Enfin les vrais sujets : la Commission Européenne veut réglementer les cafetières électriques

Lecture : 1 min
Print Friendly, PDF & Email

Pour mémoire, cela fait au moins 20 ans que tous les partis politiques français nous assurent que l’UE doit respecter le « principe de subsidiarité » et ne pas s’occuper de tout.
http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/08/30/bruxelles-veut-reglementer-la-consommation-des-cafetieres-electriques_1565269_3244.html

Il faut aussi rappeler que tous les appareils électriques font déjà l’objet de quantités de réglementations nationales et européennes.

Le délire technocratique de Bruxelles est inhérent au principe même de cette construction politique continentale, et cela pour deux raisons :

—-
1°) – d’une part parce que le principe même de la « construction européenne » repose sur l’idée foldingue qu’il faut tout « harmoniser » pour progresser.

C’est une idée aussi contre-productive économiquement que malsaine psychologiquement, dont on notera qu’elle est d’ailleurs contradictoire, dans son principe même, avec l’idée de la libre concurrence.

—-

2°)- d’autre part parce qu’il ne peut pas y avoir de « démo-cratie » européenne, faute de « demos », c’est-à-dire de « peuple », européen.

Le pouvoir européiste n’intéresse que les spécialistes, les peuples s’en moquent éperdument et n’y comprennent rien.

Du coup, cela laisse les mains presque totalement libres aux détenteurs du pouvoir européiste, bureaucrates élus par personne, pour aller jusqu’au bout de leur pouvoir.

L’édiction de réglementations plus ubuesques les unes que les autres sont pour ces gens une façon d’exister et de se rassurer sur l’utilité de leur propre travail. En prétendant réglementer les cafetières électriques de Belfast à Limassol et de Séville à Rovaniemi (Laponie Finlandaise), ils ont le sentiment de « construire l’Europe »…

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ?
Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :