Lors de la session inaugurale du nouveau « Parlement européen », les députés britanniques du « Brexit Party » tournent le dos, devant les caméras du monde entier, pendant qu’est joué « l’hymne européen » dans une atmosphère surréaliste.

Télécharger en PDF
Lecture : 3 min
Print Friendly, PDF & Email

2 juillet 2019

—————————-
La bataille fait rage entre les chefs d’État et de gouvernement, prétendument solidaires de la prétendue « Union européenne », pour savoir qui dirigera la Commission européenne, la diplomatie de l’UE, le Parlement européen et la BCE.

Furieux de se rendre compte que son avis ne pèse plus grand-chose dans cette Tour de Babel de 28 États dont tous les dirigeants se détestent les uns les autres, Macron a tourné les talons pour rentrer à Paris hier, en attendant de revenir à Bruxelles aujourd’hui.

Au même moment, les députés européens nouvellement élus viennent de se réunir en session inaugurale ce 2 juillet 2019 à Strasbourg. Dans une atmosphère à la fois cocasse et surréaliste, le Parlement a prévu de jouer « l’Hymne à la Joie », le prétendu « hymne européen » censé symboliser la concorde et l’harmonie au sein de l’UE.

À cette occasion, les députés britanniques du Brexit Party (le « Parti du Brexit » de Nigel Farage arrivé largement en tête au Royaume-Uni) ont ostensiblement tourné le dos lors de l’interprétation de ce morceau de musique. Histoire de symboliser leur refus de se soumettre à la tyrannie de l’UE, dont le Royaume-Uni aurait dû sortir le 29 mars dernier. Façon aussi de souligner qu’il ne devrait plus y avoir le moindre Britannique dans ce simulacre de démocratie dont le peuple britannique attend encore sa libération 3 ans après le référendum du 26 juin 2016 !!

Les députés du Brexit Party ont été hélas les seuls députés à le faire.

En particulier, aucun député français n’a ainsi montré son refus du super État fédéral européen. Et en particulier aucun des députés du prétendu « Rassemblement National » qui confirme, par son attitude, qu’il n’est qu’un parti « alter-européiste » comme les autres, la fausse opposition par excellence.

Si l’UPR – le Parti du Frexit – avait obtenu des députés, nous aurions nous aussi tourné le dos à cette mascarade « d’hymne national européen », à l’instar des députés du Brexit Party.

Aidez-nous ! Partagez :