== NOTRE REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE == Semaine du 16 au 22 avril 2018

Télécharger en PDF
Lecture : 24 min

« Il n’est point d’honneur de porter une décoration attribuée par un régime esclave des États-Unis qui soutient les terroristes »

Séparés par dix-sept ans, ces deux clichés témoignent de l’effondrement du rayonnement et de la crédibilité de la diplomatie française au Moyen-Orient consécutivement à son alignement complet sur Washington et à ses actions contraires au droit international.
À gauche : le 25 juin 2001, Jacques Chirac remet officiellement la décoration de Grand-Croix de la Légion d’honneur au président Bachar el-Assad, au Palais de l’Élysée.
À droite : le 19 avril 2018, un représentant du ministère syrien des Affaires étrangères (à droite) rend le cordon de Grand-Croix de la Légion d’honneur octroyée par la France au président Bachar el-Assad, à un chargé d’affaires de l’ambassade de Roumanie à Damas (à gauche), qui représente actuellement les intérêts français en Syrie, la France ayant rompu ses relations diplomatiques avec la Syrie. Photo fournie par la présidence syrienne sur sa page Facebook. Cette décision a été prise à la suite de « la participation de la France à l’agression tripartite aux côtés des États-Unis et du Royaume-Uni contre la Syrie le 14 avril », a précisé un communiqué. « Il n’est point d’honneur pour le président Assad de porter une décoration attribuée par un régime esclave […] des États-Unis qui soutient les terroristes », a ajouté la présidence syrienne.

Source : CNews matin (20 avril)

 

France

Suppression des commissaires aux comptes ?

Dans le cadre de la loi « Pacte » en cours de préparation, il est envisagé de supprimer la profession de commissaire aux comptes dans 70 % des entreprises qui sont actuellement soumises à leurs interventions. Dans leur serment, les commissaires aux comptes s’engagent à faire respecter les lois et les règlements au sein de l’économie. Ils peuvent avoir un vrai rôle dans la lutte contre le terrorisme et la fraude financière. La mesure entraînerait une suppression de 6 000 postes.

Source : les Échos (13 avril)

De nombreux pays européens abaissent de nouveau le seuil du nombre d’employés au-delà duquel un commissaire est obligatoire, après avoir constaté qu’ils avaient fait une erreur. La France fait le contraire…

 

Les voitures-radar privées, c’est pour lundi dans l’Eure et ça va flasher fort !

C’est la première fois que des voitures-radar privées vont intervenir, et cela va être généralisé sur toute la France d’ici à 2020.

Source : la Tribune (20 avril)

Est-il bien légitime de confier une mission de service public régalienne, destinée à sauver des vies, à une entreprise privée dont l’objectif est de faire du profit ? Le tout-privatisé imposé par les logiques néolibérales des traités européens va transformer les automobilistes en vaches à lait du système et place les Français dans une situation de plus en plus exaspérante de contrôle permanent de leurs moindres faits et gestes.

 

La Banque de France détient près de 20 % de la dette de l’État

La part de dette publique détenue par les étrangers est au plus bas depuis dix ans. La Banque de France achète de la dette pour le compte de la Banque centrale européenne (BCE), dans le cadre du quantitative easing.

Source : les Échos (16 avril)

C’est une bonne nouvelle car un pays endetté a une situation moins à risque si sa dette est nationale. C’est d’ailleurs le modèle du Japon. Ce rachat systématique de dette par les Banques centrales nationales montre aussi l’illusion de l’euro-système. Si les dettes sont de plus en plus nationalisées, c’est bien que les dettes ne sont pas équivalentes entre pays de la zone euro (non fongibles entre elles), cassant de fait le postulat selon lequel un euro allemand égale un euro français égale un euro grec, etc.

 

En dépassant le site d’En marche, le site upr.fr se hisse au 1er rang du classement mondial des sites des partis politiques français (et conforte sa position au 1er rang du classement national)

Ces statistiques n’en font que mieux ressortir, une nouvelle fois, l’incroyable déni de démocratie que représente le verrouillage médiatique qui est opposé à l’UPR. La bonne nouvelle est que la censure galvanise le sentiment d’injustice et la volonté de liberté. Merci à tous les lecteurs !

Source : UPR (19 avril)

 

Le site Internet des impôts offre à Google des données de millions de Français

En obligeant à regarder une vidéo informative hébergée sur YouTube, Bercy permet au géant américain de récupérer des informations sur les internautes.

Source : le Point (18 avril)

Le programme législatif de l’UPR prévoyait la protection des données privées des Français.

 

Presstalis, le premier distributeur de la presse écrite, au cœur d’un scandale

Presstalis, entreprise chargée de la distribution des quotidiens et magazines en France, leader dans son domaine au sein de l’Hexagone, est en proie à un déficit structurel. Pendant le débat sur France Inter, Philippe Kieffer affirme que « les concurrents de Presstalis ont révélé qu’il existait des contrats spéciaux, autrement dit que certains [grands groupes] payaient moins que d’autres [petits éditeurs] ». Il révèle que le rapport Rameix, rédigé sur le sujet, est « enterré, caché, dissimulé notamment par le ministère de la Culture » et il demande qu’il soit rendu public, car ce sont le pluralisme des médias et, in extenso, le principe fondamental de liberté d’expression qui sont mis en péril par ce procédé.

Source : Télérama (16 avril)

L’UPR est d’autant plus attachée au pluralisme et à la liberté des médias qu’elle souffre d’une censure insupportable de l’ensemble des médias de masse. Les dérives de Presstalis montrent une fois de plus que le programme de l’UPR sur la mise en place d’un service public de l’information est plus que justifié. Il n’est pas normal qu’un oligopole se soit constitué et que nombre de nos médias soient sous influence d’intérêts étrangers.

 

François Asselineau et l’UPR pour les élections territoriales en Polynésie : deuxième semaine

Retour sur la situation internationale depuis Bora-Bora, et multiples rencontres avec les Polynésiens !

Source : UPR (21 avril)

 

France – Emmanuel Macron, risée internationale

Frappes en Syrie : les fanfaronnades de Macron démenties par Washington et la Turquie

Au cours de son entretien donné dimanche soir (15 avril), Emmanuel Macron s’était vanté d’avoir « convaincu » Donald Trump et « séparé » Russes et Turcs sur la question syrienne. Mais Ankara et Washington se sont empressés de démentir formellement ces affirmations.

Source : Marianne (16 avril)

Outre la gaffe diplomatique de cette fanfaronnade, c’est la crédibilité de la parole du chef de l’État qui est remise en question, au moment même où de sérieux doutes sont émis sur la réalité de l’attaque chimique. Macron continue de se bercer d’illusions en pensant qu’il pèse dans la crise syrienne, alors qu’il n’y joue qu’un rôle de supplétif des États-Unis. Et ses sottes et prétentieuses allégations viennent s’ajouter à la longue liste de « fake news » dont il a abreuvé les Français.

 

Philippe Lamberts, eurodéputé belge, humilie Macron au Parlement

Il dénonce, entre autres, l’État de droit qui diminue dangereusement dans notre pays, et le fait que le président français considère certains de ses concitoyens comme n’étant « rien ».

Source : YouTube (17 avril)

 

Marisa Matias, eurodéputée portugaise, humilie Macron au Parlement

Elle l’interpelle sur le fait qu’il ait décidé une action de guerre à l’encontre de la Syrie sans consulter personne, ni au Parlement français, ni au Parlement européen. « Votre conception de la démocratie est napoléonienne. »

Source : YouTube (21 avril)

Au dernier carnaval de Mayence (Allemagne), Macron a été ridiculisé par les Allemands qui l’ont représenté en Napoléon de pacotille, trônant dans une vieille 2CV en ruines aux portes déglinguées portant le drapeau de l’Union européenne… (cliché pris le 12 février 2018)

 

Europe

UE : Bruxelles propose d’ouvrir les négociations d’adhésion avec l’Albanie et la Macédoine

La Commission européenne a proposé aux États membres de l’UE d’ouvrir les négociations pour une adhésion de l’Albanie et de la Macédoine.

Source : Minute news (18 avril)

Bien entendu, personne n’a demandé aux Français, ni à leurs parlementaires, s’ils étaient d’accord pour faire entrer dans l’UE deux nouveaux pays de l’Est. L’Albanie et la Macédoine, où les mafias en tout genre prolifèrent, n’entrent d’ailleurs dans l’UE que pour bénéficier de nos versements financiers et de nos délocalisations industrielles ! Mais pourquoi donc ce nouvel élargissement ? Seule l’UPR en apporte l’explication depuis des années : parce que l’UE et l’OTAN sont les deux faces – politique et militaire – de la même médaille : celle de l’asservissement des pays d’Europe à l’hégémonie américaine. Il suffit pour s’en convaincre de constater à quel point le périmètre de l’UE est calqué sur celui de l’OTAN, dont fait partie l’Albanie, et bientôt la Macédoine (adhésion bloquée du fait de la « guerre du nom » avec la Grèce). L’alignement de l’UE sur l’OTAN est aussi imposé par l’article 42 du TUE.

Le grand quotidien allemand Handelsblatt révèle le risque colossal de l’euro

Le Handelsblatt explique qu’une sortie de l’euro conjointe des pays du Sud coûterait dans les 200 milliards d’euros à la Banque de France.

Source : UPR (16 avril)

Il est remarquable que le premier média qui signale le danger que court la Banque de France ne soit même pas un média français. Cela en dit long sur ce qu’est devenue la liberté de la presse en France.

 

La Suisse maintient sa limite pour les travailleurs roumains et bulgares

La clause de sauvegarde prévue dans l’accord sur la libre circulation avec la Roumanie et la Bulgarie est maintenue durant un an. Elle avait été activée le 1er juin 2017 afin de limiter les autorisations de séjour pour les travailleurs de ces deux pays. La Commission européenne ne comprend pas.

Source : 20 Minutes (19 avril)

En tant que pays souverain, la Suisse a encore la possibilité de définir sa politique d’immigration, contrairement aux pays membres de l’UE. En effet, la politique migratoire est du ressort de l’UE et non des États membres, en vertu des articles 67, 77 et 79 du TFUE.

 

La Suisse croule sous les excédents budgétaires !

Neuf milliards de francs suisses, soit 7,5 milliards d’euros : c’est une performance spectaculaire pour la Suisse. En outre, le pays ne connaît pas de déficit depuis 2000, et son chômage passe sous la barre des 3 %.

Source : RTL (16 avril)

Certains disent que la France serait trop petite pour survivre seule en dehors de l’UE. Mais comment donc expliquer le succès phénoménal de ce pays non membre de l’UE, dont la population est 8 fois moins nombreuse que la population française et dont la superficie est 16 fois inférieure à celle de l’Hexagone ?

 

Union européenne – Une organisation dictatoriale et mafieuse

« Projet Daphne » : l’Europe mal à l’aise après les révélations des journalistes

Dix-huit médias internationaux ont repris le travail de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia, assassinée il y a six mois. Leurs conclusions sur la corruption à Malte sont accablantes.

Source : France info (21 avril)

Les médias de masse font semblant de découvrir la corruption généralisée de Malte que dénonçait déjà François Asselineau en octobre 2017. L’île de Malte, l’un des 28 pays de l’UE, est tenue par la mafia. Cet événement aurait dû provoquer au moins la même indignation et les mêmes mesures de rétorsion diplomatique que pour la bien bizarre affaire Skripal. La Commission européenne, qui est si prompte à condamner la Pologne ou la Hongrie, aurait dû être saisie sur cette affaire afin de condamner Malte. On reconnaît un arbre à ses fruits. Les dirigeants de l’UE ne sont plus là pour respecter les volontés des peuples mais pour exécuter les ordres d’une oligarchie mafieuse.

La journaliste Daphne Caruana Galizia, tuée dans une explosion en octobre à Malte.

 

Draghi reste membre d’un club privé de banquiers

Malgré les suspicions de conflits d’intérêts, le président de la BCE, Mario Draghi, a décidé de rester membre du Groupe des 30, une organisation privée réunissant régulièrement à Washington des gouverneurs de Banques centrales, des banquiers privés et des universitaires.

Source : le Vif (19 avril)

En perdant sa souveraineté monétaire, la France est soumise à la BCE, elle-même influencée par de grands intérêts financiers internationaux. Ces liaisons opaques et dangereuses de la BCE avec le Groupe des 30 ne sont pas nouvelles, et l’UPR les dénonçait déjà en 2012.

 

Bruxelles veut généraliser les cartes d’identité biométriques

La Commission européenne souhaite rendre obligatoire l’inclusion de données biométriques dans les cartes d’identité nationales des pays qui en émettent.

Source : Le Figaro (17 avril)

L’Europe, la mise en place d’une dictature. La pieuvre UE étend ses tentacules pour surveiller et contrôler encore mieux. C’est encore une partie de nos libertés qui risque de se retrouver confisquée.

 

Macron : vous ne voulez plus de l’Europe ? Vous aurez plus d’Europe !

Le chef de l’État a présenté ses projets de réforme de l’Union européenne devant le Parlement de Strasbourg. Dans sa logique, puisque les peuples s’opposent de plus en plus à l’Europe, c’est qu’il faut plus d’Europe ! Il introduit également le concept de « souveraineté européenne », ce qui implique bien évidemment la disparition des souverainetés nationales.

Source : Causeur (18 avril)

Emmanuel Macron semble vouloir s’entêter dans sa fuite en avant supranationale, alors qu’il n’a aucun mandat du peuple pour le faire. Ce délire antidémocratique va heureusement se heurter à la réalité puisqu’il est impossible de réformer radicalement l’UE du fait de l’article 48 du TUE, qui impose l’unanimité des pays avant toute réforme.

 

Syrie

François Asselineau appelle à la destitution d’Emmanuel Macron par l’article 68 de la Constitution

Les bombardements arbitraires menés par le président de la République en Syrie, sans mandat de l’ONU, sont d’une gravité inouïe. Il appartient aux parlementaires de se constituer en Haute Cour pour prononcer la destitution d’un président dont le « manquement à ses devoirs [est] manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat » selon l’article 68 de la Constitution.

Source : UPR (16 avril)

Le communiqué de presse publié le 14 avril dans le même sens sur le site de l’UPR a énormément circulé sur Internet : plus de 1,1 million de personnes l’ont lu !

 

Donald Trump était prêt à frapper des sites russes et iraniens en Syrie

Le chef du Pentagone, James Mattis, s’est fermement opposé à ces frappes, si bien que le président américain a dû accepter la conception d’un « scénario hybride ».

Source : Sputnik (16 avril)

À tout moment, des dérapages graves pouvant conduire à la guerre peuvent arriver. Dans ce grand jeu international, la France aurait une voix apaisante à porter dans le respect du droit international. La France avait rayonné dans le monde lors du mémorable discours effectué par Dominique de Villepin à l’ONU, qui avait refusé l’intervention en Irak, et l’Histoire lui a donné raison.

 

La DCA syrienne intercepte une dizaine de missiles au-dessus de Homs

L’armée syrienne a intercepté lundi soir neuf missiles lancés sur l’aéroport de Shayrat. Se référant à des sources au sein de l’armée, des médias arabes attribuent l’attaque à Israël. Le site Al-Masdar a en outre annoncé que la DCA syrienne a tiré plusieurs missiles contre des avions militaires qui avaient violé l’espace aérien du pays.

Source : Sputnik (17 avril)

Commentaire de dernière minute: Sputnik annonce qu’il s’agit très probablement d’une fausse alerte de violation de l’espace aérien syrien, ayant déclenché les batteries de défense antiaériennes.

L’intervention de la Syrie à l’ONU après l’attaque du 14 avril

« Vos trois gouvernements ont-ils reçu un mandat du Conseil de sécurité pour attaquer mon pays ? […] Si les gouvernements de ces trois pays connaissaient l’emplacement effectif de ces centres de production qu’ils prétendent avoir bombardés, pourquoi n’ont-ils pas partagé ces informations avec l’OIAC ? […] Le voyage [des inspecteurs] de Beyrouth à Damas a pris une journée entière de plus que prévu, et nous ne connaissons pas les raisons de ce retard, jusqu’à ce que l’attaque ait eu lieu. […] Si les experts de l’OIAC nous ont remis l’année dernière un document officiel qui confirme que le centre de recherche de Barzeh n’avait aucune activité chimique contraire à nos obligations vis-à-vis de l’OIAC, comment conciliez-vous ce fait avec les accusations que nous avons entendues aujourd’hui, selon lesquelles cette agression visait un centre de production d’armes chimiques ? […]  J’ai apporté trois exemplaires de la charte des Nations unies, peut-être que ces États auraient avantage à la relire. […] Aux trois agresseurs, je dis que vous êtes des imposteurs, des hypocrites et des menteurs. Vous luttez pour l’échec de toute action de l’ONU qui ne poursuit pas vos intérêts. […] »

Source : Nations unies (14 avril)  (transcription)

 

Syrie – L’attaque chimique a-t-elle eu lieu ?

Le Quai d’Orsay estime « très probable que des preuves » de l’attaque chimique en Syrie « disparaissent »

La France exhorte la Russie et la Syrie à laisser les experts de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques entrer dans la ville pour y faire leur travail. Elle les accuse de vouloir faire disparaître les preuves de l’attaque.

Source : Ouest-France (17 avril)

Le Quai d’Orsay oublie de dire que, si les experts de l’OIAC ne peuvent pas se rendre sur le site, c’est du fait de l’ONU, qui ne leur donne pas le feu vert pour des raisons de sécurité, et non de la responsabilité du gouvernement syrien. Si les experts ne trouvent aucune preuve, les Occidentaux prétendront que les preuves auront été effacées. Est-ce avec de tels artifices que la France cherche à justifier sa violation du droit international ?

 

« Attaque chimique » à Douma : un père et son enfant battent en brèche la version occidentale

Une équipe de télévision a pu retrouver l’un des enfants figurant dans la vidéo, relayée par tous les médias, de la scène de confusion dans l’hôpital de Douma près de Damas. Indemne, le garçon témoigne qu’il a été forcé de s’y rendre.

Source : RT (19 avril)

Alors que les éléments s’accumulent remettant en cause la véracité de l’attaque – disculpant ainsi de fait le président de la Syrie et rendant odieuses les frappes occidentales – quelles preuves tangibles présente l’OTAN pour prouver que l’attaque chimique a bien eu lieu ?

CNN, propagande et manipulation

Pour attester la véracité d’une attaque chimique, une journaliste a l’idée cocasse d’aller renifler un sac à dos rose de petite fille et trouve, l’air docte, que ça sent quelque chose… Elle croit donc pouvoir sentir du gaz neurotoxique sans en mourir pour autant. Mais, restant en vie, n’a-t-elle pas au contraire insufflé de nouveaux doutes sur le fait qu’une attaque chimique ait réellement eu lieu ?

Source : Insolentiae (19 avril)

Les médias ont une forte influence sur l’opinion et sont utilisés à des fins de manipulation du peuple. Qui fait des « fake news » ?

 

Divers

La Turquie attaque le dollar et rapatrie ses réserves d’or entreposées à la Fed

Le président Erdogan a annoncé le rapatriement de 220 tonnes d’or. Il souhaite en outre que les futurs prêts soient indexés sur l’or et non plus sur le dollar.

Source : RT (20 avril)

 

Wi-fi gratuit, géolocalisation, mouchard… Vous pensez que votre téléphone vous espionne ? C’est pire que ça

Ce que les utilisateurs ont découvert avec les scandales autour de Facebook et de Google n’a rien de surprenant. « Le grand public ouvre simplement les yeux sur les données qu’il communique au quotidien. Quand c’est gratuit, c’est vous le produit. »

Source : France info (16 avril)

 

Vos retours et propositions d’articles sont les bienvenus sur selection_infos@upr.fr.

Pour changer les choses, nous vous invitons également à partager massivement cette revue de presse ! En pratique, nous vous proposons d’envoyer à toutes vos connaissances, dans un courriel : la photo à la une et son commentaire, suivis du lien sur cette revue de presse (l’utilisation de la copie cachée est recommandée).

Coordination de la revue de presse : David Pauchet

Rédacteurs : Alexis Comte, Antoine Carthago, Maxime Forner, Thierry Lacour, David Pauchet

Relecture : équipes de relecture

Validation finale : François Asselineau

Union populaire républicaine. La France doit sortir de l’Union européenne, de l’euro et de l’Otan.

Aidez-nous ! Partagez :