L’UNION EUROPÉENNE EN DÉCOMPOSITION (3) – Pour la presse italienne déchaînée, l’Europe est « laide » et « morte » et le président du Conseil italien « dit à l’Europe d’aller se faire foutre ».

Télécharger en PDF
Lecture : 3 min
Print Friendly, PDF & Email


Décidément, le Conseil européen par téléconférence d’hier, 26 mars 2020, n’en finit pas d’accélérer l’effondrement de la prétendue “Union européenne”.


Au fur et à mesure que le nombre de morts quotidiens du coronavirus passe de l’unité à la dizaine, puis de la dizaine à la centaine, puis de la centaine au millier, tous les mensonges, toutes les hypocrisies et toutes les oppositions accumulées depuis des décennies ressurgissent d’un seul coup.

Comme je l’ai expliqué précédemment, ce Conseil européen a permis de constater une nouvelle fois l’opposition irréductible entre les pays du Nord de l’Europe (souvent de tradition saxonne et protestante) et les pays du Sud (généralement de tradition latine et catholique).

Il a permis de confirmer que quatre pays du Nord européen (Allemagne, Pays Bas, Autriche et Finlande) refusaient toute mutualisation des dettes, que ce soit sous l’intitulé vicieux de “coronabonds” ou sous tout autre intitulé. En bref, que même en cas de tragédie nationale dans tel ou tel pays, la “solidarité européenne” n’existait pas.

Ce constat est en train de tout faire exploser.

➡️ Ce matin, on apprenait que le Premier ministre portugais a déclaré que la position des Pays-Bas était “répugnante” et que la ” mesquinerie récurrente” des Néerlandais “mine totalement ce qui fait l’esprit de l’Union européenne et représente une menace pour l’avenir de l’Union européenne.»

En ajoutant que « personne n’est disposé à entendre à nouveau des ministres des Finances néerlandais comme ceux que nous avons entendus en 2008 et dans les années qui ont suivi. ».

Cf. mon analyse ici .


➡️ On apprend que c’est maintenant l’Italie en totalité qui se dresse contre la tyrannie et l’horreur européistes : toute la presse italienne se déchaîne en constatant que “Bruxelles” abandonne la péninsule à son sort.

Elle n’hésite pas à parler d’une Europe «laide» et «morte» et affirme que Giuseppe Conte, le président du Conseil italien, “dit à l’Europe d’aller se faire foutre !”

Conclusion unanime de la presse italienne

Elle tient en une seule phrase : « Si l’UE ne se met pas d’accord, le projet européen est terminé.»

Quelle ambiance !

François Asselineau
27 mars 2020 – 19 h

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ? Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :