LA TÉLÉVISION PUBLIQUE FRANÇAISE DIFFUSE – pour la 2e fois en 5 ans !! – LA MÊME « FAKE NEWS » ANTI-POUTINE ! Les 5 questions posées par ce scandale.

Télécharger en PDF
Lecture : 5 min
Print Friendly, PDF & Email

 

Après avoir faussement répandu la vieille « infox » (dans son JT de 20 h du 10 août 2018) selon laquelle Vladimir Poutine passerait ses vacances à faire la chasse au tigre de Sibérie, et devant le tollé suscité par cette fausse information, France 2 a fini par reconnaître :

« Ce n’est pas une fake news mais une erreur involontaire [sic!] que la direction de l’information de France Télévisions regrette. Elle sera signalée à l’antenne @20hFrance2 ce soir. »

 

MALGRÉ L’AVEU, 5 QUESTIONS DEMEURENT

1) Cette « fake news » éculée remonte à 2008 et a été rapidement démasquée et expliquée : Vladimir Poutine participait au contraire à un programme de sauvetage du tigre de Sibérie.

  • => Comment les prétendus « professionnels de l’information » de France 2 ont-ils pu relayer un pareil bobard dix ans après ?

2) France 2 a affirmé ensuite que « ce n’est pas une fake news mais une erreur involontaire ».

  • => Quelle différence la chaîne publique fait-elle entre les deux notions ?

 

3) Il se trouve que France 2 avait déjà diffusé cette infox sur Poutine tueur de tigres le 4 janvier 2013. Ce qui lui avait valu un article de dénonciation de l’Observatoire du journalisme du 23 janvier 2013, article intitulé « Retour sur une manipulation par l’image »

Si l’on écarte l’hypothèse que les journalistes de France 2 sont des abrutis complets, le fait qu’ils rediffusent exactement la même fausse information le 10 août 2018 relève donc bien de la « fake news » délibérée.

  • => Quelle justification France 2 apporte-t-elle au fait que c’est la 2e fois en cinq ans qu’elle diffuse cette même « fake news » sur « Poutine tueur de tigres » ? Comment la chaîne publique ose-t-elle encore parler « d’erreur involontaire » ?

France 2 avait déjà commis la même « erreur involontaire » le 4 janvier 2013. Si l’on écarte l’hypothèse que les journalistes de France 2 sont des abrutis complets, le fait qu’ils rediffusent exactement la même fausse information le 10 août 2018 relève donc bien de la « fake news » délibérée.

 

4) Compte tenu de la gravité de cette prétendue « erreur involontaire » – la 2e sur exactement le même sujet à 5 ans d’intervalle! – visant à dénigrer pour la énième fois le chef d’État russe devant des millions de téléspectateurs français, quelles mesures concrètes la direction générale de France 2 va-t-elle prendre pour éviter la réédition d’un pareil scandale ?

  • => Quelles sanctions contre les responsables ?
  • => Quelles procédures pour rechercher des sources contradictoires et vérifier le bien-fondé de l’information ?

 

5) Si les journalistes de France 2 ne sont pas capables de repérer une infox (« fake news ») connue comme telle dans toutes les salles de rédaction depuis dix ans, en vertu de quel miracle seraient-ils aptes à déterminer de façon infaillible la justesse des informations quotidiennes produites par les grands médias anglo-saxons ?

  • => Quelle est la compétence des journalistes de France 2 pour taxer de « fake news » toutes les informations qui contredisent l’ordre euro-atlantiste et pour taxer de « complotistes » tous ceux qui émettent des doutes sur certaines des informations venues des agences de presse occidentales ?

 

=> QUELLE COMPÉTENCE A FRANCE 2 POUR DÉMASQUER LES « FAKE NEWS » AILLEURS ?

S’agissant du conflit syrien par exemple, France 2 n’a jamais hésité à reprendre à son compte les informations produites par l’officine londonienne baptisée « Observatoire syrien des droits de l’homme » (OSDH) sans avoir le souci d’obtenir des recoupements de sources contradictoires.

Or cette officine – qui serait constituée en tout et pour tout d’un seul responsable (Rami Abdel Rahmane, de son vrai nom Oussama Ali Souleiman) et de son interprète – a diffusé nombre d’informations selon lesquelles « le régime de Bachar el-Assad » procèderait « au gazage de ses populations ».

La télévision publique française a largement relayé des informations de l’OSDH (dont certaines ont ensuite été démasquées comme des « fake news » comme, à l’automne 2011, lorsque l’OSDH a contribué à relayer la fausse information sur la mort de la jeune Syrienne Zainab al-Hosni, devenue « martyre de la répression » avant que celle-ci ne réapparaisse).

Mais la télévision française n’a jamais précisé à ses millions de téléspectateurs que ce prétendu OSDH est financé :

En diffusant – pour la 2e fois en 5 ans ! – la même grossière « fake news » anti-Poutine, connue comme telle par tous les journalistes sérieux depuis dix ans, France 2 a perdu toute crédibilité pour donner aux autres des leçons de professionnalisme et de « lutte anti-fake news ».

Quant à Macron et à ses rodomontades à relents orwelliens visant à faire interdire les « fake news » par la loi, il peut maintenant aller se rhabiller.

François Asselineau
13 août 2018

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ?
Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :