Revue de presse du 25 au 31 mars 2019

Télécharger en PDF
Lecture : 36 min
Print Friendly, PDF & Email

Rassemblement monstre à Westminster, Londres, pour défendre le Brexit. (London News Pictures)


Les pro-Brexit manifestent devant le Parlement à Londres

Ce qui devait être le « Brexit Day » n’a finalement pas eu lieu le 29 mars. Cela n’a pas empêché des milliers de manifestants pro-Brexit de venir devant le Parlement à Londres exprimer leur colère.

Source : le Figaro (29 mars)

Il s’agissait non pas de milliers de personnes, comme veut le minimiser le Figaro, mais de dizaines de milliers de personnes : la vidéo parle d’elle-même ! Les Britanniques sont exaspérés de la situation politique, et que leur vote souverain de sortir de l’UE ne soit pas respecté par les membres du Parlement. Des personnalités de premier plan se sont succédé sur deux grands écrans devant le Parlement, face à un très dense auditoire, pour marquer le début de la résistance du peuple britannique face à la trahison de leurs dirigeants. 700 adhérents de l’UPR étaient présents sur place pour soutenir les Britanniques vers le Brexit. Leur présence, bien qu’occultée par les médias français, a été extrêmement appréciée par les Britanniques, et a symboliquement représenté le retour de la France libre à Londres.

France

Le scénario d’une privatisation de certaines routes nationales poussé par les sociétés d’autoroutes

Les sociétés d’autoroutes s’intéressent au réseau routier national non concédé. La cellule investigation de Radio France s’est procurée une note interne de 2014 qui proposait de prendre en charge une partie de ce réseau sur les « grands itinéraires ». Avec comme objectif de transformer ces routes en autoroutes.

Source : France info (30 mars)

L’article 106 du TFUE prévoit la mise en concurrence de tous les services publics. S’achemine-t-on, par la méthode des petits pas, vers un réseau routier à terme complètement payant ?

Daimler va arrêter de produire des Smart en France

Le véhicule ne sera plus fabriqué sur le site historique de Hambach, en Moselle, mais en Chine. Aucun emploi n’est menacé, promet le constructeur allemand.

Source : le Figaro (28 mars)

À cause de l’UE et en particulier de l’article 63 du TFUE, il n’est pas possible pour l’État de s’opposer à une délocalisation. Le modèle est donc celui de la recherche du plus bas coût de main-d’œuvre, avec explosion du chômage en France à la clef. Certes, Daimler annonce que l’usine va se reconvertir sans perte d’emplois. Mais après tant de belles promesses reniées par d’autres dans le passé, celle-ci sera-t-elle tenue ? Espérons-le de tout cœur pour les salariés mosellans.


L’usine de Moselle construira une voiture électrique haut de gamme. (Reuters – Vincent Kessler)


Consul à Los Angeles : annulation du décret de nomination de Philippe Besson

Le Conseil d’État a annulé un décret d’août 2018 qui permettait notamment la nomination de l’écrivain Philippe Besson, ami d’Emmanuel et Brigitte Macron, au poste de consul général à Los Angeles.

Source : Libération (27 mars)

Bonne nouvelle : le Conseil d’État n’est pas (encore ?) aux ordres de Macron. Mais il y a urgence de sortir de l’UE avant que les derniers contre-pouvoirs qui fonctionnent encore en France ne cèdent à la dictature…

Fusion des Régions : 40 % de hausse de frais de déplacement des élus en Occitanie

Depuis la fusion des régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, en effet, les assemblées plénières ne se tiennent pas à Toulouse, mais à Montpellier. Cinq cents kilomètres aller-retour. Une centaine de conseillers régionaux prennent leur voiture pour s’y rendre. Pas très écolo… et très coûteux !

Source : France 2 (28 mars)

Si la fusion des régions est à la fois plus coûteuse et non voulue par les Français, pourquoi diable cette réforme a-t-elle été faite ? La raison cachée a trait au démantèlement de l’organisation territoriale française, pour aller vers un modèle où de grandes régions de type Länder sont en lien direct avec l’UE plutôt qu’avec la France, vouée à disparaître. Revoir la conférence sur les Eurorégions.

France – Gilets jaunes

Macron donne sa vision des Gilets jaunes à des enfants

Lors d’un échange avec des écoliers dans le Maine-et-Loire, le chef de l’État a distingué deux phases dans le mouvement des Gilets jaunes.

Source : Sud-Ouest (29 mars)

« Il y a les Gilets jaunes gentils, qui ont du mal à s’acheter à manger, j’essaie de les aider ; et puis il y a les méchants qui veulent tout casser : ça, c’est vilain ! » Un grand et ridicule moment de paternalisme… Et quelle honte d’instrumentaliser des enfants pour servir la propagande d’État ! À quand les jeunesses macroniennes ?

Un acte XX marqué par des interdictions de manifester

Les manifestants étaient 33 700 en France, dont 4 000 à Paris, selon le ministère de l’Intérieur. Vingt-sept arrêtés d’interdiction établis par les préfectures ont été recensés samedi.

Source : le Monde (30 mars)

Contrairement à ce que prétendent les médias de l’oligarchie, la mobilisation ne faiblit pas : le Nombre Jaune donne 103 000 manifestants. Rappelons qu’après vingt semaines de mobilisation, le mouvement des Gilets jaunes est désormais le plus long mouvement social français depuis 1936. Les citoyens de la colère jaune discutent, s’organisent, pensent et font chaque jour davantage le lien entre leur situation sociale désastreuse et les traités de l’Union européenne.

Un couple verbalisé pour avoir porté un pull-over « Oui au RIC »

Des policiers les ont accusés de manifester dans une zone interdite aux rassemblements. Eux affirment qu’ils allaient simplement prendre le métro.

Source : RTL (25 mars)

On ne compte plus les dérives et bavures des policiers, pris entre le marteau de leur hiérarchie et l’enclume d’un mouvement social qui ne faiblit pas. De nombreux témoignages convergent pour mettre en cause les consignes répressives des responsables politiques, que cela soit dans le cas de Geneviève Legay ou encore dans le matraquage brutal d’un manifestant de Besançon. Plus que jamais, exigeons la destitution d’Emmanuel Macron par l’article 68 de notre Constitution.

Ruffin se pose en médiateur face à Macron pour résoudre la crise des Gilets jaunes

Lors d’un pique-nique à Paris, le député de La France insoumise, déclinant l’invitation du « grand débat » à l’Élysée, a proposé d’être médiateur pour apaiser les tensions entre le président et les Gilets jaunes, autour de la négociation de quatre mesures.

Source : RT France (29 mars)

Médiateur entre Macron et les Gilets jaunes ? Personne ne lui a demandé de revendiquer un tel mandat, personne ne l’a autorisé à sélectionner quatre revendications (parmi lesquelles il n’y a pas le départ de Macron). Bref, il veut que les Gilets jaunes rangent la chasuble et commencent à penser à la plage. Pour rappel, le tartuffe Ruffin ne s’est toujours pas engagé à appliquer l’article 68 de la Constitution visant à la destitution de Macron.

France – Trahisons

Départ à la retraite : l’Élysée réfléchit bien à un report de l’âge légal

Le « grand débat » bouscule les certitudes d’Emmanuel Macron. Il soutient maintenant l’idée d’un report au-delà de 62 ans de l’âge légal de départ en retraite.

Source : BFM TV (28 mars)

Le gouvernement tire prétexte du grand débat national où des « Français ont fait part de leurs difficultés à financer la dépendance » pour trouver une nouvelle source de financement en repoussant l’âge légal du départ à la retraite. C’est du cynisme à l’état brut, qui correspond à l’application d’une politique d’austérité poussée par les GOPÉ. Il est urgent de tordre le bras aux banquiers et aux industriels en quittant l’UE et l’euro, afin de redonner à l’État les moyens de défendre les intérêts des plus modestes.

Fonction publique : 120 000 postes en moins est un objectif « tenable », selon Guerini

Le délégué général de La République en marche, Stanislas Guerini, l’a affirmé lundi : il s’agit du projet de réforme de la fonction publique, qui devrait être examiné mercredi en conseil des ministres.

Source : l’Obs (25 mars)

L’UE est fondée sur une idéologie du tout-privatisé (art. 106 TFUE), et impose violemment cette vision quitte à mettre les pays à feu et à sang.


Stanislas Guerini, à l’Assemblée nationale, le 24 octobre 2018 à Paris. (AFP)


SNCF : deux concurrents prêts à se lancer sur les grandes lignes

SNCF Réseau, le gestionnaire des infrastructures, démarche activement les compagnies intéressées, pour les convaincre de se lancer.

Source : les Échos (24 mars)

L’ouverture à la concurrence du trafic ferroviaire est imposée par l’appartenance de la France à l’Union européenne : cet abandon de la mission de service public de la SNCF résulte des contraintes des articles 106 et 121 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Voir le dossier de Charles-Henri Gallois pour bien comprendre ce sujet.

France – Élections

« Le risque, c’est d’avoir une Europe qui n’avance plus », prévient François Hollande

L’ancien président de la République sera en Bretagne demain jeudi. Il vient parler d’Europe à des lycéens de Rennes (Ille-et-Vilaine) et de Dinan (Côtes-d’Armor). L’occasion pour lui de partager son expérience et ce qu’il a pu lui-même comprendre du processus de construction européenne.

Source : Ouest-France (28 mars)

Hollande franchit le mur du çon ! Le risque, c’est bien davantage de s’obstiner à rester dans une Union européenne mortifère, véritable prison des peuples. Hollande, comme Macron, espèrent assener encore et toujours les mêmes mensonges du passé.

Européennes : Pascal Canfin accepte d’être numéro 2 sur la liste LREM

Pascal Canfin a annoncé au lendemain de son départ de la direction de WWF France qu’il acceptait d’être numéro deux sur la liste LREM aux élections européennes, dans une interview publiée mardi sur l’édition du Monde en ligne.

Source : Orange (26 mars)

M. Canfin se félicite : « Les Verts allemands ont salué la lettre sur l’Europe qui présente le projet européen d’Emmanuel Macron. » En attendant, les Verts allemands ne sont pas au pouvoir en Allemagne. Il est par contre probable qu’Annegret Kramp-Karrenbauer, dauphine d’Angela Merkel, dirigera bientôt l’Allemagne. Et elle a rejeté publiquement un grand nombre des propositions formulées par M. Macron dans sa lettre sur l’Europe.

Autant dire que M. Canfin se berce d’illusions quant à l’influence qui sera la sienne au Parlement européen.

L’UPR, toujours bannie des grands médias, attaque en justice France Télévisions

En l’absence de toute réponse de France Télévisions à l’injonction réclamant l’invitation de la tête de liste de l’UPR au débat du 4 avril sur France 2, l’UPR a déposé par huissier la même demande au CSA et vient de déposer un référé-liberté au tribunal administratif de Paris.

Source : UPR (29 mars)


L’UPR appelle en outre à manifester devant les locaux de France Télévisions le 4 avril. 250 personnes ont déjà manifesté dimanche dernier. (Ludovic Marin – AFP)


Union européenne – Fissures

Sondage : 56 % des Français sont pessimistes concernant l’avenir de l’UE

Si la majorité des sondés (56 %) se sentent citoyens européens, leur opinion à l’égard de l’Union européenne est partagée : 48 % ont une bonne opinion de l’UE et 43 % une mauvaise, selon l’enquête BVA-Orange sur les Français, l’Union européenne et le Brexit, publiée mardi 26 mars. 56 % des Français sont pessimistes pour l’avenir de l’UE, pour 33 % seulement d’optimistes.

Source : Orange (26 mars)

On voit que le rejet de l’UE, s’il n’est pas encore majoritaire dans l’opinion, est néanmoins massif. Il est fondamental que les personnes qui ont une mauvaise opinion de l’UE prennent connaissance des analyses de l’UPR afin de passer d’un rejet intuitif à un rejet argumenté.

L’UE échoue à endiguer le dumping social dans le transport routier

Le Parlement européen n’est pas parvenu à s’entendre sur des mesures de lutte contre le dumping social chez les transporteurs routiers. La réforme paraît compromise sous cette législature.

Source : le Soir (27 mars)

L’UE est un système autobloquant entre 27 ou 28 États aux intérêts fondamentaux divergents. Devant le constat de l’impossibilité de réformer l’UE, il n’y a donc que deux possibilités qui s’offrent aux Français : laisser mourir le métier de routier français, ou bien choisir le Frexit.


Environ mille personnes, issues de différents pays de l’Union européenne, ont manifesté dans les rues de Bruxelles, ce mercredi. (Photo News)


Christine Lagarde : la zone euro n’est « pas assez résiliente » pour affronter une prochaine crise

La directrice du FMI a appelé ce jeudi à renforcer le système bancaire de la zone euro.

Source : BFM TV (28 mars)

La préconisation de la directrice du FMI est « plus d’Europe » : cette même course à l’intégration européenne perpétuelle qui a amené au désastre que nous connaissons aujourd’hui.

Brexit

Theresa May pourrait organiser un quatrième vote des députés sur l’accord du Brexit

Malgré un troisième vote négatif vendredi, la Première ministre n’écarte pas pour l’heure de tenter une nouvelle fois de faire valider « son » accord par les parlementaires. Faute d’accord approuvé par le Parlement, un « no deal » (sortie sans accord) le 12 avril, hypothèse qui affole les milieux économiques mais que réclament les pro-Brexit, reste le scénario « par défaut », a averti vendredi Mme May.

Source : le Monde (30 mars)

Les politiciens britanniques respecteront-ils la volonté des Britanniques en sortant de l’UE le 12 avril, avec un no deal potentiel ? Ou trahiront-ils les électeurs au sein du pays qui a inventé la Magna carta ?

Xavier Bertrand dénonce les « sacrés enfoirés » qui ont conduit les Anglais au Brexit

Invité d’Europe 1 dimanche, le président des Hauts-de-France a fustigé violemment les responsables politiques britanniques qui ont défendu le Brexit, et les parlementaires qui « préfèrent leur parti à leur pays ».

Source : LCI (31 mars)

Ce genre de discours est en réalité destiné à insinuer dans l’esprit du public français que le même genre de noms d’oiseaux s’appliquerait aux partisans du Frexit. Xavier Bertrand fait en outre une fake news, en faisant croire que les leaders du Brexit ont abandonné leur peuple. C’est faux, et leur mobilisation auprès des Britanniques vendredi le prouve.

Pour les grands médias français, la grande opération « la France libre de nouveau à Londres » n’a jamais eu lieu !

La soirée de commémoration s’est transformée en un grand rassemblement d’appui au Brexit, avec plus de 700 Français, dans une ambiance fervente. Après l’allocution de François Asselineau, des personnalités du Brexit de premier plan sont venues réaffirmer leur détermination pour faire respecter la démocratie et sortir leur pays de l’Union européenne. Ils ont aussi remercié les militants de l’UPR de leur présence, leur signifiant combien cela était important pour eux. Aucun organe de presse n’a couvert cet événement historique.

Source : UPR (31 mars)


La Westminster Church House, remplie de 700 personnes, a accueilli le combat commun des Britanniques et des Français pour sortir de l’UE.


États-Unis

Enquête sur la prétendue ingérence russe : complotisme à grande échelle

Aux États-Unis, le procureur spécial a conclu dans son rapport à une absence de collusion entre l’équipe de campagne du président américain et la Russie en 2016. Ces conclusions ouvrent pour Donald Trump l’acte II de sa présidence autant que sa campagne pour l’élection présidentielle de 2020.

Source : le Figaro (25 mars)

Pendant trois ans, les grands médias américains et européens n’ont cessé de reprendre en boucle les allégations de manipulation russe dans l’élection de Donald Trump et, en général, dans la vie politique des démocraties occidentales. Le résultat de l’enquête prouve qu’il s’agit d’une gigantesque manipulation, plus scandaleuse encore que lors de la guerre d’Irak de 2003, et qui laisse malheureusement des traces durables dans l’opinion publique. Alors que les diverses autorités de la France et l’UE s’efforcent de nous faire croire – sans aucune preuve – à une menace russe sur les élections européennes, l’UPR dénonce une propagande éhontée qui détourne l’attention des Français des véritables enjeux politiques.


Dessin de Plantu dans le Monde, 18 juillet 2018


Golan : Trump reconnaît la souveraineté d’Israël

Le président Donald Trump a signé lundi une proclamation reconnaissant la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan.

Source : la Presse (25 mars)

Cette décision du président américain revient à reconnaître l’annexion militaire du Golan syrien par l’armée israélienne. Ceci est de nature à compliquer la situation déjà explosive du Moyen-Orient. Fidèle à son respect du droit international, l’UPR appelle le gouvernement français à ne pas imiter le gouvernement américain sur ce sujet ; c’est apparement la position actuelle du gouvernement français.

Crise au Venezuela : Trump demande à la Russie de quitter ce pays, la Russie refuse totalement

Le président américain, Donald Trump, a demandé ce mercredi 27 mars à la Russie de retirer ses experts militaires du Venezuela. La Russie refuse catégoriquement et assure que ses militaires resteront dans ce pays tant que le gouvernement de Nicolas Maduro aura besoin d’eux

Source : le Courrier du soir (28 mars)

Trump s’offusque de la présence de militaires russes au Venezuela. Poutine pourrait donc de même s’offusquer de la présence de militaires américains dans de nombreux pays du monde, à commencer par ceux de l’OTAN. On voit que cet argument n’est pas sérieux : un État souverain est libre de passer des accords de coopération militaire avec qui il le souhaite.

Asie

Visite de Xi Jinping en France – Allocution de François Asselineau

Le commentaire de la visite de Xi Jinping par le fondateur et président de l’UPR. Quelle est la politique des « nouvelles routes de la soie » ? Est-ce une opportunité ou un risque pour la France ? Faut-il suivre l’exemple de l’Italie ? Est-ce faire preuve de naïveté ?

Source : UPR (25 mars)

L’Inde détruit un satellite avec un missile et s’arme pour la guerre dans l’espace

Jusqu’alors seuls trois pays semblaient dotés de telles capacités offensives : les États-Unis, la Russie et la Chine.

Source: les Échos (27 mars)

Les pays de l’UE sont laissés pour compte : qui croit encore à l’Europe-puissance ?

Monde

Franc CFA: selon Bruno Le Maire, la France est ouverte à une réforme, mais…

À Niamey, où il a pris part à la réunion des ministres des Finances de la zone franc, le ministre français de l’Économie et des Finances a évoqué la question du franc CFA avec le président Issoufou Mahamadou. Bruno Le Maire a réitéré la totale disponibilité de la France à réformer la monnaie commune, à condition que les États membres en initient des propositions. De quoi raviver et amplifier la polémique sur le franc CFA et engendrer des inquiétudes sur l’avènement d’une monnaie unique de la CEDEAO en 2020 que défend justement le président nigérien.

Source : la Tribune (29 mars)

L’UPR a rappelé à de nombreuses occasions que toutes les monnaies transnationales, de type colonial, ont toujours fini par exploser. Comme l’euro, auquel il est d’ailleurs arrimé, le franc CFA unit des économies aux performances très différentes, au détriment de la prospérité des peuples, privés de leur souveraineté monétaire.

Bilan humanitaire catastrophique pour la quatrième année d’intervention saoudienne au Yémen

Malgré un cessez-le-feu fragile à Hodeida, la situation est toujours aussi préoccupante au Yémen. Tom Peyre-Costa, du Conseil norvégien pour les réfugiés, fait le bilan de quatre ans d’affrontements entre la coalition saoudienne et les Houthis.

Source : RT (26 mars)

Quand c’est un allié de Washington qui déclenche une catastrophe humanitaire par ses actions guerrières, il n’y a nulle frappe occidentale pour le stopper. Le deux poids, deux mesures de la diplomatie droit-de-l’hommiste occidentale apparaît une nouvelle fois en pleine lumière.


Hanaa Ahmad Ali Bahr, petite fille dénutrie dans la ville d’Hodeida, le 25 mars 2019. (Abduljabbar Zeyad – Reuters)


Mali : au moins 150 personnes tuées dans l’attaque d’un village peul

Ces civils auraient été tués par des chasseurs traditionnels de l’ethnie dogon.

Source : le Parisien (23 mars)

La paix n’est toujours pas revenue au Mali, pays qui a été déstabilisé après l’intervention occidentale en Libye.

Vos retours et propositions d’articles sont les bienvenus sur selection_infos@upr.fr.

Pour changer les choses, nous vous invitons également à partager massivement cette revue de presse ! En pratique, nous vous proposons d’envoyer à toutes vos connaissances, dans un courriel, la photo à la une et son commentaire, suivis du lien sur cette revue de presse (l’utilisation de la copie cachée est recommandée). Vous pouvez aussi recevoir chaque semaine le courriel prêt à diffuser sur simple demande à selection_infos@upr.fr.

Coordination de la revue de presse : David Pauchet

Rédacteurs : Antoine Carthago, Maxime Forner, Thierry Lacour, Gilles Marceau, David Pauchet

Relecture : équipe de relecture

Validation finale : François Asselineau

Débit faible ou difficultés pour visionner sur Youtube ? Vous pouvez télécharger les conférences de l’UPR à partir du site d’un militant sur : http://www.upr.world/Asselineau.html. Quant aux derniers entretiens d’actualité, ils sont téléchargeables à cette adresse : http://www.upr1.pw.

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

Aidez-nous ! Partagez :