Une “humoriste” de France Inter suggère d’injecter de l’eau de Javel dans les poumons de 3 responsables politiques français, dont François Asselineau.

Télécharger en PDF
Lecture : 6 min
Print Friendly, PDF & Email

Le vendredi 24 avril 2020, la « journaliste » et « humoriste » de France Inter Sophia Aram a jugé très drôle de publier sur son compte Twitter un message ainsi formulé : « Le fan club de Trump (Le Pen, Dupont-Aignant [sic], Asselineau) pourrait tester les injections d’eau Javel dans les poumons ? #LeSensDuSacrifice » 
(source : https://twitter.com/SophiaAram/status/1253588857188220928 )

L’UPR souligne :

  • que ce message, relayé plusieurs centaines de fois, n’est ni plus ni moins que l’expression publique du souhait de l’empoisonnement mortel de personnalités politiques françaises ;
  • que ce souhait est formulé par une personne rémunérée par la radio d’État France Inter, financée par les contribuables, parmi lesquels se trouvent des électeurs des trois responsables politiques visés. Il s’agit d’une violation manifeste de la neutralité du service public ;
  • que ce message est censé s’inspirer avec « humour » des propos tenus dans la nuit du 23 au 24 avril par le président des États-Unis Donald Trump, qui s’est interrogé dans une conférence de presse sur la possibilité d’injecter un désinfectant dans les poumons des malades du Covid-19. L’idée « humoristique » de Sophia Aram a consisté à feindre de vouloir appliquer cette suggestion de Trump – dénaturée jusqu’à l’extrême en évoquant de « l’eau de javel » – à trois responsables politiques français qu’elle classe dans le « fan club de Trump »

L’UPR aimerait que Mme Sophia Aram :

1°) explique publiquement les raisons précises et objectives qui la fondent à placer François Asselineau dans ce qu’elle appelle le « fan club de Trump ».

L’UPR rappelle à ce propos que le président-fondateur de l’UPR s’est au contraire plusieurs fois opposé – de façon publique – à la politique de Donald Trump.

Parmi les exemples les plus récents, François Asselineau :

a) a condamné fermement, le 6 avril dernier, l’envoi par Donald Trump de navires de guerre dans la Caraïbe avec l’intention clairement affichée d’arrêter le président du Venezuela. Nous avons notamment dénoncé le fait que la France – par l’intermédiaire de ses départements d’outre-mer des Antilles – pourrait être entraînée dans cette agression militaire totalement illégale au regard du droit international, du fait de sa double appartenance à l’UE et à l’OTAN

b) a demandé à Macron, par un communiqué de presse du 26 mars 2020, de retirer la France de la très coûteuse opération « Europe Defender 2000 » de l’OTAN voulue par Donald Trump et de retirer également ses troupes de la base de l’OTAN en Estonie.

2°) explique aussi pour quelles raisons elle ne classe pas, en revanche, Emmanuel Macron dans ce qu’elle appelle le « fan club de Trump ».

À la différence de François Asselineau, Macron s’est au contraire totalement aligné sur les demandes du président Trump dans tous les domaines, et notamment dans les deux cas précités :

–  Macron soutient l’envoi par Donald Trump de navires de guerre dans la Caraïbe

–  Macron fait participer la France à « Europe Defender 2000 » et à la base de l’OTAN en Estonie.

C’est donc bel et bien Macron que Sophia Aram devrait objectivement classer dans le « fan club de Trump », et non François Asselineau.

—-

Enfin, puisque tel était le sujet du message Twitter de Sophia Aram, l’UPR rappelle que Macron a mobilisé les médias français pour annoncer publiquement, le 27 mars, qu’il préparait, justement avec le président américain Donald Trump, une « nouvelle initiative importante » face à la pandémie de coronavirus. Preuve que Macron est décidément un « fan » de Trump !


L’UPR s’étonne que, quatre semaines après cette annonce fracassante, aucun média français ne se soit enquis auprès de l’Élysée de ce qu’il était advenu de cette « initiative importante ».

Puisque l’humoriste Sophia Aram avait envie d’ironiser au sujet des déclarations de Donald Trump sur l’injection de désinfectant dans les poumons, elle aurait pu demander de façon narquoise si ce traitement peu banal représentait la « nouvelle initiative importante » de Macron et de Trump face au Covid-19.

C’eût été, à tout prendre, plus drôle et plus approprié que de suggérer d’injecter de l’eau de javel dans les poumons de trois personnalités politiques extérieures à tout ce débat.

 

 

 

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ? Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :