LE BOULEVERSANT VOYAGE DE CHARLES DE GAULLE AU QUÉBEC EN 1967 : « Aller au fond des choses est la seule politique qui vaille »

Télécharger en PDF
Lecture : 2 min
Print Friendly, PDF & Email

En ce 50e anniversaire du si célèbre “Vive le Québec libre !”, je ne saurais trop insister pour que tous les lecteurs prennent le temps de visionner le compte-rendu de 18 minutes, qui fut fait à l’époque, du bouleversant voyage de de Gaulle au Québec en juillet 1967 et qui est disponible gratuitement en ligne sur le site de l’INA.

La fin de ce document d’archives, en particulier, est essentielle.

Lors du banquet d’adieu que lui offrit le gouverneur du Québec – et alors que de Gaulle allait repartir pour Paris quelques instants après, sans poursuivre son voyage à Ottawa – l’Homme du 18 juin livra une sorte de testament politique (à partir de 15’28’’ sur ce document de l’INA) :

 

« Au cours de ce voyage, je crois avoir pu aller, en ce qui vous concerne, au fond des choses. Et quand il s’agit du destin, et notamment du destin d’un peuple, en particulier du destin du peuple canadien-français, ou français-canadien comme vous voudrez, aller au fond des choses, y aller sans arrière-pensées, c’est en réalité non seulement la meilleure politique mais c’est la seule politique qui vaille en fin de compte. »

 

Cette quintessence de l’esprit de résistance – et aussi de l’âme de la France – est plus que jamais d’actualité 50 ans après.

Ce dont meurt notre pays, c’est que les dirigeants politiques qui se succèdent ont peur. Ils ont peur de Washington, peur des grands médias, peur du pouvoir des banques et de l’industrie, peur du pouvoir de l’argent. Ils ont peur de regarder la vérité en face et d’oser nommer l’asservissement de la France à laquelle ils se sont misérablement résolus. Ils ont peur « d’aller au fond des choses ».

L’UPR, quant à elle, n’a pas peur.

Fidèle à l’enseignement du fondateur de la France Libre, l’UPR propose aux Français « d’aller au fond des choses et d’y aller sans arrière-pensées » car « c’est en réalité non seulement la meilleure politique mais c’est la seule politique qui vaille en fin de compte. »

FA
24 juillet 2017

Aidez-nous ! Partagez :