L’effroyable mensonge de la « solidarité européenne » : les Tchèques ont volé 680 000 masques et respirateurs que la Chine avait donnés à l’Italie pour sauver des milliers d’Italiens en urgence absolue !

Télécharger en PDF
Lecture : 4 min
Print Friendly, PDF & Email

Les Tchèques ont volé 680 000 masques et respirateurs que la Chine avait donnés à l’Italie pour sauver des milliers d’Italiens en urgence absolue !

Alors que le nombre de morts du coronavirus en Italie a enregistré un nouveau record de décès hier samedi 21 mars (793 personnes décédées en 24 heures, soit 4 825 morts depuis l’apparition de l’épidémie de l’autre côté des Alpes), le grand quotidien La Repubblica a révélé, également hier soir, une information proprement inimaginable.

À savoir que la République tchèque a été contrainte de reconnaître avoir détourné… 680 000 masques et respirateurs de réanimation faisant partie d’envois d’aide humanitaire chinoise d’urgence à destination de l’Italie !

Cette ignominie a été révélée par un étudiant tchèque, qui a envoyé des photos aux médias italiens. On peut y voir en effet des caisses d’aide humanitaire chinoises dans des voitures de police tchèque. À l’intérieur, en plus des masques et des respirateurs, des messages de soutien du gouvernement chinois aux Italiens.

Sources : La Repubblica et RTL


Pourtant, les Italiens versent chaque année 300 à 400 millions € aux Tchèques grâce aux « aides européennes »

Ce scandale absolu révèle toute l’horreur, le cynisme, la crapulerie et le mensonge de la prétendue « solidarité européenne ».

Pour information, on peut estimer en effet que :

– l’Italie est contributrice nette de quelque 5,5 milliards d’euros par an à l’Union européenne ;

– la République tchèque est bénéficiaire nette de quelque 3,4 milliards d’euros par an en provenance de l’Union européenne (en réalité, versés par les pays “contributeurs nets”) ;

– compte tenu du poids de l’Italie dans le budget européen, les contribuables italiens versent chaque année 300 à 400 millions d’euros aux Tchèques par l’intermédiaire du système des “aides européennes”.

Les vrais amis de l’Italie sont ailleurs que dans l’UE

C’est dans le malheur que l’on reconnaît ses vrais amis. Or, jour après jour, les Italiens découvrent la triste vérité :

– d’une part, leurs prétendus “partenaires européens” – dont les pays de l’Est qu’ils ont tant aidés – ferment leurs frontières, ne leur donnent aucune aide, et pire encore leur volent les aides médicales d’urgence venues de Chine pour sauver des milliers de vies !

– d’autre part, ce sont des pays constamment méprisés, ridiculisés, calomniés et insultés par les européistes qui leur viennent en aide pour lutter contre l’hécatombe !

On a ainsi appris il y a quelques jours que ce sont la CHINE, CUBA et le VENEZUELA qui ont envoyé des masques, des respirateurs, des médicaments et des médecins à nos voisins italiens. (cf . https://www.upr.fr/actualite/la-pretendue-construction-europeenne-a-transforme-les-pays-deurope-en-nouveau-tiers-monde/ )
On apprend aujourd’hui que l’Italie attend maintenant 3 millions de masques en provenance d’INDE et de RUSSIE, également pays non alignés avec les Etats-Unis, .

CONCLUSION : sortir de l’UE est bien l’impératif national n° 1, en Italie comme en France.

Il y a quelques jours, Régis Debray expliquait que le coronavirus révèle que l’Union européenne n’est qu’un “pieux mensonge”.

La réalité est bien plus grave encore que cela : les européistes constituent une mafia arrogante, incompétente et criminelle qui entraîne tout le continent dans le désastre.

Le coronavirus apporte jour après jour la preuve que la sortie de l’UE est bien l’impératif national n° 1, en Italie comme en France.

Non seulement nous y retrouverons notre niveau de vie, nos libertés publiques et notre démocratie, mais nous pourrons rétablir nos services publics, à commencer par le service hospitalier. Et nous y retrouverons nos amitiés mondiales, en dehors de toute idéologie mortifère.

François Asselineau
22 mars 2020 –

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ? Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :