l’utilisation de drones (4) ;

– ou avec le projet EFFISEC (5), qui vise à un inspecter les transports ou les personnes
en « profondeur ».

CONCLUSION

Deux remarques importantes en guise de conclusion :

1)- d’après la Cour des Comptes, l’efficacité des caméras de surveillance reste encore tout-à-fait à démontrer, y compris pour ce qui concerne l’élucidation des délits (6).

La lutte contre la délinquance et contre « le terrorisme », qui est systématiquement mise en avant pour justifier l’édification d’une société de surveillance toujours accrue, ne semble donc pas profiter spécialement de tous ces nouveaux dispositifs ; il suffit d’ailleurs d’étudier l’évolution des statistiques des crimes et délits…

2)- L’Union Populaire Républicaine est le seul mouvement politique français qui alerte nos concitoyens sur les dérives de plus en plus liberticides de notre société, sous l’influence délétère des États-Unis d’Amérique et de la prétendue « construction européenne ».

Notre programme comporte d’ailleurs la promesse expresse de retirer la France du système de surveillance INDECT actuellement en cours de finalisation par les services de la Commission européenne :

Les internautes intéressés qui veulent approfondir cette question fondamentale de la remise en question de nos libertés publiques sont invités à visionner la conférence de François Asselineau consacrée à « l’Europe sécuritaire »

Christophe ISBÉRIE
Responsable national de l’UPR pour les questions numériques

Les notes numérotées du présent article renvoient aux liens hypertextes suivants :
(1) : http://www.wor710.com/cc-common/news/sections/newsarticle.html?feed=465659&article=11097567
(2) : http://fr.wikipedia.org/wiki/Michael_Bloomberg
(3) : https://www.youtube.com/watch?v=BIp4B0gIcYs
(4) : http://www.indect-project.eu/files/deliverables/public/deliverable-2.2/at_download/file
(5) : http://www.effisec.eu/
(6) : http://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Organisation-et-gestion-des-forces-de-securite-publique

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ?
Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :