Alors que Macron se défile lâchement, François Asselineau se rendra ce jeudi 22 novembre 2018 au 101e Congrès de l’Association des maires de France (AMF).

Télécharger en PDF
Lecture : 4 min
Print Friendly, PDF & Email
Du jamais vu : contrairement à la promesse solennelle qu’il avait faite d’aller chaque année au Congrès de l’AMF, Macron a décidé de se défiler et de ne pas s’y rendre cette année. C’est par pure lâcheté : il savait bien qu’il aurait été hué par des centaines de maires présents, et probablement même conspué et insulté, tant sa politique constante d’étranglement financier et de destruction des communes de France lui vaut désormais une animosité générale chez les maires, et plus spécialement chez les maires ruraux.
 
De son côté, François Asselineau s’y rendra le jeudi 22 novembre à partir de 10h00 (l’entrée se fait sur invitation).
Il parcourra les allées pour aller expliquer inlassablement aux maires de France qu’il rencontrera à quel point Macron n’est qu’un pantin qui ne fait qu’appliquer servilement la politique de destruction de la République française qui lui est dictée par notre appartenance à l’UE.
 

Beaucoup de maires se rappellent que François Asselineau les avait solennellement mis en garde le 22 mars 2017, lorsqu’il s’était rendu au 100e Congrès de l’AMF pendant la campagne présidentielle, contre la diminution des dotations globales de fonctionnement et la disparition des collectivités locales imposée par les Grandes orientations des politiques économiques de la Commission européenne et par la politique des « euro-régions » visant à démanteler l’unité nationale.

 

François Asselineau à la tribune du Congrès de l’AMF le 22 mars 2017 pendant la campagne pour l’élection présidentielle.

 
Nul doute que l’accueil que recevra le président de l’UPR sera meilleur que le 22 mars 2017 : comme on le voit sur cette vidéo qui a fait le buzz, un certain nombre de maires avaient ri (à partir de 6’05 » et jusqu’à 6’25 ») devant les mises en garde de François Asselineau… Lequel s’était alors interrompu pour lancer « Je ne suis pas sûr que ce soit si drôle… »
 
Un an et demi après, les maires de France peuvent désormais constater que Macron était un menteur et un traître, alors que c’est le président de l’UPR qui leur disait la vérité. Maintenant, les maires n’ont plus du tout envie de rire !
 
—————–
==>> Réécoutez le discours mémorable de François Asselineau devant l’AMF le 22 mars 2017, en particulier entre 4’14 » et 6’50 »

—————-

 

François Asselineau à la tribune du Congrès de l’AMF le 22 mars 2017 pendant la campagne pour l’élection présidentielle.

 

 

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

Aidez-nous ! Partagez :