== NOTRE REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE == Semaine du 21 au 27 janvier 2019

Télécharger en PDF
Lecture : 35 min
Print Friendly, PDF & Email

Chantal Jouanno : « Le grand débat est faussé au profit d’une opération de communication »

(Joël Saget – AFP – Modification par l’équipe de la revue de presse UPR)

« Le principe d’un débat public, ce n’est pas de poser des questions aux Français, c’est les Français qui vous posent des questions, c’est eux qui s’expriment, c’est eux qui disent ce qui leur tient à cœur », a-t-elle souligné.

Source : Orange (25 janvier)

Personne n’est dupe de la tactique de Macron : substituer à une vraie consultation populaire un exercice de communication soigneusement « cadré », avec des thèmes autorisés et d’autres absolument tabous. Or la démocratie consiste à pouvoir parler de tout : c’est la raison pour laquelle les Gilets jaunes ont répondu à cette farce du grand débat en lançant leur propre plateforme de discussion, intitulée de façon on ne peut plus claire « le vrai débat ». Fidèle à sa mission de rétablir la démocratie, l’UPR a également accueilli des Gilets jaunes pour un débat totalement libre.

France – Gilets jaunes

Ingrid Levavasseur ne « regrette pas » d’avoir voté Macron à la présidentielle

« Si j’avais pu avoir un vote blanc qui soit comptabilisé, j’aurais voté blanc », a indiqué vendredi 25 janvier Ingrid Levavasseur, tête de la future liste « Gilets jaunes » pour les européennes.

Source : Orange (25 janvier)

Les Gilets jaunes ne sont, pour leur grande majorité, pas dupes de la manœuvre politique que représente la création de cette liste. Levavasseur, comme d’autres candidats, a des atomes crochus avec Macron, ce qui est totalement antinomique avec le départ de Macron réclamé à cor et à cri autour des ronds-points. D’ailleurs, électoralement, qui sera le premier bénéficiaire de l’existence de cette liste ?

Macron : « Les vraies réformes, elles vont avec les contraintes, les enfants »

Lors d’un débat citoyen, le chef de l’État a souligné la difficulté, selon lui, à mener des réformes profondes. « Mais changer le système, ce n’est pas simplement dire : “Je vais pas à l’élection, foutez le système en l’air, et, moi, je suis en colère, mais je n’ai pas de trucs à proposer” », a-t-il averti. « Il faut proposer de vraies réformes, mais les vraies réformes, elles vont avec les contraintes, les enfants ! » a-t-il ensuite lancé. Et de conclure : « Parce que si, derrière, on veut ceci, comment on le finance ? C’est pas open bar. Le bar, c’est le nôtre. »

Source : France info (25 janvier)

Voilà qui traduit bien la pensée présidentielle : les Français ne sont pas des gens avec qui Macron entend discuter d’égal à égal ; ce sont des enfants que papa gronde quand ils dépassent les bornes. Comment un débat démocratique peut-il se dérouler dans ces conditions ?

Édouard Philippe : « Si on fait le RIC, on entre dans une mécanique qui est terrible »

Participant à son tour vendredi à une réunion du grand débat national à Sartrouville, dans les Yvelines, Édouard Philippe a notamment donné son avis « personnel » sur le référendum d’initiative citoyenne, l’une des revendications phares des Gilets jaunes. « Le RIC, ça me hérisse », a fait savoir le Premier ministre.

Source : le JDD (26 janvier)

Le référendum d’initiative citoyenne, qui figure depuis longtemps au programme politique de l’UPR, est un instrument parfaitement démocratique. Il est symptomatique que le gouvernement en ait peur : en effet, si le RIC était mis en œuvre, le carcan des contraintes européennes apparaîtrait rapidement au grand public, et amènerait naturellement sur le devant de la scène la question d’un référendum sur le Frexit… chose que honnissent nos dirigeants actuels.

Des Gilets jaunes déroulent des banderoles pour railler les Foulards rouges

Lors de la manifestation des Foulards rouges, des femmes se réclamant des Gilets jaunes se sont immiscées dans le cortège. Avec pour but de discréditer et de caricaturer, avec humour, le message des partisans du gouvernement.

Source : RT France (27 janvier)

Vers 15 h 30, le mouvement des Foulards rouges, limité à Paris, regroupait 1 000 à 2 500 personnes au plus (nettement moins que la manifestation de l’UPR du 1er mai 2018). Soit un nombre de l’ordre de 70 à 100 fois inférieur à la mobilisation des Gilets jaunes, à laquelle on a encore assisté hier dans toute la France (123 000 manifestants selon « Le nombre jaune »).

Banderole caricaturant le mouvement des Foulards rouges. (Malik Archer – RT France)

Le Medef partage le « ras-le-bol fiscal » des Gilets jaunes

Le numéro deux de l’organisation patronale estime aussi que le Medef est « d’une certaine manière à l’origine du mouvement ».

Source : l’Express-l’Expansion (22 janvier)

Ce n’est ni la première ni la dernière fois que le Medef cherche à récupérer la grogne populaire à son profit. Et si on parlait plutôt des 40 milliards d’euros du CICE versés aux grandes entreprises sans aucun bénéfice sur l’emploi ?

Comment le sujet des Gilets jaunes s’est invité dans un débat à l’ONU

En plein débat sur la crise politique vénézuélienne, un diplomate russe a lancé ironiquement : « Que penseriez-vous si la Russie demandait de discuter au Conseil de sécurité de la situation en France ? Et des Gilets jaunes qui sont descendus dans les rues par milliers encore ce week-end ? », avant toutefois d’ajouter : « Nous n’avons pas l’intention de saisir le Conseil de sécurité de cette situation. »

Source : BFM TV (27 janvier)

Cette remarque devrait faire réfléchir les « élites » occidentales, qui s’asseyent régulièrement sur la Charte des Nations unies, et notamment sur le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des États.

France

La très instructive publication des comptes 2017 des partis politiques par la CNCCFP

L’examen minutieux des comptes 2017 de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques révèle que l’UPR est le plus grand parti français indépendant des banques et de l’État, et probablement le troisième par le nombre d’adhérents.

Source : UPR (25 janvier)

Les Chinois de Casil mettent en vente leur participation dans l’aéroport de Toulouse

Sans perspective de pouvoir franchir la barre de la majorité du capital, Casil se serait résolu à vendre ses 49,9 % de parts achetées en décembre 2014. Ils n’ont toutefois pas pu acquérir la majorité absolue puisque l’État a souhaité conserver 10,01 % du capital. Bercy ne serait désormais plus vendeur en raison des remous provoqués par le management chinois. Dans le viseur notamment : la politique de distribution massive de dividendes qui a mis le feu à la gouvernance entre Casil Europe et les actionnaires locaux (CCI, métropole, Région, département) qui contrôlent 40 % du capital.

Source : la Dépêche (22 janvier)

La société Casil a puisé dans les réserves de l’aéroport de Toulouse depuis qu’elle est entrée au capital, et elle veut maintenant revendre ses parts en espérant une large plus-value. Cette attitude est plus celle d’un prédateur que celle d’un investisseur. M. Macron, qui a présidé à cette privatisation quand il était ministre de l’Économie, porte une lourde responsabilité dans cette affaire.

Le gouvernement français redoute une cyberattaque aux effets catastrophiques

Pour le directeur général de l’ANSSI, la perspective du sabotage ou de la destruction d’une infrastructure critique française semble inéluctable. Pour la ministre des Armées, Florence Parly, la cyberguerre a « bel et bien commencé », et il n’est pas question d’« être naïf ». Elle a révélé à cette occasion une tentative de cyberattaque attribuée à un groupe proche du service de renseignements russe FSB.

Source : 01net.com (23 janvier)

Derrière ce ton alarmiste, on devine une certaine paranoïa antirusse. Il est évidemment important de se protéger contre les intrusions russes, mais on aurait aimé une réaction au moins similaire à l’espionnage avéré et à grande échelle des services américains révélé par Snowden. Quelle est la stratégie de souveraineté numérique du ministère des Armées, qui utilise Windows et recourt à des entreprises américaines comme Palantir pour le traitement de données ?

Fin de l’anonymat sur le Web : les limites du projet d’Emmanuel Macron

Emmanuel Macron s’est exprimé au sujet de « l’hygiène démocratique du statut de l’information ». Afin de lui redonner ses lettres de noblesse, le président de la République a estimé qu’il s’agissait d’aller « vers une levée progressive de toute forme d’anonymat », en faisant mention de « processus où on sait distinguer le vrai du faux et où on doit savoir d’où les gens parlent et pourquoi ils disent les choses ».

Source : BFM TV (21 janvier)

L’anonymat est essentiel pour que certaines choses soient sues. L’interdire revient à autoriser que des pressions puissent s’exercer sur celui qui a une vérité à partager afin qu’il la taise. On peut par exemple penser au CRS qui s’était exprimé sur la chaîne Demos Kratos de YouTube, dénonçant les consignes reçues de la part du ministère de l’Intérieur. La suppression de l’anonymat menace donc bien la démocratie plutôt qu’elle ne la renforce, comme voudrait nous le faire croire le prince Macron.

Accueil tiède pour François Legault

L’accueil réservé à François Legault et à sa délégation québécoise par la presse française, les 21 et 22 janvier, est modeste. Si la plupart des grands quotidiens français passent sous silence la visite du Premier ministre du Québec, ce premier voyage outremer a tout de même retenu l’attention de plusieurs publications en ligne.

Source : le Journal de Québec (22 janvier)

Les relations avec le Québec devraient être une priorité de la France. L’UPR propose de relancer une grande politique en direction de tous les pays francophones.

François Legault, Premier ministre du Québec, avec Emmanuel Macron. (AFP)

Vosges : 19 postes supprimés à la direction des Finances publiques

La loi de Finances prévoit la suppression de 19 postes à la DDFIP (direction départementale des Finances publiques) Vosges en 2019. Ce qui porte le nombre de postes en moins à 306 depuis 2002, soit un tiers des effectifs.

Source : Vosges matin (22 janvier)

Ce sont les GOPÉ qui demandaient la mise en place du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu. Sans surprise, en déléguant une grande partie de cette responsabilité au secteur privé, quitte à le surcharger de paperasse, cela permet au gouvernement de supprimer des postes dans le secteur public.

Jouy-sur-Morin : des salariés licenciés menacent de mettre le feu à leur précieux stock

Depuis le 16 janvier dernier et l’annonce de la liquidation judiciaire de cette entreprise spécialisée dans la fabrication de papier sécurisé pour billets de banque, la direction ne donne aucun signe de vie. Elle avait pourtant bénéficié de 250 millions d’euros d’argent public pour sa restructuration, avant d’être cédée l’an dernier à un groupe germano-suisse qui ne cherche qu’à la liquider. 240 emplois sont en jeu.

Source : France 3 (24 janvier)

Revenons un cran en arrière… Cette usine est une usine de premier plan. Non seulement elle est fortement liée à l’histoire de France puisqu’elle a fabriqué les assignats sous la Révolution, mais elle produit également du papier pour billets de banque pour 120 pays dans le monde ! Comment donc a-t-on pu laisser un tel fleuron partir en mains étrangères ? La réponse est simple : l’article 63 du TFUE interdit tout contrôle des flux de capitaux par Bercy…

Accusé de violences, un député devient membre d’une commission en lutte… contre des violences

Le député M’jid El Guerrab (ex-La République en marche, devenu membre du Mouvement radical), 34 ans, avait été mis en examen pour « violences volontaires avec arme » après avoir asséné deux coups de casque à son collègue socialiste Boris Faure, lors d’une discussion qui a dégénéré le 30 août 2017.

Source : RT France (27 janvier)

Face à de tels comportements, qui s’étonne encore du dégoût des Français envers la politique ?

Les 80 km/h ? « Une connerie » d’Édouard Philippe, dit Macron

« Je n’y suis pour rien dans cette affaire. C’est le Premier ministre, et c’était une connerie. D’ailleurs, cette mesure n’était pas dans mon programme », s’est justifié le président, qui a affirmé publiquement le même jour, à Bourg-de-Péage (Drôme), « que c’était courageux de faire ça », mais a insinué que la mesure décriée pourrait être assouplie.

Source : le Parisien (26 janvier)

Le sujet des 80 km/h avait créé une réprobation d’envergure nationale, et a sans doute eu sa contribution dans la naissance du mouvement des Gilets jaunes. Face à un sujet aussi sensible, sur lequel l’exécutif n’a rien voulu céder, imagine-t-on que le président ait pu être en désaccord ? C’est donc se moquer du monde, et d’une lâcheté sans nom, que de se désolidariser ainsi de son Premier ministre en le rendant responsable de cette mesure.

Union européenne – Aix-La-Chapelle

Giuseppe Conte : siège à l’Onu pour l’Allemagne ? Paris et Berlin « se moquent de nous »

Le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, n’a pas apprécié la détermination de Paris et Berlin pour que cette dernière obtienne un siège au Conseil de sécurité de l’ONU, estimant que les deux pays qui se sont entretenus mardi 22 janvier à Aix-la-Chapelle « se moquent [des Italiens] ».

Source : Sputnik (25 janvier)

L’UPR ne cesse de souligner que le prétendu « couple franco-allemand » n’est qu’un mythe qui aveugle les élites françaises, sert les intérêts allemands, et irrite nos partenaires européens. Cessons au plus vite cette mascarade qui sert de prétexte à nos élites politiques pour trahir notre souveraineté.

« Macron démission », « Merkel doit partir » : huées pour les deux dirigeants à Aix-la-Chapelle

Emmanuel Macron et Angela Merkel, réunis à Aix-la-Chapelle pour signer le nouveau traité franco-allemand, ont été accueillis mardi matin par les huées de quelques dizaines de personnes, dont certaines vêtues de gilets jaunes. Le président français et la chancelière allemande se sont vite engouffrés dans la prestigieuse mairie d’Aix-la-Chapelle. Les manifestants, munis de sifflets et de vuvuzelas, ont crié « Merkel muss weg » (« Merkel doit partir ») et « Macron démission ».

Source : Paris-Match (22 janvier)

Voici tout ce que méritaient ces deux dirigeants en rupture profonde avec leurs opinions publiques. Revoir ici l’analyse par François Asselineau de la trahison macronienne que représente la signature de ce traité d’Aix-la-Chapelle.

Gilet jaune allemand à Aix-la-Chapelle, réclamant le départ de Merkel. (Marius Becker – dpa via AFP)

Aix la Chapelle, la propagande éhontée du service public

Pierre Haski, journaliste et salarié du service public, se permet des amalgames, des mensonges et des omissions coupables concernant le traité d’Aix-la-Chapelle. François Asselineau pointe dans cette vidéo les approximations scandaleuses et les propos erronés diffusés sur France Inter le 21 janvier 2019.

Source : UPR (22 janvier)

Union européenne

Bruxelles va mettre son veto au rapprochement entre Alstom et Siemens

La Commission européenne va bloquer le rapprochement entre Alstom et Siemens destiné à créer un champion ferroviaire franco-allemand. Sa décision est motivée par le refus de Siemens de proposer des concessions supplémentaires concernant sa technologie de train à grande vitesse, a rapporté Reuters, soulignant qu’il existait également des inquiétudes du régulateur européen au sujet du marché de la signalisation et du matériel roulant.

Source : les Échos (18 janvier)

Contrairement à ce que claironne la propagande européiste, la Commission ne cherche pas à créer des champions industriels européens mais à les casser. En l’occurrence, cela donne un peu de répit au TGV, que Macron avait scandaleusement cédé à l’Allemagne. Mais la Commission n’aurait sans doute rien trouvé à redire si le TGV avait été racheté par une entreprise américaine… Elle n’avait en effet pas bronché lors du rachat de la branche énergie d’Alstom par l’Américain General Electric.

La zone euro va-t-elle être rachetée par l’étranger ?

François Asselineau​ présente au public une note très intéressante et très préoccupante que vient de publier la banque française Natixis. Cette note montre que l’euro, loin de renforcer les pays d’Europe, est en train de les obliger à vendre leur patrimoine aux Américains et aux Chinois.

Source : UPR (21 janvier)

« Le monde a encore besoin de l’OTAN », selon la ministre allemande de la Défense

Pour Ursula von der Leyen, l’Alliance atlantique n’est pas qu’une question de bases militaires ni de troupes : il s’agit de défendre l’ordre mondial.

Source : New York Times (18 janvier) – en anglais

Cet ordre mondial est précisément en train de s’écrouler. Mme von der Leyen feint de l’ignorer pour mieux pousser l’avantage de l’Allemagne en Europe, notamment par l’intermédiaire du traité d’Aix-la-Chapelle. Au contraire, il est de l’intérêt de la France de quitter l’OTAN, pour éviter de perdre sa souveraineté et de mener des guerres illégales.

Monde

Washington reconnaît immédiatement le président autoproclamé du Venezuela Juan Guaido

Le président du Parlement vénézuélien, Juan Guaido, principal opposant à Nicolas Maduro, s’est proclamé mercredi chef de l’État par intérim et a été immédiatement reconnu par Donald Trump alors que plusieurs centaines de milliers de personnes manifestaient à Caracas. Maduro a rompu en retour les relations diplomatiques avec les États-Unis.

Source : Ouest-France (23 janvier)

Washington et le groupe de Lima (dont la Colombie et le Brésil) appuient sans réserves la tentative de coup d’État de Juan Guaido. L’Union européenne appelle à de nouvelles élections, alors que Maduro a été élu en 2018 avec une participation certes historiquement faible mais de 67 % des voix. Sa légitimité est en tout cas très largement supérieure à celle de Juan Guaido, largement inconnu des Vénézuéliens et devenu chef de l’opposition par pur hasard. La palme de l’hypocrisie revient à Macron qui salue le « courage de ceux qui marchent pour la liberté », et à Le Drian qui condamne « la répression des manifestants » – les Gilets jaunes français apprécieront.

Juan Guaido, le 23 janvier 2019. (Miguel Gutierrez – EPA – MAXPPP)

Pékin a rattrapé son retard en « volant » les États-Unis

En pleine guerre commerciale, le renseignement américain accuse la Chine d’avoir volé la propriété intellectuelle américaine.

Source : Tribune de Genève (23 janvier)

Venant de Washington, qui espionne allègrement la planète entière, y compris ses « alliés », et qui utilise son droit extraterritorial pour s’emparer d’entreprises étrangères stratégiques, cette accusation pourrait prêter à rire.

Les États-Unis préoccupés par les restrictions indiennes contre le commerce numérique de Walmart et d’Amazon

Le gouvernement Modi a décidé que les opérateurs étrangers comme Walmart et Amazon devront se comporter en intermédiaires neutres, sans privilégier certains producteurs ni intervenir sur les prix, et qu’ils devront indiquer le nom du producteur et le moyen de le contacter.

Source : The Economic Times (24 janvier) – en anglais

En conséquence, il sera possible de contourner les intermédiaires et de contacter directement les producteurs. Walmart et Amazon ne pourront donc pas faire la loi ni détruire les emplois comme ils le font impunément en Europe.

Journaliste arrêtée aux États-Unis : l’Iran invoque « les droits des Noirs »

Le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif a accusé les États-Unis de violer « les droits civils des hommes et des femmes noirs » après l’arrestation dans ce pays d’une journaliste américano-iranienne.

Source : le Figaro (21 janvier)

Tout comme en France, les journalistes n’ont pas la vie rose. La bonne nouvelle est que la journaliste Marzieh Hachemi, travaillant à Press TV, a été libérée après 10 jours de détention. Comme sur l’affaire des Gilets jaunes, l’Iran n’hésite pas à retourner contre l’Occident des accusations moralisatrices en s’ingérant dans ses affaires intérieures.

L’armée de l’air iranienne se dit prête pour détruire Israël

Dans un contexte de craintes d’escalade des tensions, quelques heures après la destruction d’installations iraniennes par des frappes aériennes israéliennes qui auraient fait des victimes dans l’armée syrienne, le chef de l’armée de l’air iranienne a déclaré lundi matin que l’armée de son pays était prête à s’engager dans une guerre pour la « disparition d’Israël ».

Source : The Times of Israël (21 janvier)

Les propos du gouvernement iranien sont hautement condamnables, parce que complètement irresponsables dans un Proche-Orient qui est devenu une poudrière. Qu’Israël viole régulièrement le droit international en raison de son occupation illégale des territoires palestiniens et de son action en Syrie ne doit pas autoriser pour autant un État à menacer de se faire justice lui-même.

Les Chinois n’ont jamais fait aussi peu d’enfants

Seulement 15 millions de bébés sont nés en Chine l’an dernier. C’est un nombre jamais vu depuis la grande famine de l’ère Mao. La fin de la politique de l’enfant unique n’a pas permis d’inverser la tendance. Bien au contraire, la chute des naissances s’accélère en Chine, comme en témoignent les derniers chiffres publiés ce lundi à Pékin.

Source : les Échos (21 janvier)

Divers

Cybersécurité : 772 millions d’adresses mails piratées découvertes dans un fichier

C’est une faille d’une ampleur inédite qui vient d’être découverte jeudi. Un expert australien en sécurité informatique a mis la main sur une base de données ne contenant pas moins de 772 millions d’adresses mails piratées, ainsi que 21 millions de mots de passe.

Source : les Échos (18 janvier)

Après Yahoo et ses 3 milliards d’utilisateurs touchés, il s’agit d’une des plus grosses fuites de données de l’histoire. (Shutterstock)

Désormais, 26 milliardaires détiennent autant d’argent que la moitié de l’humanité

En 2017, ils étaient au nombre de 43, dénonce l’ONG Oxfam qui souligne que par ailleurs, le nombre de milliardaires a doublé depuis la crise financière de 2008.

Source : les Échos (20 janvier)

Voilà où mène l’idéologie ultralibérale actuelle, qui veut détruire toutes les frontières, mettre en concurrence directe tous les peuples de la Terre, imposer avec le FMI et la Banque Mondiale des plans de restructuration aux pays en développement qui ne font que les plonger davantage dans la misère et l’esclavage moderne. Sortir de l’UE, c’est mettre à mal un pilier fondamental de cette idéologie et, déjà en France, revenir à un modèle plus égalitaire et plus juste, qui correspond à ce que veulent les Français.

Vos retours et propositions d’articles sont les bienvenus sur selection_infos@upr.fr.

Pour changer les choses, nous vous invitons également à partager massivement cette revue de presse ! En pratique, nous vous proposons d’envoyer à toutes vos connaissances, dans un courriel, la photo à la une et son commentaire, suivis du lien sur cette revue de presse (l’utilisation de la copie cachée est recommandée). Vous pouvez aussi recevoir chaque semaine le courriel prêt à diffuser sur simple demande à selection_infos@upr.fr.

Coordination de la revue de presse : David Pauchet

Rédacteurs : Antoine Carthago, Maxime Forner, Thierry Lacour, Gilles Marceau, David Pauchet

Relecture : équipe de relecture

Validation finale : François Asselineau

Débit faible ou difficultés pour visionner sur Youtube ? Vous pouvez télécharger les conférences de l’UPR à partir du site d’un militant sur : http://www.upr.world/Asselineau.html. Quant aux derniers entretiens d’actualité, ils sont téléchargeables à cette adresse : http://www.upr1.pw.

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ? Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :