Nelson Mandela : Une fausse agonie diplomatique ?

Lecture : 2 min
Print Friendly, PDF & Email

Et si Mandela avait fait le mort pour ne pas rencontrer Obama ?

nelson-mandela-rencontre-obama

J’attire l’attention de mes lecteurs sur l’analyse intéressante et décapante parue aujourd’hui 20 juillet sur le site Internet camerounais « Cameroonvoice ».

Cette analyse émane de Jean-Paul Pougala, un intellectuel camerounais connu et controversé, notamment du fait de ses prises de position très critiques vis-à-vis des puissances occidentales et du néo-colonialisme. Né à Bafang (Cameroun) en 1962, cet économiste de formation dirige l’Institut d’Études Géostratégiques de Douala au Cameroun, enseigne en Suisse et à Tianjin (Chine) et enseigne notamment la « Géostratégie Africaine » à l’Institut Supérieur de Management ISMA de Douala.

Dans cette analyse, l’auteur note que la récente agonie de Neslon Mandela, relayée par les médias du monde entier, a curieusement fait place à sa quasi-résurrection, dès que le président américain Obama a quitté le sol africain. Selon l’auteur, qui n’est pas tendre avec Mandela qu’il qualifie de traître à la vraie cause des Africains, celui-ci aurait à tout prix voulu éviter de rencontrer une nouvelle fois Obama, depuis qu’il est devenu clair que ce « premier président américain noir » est en fait l’un des principaux pilleurs et tortionnaires de l’Afrique d’aujourd’hui.

Sans rependre toute cette analyse à mon compte, je la trouve intéressante et stimulante intellectuellement. Ce point de vue très novateur du rôle de Mandela et de la géopolitique africaine, vu par un intellectuel africain, se place aux antipodes de la présentation que l’on nous en fait dans les pays occidentaux.

François Asselineau

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ?
Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :