Le TLTRO III de la BCE ou la folie des grandeurs : Plans de relance chapitre n°4

Télécharger en PDF
Lecture : 4 min
Print Friendly, PDF & Email

Enregistrée le 15 juillet 2020

A travers le TLTRO III de la BCE, cette dernière continue sa fuite en avant en allant toujours plus loin dans la démesure pour sauver à tout prix l’euro. Le TLTRO III semble être la nouvelle drogue de la BCE qui en veut toujours plus, en augmentant à chaque fois les risques.

Le TLTRO III opération de refinancement à plus long terme

Sommaire :
00:13 Le TLTRO 3
05:04 1er constat : les montants engagés dans le TLTRO III sont considérables
06:24 2e constat : la BCE est obligée de soutenir les banques pour sauver l’euro
08:49 3e constat : les interventions de la BCE rendent artificiel l’ensemble du fonctionnement du système financier.
17:13 Conclusion : les juges allemands de Karlsruhe sont à nouveau saisis
21:25 Solution : sortir au plus vite de la zone euro qui est vouée à disparaître

En quoi consiste le TLTRO III

Le TLTRO III de la BCE (opération de refinancement à plus long terme) propose des méga prêts aux banques commerciales à taux bonifiés négatifs. Ces prêts sont accordés sous condition que les banques maintiennent leur encours de crédit pendant au moins un an. Non seulement la BCE use de taux négatifs mais en plus elle accepte en garantie des créances dégradées (mal notées par les agences de notation).

Les montants du TLTRO III sont colossaux

Les taux très favorables ont poussé 742 banques commerciales à demander pour 1310 milliards d’euros de prêts. Mais, une partie de ces 1310 euros seront utilisés par les banques pour rembourser d’autres prêts (notamment ceux du TLTRO II). On peut donc estimer que seulement 549 milliards d’euros sont des injections nettes de liquidités. Ce qui reste un volume très élevé.

Pourquoi la BCE est-elle obligée de soutenir les banques

La BCE est obligée de soutenir les banques (notamment à travers le TLTRO III) pour deux raisons. La première c’est que les banques sont fragilisées par la politique des taux bas imposée par la BCE. La seconde c’est que les banques souffrent notamment de la digitalisation de la relation client (en France, le secteur bancaire a perdu 17 000 emplois en 7 ans passant de 377 000 salariés à 360 000 entre 2012 et 2019.

Le TLTRO III est un volet de la politique de la BCE pour sauver l’euro

Cette politique rend de plus en plus artificiel l’ensemble du fonctionnement du système bancaire. Toutes ces interventions pour maintenir des taux bas, fragilisent de plus en plus le système financier. Cet état de fait est paradoxal pour une institution sensée promouvoir le libéralisme.

Les 5 plans de relance de l’UE

Cette vidéo est la dernière d’une série de 4 vidéos. La première présentait les 5 plans de relance de l’UE. La deuxième portait sur l’initiative Macron-Merkel. La troisième sur le PEPP de la BCE.

Cette vidéo fait par ailleurs allusion à un article de décembre 2018 intitulé la fin du quantitative easing et ses risques.

Aidez-nous ! Partagez :