Comment l’UE a dépensé près de sept milliards d’euros par erreur

Télécharger en PDF
Lecture : 3 min
Print Friendly, PDF & Email

ue-euro-depenses-erreur

Un petit aperçu de l’énormité du gaspillage et des détournements de l’UE :
En 2013, l’UE a « dépensé par erreur » 7 milliards d’euros, soit à peu près toute la contribution nette versée par les français (à leur insu) au budget de cette prison des peuples.

Alors que les Français s’appauvrissent à toute allure et que François Hollande obéit, le doigt sur la couture du pantalon, aux oukases des dictateurs de Bruxelles pour couper dans toutes les dépenses de l’État, la Cour des Comptes européenne vient de jeter un beau pavé dans la mare. Elle vient de révéler que, selon ses estimations partielles, l’Union européenne (UE) a dépensé « par erreur » 6,97 milliards d’euros en 2013. Telles sont les conclusions de son audit publiées mercredi 5 novembre 2014.

Cette somme colossale a été dépensée contrairement aux textes qui les régissent et ont fait l’objet de nombreux détournements d’objectifs, :

  • financement d’hélicoptères espagnols pour « surveiller les frontières extérieures de l’UE » et qui ne le faisaient pas,
  • financements de productions agricoles en Italie censées être « bio » et qui étaient arrosées de pesticides,
  • subventions pour la préservation de « prairies permanentes » en Allemagne, en France, en Roumanie, en Pologne, en Irlande et en Grèce, qui se révèlent, après vérification, être des parties boisées,
  • soutien à une « petite PME slovène de recherche et développement », qui se révèle en réalité appartenir à plusieurs grands groupes internationaux très profitables,
  • financement de surcoûts dans la construction d’un aéroport en Allemagne, du fait d’un travail bâclé,
  • etc.

Le montant de la somme gaspillée ou détournée s’élève, rien que pour 2013, à 6,97 milliards d’euros, c’est-à-dire à peu près la totalité de la contribution nette de la France à l’UE (nous versons 21 milliards d’euros par an – estimation basse – et récupérons 14 milliards d’euros – estimation haute).

Ces gaspillages et ces détournements massifs sont d’autant plus révoltants qu’au même moment, la junte bruxelloise, élue par personne, ne cesse d’exiger des États membres qu’ils fassent des économies de plus en plus insupportables, en imposant notamment à la France, la fermeture d’hôpitaux, d’écoles, de gendarmeries et de services publics, le déremboursement de médicaments, le report de l’âge de départ à la retraite, etc.

Le pire, c’est que les sommes des gaspillages et détournements révélés par la Cour des Comptes européenne ne sont que la partie émergée de l’iceberg. Tout simplement parce que les fonctionnaires de ladite Cour des Comptes ne peuvent pas examiner toutes les dépenses et procèdent par sondages et sélection de certains dossiers.

En outre, la Cour des Comptes n’examine pas, semble-t-il, le train de vie de nababs des européistes (Commissaires, fonctionnaires de la Commission, députés européens, fonctionnaires du parlement européen, fonctionnaires de toutes les institutions satellites, frais de fonctionnement pléthoriques, etc. etc. ).

Je suggère aux internautes intéressés de visionner ou (re)visionner ma conférence «  L’EUROPE C’EST LA PAI€« , qui présentait, il y a déjà deux ans et demi, l’ampleur proprement inimaginable des sommes que nous coûte notre appartenance à cette prison des peuples.

Force est de constater, sur ce sujet comme sur les autres, que l’UPR a été précurseur et que nos analyses, encore une fois, sont les bonnes.

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ?
Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :