Au sujet de l’affaire Bourdin

Télécharger en PDF
Lecture : 5 min
Print Friendly, PDF & Email

Réponse reçu d’un certain Ronx  suite à un message posté sur le forum RMC par un de nos sympathisants:

Consternant la conclusion du bureau national de l’UPR : « Tout cela prouve : ==> que François Asselineau pose un véritable problème aux forces qui cadenassent la démocratie en France et en Europe. ==> et a contrario que les candidats qui sont constamment invités dans les médias, notamment par M. Bourdin, sont bien des agents du système, y compris et surtout ceux qui sont présentés comme des opposants.» On a pas la même définition de ce qu’est une preuve… Si on suit votre raisonnement alors tous ceux qui cherchent des parrainages et qui ne sont pas présents dans les médias, posent un problème aux « forces qui cadenassent la démocratie ». Sauf que beaucoup de ces candidats ne proposent pas la sortie de l’UE. C’est en tirant des conclusions de ce type que vous vous dé-crédibilisez. Soyez réalistes, vous n’avez jamais participé à des élections majeures, vous n’avez qu’un seul élu, vous ne représentez pas grand chose. Ce qui explique votre absence des médias.

François Asselineau:

Il faut poser la question à Ronx :

– « Que représentait Charles de Gaulle le 17 juin 1940 ? ».
Réponse : rien parce qu’il n’avait pas d’élus ?
Si Churchill lui a donné accès à la BBC, c’est parce qu’il a estimé que, bien que tout seul, de Gaulle représentait l’âme de la Résistance à l’Allemagne et à la dictature.

Certes M. Bourdin n’a sans doute pas la hauteur de vue et le pouvoir de décision de Churchill. Mais cela n’excuse pas la profonde erreur professionnelle qu’il commet en refusant de m’inviter. Car son métier est – ou plutôt « devrait être » – de mener des investigations, de repérer les mouvements politiques de la société française en plein essor, de s’y intéresser et de leur donner la parole avec discernement, ne serait-ce que pour les contredire.

C’est d’autant plus le devoir de M. Bourdin d’agir de la sorte que le CSA lui en fait obligation. Et aussi qu’il a bâti toute son image précisément sur le fait qu’il donnait la parole à tous, et qu’il souhaitait aider tous les petits candidats !

S’il y a quelqu’un que toute cette affaire est en train de « dé-crédibiliser », ce ne sont certes pas moi-même et l’UPR, ce sont M. Bourdin et RMC eux-mêmes.

Car M. Bourdin sait parfaitement que, bien que n’ayant que 2 élus (1 conseiller municipal dans le Morbihan et 1 conseiller municipal dans les Pyrénées Atlantiques), l’UPR représente d’ores et déjà l’âme de la Résistance à l’empire euro-atlantiste et à la dictature.

M. Bourdin sait aussi parfaitement qu’en termes de compétence et de sérieux, de pertinence juridique et d’irréfutabilité des analyses, de cohérence et de hauteur de vue du programme, de notoriété grandissante, ou de dynamique de rassemblement, aucun parti politique n’est comparable à l’UPR.

M. Bourdin sait aussi que pratiquement aucun des candidats à l’élection présidentielle n’a une expérience professionnelle (notamment en matière économique, financière, commerciale, géopolitique et internationale) qui soit aussi étoffée que la mienne.

Du reste, il est à la fois comique et pathétique de voir les modérateurs de RMC supprimer continuellement par dizaines le flot de messages réclamant que je sois invité, maquiller le nombre de votes d’un forum qui bat des records absolus de fréquentation, bref se battre contre la lame de fond de l’UPR…. et cela au motif que l’UPR ne représente rien ! Ne se rendent-ils pas compte du ridicule de leur censure ?

——————-

Comme ses confrères, M. Bourdin joue la montre, en espérant qu’ils auront collectivement obtenu ce qu’ils cherchent, à savoir m’empêcher d’obtenir les 500 parrainages fatidiques.

Mais ils se trompent très lourdement s’ils pensent qu’une telle issue m’arrêterait et arrêterait l’UPR.

Au contraire, l’injustice qui nous est faite est si criante que l’UPR reçoit actuellement des adhésions selon un rythme inégalé. Et si je devais être écarté de l’élection, je n’ai pas le moindre doute que cela renforcerait encore notre notoriété et notre crédibilité. Je m’y emploierais d’ailleurs avec la sérénité imperturbable qui est la mienne.

M. Bourdin devrait méditer ce proverbe anglais qui dit « there is another day » : « Il y a un jour après ». M. Bourdin devrait donc faire l’effort intellectuel de se projeter dans le proche avenir, par exemple cet automne et cet hiver, dans l’hypothèse où serait advenu ce que veut le système euro-atlantiste, à savoir l’élection de François Hollande à l’Élysée.

M. Bourdin devrait comprendre que la situation politique, économique et sociale va continuer à se dégrader rapidement après les élections. Et que la situation en France va devenir explosive, lorsque les Français vont voir leur niveau de vie continuer à baisser rapidement et voir le pillage de la France s’organiser comme en Grèce.

Les Français, et notamment les Français de gauche, constateront alors que François Hollande est un pantin comme Sarkozy et qu’après avoir eu « Merkozy », l’Europe leur impose « Merkollande ».

Tôt ou tard, mais assez rapidement, les Français finiront par rejoindre en masse les analyses et les propositions de l’UPR.
M. Bourdin, comme tous ses confrères, devrait y songer.

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ?
Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :