Retour sur les valses viennoises de Mme Le Pen

Télécharger en PDF
Lecture : 8 min
Print Friendly, PDF & Email

L’un des habituels cybermilitants du FN a posté un message, qu’il a ensuite retiré, pour m’objecter ce qui suit :
« Vous êtes sur la même ligne que SOS RACISME, c’est bien!
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/01/29/97001-20120129FILWWW00051-le-pen-en-autriche-sos-racisme-s-indigne.php

Ce message faisait allusion à l’analyse que j’ai faite avant-hier soir, sur la présence scandaleuse de Mme Le Pen à un bal de néo-nazis autrichiens le jour de la commémoration du génocide des juifs.

Cette réponse, dont le seul argument est d’assimiler l’UPR à SOS RACISME, est absolument typique du comportement irrationnel et fanatique des cybermilitants du FN. Elle mérite un décryptage approfondi, pour la réflexion de tous nos lecteurs.

I – LE SYNDROME DE PÉNÉLOPE

Rappel des faits. Avant-hier soir, j’ai exposé, dépêches de presse et article de L’Express à l’appui :

1)- que Mme Le Pen, candidate à l’élection présidentielle, était en train de valser à Vienne avec des néo-nazis autrichiens et allemands le jour du 67ème anniversaire de la libération du camp d’extermination d’Auschwitz,

2)- que cette soirée faisait un tel scandale en Autriche que la ville était en état de siège policier,

3)- que ce nouveau « dérapage » de Mme Le Pen s’inscrivait dans la série continuelle de « dérapages » que la famille Le Pen nous sort depuis 29 ans,

4)- que cette attitude politique délibérée vise à diaboliser toute idée de souveraineté nationale en France ; l’objectif secret et délibéré est de faire croire à une majorité de nos concitoyens que toute critique contre la construction européenne serait par nature une marque de l’extrême-droite avec des penchants néo-nazis.

Le communiqué de SOS-Racisme montre que cette affaire de valse viennoise prend de l’ampleur médiatique. Ce qu’un enfant de 12 ans aurait pu prévoir… mais pas un cybermilitant du FN.

Je note que cette affaire servira, avec d’autres, entre les 2 tours de la présidentielle si, comme le souhaite le système, Mme Le Pen parvient au second tour face à François Hollande (ou face à Sarkozy ou Bayrou).

Il suffira en effet au système euro-atlantiste de rappeler que Mme Le Pen, leur adversaire de second tour, a valsé avec des néo-nazis autrichiens et allemands quelques semaines auparavant, le jour du 67ème anniversaire de la libération du camp d’extermination d’Auschwitz, pour permettre à François Hollande, ou Sarkozy ou Bayrou, d’être élu à coup sûr avec plus de 75% des suffrages.

En d’autres termes, Mme Le Pen, suivant fidèlement la politique de son père depuis 40 ans, agit exactement comme Pénélope, la femme d’Ulysse, dans l’Odyssée : elle détricote la nuit la tapisserie qu’elle confectionne le jour.

II – QUAND LE DOIGT MONTRE LA LUNE, LE MILITANT DU FN REGARDE LE DOIGT

(adaptation d’un proverbe chinois :-))

Tout bon cybermilitant du FN est psychologiquement incapable de comprendre pour quelle raison politique cruciale Mme Le Pen fait campagne le jour et la sabote la nuit. Il « bug ».

Et comme il « bug », il reprend à son compte le réflexe habituel, de type sectaire, qui est le registre de la victimisation. Sa seule réponse consiste à me classer dans le camp des « méchants », il ne trouve rien de mieux à m’objecter que de dire que nous sommes « sur la même ligne » que SOS Racisme.

Une telle réponse fait irrésistiblement penser à un célèbre proverbe chinois, dont je propose ici l’adaptation : « Quand le doigt montre la lune, le militant du FN regarde le doigt ».

Ce genre de réponse témoigne en effet que :

a)- quoi que puissent dire et faire les membres de la famille Le Pen, y compris les provocations politiques totalement contre-productives pour leur propre camp,

b)- quelles que soient les preuves que l’on puisse mettre sous le nez des militants du FN pour démasquer les programmes mensongers du FN (Mme Le Pen refuse absolument de sortir de l’UE et même de proposer clairement de sortir de l’euro),

c)- quels que soient les liens avérés du FN avec la secte Moon et le fonds Causa International, et donc probables avec la CIA, sur lesquels nous leur posons des questions restées toujours sans réponse,

d)- quels que soient les montants astronomiques empochés, bouche cousue, par la Famille Le Pen au Parlement européen depuis 27 ans et 6 mois (La comparaison entre les interventions continuelles de Nigel Farage et le silence abyssal des Le Pen + Gollnisch prouvent que ceux-ci ne vont au Parlement européen que pour y toucher leurs primes),

e)- quels que soient les résultats électoraux obtenus depuis 40 ans,

f)- quel que soit le bilan objectif du FN, qui sert merveilleusement le système qu’il fait semblant de combattre,

g)- quels que soient les « dérapages » minutieusement calculés,

-etc.

eh bien rien, jamais, ne pourra ôter leurs œillères aux militants frontistes, ni les faire réfléchir.

Ces fanatiques pensent très sérieusement et très fermement être plus malins que tout le monde. Ils sont convaincus « qu’à eux, on ne la fait pas ».

En réalité, leur degré d’addiction est tel qu’ils sont psychiquement incapables de lire les démonstrations irréfutables que nous apportons sur le FN.

Ils sont dans un tel degré d’idolâtrie que, pour eux, toute critique de la famille Le Pen est sacrilège et ne peut émaner que de « sous-marins » UMP, PS, socialistes, gauchistes, juifs, francs-maçons, énarques, gaullistes, immigrationnistes, arabes, noirs, etc. Ce fut en substance la remarque que le dénommé « Lenny Lee » m’a faite hier soir (cf.ci-dessous)

Leur seule attitude politique est un réflexe pavlovien : faire bloc derrière une famille.

III – SEUL LE TEMPS PEUT OUVRIR LES YEUX DES FRONTISTES

En d’autres termes, je sais bien que mes analyses ne peuvent pas convaincre les plus fanatiques des frontistes.

Mais il y a, comme toujours, une justice immanente. Ce qui finit toujours par dégoûter les militants du FN de leur engagement politique auprès des Le Pen, c’est le Temps. Car le Temps révèle tout.

Le Temps révèle en particulier à quel point cette famille, devant laquelle ces militants sincères sont en adulation, est une famille qui les méprise d’un mépris d’acier, comme elle méprise quiconque ne fait pas partie d’elle-même.

Le Temps révèle le népotisme, le goût de l’argent et le cynisme tonitruants de la Famille Le Pen, des travers dignes du Bas Empire romain qui finissent par révulser même les plus acharnés des supporters.

Le Temps révèle aussi les « fréquentations » de cette famille. Dernière révélation en date, Henri Botey dit « Monsieur Éric » dans le milieu de la pègre, était non seulement l’un des « Empereurs de Pigalle » mais aussi un ami proche de Jean-Marie Le Pen. Proche au point qu’il en a fait le parrain de sa fille Marine lors du baptême de la future héritière à la Madeleine. Manque de chance, le parrain de celle qui se compare à Jeanne d’Arc a fini par être « serré » en avril 2011 par les policiers de la « Mondaine » et placé en détention à Fleury-Mérogis pour proxénétisme aggravé.

Tout ce népotisme, ce cynisme et ces « fréquentations » finissent par avoir raison de l’aveuglement des cadres et des militants.
C’est la raison pour laquelle on ne compte plus le nombre de responsables qui, après plusieurs années passées au FN, ont fini par ouvrir les yeux sur la réalité de la Famille Le Pen et ont claqué la porte :

– Olivier d’Ormesson, ancien député
– le docteur François Bachelot, ancien député
– Jean-François Touzé, proche de Jean-Pierre Stirbois, ancien secrétaire national,
– Roland Hélie, ancien rédacteur à National Hebdo,
– Robert Spieler, ancien député alsacien,
– l’ancien n°2 Bruno Mégret,
– le maire d’Orange et membre fondateur du FN Jacques Bompard qui claqua la porte en septembre 2005 pour avoir dénoncé le népotisme au sein du FN ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Bompard)
– l’ancien secrétaire général Carl Lang,
– Michel de Rostolan, ancien député
– Martial Bild, ancien conseiller régional,
– Jean-Marie Le Chevallier, ancien maire de Toulon,
– Daniel Simonpieri, ancien maire de Marignane,
– Roger Holeindre, le vieux de la vieille qui a jeté le gant avec écœurement après l’élection de Mme Le Pen à la présidence du parti,
– Farid Smahi, qui, comme il l’a dit lui-même, en a eu « assez de jouer l’Arabe de service »,
– Fernand Le Rachinel, ancien imprimeur du FN
– Jean-Claude Martinez, ancien député
– etc.
– sans compter le divorce d’avec Marie-France Stirbois, plusieurs fois sanctionnée et morte au moment où elle comptait s’en aller, et le divorce d’avec Martine Lehideux, qui a créé son groupe au Conseil régional, etc.

La justice immanente, c’est le Temps. Car le Temps finit toujours par révéler qui sont les gens honnêtes, et qui sont les escrocs.

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ?
Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :