Coronavirus : les propos scandaleux de Muriel Pénicaud ne passent pas chez les entreprises du BTP – Analyse de Benoît Matharan

Télécharger en PDF
Lecture : 12 min
Print Friendly, PDF & Email

Alors que le nombre de morts du coronavirus suit une courbe exponentielle en France et qu’il dépasse maintenant plus d’une centaine par jour, Mme Muriel Pénicaud, ministre du Travail, s’est crue autorisée à lancer que les entreprises de bâtiment seraient « défaitistes » face à cette épidémie !

Cette récente déclaration de la ministre, connue par ailleurs pour ses nombreuses gaffes et pour avoir trempé dans de nombreuses affaires peu claires, m’a presque fait tomber de ma chaise ! Je dis « presque » car l’on finit par être « en même temps  » dégoûté et blasé : les déclarations éhontées de Mme Pénicaud ne sont finalement ni plus ni moins scandaleuses que le mépris hautain et l’incompétence crasse de Macron et de tout son gouvernement.

Rappelons les faits : c’est au cours d’une réunion de travail sur la position à tenir dans le secteur du BTP face au drame de l’explosion de cas de coronavirus, que les trois organisations syndicales (CAPEB, FFB et FNTP) ne sont pas arrivées à un accord avec la ministre.

Ces trois organismes ont souhaité d’une seule voix que tous les chantiers soient immédiatement mis à l’arrêt. C’était conforme à ce que l’on avait cru comprendre du discours emberlificoté du président de la République. C’était surtout conforme au bon sens et pleinement conscient de la situation terrible que traverse notre pays. Arrêt déjà en cours, presque partout accentué par la fermeture des fournisseurs, maillon indispensable à l’avancement de nos chantiers.

Or voilà que la ministre a considéré que nos entreprises de BTP se mettant à l’arrêt étaient, je la cite, « défaitistes ».

Elle a même menacé de ne pas accorder le chômage partiel à la profession (cette menace a néanmoins été évacuée ensuite, du fait du tollé provoqué).

Mesure-t-on bien la honte qu’il y a à ce que la ministre ose tenir de tels propos ?

Comment oser sous-entendre que les travailleurs du Bâtiment et des Travaux Publics seraient des irresponsables ? Ceux-là mêmes qui ne font jamais grève, qui travaillent par tout temps, qui ne reçoivent bien souvent que des revenus modestes, qui ont une espérance de vie en bonne santé de 59 ans et une espérance de vie moyenne de 67 ans.

Nos entreprises seraient mal organisées et ne seraient pas solidaires de notre pays ? Pourtant, s’il y a bien une profession où l’organisation est l’un des premiers piliers de la réussite et où l’on accepte tout le panel de qualifications et d’expériences, c’est bien le BTP !

Dans la profession, tous mes collègues ont été scandalisés par ces propos insultants de Muriel Pénicaud. Nous, les fainéants, n’avons vraiment aucune leçon à recevoir de l’un des membres de ce gouvernement totalement irresponsable quant à la gestion de cette crise. Nous, nous mettons tout en œuvre pour assurer la protection de nos salariés avec une évaluation profonde et quotidienne du risque. C’est cela qui nous fait interrompre l’activité de manière globale, acte inédit dans la profession.

Eux (gouvernement) ne sont mêmes pas capables – depuis deux mois ! – de fournir des masques, des gels désinfectants et des tests à nos infirmières, médecins, docteurs, gendarmes, policiers, etc.

Puisqu’ils aiment répéter le mot « guerre », qu’est donc un soignant que l’on envoie soigner des malades sans masque face à une pandémie meurtrière sinon un soldat que l’on envoie au front sans armes !

Qu’elle explique où l’État a été à la hauteur de la catastrophe alors même que selon Mme Buzyn (ex-ministre de la Santé), le gouvernement était informé du danger dès début janvier! Qu’ont-ils anticipé ? Rien!

Décidément, ce gouvernement est le pire depuis Pétain car il serait même capable de se mettre à dos cette partie de la population qui n’a jamais rien demandé de plus que de travailler. Les ouvriers du BTP méritent mieux que vous !

Benoit Matharan
Membre du Bureau National de l’UPR
Responsable BTP et artisanat
Élu à la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment, (CAPEB)

RAPPEL DES PRINCIPAUX “FAITS D’ARMES” DE MURIEL PÉNICAUD

Affaire Business France

De janvier 2015 à mai 2017, Muriel Pénicaud est directrice générale de Business France, agence nationale au service de l’internationalisation de l’économie française. En mars 2017, une enquête préliminaire, ouverte par le parquet de Paris, vise cette agence. Cette enquête concerne l’organisation d’une soirée de promotion des start-up françaises, organisée autour d’Emmanuel Macron, alors ministre de l’Économie, à Las Vegas, le 6 janvier 2016, en marge du Consumer Electronics Show (CES), dont l’organisation a été confiée à Havas, sans appel d’offres, ce qui est contraire à la loi.
Le parquet de Paris ouvre en juillet 2017 une information judiciaire pour favoritisme et recel de favoritisme. Elle est confiée au juge Renaud Van Ruymbeke. Muriel Pénicaud  est convoquée le 22 mai 2018 par un juge d’instruction chargé de l’affaire en vue d’une audition sous le statut de témoin assisté.

Son management est par ailleurs critiqué par certains employés de Business France qui dénoncent un management par le stress et autoritaire.

Le 20 décembre 2017, Le Canard enchaîné révèle que 671 infractions au Code du travail ont été constatées à Business France, lorsque Muriel Pénicaud dirigeait l’agence publique

Affaire Creative France

En juillet 2018, des magistrats demandent au procureur l’ouverture d’une information judiciaire concernant le dossier « Creative France » dans lequel ils soupçonnent Muriel Pénicaud de favoritisme au profit, encore une fois, d’Havas.

Le contrat ainsi octroyé aurait rapporté 13,2 millions d’euros à l’entreprise chargée de réaliser des spots publicitaires vantant l’attractivité de la France à l’étranger. Muriel Pénicaud a affirmé devant les juges qu’elle ne connaissait « personne d’Havas » et donc surtout pas Stéphane Fouks, vice-président de l’entreprise, ce que contredit l’enquête.

Affaire Danone : plus-value lors d’un plan social

En 2013, Muriel Pénicaud, alors directrice des ressources humaines du groupe Danone, revend ses stock options reçues en 2009, réalisant ainsi une plus-value de 1,13 million d’euros, dont 280 000 € environ sont concomitants à la hausse, début 2013, de la valeur des actions du groupe au moment de l’annonce de 900 suppressions d’emplois de cadres en Europe. Le soupçon de délit d’initié est patent.

Affaire des licenciements de salariés protégés

En mars 2018, Mediapart explique que Muriel Pénicaud a validé le licenciement d’un des responsables du syndicat SUD de La Poste, Gaël Quirante, alors que la procédure a été refusée à quatre reprises par l’Inspection du travail, qui juge que les faits reprochés ne sont pas assez graves pour le licencier et que son licenciement est lié à ses activités syndicales.

En mai 2019, elle autorise le licenciement de représentants syndicaux ou délégués du personnel de l’usine Whirlpool d’Amiens, dans le cadre de sa délocalisation vers la Pologne.

Questionnements sur son impartialité dans la fonction

Muriel Pénicaud a occupé des postes importants dans plusieurs grandes entreprises françaises très controversées, ce qui inquiète certains commentateurs quant à son impartialité en tant que ministre vis-à-vis de ces entreprises. L’inquiétude est encore plus grande si l’on considère que sur les 9 conseillers de son cabinet ministériel, 4 sont d’« anciens » lobbyistes professionnels.

Détournement de procédures fiscales

Muriel Pénicaud a créé en 2012 le fonds de dotation Sakura, où elle a placé 670 000 euros, déduits des impôts à 66 %, à condition que le fonds finance des « projets d’intérêt général » au titre du mécénat artistique.

Ce fonds a en fait servi à financer un centre d’art géré par son ancienne collaboratrice Marie-Solange Dubès, qui expose notamment les photographies de Muriel Pénicaud, mais aussi une revue qui publie les livres de Muriel Pénicaud, écrits sous le pseudonyme de « Julia J. Joy ».

Trucages sur les chiffres de l’assurance-chômage

En 2019, les données sur lesquelles Muriel Pénicaud fonde sa réforme de l’assurance-chômage font l’objet de vives contestations. Alors qu’elle assure qu’un chômeur sur cinq touche une allocation chômage plus élevée que son salaire, une étude de l’Unédic reprise par plusieurs médias fait état d’un chiffre cinq fois inférieur.

En juin 2019, l’Autorité de la Statistique Publique relève que cette donnée occupe une grande place dans la description du fonctionnement du système d’indemnisation du chômage en France tandis que cette « information publiée par Pôle emploi reste minimale », souligne-t-elle. Elle annonce qu’elle auditera l’INSEE et le Conseil National de l’Information Statistique à propos de ce qu’elle qualifie de “polémique”.

Participation illégale au Conseil d’administration du Forum de Davos

Le 15 novembre 2019, elle est nommée au sein du Conseil d’administration du Forum de Davos, à titre bénévole. Elle met à jour sa déclaration auprès de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) qui lui demande de renoncer à cette fonction d’administrateur dans le cadre de l’article 10 de la loi de 2013. Muriel Pénicaud « prend acte » de la délibération de la HATVP et déclare que sa motivation d’accepter ce mandat bénévole était pour défendre un « capitalisme plus responsable ».

Affaire du congé pour enfant décédé

Muriel Pénicaud a encore défrayé la chronique en janvier 2020 pour avoir refusé d’étendre le congé des parents en cas de décès d’un enfant, ce qui a provoqué non seulement un tollé à l’Assemblée nationale, mais une réprobation unanime dans la France entière.

Patrimoine : le ministre le plus riche du gouvernement

Muriel Pénicaud possède un patrimoine qui est évalué à 7,5 millions d’euros fin 2017, puis à 6,5 millions d’euros en juillet 2018, par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, soit le plus élevé de tous les membres du gouvernement.

Sources :
https://www.lci.fr/politique/coronavirus-covid-19-on-a-besoin-de-tout-le-monde-sur-le-pont-l-appel-de-muriel-penicaud-au-civisme-des-entreprises-2148481.html
et
http://www.tvlibertes.com/actus/btp-le-coup-de-pelle-du-gouvernement-pierre-bergerault
et
https://www.batiactu.com/edito/coup-gueule-ministre-travail-contre-societes-btp-qui-59133.php
et
https://www.batiactu.com/edito/vers-un-arret-general-chantiers-pendant-15-jours-59112.php
et
https://fr.wikipedia.org/wiki/Muriel_P%C3%A9nicaud

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ? Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :