Le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU réclame une enquête sur la répression policière en France et condamne « l’usage excessif de la force » du régime de Macron.

Télécharger en PDF
Lecture : 3 min
Print Friendly, PDF & Email


6 mars 2019

Des critiques contre la répression policière du régime Macron avaient déjà été formulées – assez discrètement – en février à l’ONU, mais aussi au sein de l’Union européenne et de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH).

Mais cette fois-ci, la critique est faite publiquement, devant l’ensemble de la presse mondiale, et elle vient de la plus haute instance planétaire en matière de respect des libertés publiques et des droits humains. Devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève, Mme Michelle Bachelet, ancienne présidente du Chili et actuellement haut-commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, vient en effet de réclamer une « enquête approfondie » sur les usages excessifs de la force en France pendant les manifestations des Gilets jaunes depuis la mi-novembre.

Elle a ainsi placé avec inquiétude la France dans une liste qui compte d’autres pays où ont lieu « des répressions violentes », comme le Soudan, Haïti, le Venezuela ou le Zimbabwe. (Dépêche AFP du 6 mars 2019 reprise par Le Figaro et La Croix, entre autres)

Nombreuses sources, dont : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2019/03/06/01016-20190306ARTFIG00119-gilets-jaunes-l-onu-reclame-a-paris-une-enquete-sur-l-usage-excessif-de-la-force.php

Commentaires : Macron l’éborgneur dénoncé mondialement

La gifle infligée par le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU à Macron et à son « régime » est d’autant plus sévère que cette admonestation de répercussion mondiale est faite depuis la Suisse, petit pays ayant refusé d’entrer dans l’UE, et le surlendemain même de la publication de la « lettre de Macron aux Européens ».

Dans cette lettre bouffie d’orgueil et de fausses informations, le donneur de leçons de l’Élysée avait cru malin d’affirmer que « le modèle européen repose sur la liberté de l’homme, la diversité des opinions, de la création. Notre liberté première est la liberté démocratique » et de préciser que « nous devrons bannir d’Internet, par des règles européennes, tous les discours de haine et de violence, car le respect de l’individu est le fondement de notre civilisation de dignité ».

Voici que la réalité lui revient en pleine face comme un râteau : l’ONU rappelle au monde entier que s’il y a bien quelqu’un qui piétine la « diversité des opinions », qui se moque de « la liberté démocratique », qui propage « la haine et la violence » et qui n’a aucun respect pour les individus, c’est bien Macron l’éborgneur.

Du reste, plus personne n’est dupe à travers le monde : Macron est parvenu, en moins de deux ans, non seulement à se faire détester par 75% des Français, mais aussi par un nombre record de responsables politiques étrangers.

Que ce soit aux États-Unis, en Russie, en Chine, au Royaume-Uni, en Italie, en Pologne, en Hongrie, aux Pays-Bas, aux Comores, au Burkina Faso, au Ghana, au Venezuela, et même en Allemagne, les plus hauts dirigeants du monde ne supportent plus le menteur caractériel qui occupe le fauteuil de Charles de Gaulle. Le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU vient de leur donner de nouvelles raisons de le tenir à distance.

FA
06 mars 2019

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

Aidez-nous ! Partagez :