== NOTRE REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE == Semaine du 23 au 29 avril 2018

Télécharger en PDF
Lecture : 30 min
Print Friendly, PDF & Email

La diplomatie française en une image… La visite de M. Macron à Washington n’aura été qu’une suite de faux pas et d’humiliations, que les médias français ont tenté de dissimuler, tandis que cette visite d’État a été un sujet d’hilarité pour les Américains et le reste du monde. Quelle honte le locataire de l’Élysée peut-il faire ressentir aux Français ! Comme François Asselineau en a fait l’appel, il est urgent que les parlementaires se prévalent de l’article 68 de la Constitution et se constituent en Haute Cour pour juger le président sur ses « manquements manifestement incompatibles avec l’exercice de son mandat ». Alors l’on pourra espérer mettre fin au spectacle affligeant que nous donnons de nous-mêmes, et préserver le capital de sympathie mondiale que possède la France, lequel fond actuellement comme neige au soleil.

Source : Ouest-France (25 avril)

France

Macron s’engage auprès de Trump à augmenter les dépenses militaires de la France de 35 %

L’augmentation française des dépenses militaires permettra d’atteindre l’objectif de 2 % qui est demandé aux membres de l’OTAN.

Source : Daily Caller (23 avril)

 

La rigueur budgétaire imposée par notre appartenance à la zone euro a fortement dégradé l’état de nos armées qui auraient même besoin d’une augmentation bien plus substantielle, de l’ordre de 3 % du PIB. L’annonce de cette mesure à la Maison-Blanche est un symbole supplémentaire de vassalité plutôt qu’un symbole de puissance et de souveraineté. Une part importante de ces dépenses alimentera le complexe militaro-industriel américain en raison des normes OTAN que nous sommes tenus de respecter.

 

Les comptes de campagne d’Emmanuel Macron révèlent d’intrigantes ristournes

Selon la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP), le candidat Macron a bénéficié de très généreuses ristournes (dont une remise de… 100 % sur son premier meeting), fort opportunes alors que le jeune mouvement En Marche commençait tout juste à récolter des dons.

Source : Huffington Post (28 avril)

 

C’est un « deux poids, deux mesures » évident, alors que l’équipe de campagne de François Asselineau devait justifier des achats de cacahuètes, photo à l’appui, pour le dossier de la CNCCFP. Dans une démocratie normalement constituée, une fraude si manifeste et si monumentale de la part du candidat Macron devrait être la cause d’une invalidation de son élection.

Meeting ristourné de la Mutualité du candidat Macron en 2017.

 

Marion Maréchal-Le Pen : le coût astronomique de son académie

L’académie de sciences politiques de Marion Maréchal-Le Pen ouvrira à la rentrée prochaine à Lyon. Le lancement de cette académie nécessite d’importants moyens financiers : 100 000 euros par an pour les seuls coûts de location.

Source : Lyon mag (23 avril)

 

Tout comme sa tante, Marion Maréchal-Le Pen a été adoubée par ses parrains américains en février dernier. La nouvelle héritière présomptive de la SARL Le Pen, promue en permanence par les médias, dispose maintenant de moyens financiers considérables pour ouvrir cette nouvelle école. Aucun journaliste ne semble s’être intéressé sur l’origine des fonds à l’heure où le FN traverse pourtant une période difficile.

 

Le nombre de banquiers millionnaires va atteindre un nouveau pic en France

BNP Paribas, Société Générale et Natixis comptent une centaine de banquiers dont la rémunération au titre de 2017 en France est supérieure à un million d’euros. C’est le nombre le plus élevé en quatre ans.

Source : les Échos (24 avril)

 

C’est un contraste étonnant et détonnant entre ce monde virtuel de la haute finance et le monde du travail qui subit la déflation salariale imposée par notre appartenance à la zone euro. Le sauvetage des banques après la crise de 2008 a libéré les inhibitions. Les spéculateurs peuvent prendre des risques démesurés afin d’accumuler les profits tout en sachant que l’État sera là pour rattraper les pertes. Il serait urgent de procéder à la séparation entre les banques de dépôt et les banques d’affaires avant que la plus grosse bulle financière n’explose. Il conviendra également de renationaliser toutes les banques recapitalisées par l’État.

 

L’UPR franchit le cap des 31 000 adhérents

Marc, résident à Brest, est le 31 000e adhérent.

Source : UPR (23 avril)

 

Élections territoriales en Polynésie : l’UPR multiplie par 2 son score

Avec 1,15 % des suffrages, c’est aussi 2,5 fois le nombre de voix obtenues aux législatives de juin 2017. Jérôme Gasior était à la tête de la liste « Dignité et Bonheur », sur ce territoire qui est hors de l’UE, hors de l’euro et hors de l’OTAN.

Source : UPR (23 avril)

 

France – La dictature en marche

Macron : « Avec Trump, nous contribuerons à la création d’un ordre mondial du XXIe siècle pour le bien de nos concitoyens. »

Déclaration – en américain – du président, ce mercredi, au Congrès américain.

Source : BFM TV (25 Avril)

 

Comme pour son prédécesseur, Nicolas Sarkozy, que signifie pour Macron l’« ordre mondial » qu’il appelle de ses vœux ? Premièrement, il ne s’agit pas d’une République mondiale, ni d’une démocratie mondiale, mais bien d’un ordre : vocabulaire policier, dictatorial, voire fasciste par excellence. Deuxièmement, il s’agit de quelque chose de mondial, donc qui consiste à imposer à des peuples qui n’en veulent pas une vision du monde façonnée par une oligarchie euro-atlantiste. Troisièmement : cet « ordre mondial » est prôné par ceux-là mêmes qui violent le droit international et sont pour cette raison les premiers fauteurs du désordre géopolitique actuel. L’UPR ne veut pas de cela. Il nous faut retrouver une France indépendante, riche de liens d’amitié avec le monde entier, et respectueuse de la diversité de toutes les cultures.

 

Pourvoi en cassation : un droit bientôt supprimé ?

Sans faire de bruit, un projet de loi pourrait porter une atteinte sans précédent à l’accès au droit des justiciables. Il ambitionne de supprimer le droit qu’a chacun de former un pourvoi en cassation contre une décision de justice, au profit d’un système de sélection des pourvois sur la base de critères extrêmement restrictifs. Les conflits du travail seraient très touchés. L’ambition à peine voilée de cette réforme est de singer, sur le modèle des États-Unis, une Cour suprême où seul un nombre infime d’affaires sont jugées. Sous couvert de modernité, le projet pourrait faire renaître les ruptures d’égalité caractéristiques des parlements d’Ancien Régime.

Source : Libération (24 avril)

Liberté de la presse : quatre pays africains mieux classés que la France

Norvège, Suède, Pays-Bas, Finlande ou Suisse… voilà les pays les mieux notés par Reporters Sans Frontières en matière de liberté de la presse. Au niveau du continent africain, le premier pays à apparaître est le Ghana (23e position), suivi de la Namibie (26e), de l’Afrique du Sud (28e) ou du Cap-Vert (29e). Quatre pays africains qui sont donc mieux classés que la France (33e).

Source : France info (25 avril)

 

L’UPR est bien placée pour savoir que la presse française, détenue par une dizaine d’oligarques, censure les opinions politiques qu’elle n’approuve pas. Ce classement peu reluisant montre qu’il est plus que justifié de mettre en place un service public de l’information.

 

Assemblée nationale : la brigade anti-fronde de LREM

Au sein de La République en Marche, on n’apprécie guère les contestations des textes de loi présentés par la majorité présidentielle, comme cela a été le cas sur le projet « asile et immigration ». Le parti a donc décidé de créer une brigade anti-fronde, en s’appuyant sur des parlementaires LREM nommés à des postes de « whips »… c’est-à-dire « fouets » en anglais.

Source : France info (21 avril)

 

Encore un copier-coller de méthodes et d’expressions anglo-saxonnes pour LREM et son président qui assument de sauver la francophonie en parlant anglais. Les députés godillots doivent rester godillots, et des caporaux sont maintenant chargés de vérifier que personne ne tente de sortir du rang. Après tant d’abus, le peuple se rendra-t-il compte que sa démocratie a été confisquée ?

 

Union européenne

Anglais uniquement… l’ambassadeur français claque la porte

Le représentant français auprès de l’Union européenne, Philippe Leglise-Costa, a violemment protesté contre le monolinguisme anglais lors de la réunion du Comité des représentants permanents. Et il a quitté sur-le-champ la séance, histoire de bien montrer qu’il ne s’agissait pas d’une plaisanterie, mais d’une réelle préoccupation. Cette sortie française n’est pas anodine. Elle marque un changement d’état d’esprit. Ces dernières années, les diplomates hexagonaux préféraient jouer de discrétion, sans vraiment établir de rapport de force, et laissaient filer en fait la situation. L’anglais est ainsi devenu lentement la langue dominante, les violations des règles écrites et des règles non écrites étant devenues si courantes qu’elles ont instauré une certaine tradition.

Source : Bruxelles2 (26 avril)

 

Après les démissions de Macron sur la francophonie, cela fait plaisir de voir qu’il y a encore des serviteurs de l’État qui ont encore à cœur de défendre la langue française. Si la diplomatie française était cohérente, elle devrait claquer définitivement la porte de l’Union européenne, qui méprise le français, pour se tourner davantage vers le monde, notamment africain, où sa langue est en forte croissance. Par ailleurs, quelles vont être les conséquences pour ce courageux diplomate qui est manifestement en opposition sur ce sujet avec le président de la République, qui parle en globish lors de chaque voyage international ?

Philippe Leglise-Costa, défenseur de la langue française dans les institutions européennes.

 

La valeur forte de l’euro contrarie la BCE

Un euro fort a des répercussions sur les exportations et diminue la compétitivité des entreprises de la zone euro. La France devrait être particulièrement touchée car ses exportations sont plus sensibles à la variation de l’euro. La BCE ne devrait donc pas terminer sa politique d’assouplissement monétaire avant la fin de 2019 afin de ne pas favoriser un euro trop fort.
Source : le Temps (24 avril)

La France n’a plus les manettes de sa politique monétaire, et la hausse de l’euro est un poison mortel pour son économie, car c’est une perte de compétitivité massive qui génère le chômage.

 

Taxation du numérique : la France en colère face à la mollesse de l’Europe

Bruno Le Maire a été très dur face à ses homologues de l’Union européenne qui exprimaient des réticences sur la taxation du numérique, incarnant une « démonstration de force ».

Source : l’Express (28 avril)

 

Plus qu’une démonstration de force, cela revient plutôt à un aveu d’impuissance, car Bruno Le Maire ne peut faire semblant de découvrir que, sur ce sujet comme sur d’autres, la France ne prend plus seule ses décisions. En dépit de son coup de poing sur la table, il semble que l’on s’achemine vers une réforme bien timide.

 

Bobards : l’UE met sous pression les réseaux sociaux

Bruxelles a mis jeudi sous pression les réseaux sociaux et les plateformes, tels Facebook et Twitter, pour qu’ils luttent davantage contre la désinformation en ligne, n’excluant pas de proposer à la fin de 2018 des mesures réglementaires, si nécessaire. L’exécutif européen propose aussi de soutenir la création d’un réseau indépendant de vérificateurs de faits et une série de mesures visant à stimuler un journalisme de qualité et à promouvoir l’éducation aux médias.

Source : Romandie (26 avril)

 

La pieuvre UE au bord de l’explosion, veut mettre en place la censure et le bourrage de crâne. En matière de bobards, on a récemment eu deux exemples frappants dans les médias avec l’affaire Skripal et le gaz novitchok ou encore l’utilisation de gaz chimique par la Syrie en 2013 et 2017 alors que ce sont justement ces bobards qui ont justifié une nouvelle intervention illégale de la France.

 

L’Union européenne va faciliter l’accès aux données et leur réutilisation

La Commission européenne annonce une série de mesures sur l’accès aux données et leur réutilisation dans les pays de l’Union européenne. Les données de santé des citoyens pourront désormais être partagées entre les pays. La Commission mettra aussi en place une table ronde pour discuter du partage de données entre le secteur privé et les gouvernements.

Source : le Big Data (26 Avril)

 

La pieuvre UE a de la patience. Il y a deux ans, elle sortait une directive stipulant que « la libre circulation des données à caractère personnel au sein de l’Union n’est ni limitée ni interdite ». Elle met maintenant ses menaces à exécution. Elle saura tout des citoyens et pourra les surveiller et les contrôler à loisir. Les données personnelles patiemment recueillies pourront tranquillement être transférées vers le grand frère américain ou servir les intérêts des réseaux d’influence qui pullulent à Bruxelles.

 

Union européenne – Agrobusiness

 

Le Parlement européen s’apprête à voter des règles moins strictes pour le bio

Des traces de pesticides dans les produits bio : jusqu’ici, c’était interdit. Mais un nouveau règlement plus permissif a été voté ce jeudi par le Parlement européen, permettant de tolérer des contaminations pendant le transport.

Source : RTBF (26 avril)

 

Les agriculteurs bio peuvent enfin vendre leurs semences paysannes

Les eurodéputés viennent d’autoriser les agriculteurs bio à vendre leurs propres semences. Jusqu’ici, seules celles enregistrées dans un cahier officiel pouvaient être vendues. Or elles sont en majorité détenues par des multinationales comme Monsanto. Résultat : 75 % des aliments de la planète proviennent de seulement 12 espèces végétales et cinq animales.

« On dirait qu’il y a une ouverture pour les semences paysannes, mais la réalité c’est qu’il s’agit surtout d’une ouverture pour les multinationales. Elles pourront déposer des mélanges brevetés moins homogènes, comme de nouveaux OGM, sans supporter les contraintes de l’inscription au cahier officiel. Et peut-être échapper à la réglementation OGM, comme elles l’espèrent », prévient Patrick de Kochko.

Source : Novethic (26 Avril)

 

Le Mexique remporte la bataille du fromage face à l’UE

Le Manchego espagnol est un fromage qui utilise du lait d’une race de brebis venant de la province de la Mancha et qui a besoin de plus de deux mois pour sa production. Le Manchego produit au Mexique est fait à partir de lait de vache et n’a besoin que d’une semaine environ pour sa fabrication. Avec l’accord conclu entre l’UE et le Mexique, la contrefaçon mexicaine va pouvoir être exportée en gardant l’appellation, ce qui constitue un coup terrible pour les producteurs espagnols.

Source : Euractiv (24 avril)

 

Comme d’habitude l’UE négocie des accords globaux qui ne peuvent pas défendre les intérêts divergents des pays. Il y aura toujours des perdants et des sacrifiés. Cette fois-ci, ce sont les producteurs espagnols qui sont les victimes de cette politique commerciale ultralibérale.

L’UE bannit trois néonicotinoïdes

Les États membres de l’UE ont pris cette décision à la majorité qualifiée. Par contre, cette bonne nouvelle est à contrebalancer : « Je ne suis pas soulagé du tout par cette décision aujourd’hui de suppression des néonicotinoïdes, pour laquelle nous nous battons depuis vingt ans. Car les trois substances interdites ont été remplacées par d’autres pires encore, notamment le thiaclopride, et le massacre des abeilles continue », a avancé José Nadan, secrétaire du syndicat des apiculteurs professionnels de Bretagne, et membre de la fédération française des apiculteurs professionnels.

Source : le Point (27 avril)

 

L’interdiction a été votée à la majorité qualifiée. Que se serait-il passé si seule une majorité simple d’États, et non pas qualifiée, avait voté l’interdiction ? Dans ce cas, la Commission européenne aurait eu le dernier mot, qui est généralement en faveur des multinationales et des lobbies. Dans tous les cas, une France sortie de l’UE aurait pu prendre la même décision et plus tôt, sans avoir à en référer aux États voisins.

 

Europe

 

Le déficit public du Royaume-Uni au plus bas depuis plus de dix ans

Le déficit public du Royaume-Uni a continué de se résorber au cours de l’année budgétaire 2017-2018 pour atteindre 2,1 % du PIB.

Source : BFM TV (24 avril)

 

Malgré les campagnes de désinformation sur les médias de masse français, la situation au Royaume-Uni est plus que satisfaisante.

Airbus et Dassault Aviation développeront ensemble le futur avion de combat franco-allemand

Les deux rivaux historiques construiront ensemble un avion de combat nouvelle génération.

Source : France-Soir (26 avril)

Dans un bel ensemble, les journalistes et « l’expert » de service se réjouissent en direct à propos de la « souveraineté européenne » qu’apporterait un tel avion de combat. Bien entendu, il n’a pas été question de la souveraineté française. En revanche, on a eu droit aux habituelles leçons de « pragmatisme » et de « réalisme » selon lesquelles des pays comme la France n’avaient « plus les moyens » (et pourquoi ?) de développer seul un avion de chasse. Sans compter le risque de connaître à nouveau l’échec de l’avion européen A400M.

Une bourde à 28 milliards d’euros pour Deutsche Bank

Une erreur s’est produite lors d’un virement de routine opéré par Deutsche Bank vers la chambre des compensations : un virement d’un montant tout de même supérieur à la capitalisation boursière de l’établissement ! Cette bourde intervient aussi alors que la directrice en charge de l’informatique et des infrastructures, Kim Hammonds, a annoncé son départ. Elle aussi avait déjà jeté un pavé dans la mare en déclarant que Deutsche Bank était la « société la plus dysfonctionnelle » pour laquelle elle ait jamais travaillé.

Source : l’Écho (20 Avril)

 

Les milliards ont-ils encore un sens pour la haute finance ?

 

Syrie

 

L’État islamique à la tête d’un pactole de 3 milliards d’euros

Depuis sa constitution en « État » il y a trois ans, Daech a exploité tous les territoires sur lesquels il était installé en Irak et en Syrie. Trafic de drogue, kidnapping, commerce sexuel, exploitation des ressources pétrolières et gazière, esclavage, etc. lui aurait permis d’amasser un pactole de plus de 3 milliards d’euros.

Source : l’Express (25 avril)

Financement du terrorisme : Lafarge aurait renseigné l’État français sur ses versements

Les renseignements français auraient reçu des informations sur la localisation des troupes djihadistes et auraient été également au courant des transactions financières entre Lafarge et l’État islamique.

Source : le Figaro (23 avril)

 

L’histoire jugera probablement très durement le rôle de la France dans la crise syrienne. Par exemple, la France, qui a armé des groupes rebelles syriens. Par exemple, les pilotes de la coalition occidentale qui avaient ordre de ne pas bombarder les groupes  terroristes. Et il y a toujours la question soigneusement évitée par les médias sur qui a créé al-Qaida et Daech.

Monde

L’Inde envisage à son tour des mesures de rétorsion douanière contre les États-Unis

L’Inde demande aux États-Unis les mêmes exemptions de tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium que celles qu’ont obtenues d’autres partenaires commerciaux de Washington. En cas de refus, elle pourrait à son tour taxer les produits américains.

Source : RT (23 avril)

 

L’Inde a déjà adopté des mesures protectionnistes principalement pour se  protéger de la concurrence chinoise. Malgré la musique libre-échangiste que l’on entend dans les médias dominants, le protectionnisme n’est pas le mal : c’est au contraire la possibilité qu’a un pays souverain de protéger certains domaines clefs de son économie. Il faudrait pouvoir mettre en œuvre en France un protectionnisme mesuré et intelligent, mais cela n’est pas possible dans le cadre de l’Union européenne.

 

Victoire de la droite néolibérale à l’élection présidentielle du Paraguay

Le candidat conservateur (du parti Colorado), Mario Abdo Benitez, a réussi à l’emporter sur son concurrent Efrain Alegre (46,4 % contre 42,7 %). Fils de l’ancien bras droit du dictateur Stroessner et ayant fait ses études aux États-Unis, il va poursuivre la politique d’austérité lancée par son prédécesseur Horacio Cartes. Ce dernier, arrivé au pouvoir en 2013, à la suite d’un coup d’État parlementaire qui avait destitué le président en exercice en 2012, a vainement tenté en 2017 de faire modifier la Constitution limitant à un seul le nombre de mandat présidentiel. De nombreuses manifestations populaires l’en ont finalement empêché.

Source: le Monde (23 avril)

Le résultat de cette élection confirme le large virage conservateur que prend l’Amérique latine depuis 2010, et le recul du bolivarisme (programmes nationalistes de redistribution sociale moins alignés sur les intérêts de Washington). Le retour aux politiques néolibérales correspond à la réapparition préoccupante de la pauvreté, voire de la faim, sur ce continent.

 

Le Groenland pourrait devenir la troisième réserve mondiale d’uranium

Le Groenland recèlerait la deuxième réserve mondiale de terres rares. Ces métaux sont indispensables pour fabriquer des batteries de voiture, des éoliennes ou des smartphones. L’un d’eux, le dysprosium, est concentré dans la pointe sud et représente le premier gisement mondial. Les terres rares sont relativement imbriquées avec de l’uranium. Cela pourrait apporter des ressources financières et positionner le Groenland sur la carte stratégique du monde. Le territoire deviendrait alors la troisième réserve mondiale d’uranium.

Source : le Temps (25 avril)

 

Des enjeux énergétiques et géopolitiques apparaissent en toile de fond sur un territoire qui prépare son indépendance.

 

Autour de la Méditerranée, les agrumes risquent de disparaître

Après avoir décimé la quasi-totalité des orangers de Floride, affecté la Californie et le Brésil, la maladie du dragon jaune, mortelle pour les agrumes et sans traitement existant, menace aujourd’hui le pourtour méditerranéen. « On a déjà repéré l’insecte vecteur, le psylle asiatique, dans la péninsule Arabique. » Cet insecte suceur se nourrit de sève. En piquant un arbre, il transmet la bactérie, qui en retour bloque le canal par où transite la sève. Les feuilles jaunissent, les fruits se déforment. L’arbre étouffe et meurt plus ou moins vite, selon les pays et les conditions climatiques.

Source : Nice-Matin (25 avril)

Fête du Citron à Menton.

 

Macron propose d’être un médiateur entre la Chine et le dalaï-lama

Le président français s’est proposé pour résoudre la crise au Tibet, mercredi, lors de sa visite d’État à Washington. Emmanuel Macron a toutefois écarté l’idée d’une rencontre en France, afin d’éviter une crise avec la Chine. Il a rappelé qu’il avait rencontré le dalaï-lama pendant la campagne électorale française.

Source : Europe 1 (25 avril)

 

Après avoir bien montré sa soumission à l’occasion des frappes en Syrie, le vassal Macron se propose, depuis les États-Unis, de servir d’intermédiaire avec l’agent américain et prix nobel de la paix dalaï-lama, dans la nouvelle guerre froide qui commence entre la Chine et les États-Unis. Quelle présomption de penser qu’il peut faire plier la Chine, d’autant plus que sa crédibilité internationale est maintenant fortement entachée. Lors de la dernière visite du dalaï-lama en France, ce dernier avait fait l’éloge de la prétendue construction européenne, et la rencontre avec Macron avait été fortement médiatisée, donnant au candidat de l’oligarchie un nouveau prétexte à une présence médiatique.

 

Réglementation ITAR : États-Unis, ces amis qui ne veulent pas que du bien à la France

Les États-Unis ont mis un veto à l’exportation du Scalp en Egypte en raison de la présence de certains composants américains dans le missile de croisière. Si un système d’armes contient au moins un composant américain sous le régime de la réglementation américaine ITAR (International Traffic in Arms Regulations), les États-Unis ont le pouvoir d’en interdire la vente à l’export à un pays tiers. Or beaucoup de sociétés françaises et européennes intègrent des composants américains, notamment électroniques, dans de nombreux matériels, tout particulièrement dans les domaines aéronautique et spatial.

Source : la Tribune (23 avril)

C’est clairement une atteinte à la souveraineté de la France, pourtant l’alliée servile des États-Unis. Et il ne faut pas attendre que cette servilité soit récompensée, au contraire, il s’agit d’empêcher que la France puisse émerger de nouveau et menacer les intérêts américains, comme elle l’avait fait du temps de de Gaulle. « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. […] C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort » confiait François Mitterrand à Georges-Marc Benamou dans ses Mémoires.

 

Divers

Critiqués, les GAFA musclent leurs réseaux d’influence

Abus de position dominante, collecte massive de données, transparence… Alors que le business model des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) est remis en question, les montants dépensés en lobby ont grimpé en flèche depuis un an. Google est le champion en la matière, avec 5,02 millions de dollars dépensés au cours du premier trimestre 2018 (+.43.%).

Source : la Tribune (24 avril)

 

Dans un autre temps, au lieu d’utiliser le terme de lobby, on aurait utilisé les termes de corruption ou de conflit d’intérêts. Une fois au pouvoir, l’UPR interdira le stockage hors de France des données personnelles. L’utilisateur doit être propriétaire de ses données et bénéficier du droit à l’anonymat, au déréférencement et à l’oubli sur Internet.

 

Questions en direct avec François Asselineau

Deux heures de questions-réponses avec le président de l’UPR, sur de multiples sujets.

Source : UPR (23 avril)

Vos retours et propositions d’articles sont les bienvenus sur selection_infos@upr.fr

Pour changer les choses, nous vous invitons également à partager massivement cette revue de presse ! En pratique, nous vous proposons d’envoyer à toutes vos connaissances, dans un courriel : la photo à la une et son commentaire, suivis du lien sur cette revue de presse (l’utilisation de la copie cachée est recommandée).

 

Coordination de la revue de presse : David Pauchet

Rédacteurs : Alexis Comte, Antoine Carthago, Maxime Forner, Thierry Lacour, David Pauchet

Relecture : équipes de relecture

Validation finale : François Asselineau

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

Union populaire républicaine. La France doit sortir de l’Union européenne, de l’euro et de l’Otan.

Aidez-nous ! Partagez :