Brexit : Fabien Marie, Français expatrié au Royaume-Uni et adhérent de l’UPR, témoigne de la campagne gouvernementale contre le Brexit

Télécharger en PDF
Lecture : 7 min

Spécial Brexit : Fabien Marie, Français expatrié au Royaume-Uni et adhérent de l’UPR, témoigne de la campagne gouvernementale contre le Brexit.

brexit-upr

C’est avec un grand plaisir que j’ai reçu hier un petit courrier que m’a adressé l’un de nos adhérents expatriés au Royaume-Uni.
Fabien Marie – puisque c’est son nom et qu’il m’a autorisé à le rendre public – m’a en effet envoyé un petit témoignage de son “vécu” de la campagne référendaire qui fait rage outre-Manche.

Habitant dans le Kent, Fabien a eu la surprise de recevoir dans sa boîte aux lettres une brochure assez luxueuse, émanant du gouvernement britannique et donc payée par tous les contribuables, expliquant aux électeurs pourquoi ils devaient voter en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l’UE – et donc contre le “Brexit” -.

Comme il m’a autorisé à diffuser sa lettre sur nos sites Internet, je m’empresse de le faire car elle m’a semblé intéressante et révélatrice de la façon d’agir, populiste et mensongère, des européistes, au Royaume-Uni comme en France et comme partout en Europe. Je me suis simplement autorisé à ajouter quelques éléments sourcés qui illustrent son propos.

J’en profite pour le remercier publiquement pour son engagement à l’UPR et j’en profite pour transmettre à nos nombreux adhérents expatriés un chaleureux message de solidarité et de fraternité.

François Asselineau

LETTRE DE FABIEN MARIE DU 12 AVRIL 2016

« Bonjour M. Asselineau,

Cela ne vous étonnera probablement pas, mais le gouvernement britannique a décidé de passer à la vitesse supérieure en termes de propagande européiste, juste avant le référendum de mai.

Je viens de recevoir, comme toutes les personnes vivant en Grande-Bretagne, y compris ceux qui ne sont pas de nationalité britannique comme moi, un livret de 8 pages intitulé : “Why the governement believes that voting to remain in the European Union is the best decision for the UK” (ce qui signifie en français : “Pourquoi le gouvernement estime que voter pour le maintien dans l’Union européenne est la meilleure décision pour le Royaume-Uni”).

Sur le site du gouvernement, on retrouve les grands points développés dans ce livret, qui consistent à ressasser la même propagande habituelle : des promesses mirobolantes si l’on reste dans l’UE ; l’Apocalypse si l’on en sort.

Source : https://www.gov.uk/government/publications/why-the-government-believes-that-voting-to-remain-in-the-european-union-is-the-best-decision-for-the-uk/why-the-government-believes-that-voting-to-remain-in-the-european-union-is-the-best-decision-for-the-uk

Les promesses européistes : « Plus le mensonge est gros… »

Le livret gouvernemental promet ainsi que, si le Royaume-Uni reste dans l’UE, il en retirera notamment les bénéfices suivants (“benefits of EU membership”) :

– “a stronger economy” – “une économie plus forte” – : c’est du plus haut comique, ou du plus grand mensonge, lorsque l’on sait que l’UE est la zone du monde en plus faible croissance depuis 15 ans.

– “improving our lives” – “l’amélioration de nos vies” – : il fallait oser l’écrire, alors que l’UE est devenue le théâtre de la flambée des inégalités, de la montée continuelle de la pauvreté, de la démolition des services publics et de l’abrogation des droits sociaux exigés par la Commission européenne sur la base du TFUE.

– “controlling immigration and securing our borders” – “contrôler l’immigration et sécuriser nos frontières” – : il y a là aussi de quoi éclater de rire (ou de colère…) devant une telle outrecuidance dans le mensonge et le déni de la réalité.

Le populisme européiste dans toute sa fausseté

Le même document annonce en revanche l’horreur si les Britanniques votaient en faveur de la sortie de l’UE :

– le chapitre “what happens if we leave” – “ce qui se passera si nous sortons” – est illustré de chiffres inquiétants, tels que :

-> “44% of UK exports go to the EU” – 44% des exportations britanniques sont vendues dans le reste de l’UE –

-> “EU market make up almost 80% of the UK economy” – le marché de l’UE représente 80° de l’économie britannique –

Le document sous-entend ainsi que, si le Royaume-Uni sort de l’UE, il se condamne à perdre 44% de ses exportations, ou à affecter 80% de son économie….

C’est évidemment un mensonge grossier, car le tarif extérieur commun appliqué par l’UE aux produits fabriqués hors-UE est très faible dans la plupart des domaines.

Il faudrait d’ailleurs répliquer au gouvernement britannique que les pays de l’UE représentent – par exemple – une part essentielle dans l’économie suisse (45% des exportations suisses, 66% des importations), et que cela n’empêche nullement la Suisse de rester en dehors de l’UE.
(cf. http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/06/05/blank/key/handelsbilanz.html )

La Chine ou tous les pays émergents du monde qui déversent leurs produits sur le marché européen sont également là pour témoigner du caractère odieusement mensonger de la propagande du gouvernement Cameron.

CONCLUSION

Cette propagande suscite en moi deux réactions mitigées :

1°)- d’une part, elle me fait sourire car elle prouve que le gouvernement pense que la sortie de l’UE est désormais possible, sinon probable.

C’est ainsi que les deux sondages les plus récents, parus à dix semaines du scrutin, indiquent tous deux une nette poussée du “Non”, qui ressort même désormais vainqueur.

(Source :
– le dernier sondage ICM fait apparaître que 43% de Britanniques voteraient pour le maintien dans l’UE, 46% voteraient en faveur du Brexit, et 11% seraient encore indécis.
– le dernier sondage Ipsos Mori, indique que le nombre de partisans britanniques de l’appartenance du Royaume-Uni à l’UE a diminué de 54% à 49%.
https://fr.sputniknews.com/international/201604131024196568-partisans-brexit-en-tete-sondages/)

2°)- d’autre part, cette diffusion par courrier dans toutes les boîtes aux lettres du Royaume-Uni me paraît scandaleuse à plus d’un titre.

Bien que n’ayant pas la nationalité britannique, il me paraît quand même choquant que le gouvernement dilapide les deniers publics – c’est-à-dire l’argent de 100% des contribuables – afin de convaincre les sujets de Sa Gracieuse majesté du bien fondé du seul point de vue européiste.

Cette brochure a coûté la bagatelle de 10 millions de livres (soit 12 millions d’euros) à l’État (source : https://francais.rt.com/international/18699-brexit–gouvernement-depense-dix ). Elle est donc financée par les contribuables, alors qu’environ la moitié d’entre eux sont favorables à la sortie de l’UE ! En vertu de quoi la moitié des contribuables britanniques doivent-ils financer une brochure destinée à soutenir ce qu’ils combattent ?!

En démocratie, et conformément à l’origine du financement, si brochure gouvernementale il devait y avoir, celle-ci aurait dû consacrer la moitié des pages aux partisans du maintien dans l’UE et l’autre moitié aux partisans de la sortie.

Cette affaire est d’autant plus blessante que cette démarche revient à considérer de facto les électeurs comme des enfants, des personnes incapables de prendre la bonne décision dans l’intérêt de la Couronne.

Un dernier mot : sachez que, comme beaucoup d’expatriés au Royaume-Uni qui vous connaissent et qui connaissent l’UPR, je vous remercie infiniment pour ce que vous faites.

Pour nous tous Français, et pour notre pauvre France, ce pays si cher à notre cœur et qui vit des heures bien sombres, c’est un cadeau inouï que vous nous faites au quotidien ou presque : nous rendre l’espoir.

Fabien MARIE
Adhérent UPR expatrié au Royaume-Uni
(dans le Comté du Kent) »