== NOTRE REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE == Semaine du 28 octobre au 3 novembre 2018

Télécharger en PDF
Lecture : 25 min

L’hôpital de Vierzon. © Radio France – Michel Benoît

 

Vierzon : à l’hôpital, une grève de la faim entamée par deux salariés

Le conflit social se durcit au centre hospitalier de Vierzon. Deux salariés ont entamé ce dimanche soir une grève de la faim. Ils demandent des garanties de l’agence régionale de santé quant à l’avenir de l’hôpital. Les deux salariés dorment sur le parking du centre hospitalier.

Source : France bleu (29 octobre)

Les hôpitaux dans les campagnes sont au fur et à mesure supprimés afin de suivre les obligations de la Commission européenne sur la réduction de la dépense publique. Pour en savoir plus, lire cet article du 10 janvier 2015.

 

France

L’Assemblée revalorise les retraites en deçà de l’inflation

Le projet de financement de la Sécurité sociale pour 2019 prévoit, au cours des deux prochaines années, une revalorisation de certaines prestations sociales (pensions versées par l’assurance vieillesse et allocations familiales) de 0,3 % par an, selon le texte. Un montant bien en deçà de l’inflation.

Source : la Tribune (27 octobre)

Concrètement, cela veut dire que le pouvoir d’achat des retraités va encore baisser. En vertu de l’application constante et continuelle des « recommandations » de la Commission européenne, les retraités français vont bientôt devoir accepter de choisir entre manger, se chauffer ou se soigner.

 

Radiographie des chômeurs qui travaillent

Une étude de l’Unédic montre que les allocataires concernés sont plutôt pauvres, occupent des emplois précaires et qu’ils veulent travailler plus ou décrocher un CDI.

Source : les Échos (26 octobre)

Cette étude bat en brèche la propagande gouvernementale, qui voudrait faire croire que les chômeurs sont des fainéants, ce qui permet d’éluder les vraies causes macro-économiques du chômage que sont la cherté de l’euro, la directive européenne des travailleurs détachés ou l’article 63 du TFUE.

 

Houellebecq se dit prêt à « voter pour n’importe qui » pour sortir « de l’UE et de l’OTAN »

« Je suis prêt à voter pour n’importe qui pourvu qu’on propose la sortie de l’Union européenne et de l’Otan », a déclaré l’écrivain Michel Houellebecq à Valeurs actuelles, soulignant que « sortir de l’Europe est quand même le préalable d’une politique indépendante ». En ce qui concerne les avertissements des experts sur différents dangers qui pourraient succéder à une éventuelle sortie de l’UE, Michel Houellebecq estime que « les experts économiques sont tous plus ou moins bidon ».

Source : Sputnik (27 octobre)

La construction européenne est un processus qui ne découle pas d’un choix démocratique. Bien au contraire, il s’agit d’un asservissement dictatorial des peuples par une petite oligarchie euro-atlantiste (revoir à ce propos la conférence « Qui gouverne la France et l’Europe ? »). Michel Houellebecq est un auteur polémique qui ne laisse pas indifférent. Mais force est de constater qu’il fait désormais partie, aux côtés d’autres intellectuels français comme Emmanuel Todd, de ceux qui osent dévoiler cette réalité tellement occultée par les grands médias nationaux.

Michel Houellebecq (Boris Roessler – dpa – AFP)

General Electric scinde sa division énergie (Alstom), l’action au plus bas depuis 2009

General Electric, empêtré dans des difficultés depuis deux ans, a annoncé mardi des mesures drastiques pour tenter d’enrayer l’hémorragie de sa division énergie (Alstom), qui lui a valu d’afficher une perte de 22,8 milliards de dollars [20 milliards d’euros] au troisième trimestre.

Source : Romandie (30 octobre)

Voici le résultat des opérations macroniennes passées : malgré les critiques de la classe politique française, GE a renoncé à la mi-juin à son engagement de créer un millier d’emplois d’ici à la fin de 2018 en France. Mais Macron continue de faire des courbettes devant les multinationales américaines avec son sommet « Choose France », qu’il veut rééditer.

 

Groupe Aéroports de Paris : + 29,2 % sur neuf mois

Le groupe ADP a annoncé lundi un bond de 29,2 % de son chiffre d’affaires sur les neuf premiers mois de l’année, notamment grâce à sa filiale turque TAV.

Source : les Échos (30 octobre)

Cette pépite française doit être vendue alors que sa rentabilité est correcte. Les dividendes ne reviendront plus au Trésor public mais à des actionnaires sans doute étrangers.

 

France 5 épinglée par le CSA pour avoir présenté l’UPR en parti d’extrême droite

Le quotidien le Parisien consacre un article sur la décision du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) d’exiger que France 5 cesse de qualifier l’UPR de parti d’extrême droite. Cette décision est conforme à la classification de l’UPR par le ministère de l’Intérieur dans la catégorie « divers ».

Source : UPR (30 octobre)

 

Un journaliste de l’Obs victime d’un troublant cambriolage

Matthieu Aron a été victime d’un cambriolage à son domicile parisien. Seuls des ordinateurs ont été dérobés. Les voleurs savaient-ils qu’il travaillait sur l’affaire Alstom ? Pour rappel, le fleuron français avait dû vendre, au printemps 2014, sa branche énergie à l’Américain General Electric, dans des conditions qui intriguent toujours et sur lesquelles une commission d’enquête parlementaire a tenté de faire la lumière voilà quelques mois.

Source : l’Obs (30 octobre)

 

France – Bienvenue en Macronie !

Le public, grand oublié de la cérémonie de l’armistice

Lors de la commémoration du 10 novembre, les spectateurs n’auront pas accès à la clairière. « Une première depuis 1920 », déplore la ville de Compiègne. L’Élysée évoque des raisons de sécurité.

Source : le Parisien (28 octobre)

Seules les personnes officiellement invitées pourront s’approcher de la clairière de Compiègne, le 10 novembre, pour la commémoration nationale de l’armistice. (LP – AD)

 

Le Conseil des ministres avancé pour « convenances personnelles », une première

Le Conseil des ministres et le Conseil de défense, habituellement prévus le mercredi, ont été avancés d’une journée pour permettre à Emmanuel Macron de « souffler ». C’est une situation inédite.

Source : France info (30 octobre)

De plus en plus de Français commencent à s’interroger, non seulement sur l’état de santé de Macron, mais sur son état de santé mentale…

Pour mémoire, cette couverture du magazine L’Obs du 11 au 17 octobre 2018…

 

41 % des Français seraient prêts à un « pouvoir autoritaire » pour réformer le pays en profondeur

Selon un sondage Ifop pour Ouest-France, 54 % des Français pensent que le pouvoir en France est aujourd’hui d’abord détenu par les marchés financiers, qui ont « trop de pouvoir » pour 78 % des sondés. Quatre Français sur dix seraient prêts à confier la direction du pays à un « pouvoir politique autoritaire » pour le réformer en profondeur.

Source : l’Obs (31 octobre)

Il apparaît de plus en plus clairement aux yeux des Français que le président de la République ne détient plus le pouvoir. L’asservissement de la France à l’Union européenne a permis à une oligarchie financière de dérober le pouvoir au seul souverain légitime : le peuple français. Plutôt qu’un régime « autoritaire », qui est une impasse, revenons-en plutôt à la lettre de la Ve République, grâce au Frexit. Qui plus est, le régime de la construction européenne sous lequel nous vivons n’est-il pas déjà un régime autoritaire ?

 

France – Euro-régions et intégrité territoriale

Le siège de la future capitale de la collectivité européenne d’Alsace fait déjà débat

Invitée mardi matin de la chaîne de télévision Public Sénat, Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, a confirmé que Strasbourg serait la capitale du nouvel ensemble.

Source : l’Alsace (30 octobre)

La ministre « oublie » que le référendum de 2013 n’avait pas permis cette réforme du fait d’un taux de participation trop faible d’une part, et du fait que les électeurs du Haut-Rhin l’avaient justement rejeté à 55 % des suffrages, par refus de voir Strasbourg dominer l’ensemble ! D’où la révolte qui couve dans le Haut-Rhin. La décision de Macron et de son gouvernement constitue donc une nouvelle violation éhontée et inconstitutionnelle de la volonté du peuple souverain. Cette énième trahison n’est motivée que par l’asservissement à la politique de dépeçage de la France – sous couvert de « réformes territoriales » – voulu par la politique des Euro-régions de l’UE.

 

Le grand gaspillage de la fusion des régions

Mise en place en 2015, cette réforme était censée dégager des économies. Trois ans plus tard, on observe au contraire une hausse des dépenses : location de salle pour les réunions, frais de déplacement qui explosent, primes des agents en hausse, etc.

Source : France culture (2 novembre)

Si la fusion des régions ne permet pas de faire des économies, si les Français n’avaient rien demandé concernant la fusion de leurs Régions, alors n’est-on pas en droit de se demander pourquoi cette réforme territoriale a été mise en place ? Les réponses sont dans la conférence sur les Euro-régions.

 

Victoire des partisans du maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la France

François Asselineau commente le résultat du référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie. Cinquante-six pour cent des Néo-Calédoniens ont affirmé leur attachement au maintien dans la République française, qui contribue par ailleurs au budget du territoire à hauteur de 70 %.

Source : UPR (4 novembre)

 

(Dés)union européenne

« Non merci à l’UE et à l’OTAN ! », dit la Première ministre islandaise

« Je ne pense pas que nous devrions entrer dans l’Union européenne actuellement. Je ne vois aucune raison de poser notre candidature », a dit Katrin Jakobsdottir dans un entretien, alors que le nouveau gouvernement de l’Islande se prépare à célébrer son premier anniversaire.

Source : EU Observer (29 octobre) – en anglais

Chat échaudé craint l’eau froide : les Islandais ont déjà payé le prix fort d’une dérégulation bancaire et financière d’inspiration ultralibérale. Mais ils ont su tirer la leçon démocratique de la crise et veulent désormais conserver leurs marges de manœuvre budgétaires, donc leur souveraineté économique. Les Islandais mettent tout bonnement en pratique les axes stratégiques que l’UPR propose aux Français depuis plus de onze ans.

Katrin Jakobsdottir, Première ministre islandaise (Seppo Samuli – norden.org)

 

La zone euro affiche une croissance en berne au troisième trimestre

La croissance a nettement ralenti au troisième trimestre dans la zone euro, à 0,2 %, selon la première estimation de l’Office européen des statistiques Eurostat publiée ce mardi.

Source : la Tribune (30 octobre)

Comme ne cessent de le répéter l’UPR ainsi que plusieurs économistes « éconoclastes », l’euro est directement responsable de la sous-performance des pays européens en matière de croissance. Les citoyens de ces pays européens paient depuis des années et des années les pots cassés des politiques d’austérité qui découlent de cette non-croissance. Et tout cela ne va faire que s’aggraver tant que la France restera dans cette folie de l’UE et de l’euro.

 

L’abolition du changement d’heure tourne au casse-tête européen

Les ministres européens des Transports ont demandé à Bruxelles de reporter la fin du changement d’heure, évoquant des problèmes d’organisation ainsi qu’une nécessité d’harmonisation à l’échelle de l’Union. Le calendrier de la réforme devrait être dévoilé le lundi 3 décembre.

Source : le Figaro (30 octobre)

« L’Union, c’est la force », clament les européistes. Et pourtant, les 28 ne sont pas même capables de se mettre d’accord sur un sujet aussi anodin que le changement d’heure d’été ! Alors que dire de tous ceux qui proposent de « refonder une autre Europe » pour la changer du tout au tout !?

 

L’Autriche va se retirer du Pacte mondial sur la migration

L’Autriche va se retirer du Pacte mondial sur la migration de l’ONU, suivant l’exemple des États-Unis et de la Hongrie, rapporte mercredi l’agence de presse APA.

Source : la Tribune (31 octobre)

Un nouvel indice que le monde entre dans une nouvelle phase historique de retour aux frontières, suivant cette succession d’ouvertures puis de fermetures qui traverse toute l’histoire de l’humanité.

 

Royaume-Uni – Brexit

Les Britanniques célèbrent le Brexit avec une nouvelle pièce de monnaie

Une nouvelle pièce de 50 pence va être mise en place d’ici au 29 mars 2019 pour célébrer la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne. Il y est inscrit Paix, prospérité et amitié avec toutes les nations.

Source : le Point (29 octobre)

Un projet de paix, de prospérité et d’amitié avec toutes les nations : voilà exactement ce que l’UPR prévoit pour la France avec le Frexit ! C’est le projet de « construction européenne » qui vise à enfermer la France dans un périmètre absurde et dénué de sens, allant de l’Andalousie espagnole à la Laponie finlandaise, qui est un projet d’appauvrissement collectif, d’agressivité et de fermeture anxieuse vis-à-vis du reste du monde !

 


En plein Brexit, Boeing ouvre sa première usine européenne au Royaume-Uni

L’industriel américain a inauguré jeudi son site de Sheffield, qui produira des pièces pour ses ailes d’avion. Un investissement de 40 millions de livres [45,5 millions d’euros], éminemment symbolique à l’heure où le Royaume-Uni quitte l’UE.

Source : les Échos (26 octobre)

Une nouvelle fois, les « prévisions » des européistes sont prises en flagrant délit de mensonge et de propagande. Loin d’être le désastre que nos médias claironnent, le Brexit provoque déjà une renaissance économique outre-Manche !

L’usine de Sheffield fabriquera des systèmes de commande pour les Boeing 737, 737 Max et 767. (Boeing)

 

Le Brexit approche, Londres étend son réseau diplomatique

À cinq mois de l’échéance, le Foreign Office annonce l’ouverture de 12 représentations dans le monde et la création de 1 000 nouveaux postes.

Source : RTBF (31 octobre)

Avec le Brexit, la diplomatie britannique est en pleine expansion. Le Royaume-Uni investit dans son rayonnement international de façon considérable parce qu’il fait le pari de la coopération internationale avec tous les pays du monde, et non pas un renfermement absurde sur le seul périmètre de l’UE. C’est l’exact inverse de ce que fait le Quai d’Orsay, qui ne cesse de couper dans ses effectifs, de fermer des centres culturels en raison de l’austérité bruxelloise, et qui est en voie de perdre sa place de troisième réseau diplomatique mondial, voire sa place de membre permanent au Conseil de sécurité de l’ONU !! Avec le Frexit, la France pourra à nouveau s’ouvrir sur le monde, où la demande de France reste très forte.

 

Le Royaume-Uni va taxer les GAFAM à partir de 2020

Le ministre britannique des Finances, Philip Hammond, a annoncé lundi la création d’une taxe sur les services numériques au Royaume-Uni, visant les géants de l’Internet.

Source : l’Essentiel (30 octobre)

Dans un pays souverain, la motivation des Britanniques (« nous voulons décider des lois qui nous gouvernent ») peut aisément être mise en œuvre. Le contraste est cinglant avec l’UE, qui, empêtrée dans les intérêts divergents de ses États membres, est incapable depuis 3 ans de décider d’une telle taxe. C’est une nouvelle illustration du « stratagème des chaînes » décrit par François Asselineau depuis onze ans !

 

Compensation : Bruxelles veut éviter le chaos en cas de Brexit sans accord

La Commission européenne se dit ouverte à une transition en douceur. Un adoucissement dicté par le réalisme économique.

Source : les Échos (30 octobre)

Rappelons que Bruxelles a beaucoup à perdre en cas de Brexit « dur » puisque le manque à gagner de la contribution anglaise serait de l’ordre de 50 milliards d’euros.

 

Monde

Syrie : l’Allemagne a versé discrètement plusieurs dizaines de millions d’euros à des rebelles à Idleb

Le Tagesspiegel révèle que le gouvernement allemand a directement financé des rebelles syriens à hauteur de 37,5 millions d’euros. Bruxelles aurait fait de même. Les noms des groupes destinataires de ces discrets versements restent inconnus.

Source : RT (1er novembre)

Quels groupes exactement étaient concernés ? Quelle est la responsabilité exacte des dirigeants occidentaux dans le soutien à des pays et à des mouvements liés au terrorisme ? La vérité se fait jour peu à peu et montre l’inconséquence de dirigeants engagés dans une guerre illégale, plus ou moins directement, au service des intérêts des pays du Golfe et de Washington. Il est grand temps de récupérer notre indépendance stratégique, ce qui passe par la sortie de l’OTAN.

(Khalil Ashawi – Reuters)

 

Les États-Unis appellent à la fin de la guerre au Yémen

Washington réclame l’ouverture de négociations de paix d’ici à trente jours et demande la fin des frappes aériennes de la coalition menée par l’Arabie saoudite.

Source : le Monde (31 octobre)

Sous la pression notamment de l’affaire Khashoggi, Washington daigne enfin hausser légèrement le ton sur ce conflit atroce jusqu’ici largement ignoré. C’est aussi un moyen d’accentuer la pression sur l’homme fort de Riyad, Mohammed ben Salmane, qui est aussi ministre de la Défense et dont la guerre au Yémen est le projet phare. Sauf coup de théâtre, il est cependant probable que Washington saura se montrer magnanime et conciliant avec celui qui demeure le protégé, non pas de Trump mais de l’État profond états-unien.

 

L’Assemblée générale de l’ONU appelle à la levée de l’embargo américain contre Cuba

L’Assemblée générale de l’ONU a adopté jeudi, comme chaque année depuis 1992, une résolution non contraignante appelant à la levée de l’embargo américain contre Cuba, dont les États-Unis ont tenté en vain de dénoncer les atteintes aux droits de l’homme. La résolution a été approuvée par 189 pays.

Source : Capital (1er novembre)

Rappelons que, juridiquement, un pays n’a pas le droit d’appliquer des sanctions unilatérales contre un autre, a fortiori durant des décennies et à l’encontre des résolutions de la communauté internationale. Pourquoi les États-Unis continuent-ils de considérer Cuba (comme d’ailleurs le Venezuela et le Nicaragua) comme une menace à leur sécurité intérieure ?

 

L’ambassade du Brésil en Israël sera transférée à Jérusalem

Jair Bolsonaro, nouveau président brésilien élu, classé à l’extrême droite, a annoncé jeudi cette décision, semblable à celle prise par Donald Trump, qui avait été très critiquée.

Source : le Monde (1er novembre)

Le candidat prétextait la récupération d’une blessure (un coup de couteau) pour justifier le fait de ne pas participer aux débats télévisés, mais cela ne l’a pas empêché de recevoir l’ambassadeur d’Israël entre les deux tours. On sait désormais pourquoi. Et on comprend l’ampleur du réalignement diplomatique qu’il prépare, touchant les relations du Brésil avec le reste du monde. M. Bolsonaro aligne sa diplomatie sur celle de Trump et il est probable que le Brésil va prendre ses distances d’avec le groupe des BRICS.

 

Les biens des institutions chrétiennes de Jérusalem menacés ?

Une enquête du Figaro révèle qu’un projet de loi israélien pourrait permettre d’exproprier les biens immobiliers des institutions religieuses chrétiennes de Jérusalem.

Source : Le Figaro du 28 octobre 2018

Une affaire qui risque de faire s’enflammer les passions si elle se confirme.

 

L’Iran vend son pétrole en Bourse pour contrer Trump

Téhéran espère que la vente de son pétrole à des acheteurs privés rendra plus difficile le blocage de ses exportations par les États-Unis.

Source : 20 Minutes (28 octobre)

Il est absolument contraire au droit international et à la Charte de l’ONU qu’un seul pays, les États-Unis, décide continuellement de la vie ou de la mort économique de pays ou d’entreprises, en fonction de ses intérêts géopolitiques. Des circuits économiques parallèles auront naturellement tendance à se développer pour résister à cet unilatéralisme.

 

Divers

Débat : « La France va-t-elle disparaître ? »

Le débat a eu lieu à l’université d’automne de l’UPR, le 27 octobre, entre le démographe, anthropologue et historien Emmanuel Todd et François Asselineau, président de l’UPR. Il a été animé par Aurélien Enthoven.

Source : UPR (31 octobre)

Un grand succès : près de 100 000 vues après 6 jours de mise en ligne !

Vos retours et propositions d’articles sont les bienvenus sur selection_infos@upr.fr.

Pour changer les choses, nous vous invitons également à partager massivement cette revue de presse !

En pratique, nous vous proposons d’envoyer à toutes vos connaissances, dans un courriel, la photo à la une et son commentaire, suivis du lien sur cette revue de presse (l’utilisation de la copie cachée est recommandée). Vous pouvez aussi recevoir chaque semaine le courriel prêt à diffuser sur simple demande à selection_infos@upr.fr.

Coordination de la revue de presse : David Pauchet
Rédacteurs : Alexis Comte, Antoine Carthago, Maxime Forner, Thierry Lacour, David Pauchet
Relecture : équipe de relecture
Relecture et validation finales : François Asselineau


Bas débit ? Vous pouvez retrouver les conférences de l’UPR en téléchargement sur le site d’un militant :
http://www.upr.world/Asselineau.html.

 

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

Union populaire républicaine. La France doit sortir de l’Union européenne, de l’euro et de l’Otan.

Aidez-nous ! Partagez :