Le nouveau gouvernement islandais met un terme à ses négociations d’adhésion avec l’UE

Télécharger en PDF
Lecture : 2 min
Print Friendly, PDF & Email
islande-stop-ue-upr

Manifestants islandais à Reykjavik contre l’adhésion de leur pays à l’UE : ils ont fini par avoir gain de cause.

Le ministre des Affaires étrangères du nouveau gouvernement de Reykjavik vient d’annoncer avoir mis fin aux négociations d’adhésion à l’UE, conformément à la promesse électorale qui avait été faite par la coalition de centre droit qui avait remporté les élections en avril.

Le titre de la dépêche citée par Romandie dit que le nouveau gouvernement « interrompt » les négociations, ce qui donnerait à penser qu’elles pourraient reprendre. Mais ce n’est qu’un artifice de présentation que la lecture du corps de la dépêche clarifie. Ce qu’a dit le ministre, M. Gunnar Bragi Sveinsson, c’est que le gouvernement islandais a « dissous l’équipe et les groupes de négociation, et plus aucun sommet n’aura lieu. […] Le gouvernement est à l’unisson sur ce sujet ».

Il a certes indiqué, de façon très diplomatique, que « le processus a été suspendu, rien n’a été fermé », mais il a aussitôt mis les points sur les « i » : « nous voulons améliorer notre communication et renforcer nos liens avec l’UE sans y adhérer ».

Commentaires

L’UE avait accordé à l’Islande 5,8 millions d’euros pour 2013 au titre de « l’Instrument d’aide de pré-adhésion » (IAP), après la candidature formulée par le gouvernement de Reykjavik en 2009. Le ministre des affaires étrangères a précisé à la presse que, suite à la décision prise par le nouveau gouvernement islandais, l’Union européenne avait décidé qu’il n’y aurait plus cette dotation.

L’Islande ne compte que 322 000 habitants et sa superficie totale, de 103 000 km², ne représente même pas 20% de la superficie de la France. Ces données objectives n’ont pas empêché les Islandais de décider de conserver à leur pays sa liberté et sa souveraineté.

Sans doute certaines officines de propagande ont dû tenter de leur faire peur et de les intimider. On a dû leur certifier que « l’Islande ne fait pas le poids » ou qu’ils allaient « isoler l’Islande », et autres fadaises de la propagande européiste la plus éculée.

Eh bien, le peuple islandais a fait un bras d’honneur à ces prophètes de malheur. Puisse le peuple français méditer et appliquer cet exemple !

François Asselineau

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ?
Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :