== NOTRE REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE == Semaine du 16 au 22 juillet 2018

Télécharger en PDF
Lecture : 25 min

Donald Tusk, président du Conseil européen, Shinzo Abe, Premier ministre japonais et Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne.

 

UE et Japon ont signé un accord historique de libre-​​échange

Cet accord, désigné par l’acronyme JEFTA, se veut un message puissant contre le protectionnisme. Il porte notamment sur l’agroalimentaire, secteur a priori favorable à l’UE, sur les AOP, et sur l’industrie automobile.

Source : Europe 1 (17 juillet)

 

L’Union européenne choisit le beau milieu de l’été pour signer le fameux JEFTA. Cette date est étonnante quand on connaît les protestations énormes qu’ont soulevées le TTIP/TAFTA (accord de libre-échange avec les États-Unis) et le CETA (accord de libre-échange avec le Canada). De plus, est-il question d’appliquer provisoirement le JEFTA avant même qu’il ne soit ratifié par les États membres, comme cela a été le cas pour le CETA ? Enfin, une étude sérieuse a-t-elle été menée pour déterminer si cet accord est réellement intéressant pour les peuples européens ? Ou cet accord a-t-il été négocié encore une fois par une Commissaire qui n’a reçu aucun mandat du peuple pour ce faire ? Dans tous les cas, le peuple français, à qui l’on a soigneusement caché l’information, concomitante de la Coupe du monde, n’a pas eu son mot à dire puisque les négociations commerciales sont du strict ressort de la Commission européenne, non élue, et non de celui des États membres.

France

Après avoir englouti 320 millions d’euros, le logiciel RH de l’Éducation nationale est abandonné

Le ministère a décidé d’arrêter le déploiement de son système de gestion du personnel de l’Éducation (Sirhen), jugé trop lourd et trop coûteux.

Source : Capital (20 juillet)

 

Opérer une transition vers un système moins coûteux est une bonne chose. Mais n’est-ce pas un flagrant défaut d’analyse que d’avoir migré initialement vers une solution informatique d’un coût aussi astronomique ?

 

Frédéric Taddeï : « Les gens qui me reprochent d’aller animer des débats sur Russia Today sont ceux qui aimeraient bien qu’il n’y ait plus de débats du tout. »

Frédéric Taddeï fait un véritable travail de journalisme objectif, avec courage et éthique professionnelle, ce qui a déplu à plusieurs reprises au service public, qui a mis un coup d’arrêt à ses émissions. Il a accepté la proposition de RT, qui lui donne carte blanche pour animer des débats. Pourquoi diable faut-il, en France, en 2018, aller sur une chaîne russe pour pouvoir débattre librement ?

Source : UPR (19 juillet)

 

Conflit d’intérêt : Françoise Nyssen gênée par une affaire de subventions accordées à Actes Sud

Le magazine Marianne révèle qu’Actes Sud a touché plus de 100 000 euros de subventions en 2017 alors que Françoise Nyssen, ex-présidente de la maison d’édition et actuelle ministre de la Culture, y détient encore des intérêts. Une prise illégale d’intérêts est un délit passible de cinq ans de prison et de 500 000 euros d’amende.

Source : RT (15 juillet)

Françoise Nyssen, ministre de la Culture.

 

Maryse Joissains-Masini, maire d’Aix-en-Provence, condamnée en première instance

La maire a été condamnée mercredi 18 juillet à un an de prison avec sursis et dix ans d’inéligibilité pour avoir promu indûment son chauffeur et fourni des emplois de complaisance à des proches.

Source : Huffington Post (18 juillet)

 

Pour rappel, en cas de condamnation, l’UPR prône l’inéligibilité à vie, et exigera un casier judiciaire vierge pour tout candidat aux élections.

France – Affaire Benalla

L’actualité se modifie très rapidement sur cette affaire : seuls sont exposés ici les articles marquants au dimanche 22 juillet.

 

L’UPR demande la révocation d’Alexandre Benalla et une enquête sur les raisons pour lesquelles Macron protège des personnages violents et hors la loi

Les Français ont découvert avec effarement que le « chargé de mission » auprès de Macron, l’adjoint au chef de cabinet du président de la République, Alexandre Benalla, n’est rien d’autre qu’un nervi qui a été reconnu et filmé pour avoir tabassé violemment deux manifestants à Paris, le 1er mai 2018. Il serait par ailleurs à l’origine du recrutement de Makao, ancien garde du corps du candidat Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle, et proche de Jawad Bendaoud connu comme « le logeur de Daech ». L’UPR demande une enquête approfondie sur les rôles de la DGSI et de l’Élysée dans ce scandale.

Source : UPR (20 juillet)

 

Alexandre Benalla disposait d’un badge d’accès de très haut niveau à l’Assemblée nationale

Ce badge a été obtenu à la demande du directeur de cabinet du président de la République, Patrick Strzoda. Selon un député LR : « M. Benalla ne disposait pas de fonctions politiques, or ceux qui disposent d’un tel badge font de la politique puisqu’ils accèdent à l’Hémicycle. Ils ne font pas de la sécurité, ils font de la politique.»

Source : l’Obs (21 juillet)

 

Qui mieux que Macron pourrait expliquer pourquoi cette personne violente s’est retrouvée avec un badge d’accès de haut niveau, autorisé par lui, au cœur du pouvoir législatif ?

Emmanuel Macron et Alexandre Benalla au Salon de l’agriculture, en mars 2018.

 

« Hors de question » d’auditionner Macron pour la présidente de la commission des Lois

D’autres personnalités politiques devront par contre être entendues pour établir la chaîne de décisions qui a abouti à ces actes. Les parlementaires d’opposition demandent à commencer par le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb.

Source : Huffington Post (20 juillet)

 

L’immunité présidentielle joue en plein alors même que le président semble mouillé jusqu’au cou. Gérard Collomb va-t-il servir de fusible, alors que des commentateurs se demandent si la présidence macronienne elle-même n’est pas menacée ?

 

Vincent Crase, Laurent Simonin, Maxence Creusat… la liste des impliqués s’allonge

Alexandre Benalla a été placé en garde à vue, tout comme Vincent Crase. Ce sont maintenant deux collaborateurs de l’Élysée, un chargé de mission et un employé de La République en marche, qui doivent répondre aux questions des enquêteurs. C’est aussi la police qui est éclaboussée avec l’annonce de la suspension de trois gradés. Leur faute n’est même pas seulement d’avoir laissé deux civils, Benalla et Crase, tabasser un manifestant, l’un portant des insignes de police et l’autre étant visiblement armé. L’affaire est plus grave : les trois hommes sont soupçonnés d’avoir extrait des images de vidéosurveillance de la Ville de Paris qui compromettaient le duo Benalla-Crase.

Source : France-Soir (20 juillet)

 

C’est un véritable scandale d’État qui s’accroît : les Français accepteront-ils que se maintienne au pouvoir un exécutif aussi empêtré dans une telle affaire ?

 

Déjeuner secret à l’Élysée

En pleine tourmente, samedi, le président de la République a reçu discrètement le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, et la garde des Sceaux, Nicole Belloubet. Au menu de crise : l’affaire Benalla et les répercussions en cascade. L’Élysée dément cette visite, pourtant confirmée par plusieurs sources proches des ministres.

Source : le Parisien (22 juillet)

 

L’Élysée panique. Le Premier ministre reste sagement à l’écart de toute cette affaire : le principe des institutions de la Ve République ne prévoit pourtant pas que ce soit le président de la République qui serve de fusible au Premier ministre !

 

France – Politique du chômage

Social, audiovisuel, emploi, 30 milliards d’économie : CAP 22, le rapport qui embarrasse Matignon

Le rapport prévoit une mise en concurrence de Pôle emploi, la suppression des aides publiques « inefficaces » pouvant par exemple mener à la fermeture de petits aéroports, au recours aux contractuels dans la fonction publique, à la réforme de fond en comble de l’audiovisuel public…

Source : RT (18 juillet)

 

30 milliards d’économie qui sont autant d’emplois supprimés ou rendus précaires. Le rapport reprend par ailleurs les grandes lignes des GOPÉ 2018-19.

 

Nord : la ministre du Travail justifie les 466 suppressions de poste chez Happychic

Après Pimkie, la branche textile du groupe Mulliez annonce 466 suppressions de poste dans les enseignes Brice, Jules et Bizzbee. La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a réagi, ce mercredi, à cette annonce en estimant qu’« on ne peut pas garder les métiers du passé » et qu’il faut investir dans la formation pour accompagner les travailleurs vers les « métiers du futur ».

Source : 20 Minutes (18 juillet)

 

Muriel Pénicaud avalise ainsi ce plan social massif sans sourciller. Le patronat va se réjouir de l’État qui ne cherche même plus à défendre les salariés, d’autant plus que la dernière loi Travail a fortement assoupli les modalités de licenciement.

 

Industrie : le solde commercial à son plus bas niveau historique

L’industrie a encore aggravé son déficit commercial de 7 milliards d’euros en 2017 en raison notamment d’une forte hausse des importations, pour atteindre un déficit cumulé de 51 milliards d’euros. Les derniers chiffres du ministère de l’Économie indiquent aussi qu’entre 2000 et 2016 le poids de l’industrie dans l’économie française est passé de 16,5 % à 12,5 % du produit intérieur brut.

Source : la Tribune (18 juillet)

 

Avec un euro trop cher pour la compétitivité française, il est normal que les exportations faiblissent et que les importations s’envolent. La désindustrialisation dont parle l’article en est une conséquence, et aucun frein n’est possible à partir du moment où l’article 63 du TFUE interdit le contrôle des flux de capitaux, et donc interdit le contrôle des délocalisations.

 

Les salariés français de moins en moins déconnectés pendant les vacances

Malgré le « droit à la déconnexion » instauré par la loi, les salariés français restent connectés à leur travail pendant les vacances, notamment par l’intermédiaire de leur messagerie professionnelle. Un moyen pour eux de se rassurer et d’anticiper le retour au travail.

Source : le Figaro (20 juillet)

 

Malgré ce sens du professionnalisme évident, il est de bon ton dans les milieux médiatiques et politiques de faire croire que les Français sont des paresseux et des privilégiés. Cette pression continue mise sur les salariés français leur donne mauvaise conscience, et causera son lot de burn-out, s’ils ne peuvent plus mettre réellement à profit leur temps de repos.

62 % des Français déclarent « continuer à répondre à leurs appels ou bien à leurs courriels professionnels pendant leur période de congés ».

 

France – Coupe du monde de football

L’Élysée a-t-il demandé d’accélérer la descente des Bleus sur les Champs-Élysées ?

Le défilé de l’équipe de France sur les Champs-Élysées n’aura finalement duré qu’une bonne dizaine de minutes. Ce alors que la plupart des supporteurs avaient attendu plusieurs heures pour apercevoir les champions du monde. Pointé du doigt, l’Élysée a formellement démenti mercredi avoir demandé que la descente des Champs-Élysées par les Bleus soit accélérée, dénonçant une « vaine polémique » après les accusations d’accaparement des Bleus portées par certains députés et supporteurs.

Source : CNews (19 juillet)

 

Demande d’accélération ou pas, Macron ne s’est pas privé de surfer sur la victoire des Bleus, à Moscou et à l’Élysée, pour faire rejaillir sur sa personne les fruits de la victoire. Cette opération de communication finit malgré tout en flop, écrasée par l’affaire d’État Benalla.

Macron embrassant Mbappé sur le crâne lors de la remise de la Coupe du monde à l’équipe de France.

 

Pour la banque Goldman Sachs, la victoire des Bleus peut aider Macron à faire avaler ses réformes aux Français

Dans une analyse prédictive publiée juste avant le début de la Coupe du monde de football 2018 en Russie, les analystes de Goldman Sachs estimaient qu’une victoire des Bleus pourrait faire tomber en France les derniers boucliers tendus face aux réformes d’Emmanuel Macron, que la banque soutient.

Source : Marianne (18 juillet)

 

Goldman Sachs n’avait par contre pas prévu l’affaire Benalla, de laquelle tente maladroitement de s’extirper son ami Macron.

 

La grande intox de l’impact de la Coupe du monde sur le PIB

Philippe Waechter, directeur de la recherche économique chez Ostrum Asset Management : « En quoi une victoire, même dans un sport populaire comme le football, serait susceptible de changer dans la durée le comportement d’investissement des entreprises, d’améliorer les gains de productivité ou de changer radicalement l’arbitrage entre consommation et épargne dans le revenu des ménages ? […] Si la victoire peut provoquer une légère inflexion à la hausse, il n’y a aucune raison que cela provoque une rupture. »

Source : Valeurs actuelles (17 juillet)

 

Royaume-Uni

Theresa May cède aux pressions des partisans d’un Brexit dur

Un porte-parole du 10 Downing Street a déclaré en début de soirée que Mme May acceptait quatre amendements ainsi présentés à son projet sur les relations douanières futures entre le Royaume-Uni et l’Union européenne.

Source : Challenges (16 juillet)

 

Dans son entretien d’actualité n° 65, François Asselineau parlait du Brexit dur qui était menacé à la suite des démissions de poids lourds pro-Brexit du gouvernement, à cause d’un accord maintenant le Royaume-Uni dans le Marché unique européen. Il annonçait aussi que les choses risquaient de changer encore, ce qui est effectivement le cas, puisque Theresa May doit désormais jouer un numéro d’équilibriste fragile entre les soft et les hard « brexiteurs ».

 

Brexit : la Pologne se désolidarise des 27

Rompant avec la position dure des 27 vis-à-vis du Royaume-Uni, la Pologne a estimé au dernier Conseil européen qu’il fallait se montrer indulgent avec Londres afin de trouver un accord.

Source : le Point (21 juillet)

 

Ce revirement de la Pologne, en opposition avec ses pairs de l’UE sur de nombreux dossiers, annonce peut-être de plus amples divisions sur le sujet du Brexit avant le terme convenu des négociations, en octobre 2018.

 

Bras de fer : le gouvernement britannique menace de ne pas verser la « facture de sortie » de 39 milliards de livres (43,7 milliards d’euros)

Londres montre enfin les muscles. Si la Commission européenne n’assouplit pas sa position sur le futur accord commercial avec le Royaume-Uni, alors le gouvernement britannique utilisera la position de force que lui confère l’article 50. En effet, en cas d’absence d’accord, la facture de 44 milliards d’euros ne sera pas payée, avec pour conséquence une cessation de paiement probable pour l’Union européenne.

Source : UPR (22 juillet)

 

Theresa May annonce un nouvel avion de combat avec BAE et l’italien Leonardo

Theresa May a annoncé le lancement d’un nouvel avion de combat, dans le cadre d’un projet associant les britanniques BAE et Rolls-Royce, l’italien Leonardo et le fabricant européen de missiles MBDA. Cette initiative vise à « garantir l’avenir à long terme de l’industrie de combat ».

Source : Libération (16 juillet)

 

Ce projet montre bien qu’il n’est nul besoin de l’Union européenne pour lancer des coopérations internationales. Ce futur avion viendra par ailleurs concurrencer l’avion franco-allemand en projet également.

Theresa May à son arrivée au salon de l’aéronautique de Farnborough dans la banlieue de Londres, le 16 juillet.

Europe

Les Grecs contraints à céder leurs biens

De plus en plus de Grecs sont contraints de léguer leur héritage à l’État, faute de pouvoir payer les impôts sur les biens immobiliers. C’est une conséquence des politiques d’austérité infligées au pays par l’Union européenne et le FMI.

Source : Courrier international (17 juillet)

 

On nous dit que la Grèce va mieux, mais les conséquences de l’austérité se font encore sentir durement pour une grande partie de la population. L’État récupère ainsi de nombreux biens immobiliers et, en parallèle, les biens de l’État sont largement bradés aux investisseurs privés.

Vue d’Athènes depuis la colline du Lycabette.

 

L’Allemagne rend 1 500 demandeurs d’asile à la Grèce et veut accélérer les expulsions de migrants

Berlin entend en outre classer les pays du Maghreb parmi les pays « sûrs » pour accélérer les expulsions de migrants originaires de cette région.

Source : RT (18 juillet)

 

Ceci marque une inflexion dans la politique migratoire allemande, alignée sur la vision des choses qu’a le ministre de l’Intérieur, Horst Seehofer. Les accords bilatéraux se multiplient sur les politiques migratoires des États membres. Quand bien même l’UE est censée définir une politique migratoire coordonnée, force est de constater que les pays tirent à hue et à dia pour mettre en œuvre leur propre agenda : l’édifice européen se craquelle de toutes parts.

 

Espagne : le gouvernement va taxer les banques pour financer les retraites

« Nous mettrons en place un impôt sur le secteur financier avec pour objectif de compléter les cotisations à la Sécurité sociale et de contribuer à soutenir le système public de retraites et la dignité des pensions de nos anciens », a déclaré devant les députés le tout nouveau chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, socialiste.

Source : 20 Minutes (18 juillet)

 

Quel va être le format retenu de cette taxe, sachant qu’il est impossible de taxer les flux de capitaux, qui ne peuvent être contrôlés à cause de l’article 63 du TFUE ?

 

Suisse : le Conseil fédéral pris en tenaille entre Bruxelles et les syndicats

Les Européens s’insurgent contre la règle qui oblige les entreprises européennes à annoncer une semaine à l’avance leurs missions en Suisse et à s’acquitter d’une caution. Ils souhaitent que Berne l’abandonne au profit de la nouvelle directive européenne sur les travailleurs détachés.

Source : le Temps (18 juillet)

 

La Suisse, véritable village d’Astérix en Europe, continue encore et toujours de subir les pressions de Bruxelles. Souhaitons qu’elle continue à avoir des politiques intègres qui résistent à l’UE : les faits montrent que l’indépendance du pays va de pair avec sa prospérité.

Monde

Israël se définit comme État juif en vertu d’une loi polémique

L’adoption d’une loi fondamentale, à valeur constitutionnelle, est un tournant pour Israël, où ce débat fait rage depuis longtemps. Les députés de l’opposition et les représentants de la minorité arabe (17 % des citoyens) ont vivement critiqué ce texte, qui ancre selon eux l’inégalité des non-juifs dans la loi.

Source : le Monde (19 juillet)

 

Après l’adoption d’une loi interdisant des opposants à la politique israélienne dans les écoles, le Parlement israélien continue de durcir le ton sous l’impulsion des nationalistes. L’histoire est là pour mettre en garde les peuples : le concept de « pureté juive » exprimé par le premier ministre Nétanyahou n’est pas sans rappeler l’idéologie nazie, avec sa préférence pour la « race pure ».

 

Israël bombarde massivement Gaza, l’ONU appelle à éviter la guerre

Quatre Palestiniens dont trois « combattants » du mouvement islamiste Hamas ont été tués vendredi à Gaza par l’armée israélienne qui bombarde intensément cette enclave après avoir essuyé des « tirs » contre ses soldats, l’ONU appelant à éviter une nouvelle guerre.

Source : Ouest-France (20 juillet)

Explosion à Gaza le 20 juillet 2018 lors de bombardements israéliens.

 

La Chine veut plus de coopération entre les BRICS face aux tensions avec les États-Unis

Au début de juin les Brics avaient dénoncé le protectionnisme des États-Unis qui « mine la croissance mondiale ». Le président chinois Xi Jinping assistera au 10e sommet des BRICS prévu à Johannesburg du 25 au 27 juillet.

Source : Romandie (13 juillet)

 

Hyperinflation : le Premier ministre algérien s’exprime sur le scénario catastrophe du FMI

Le Premier ministre algérien a estimé dans une conférence de presse que les prévisions économiques négatives émises par le FMI à l’égard de l’économie algérienne sont dues au fait que l’Algérie a refusé de recourir à l’endettement extérieur. Le responsable a réagi au dernier rapport publié le 16 juillet par cette institution internationale.

Source : Sputnik (19 juillet)

 

Divers

Entretien d’actualité n° 65 avec François Asselineau

00:07 Que vous inspire la Coupe du monde de football ?
09:59 Que retenez-vous du discours de Macron devant le Congrès ?
23:01 Où en est le Brexit ?
36:46 Commémoration SS en Estonie
40:51 Propagande catalane sur le territoire français
46:29 Rejet du CETA par l’Italie
48:09 Remplacement d’Éric Fournier, ambassadeur de France en Hongrie
52:50 Bilan du sommet de l’OTAN
01:02:24 Conclusion

Source : UPR (17 juillet)

Comme sur des roulettes, le robot livreur débarque en Chine

Ils sont prêts à remplacer les livreurs en chair et en os. En Chine, de petits robots autonomes sur roues, équipés du GPS, de caméras et de radars commencent à livrer colis, courses et repas aux destinataires.

Source : Romandie (18 juillet)

 

Vos retours et propositions d’articles sont les bienvenus sur selection_infos@upr.fr.

Pour changer les choses, nous vous invitons également à partager massivement cette revue de presse ! En pratique, nous vous proposons d’envoyer à toutes vos connaissances, dans un courriel : la photo à la une et son commentaire, suivis du lien sur cette revue de presse (l’utilisation de la copie cachée est recommandée). Vous pouvez aussi recevoir chaque semaine le courriel prêt à diffuser sur simple demande à selection_infos@upr.fr.

Coordination de la revue de presse : David Pauchet

Rédacteurs : Alexis Comte, Antoine Carthago, Maxime Forner, Thierry Lacour, David Pauchet

Relecture : équipes de relecture

Validation finale : François Asselineau

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

Union populaire républicaine. La France doit sortir de l’Union européenne, de l’euro et de l’Otan.

Aidez-nous ! Partagez :