Revue de presse du 4 au 10 mars 2019

Télécharger en PDF
Lecture : 35 min
Print Friendly, PDF & Email

Huit pompiers sur dix sont des volontaires. (Patrick James – MAXPPP)

« Sans pompiers volontaires, du jour au lendemain, on ne pourra plus porter secours »

Une décision de la justice européenne pourrait faire disparaître les pompiers volontaires, ce qui inquiète la profession. Dans l’Allier, comme partout en France, près de 80 % des effectifs sont des volontaires. C’est tout le système de secours qui est en danger.

Source : France 3 (7 mars)

L’article 106 du TFUE impose la mise en concurrence progressive de tout service public. La gratuité et la solidarité humaine n’ont pas leur place dans la « construction européenne », dont la vision est celle d’une société fondée sur la loi du fric dans absolument tous les domaines.

France

La gare de Luchon fermée faute d’argent

Le 22 février dernier, Alain Puente, président du CDRC, le Collectif pour le développement du rail en Comminges, a adressé une nouvelle lettre au directeur régional de la SNCF. Le texte s’insurge devant la fermeture « pure et simple aux usagers de la gare de Luchon, faute d’argent disponible pour assurer l’accueil et la présence commerciale ».

Source : la Dépêche (2 mars)

Une nouvelle conséquence des GOPÉ, qui contraignent la France à mener une politique d’austérité sans cesse relancée. Relire aussi le dossier de Charles-Henri Gallois sur la privatisation progressive de la SNCF.


La gare de Luchon. (DDM)

La DGCCRF fait appel au privé pour l’épauler dans sa transformation

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a mandaté deux cabinets de conseil pour l’accompagner dans sa démarche de transformation. Objectif de cette réforme, notamment : recentrer la direction sur ses principales missions de régulation des marchés et de protection des consommateurs.

Source : Acteurs publics (5 mars)

La répression des fraudes est un service public de premier plan : imagine-t-on les conflits d’intérêts possibles si c’est le privé qui commence à se charger de définir son organisation ? Soutenir la « construction européenne », c’est, comme relevé précédemment, défendre la mort des services publics.

Le prélèvement à la source aggrave le déficit budgétaire de la France

En 2018, la chute des recettes fiscales (diminution de la taxe d’habitation, baisse des cotisations salariales…) résulte également de la mise en œuvre du prélèvement à la source, qui modifie le rythme des décaissements et encaissements d’impôt sur le revenu en cours d’année, explique le ministère de l’Action et des Comptes publics. Mais les services de Gérald Darmanin anticipent une situation bien pire en 2019.

Source : la Tribune (1er mars)

Les Français n’avaient pas demandé cette réforme. Et les services de l’État savent que cela aura des répercussions négatives sur l’efficacité de la perception des impôts. Bref, pourquoi la réforme du prélèvement à la source a-t-elle été faite ? Tout simplement parce que les GOPÉ de 2016-2017 la demandaient et que les gouvernements français n’ont pas le droit de surseoir indéfiniment à une telle demande officielle des technocrates de la Commission européenne.

France – Gilets jaunes

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU réclame une enquête sur la répression policière en France et condamne « l’usage excessif de la force » du régime de Macron

Des critiques contre la répression policière du régime de Macron avaient déjà été formulées en février à l’ONU et au sein de l’Union européenne et de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). Mais, cette fois-ci, la critique est faite publiquement, devant l’ensemble de la presse mondiale, et elle vient de la plus haute instance planétaire en matière de respect des libertés publiques et des droits humains. Devant le Conseil des droits de l’homme des Nations unies à Genève, Michelle Bachelet, ancienne présidente du Chili et actuelle haute-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, vient en effet de réclamer une « enquête approfondie » sur les usages excessifs de la force en France pendant les manifestations des Gilets jaunes depuis la mi-novembre.

Source : UPR (6 mars)

Aphatie s’en prend à Mme Bachelet et provoque un tollé

Alors que le gouvernement français a été sommé par l’ONU de mener une enquête sur les violences policières contre des Gilets jaunes, Jean-Michel Aphatie a attaqué l’auteure de cette demande, la haute-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, qui a vécu sous le régime de Pinochet et a été torturée.

Source : Sputnik (6 mars)

À la suite de la condamnation du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, les masques tombent : certains journalistes apparaissent dans toute leur laideur comme étant les chiens de garde de l’oligarchie euro-atlantiste et de Macron l’éborgneur.

Acte XVII des Gilets jaunes : le maire d’une petite commune prend un arrêté interdisant les LBD

Réceptif aux commentaires de la haute-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, le maire de Phalsbourg, commune de 5 000 habitants en Moselle, a décidé « en tant que citoyen » d’énoncer une interdiction symbolique des LBD, responsables de blessures graves.

Source : RT France (9 mars)

Bravo à ce maire et à tous les maires qui refusent d’accepter les dérives fascisantes du pouvoir. La Déclaration des droits de l’homme fait partie intégrante de la Constitution française : que la France soit condamnée à ce titre devrait donc être pour tous une source majeure de préoccupation.

Manche : la cabane des Gilets jaunes de Coutances démontée

Pour qu’il puisse continuer à toucher ses aides de la PAC (politique agricole commune), l’agriculteur qui héberge les Gilets jaunes sur son terrain doit leur faire démonter la cabane qui a été construite.

Source : la Manche libre (4 mars)

Le gouvernement hait profondément les Gilets jaunes, au point de jouer d’une menace dont il faudrait se demander si elle tiendrait devant la justice. Cette demande est en effet une violation de la liberté pour un propriétaire de jouir comme il l’entend de son terrain.

Bigard furieux d’avoir été « viré » d’une tournée d’été dans le Var pour une blague douteuse

Jean-Marie Bigard, connu pour ses saillies outrancières, a-t-il commis la blague de trop ? Selon l’humoriste, le P.-D.G. du journal Var-Matin aurait fait annuler sa tournée d’été à cause d’un sketch que ce dernier n’aurait pas trouvé à son goût.

Source : RT France (5 mars)

Cette blague est l’excuse officielle. Qu’on la trouve de mauvais goût ou drôle, peu importe : il y a en France un concept qui s’appelle la liberté d’expression. Officieusement, Jean-Marie Bigard s’est affiché en soutien aux Gilets jaunes, tout comme Patrick Sébastien, qui a été évincé du service public. Il est permis de penser qu’il y a un lien de cause à effet et que la Macronie punit sévèrement toute déviance idéologique, comme celle de soutenir le peuple excédé.

France – Une mafia bien en place

Derrière l’affaire Benalla, une officine clandestine de riposte numérique pilotée depuis l’Élysée

Ismaël Emelien, conseiller d’Emmanuel Macron, a avoué devant la police avoir transmis des images censées disculper Alexandre Benalla à un certain Pierre Le Texier, salarié de LREM, lequel les a diffusées… sous pseudo. Une initiative qui interroge lourdement sur les pratiques en ligne du parti macroniste.

Source : Marianne (8 mars)

LREM dispose donc de comptes sous pseudonyme sur les réseaux sociaux. Ces comptes sont chargés d’influencer anonymement l’opinion publique française. On retrouve là les relations publiques chères à Edward Bernays. Ceci alors que Macron déclare qu’il « ne veut plus de l’anonymat sur les plates-formes Internet ». On mesure l’hypocrisie de la Macronie sur ce sujet, et un deux poids, deux mesures qui devient lassant.


Ismaël Emelien a annoncé qu’il quitterait bientôt l’Élysée. (Ludovic Marin – AFP)

Moscou s’adressera à l’OSCE à la suite de la pression politique exercée sur Sputnik en France

Depuis plus d’un mois, Moscou attend une réponse de Paris, à la suite de la note adressée en lien avec les déclarations d’Emmanuel Macron à l’égard de Sputnik et de RT à  la diplomatie russe, ajoutant que les médias russes faisaient l’objet de persécutions en France.

Source : Sputnik (7 mars)

Si un chef d’État étranger se permettait d’ostraciser des médias étrangers à son pays, nul doute que M. Macron s’en offusquerait au nom de la défense de la liberté d’expression.

Mais si c’est M. Macron qui le fait, alors personne ne dit rien.

Macron opposé à une protection plus importante des lanceurs d’alerte : l’eurodéputée Virginie Rozière fustige « l’hypocrisie française »

En discussion depuis le mois d’avril 2018, un projet de directive censée protéger davantage les lanceurs d’alerte de toute l’Union européenne peine à se dessiner. Une volonté freinée par quatre États, dont la France. Une attitude que dénonce l’eurodéputée radicale de gauche Virginie Rozière.

Source : Marianne (4 mars)

Les lanceurs d’alerte permettent de protéger les intérêts du peuple contre ceux des puissants. Rien d’étonnant donc à ce que Macron s’oppose à les protéger. Et rien d’étonnant non plus à ce que l’UPR se soit engagée à les protéger.

France – Partis politiques

Soissons : Sylvie Heyvaerts quitte La France insoumise pour l’UPR

Sylvie Heyvaerts, candidate aux dernières élections législatives de La France insoumise (LFI) dans la circonscription de Soissons et représentante locale du parti, a décidé il y a quelques jours de quitter le parti de Jean-Luc Mélenchon. Elle rejoint l’Union populaire républicaine, représentée par François Asselineau.

Source : l’Union (7 mars)

Un acte courageux qui traduit une personnalité cohérente. Depuis l’abandon du « plan B » qui condamnait La France insoumise à l’ambiguïté, le parti de Mélenchon a clarifié sa position, au risque de la contradiction, car on ne peut à la fois critiquer les mesures d’austérité et rester dans l’Union européenne. L’UPR souhaite la bienvenue à Sylvie Heyvaerts et à tous les adhérents de LFI qui veulent suivre son exemple.


Sylvie Heyvaerts. (archives L.B.)


Le financement des partis politiques – Allocution de François Asselineau

Même s’ils cherchent à vendre leurs bijoux de famille (siège, locaux divers) pour réduire leur endettement, les principaux partis politiques français doivent des sommes colossales aux banques – ce qui hypothèque leur indépendance. Seule l’UPR a une gestion saine et zéro euro de dette.

Source : UPR (7 mars)

Soupçons d’emplois fictifs du FN : le pipeau de Philippot

Comment dissocier leur job parlementaire du travail « pour le FN », et avoir la certitude que le Parlement n’a pas payé des assistants pour des tâches relatives à leur contrat FN ? C’est ce que demande l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales à Florian Philippot, qui entretient la confusion face aux enquêteurs, les faits n’allant pas dans son sens.

Source : Libération (3 mars)

On ne devient pas escroc du jour au lendemain… Pour rappel, Sophie Montel avait porté plainte contre l’ex-FN Philippot pour faux et usage de faux, et détournement de fonds publics.

Brexit

Royaume-Uni : 80 % à 90 % des droits de douane supprimés en cas de Brexit sans accord

La Grande-Bretagne supprimera 80 % à 90 % des droits de douane sur les produits importés si elle quitte l’Union européenne sans accord, mais elle les conservera dans certaines catégories sensibles comme l’automobile, le bœuf et le mouton, a rapporté Sky News mardi.

Source : le Figaro (5 mars)

Si les administrations britanniques se préparent à l’éventualité d’un Brexit sans accord, c’est bien que ce scénario est réaliste. De plus, cette décision prouve s’il était besoin que le Royaume-Uni continuera à importer des produits et ne sera pas coupé du monde, contrairement à ce que racontent les éditocrates européistes en France.

Theresa May prévient sur le Brexit : en cas de rejet de l’accord, « nous pourrions ne jamais sortir » de l’UE

La Première ministre Theresa May a demandé vendredi 8 mars à l’UE un « dernier effort » dans les discussions sur le Brexit pour que l’accord de divorce puisse être adopté par le Parlement britannique au cours d’un vote crucial prévu mardi 12 mars.

Source : Huffington Post (8 mars)

Mme Theresa May dramatise à outrance pour obtenir un accord du Parlement après de cuisants échecs, ce qui d’ailleurs est incohérent avec l’article précédent. La proximité des élections européennes et la répartition des sièges des eurodéputés rendent le maintien du Royaume-Uni dans l’UE tout à fait impossible au-delà du 25 mai.


Theresa May à Grimsby en Angleterre le 8 mars 2019. (Christopher Furlong – Getty Images)


Union européenne

Le probable successeur de Merkel met en garde Macron après sa tribune sur l’Europe

Annegret Kramp-Karrenbauer, la dauphine de la chancelière allemande, prend ses distances avec le président français.

Source : Huffington Post (10 mars)

Une fois encore, les grandes envolées lyriques du président français tombent à plat. Derrière la politesse des formules, la réalité est que Berlin n’a que faire des lubies de Macron et entend protéger ses intérêts.


Annegret Kramp-Karrenbauer, probable successeur de Merkel. (Nurphoto – Getty Images)


Moody’s relève la note de la Grèce, mais…

Moody’s entrevoit de nettes améliorations économiques en Grèce, notamment après le train de réformes, et relève de B3 à B1 la notation de crédit du pays. Cependant, l’agence de notation en veut encore plus…

Source : Boursier.com (4 mars)

Ce ne sera jamais suffisant. Les Français doivent comprendre que cette austérité sans fin est l’avenir qui les attend s’ils ne sortent pas de l’UE.

LGV Lyon-Turin : le Premier ministre italien estime que le projet n’est pas utile

Le TGV Lyon-Turin « n’est pas un projet dont l’Italie a besoin ». Cette phrase signée Giuseppe Conte a fait l’effet d’une bombe. Jeudi après-midi, le Premier ministre italien a clairement indiqué que la liaison à grande vitesse entre les deux villes n’était pas utile. « J’ai exprimé de forts doutes et ma perplexité sur l’opportunité de cet ouvrage. Je ne suis vraiment pas convaincu qu’il s’agisse d’un projet dont l’Italie a besoin », a-t-il déclaré lors d’un point presse.

Source : 20 Minutes (7 mars)

Cette ligne Lyon-Turin est ardemment poussée par la Commission européenne, et constitue pour la France et l’Italie un cofinancement obligatoire. L’idéologie européiste n’a que faire des reliefs naturels, du coût astronomique des travaux et de la viabilité à long terme : elle a juste décidé sur un coup de tête de dessiner un trait sur une carte entre ces deux villes.

Oui, des multinationales privées financent bien des partis politiques européens

Uber, Bayer ou encore Disney financent les grands partis politiques européens par de généreuses contributions. Une pratique légale, mais qui pose question.

Source : le Monde (10 mars)

Comment la démocratie pourrait-elle fonctionner avec un règne des lobbys omniprésent ? Une fois le Frexit entamé, il faudra interdire les pratiques de lobbying abusif, qui empoisonnent la vie politique française.

Union européenne – Le naufrage économique

La BCE dégaine des mesures de soutien à la zone euro

La Banque centrale repousse la hausse des taux d’intérêt pour contrer le ralentissement économique.

Source : le Figaro (7 mars)

L’euro est une construction bancale que la crise financière de 2007 a presque détruite. Ce n’est que par des mesures extrêmement hétérodoxes et dangereuses (l’injection massive de liquidités) que la Banque centrale européenne a pu sauver l’édifice. Après une courte rémission, Mario Draghi reprend sa thérapie de choc, mais cela ne suffira pas à sauver le malade.

Diesel : le patron de PSA fustige le « diktat » de l’Union européenne

Carlos Tavares, le patron de PSA, s’inquiète des normes environnementales imposées par le Parlement européen qui pourraient selon lui mettre à genoux certains constructeurs.

Source : France info (4 mars)

Les normes européennes coûtent à la France 38,7 milliards d’euros par an.


Carlos Tavares, président du directoire de PSA, le 9 novembre 2017. (Daniel Roland – AFP)

Fiscalité : comment la France perd des milliards d’euros à cause de la fraude à la TVA

Pendant longtemps, la TVA a été robuste face à la fraude, en raison de son mécanisme de déduction sur l’ensemble de la chaîne de valeur. La création du Marché commun européen, dans les années 1990, a rompu la chaîne de la TVA. Le principe adopté à l’époque, et toujours en vigueur aujourd’hui, consiste à régler la TVA dans le pays de destination de la marchandise, et non dans le pays où elle est débarquée. Ce schéma est propice aux carrousels de fraude qui encaissent indûment la TVA entre deux États européens.

Source : les Échos (4 mars)

La lutte contre la fraude fiscale est l’une des principales revendications des Français en général et des Gilets jaunes en particulier. Tous doivent comprendre que cette bataille est impossible à remporter dans le cadre des traités européens actuels. Il faut en sortir.

Union européenne – Collusions embarrassantes

Le livre de Philippe de Villiers paru ce 6 mars 2019 apporte de nouvelles révélations accablantes sur Walter Hallstein, concepteur de la « Nouvelle Europe » et enseignant le nazisme aux troupes de la Wehrmacht

Le livre de Philippe de Villiers, paru ce jour aux éditions Fayard, est riche de confirmations et de nouvelles informations – sourcées – accablantes sur l’origine nazie de la construction européenne et sur le passé de Walter Hallstein. Il confirme en tout point les informations que François Asselineau a données dans ses conférences sur « Les origines cachées de la construction européenne », et va même bien au-delà.

Source : UPR (6 mars)

Les 28 pays de l’UE rejettent la liste noire anti-blanchiment incluant Riyad

C’est officiel, l’Arabie saoudite ne figurera pas sur la liste noire des pays sur lesquels l’Union européenne porte une attention renforcée en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Source : RT France (6 mars)

C’est officiel, l’Union européenne nous prend pour des imbéciles.

Monde

La Chine utilise les routes de la soie pour affaiblir l’Europe

L’Italie pourrait rallier la Belt & Road Initiative et porter ainsi un coup à l’unité européenne face aux ambitions de Pékin.

Source : les Échos (7 mars)

Ce n’est pas pour « affaiblir l’Europe » que la Chine développe ce projet qui relie le Pacifique à l’Atlantique et intègre toute l’Eurasie, mais pour défendre ses intérêts commerciaux. La France aurait tout à gagner à s’associer à ces opportunités, sans naïveté, certes, mais aussi sans inhibition, quand cela est son intérêt. Ce sont les États-Unis qui ont tout à perdre si les pays d’Europe de l’Ouest, qu’ils considèrent comme leur pré carré, se tournent vers l’Est.

La Colombie veut vendre son café sans dépendre de New York

Leur café est réputé comme le meilleur du monde, mais cela ne garantit pas aux producteurs de Colombie d’en obtenir le meilleur prix : ils veulent désormais vendre leurs précieux grains sans passer par la Bourse de New York, accusée d’être à l’origine de la grave crise qui frappe le secteur.

Source : le Figaro (6 mars)

Ils le veulent, mais le pourront-ils quand les États-Unis ne cessent de s’immiscer dans les affaires de l’Amérique latine ? Se protéger de la spéculation sur la production agricole est pourtant indispensable pour préserver sa souveraineté alimentaire, et donc protéger les petits paysans et permettre de nourrir le peuple.

Une petite ville américaine élit une chèvre comme nouveau maire

Les habitants de Fair Haven, petite ville du Vermont, dans le nord-est des États-Unis, ont choisi cette semaine pour nouveau maire une chèvre au nom prédisposé à la politique : Lincoln. Cette chèvre a devancé mardi dans les urnes quinze autres candidats, dont la gerbille Crystal et de nombreux chiens et chats. Fair Haven, environ 2 500 âmes, n’a pas de maire officiel à sa tête, mais un town manager (« gérant municipal » en français).

Source : la Provence (9 mars)

En France, la propagande médiatique est faite de telle sorte que l’on pourrait élire une chèvre aux postes clefs du pouvoir. Il suffit de faire monter les extrêmes lors du premier tour, puis de faire appel au front républicain au second tour pour faire élire la chèvre. Mais les Français se réveillent, et ça, l’oligarchie ne l’avait pas prévu en 2017.


(Belga)

Vos retours et propositions d’articles sont les bienvenus sur selection_infos@upr.fr.

Pour changer les choses, nous vous invitons également à partager massivement cette revue de presse ! En pratique, nous vous proposons d’envoyer à toutes vos connaissances, dans un courriel, la photo à la une et son commentaire, suivis du lien sur cette revue de presse (l’utilisation de la copie cachée est recommandée). Vous pouvez aussi recevoir chaque semaine le courriel prêt à diffuser sur simple demande à selection_infos@upr.fr.

Coordination de la revue de presse : David Pauchet

Rédacteurs : Antoine Carthago, Maxime Forner, Thierry Lacour, Gilles Marceau, David Pauchet

Relecture : équipe de relecture

Validation finale : François Asselineau

Débit faible ou difficultés pour visionner sur Youtube ? Vous pouvez télécharger les conférences de l’UPR à partir du site d’un militant sur : http://www.upr.world/Asselineau.html. Quant aux derniers entretiens d’actualité, ils sont téléchargeables à cette adresse : http://www.upr1.pw.

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

Aidez-nous ! Partagez :