Le président du groupe centriste au Sénat : « très inquiet » de la dérive dictatoriale qui s’accélère.

Lecture : 2 min
Print Friendly, PDF & Email
Hervé Marseille se dit très inquiet de la dérive dictatoriale qui s'accélère.
Hervé Marseille se dit très inquiet de la dérive dictatoriale qui s’accélère.

Une dérive dictatoriale

Même le président du groupe centriste du Sénat, Hervé Marseille, – archétype du responsable politique modéré s’il en est ! – se dit “très inquiet” de la dérive dictatoriale qui s’accélère.
Il regrette qu’il n’y ait plus de conseil des ministres mais un conseil de défense, et que les parlementaires apprennent les décisions prises unilatéralement par de ce conseil, en regardant la télévision.

On tue le commerce en France

Hervé Marseille juge la situation très préoccupante. On tue le commerce en France anéantissant par là même le tissu économique en milieu rural. Les lois de revitalisation des centres bourg ne servent à rien si on ferme les commerces la moitié de l’année.

Protocole sanitaire dans les écoles

Les élus devraient être consultés car les écoles dépendent des communes, les collèges des départements et les lycées des régions. Or ils ne sont pas consultés, pas plus que les parlementaires.

Il ne va sans doute pas tarder à être traité de “complotiste” à son tour !

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ? Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :