Revue de presse du 1 au 7 juillet 2019

Télécharger en PDF
Lecture : 34 min
Print Friendly, PDF & Email
Un employé du groupe ADP sur le tarmac de l’aéroport Roissy – Charles-de-Gaulle, le 19 juin. (Philippe Wojazer/Reuters)

Privatisation d’ADP : déjà 10 % de soutiens en faveur du RIP et quelques critiques…

Pour que le référendum ait lieu, il faut que 4 717 396 Français inscrits sur les listes électorales signent d’ici au 12 mars 2020. Ils sont près de 466 000 à l’avoir fait en dix-huit jours. Mais plusieurs voix dénoncent la difficulté d’accéder au site.

Source : le Monde (1er juillet)

Si les contributions continuent à ce rythme, il devrait être possible de s’opposer à cette privatisation qui spolie le peuple français. Encore faut-il se mobiliser cet été pour faire signer les Français sur les marchés, les places de village, lors des apéritifs entre amis, etc. Les militants de l’UPR doivent s’organiser et notamment expliquer comment déjouer les difficultés du site : pour une fois que nous avons un moyen direct de nous opposer à une décision prise par l’Union européenne !

France – Destruction des services publics

Nino est né dans la nuit au bord de la route faute de maternité à Die

Une maman du Haut-Diois a accouché d’un petit garçon dans une ambulance de pompiers dans la nuit de lundi à mardi à Crest. Elle se rendait en voiture à la maternité de Valence, située à près de deux heures de route de son domicile.

Source : France bleu (2 juillet)

SNCF, écoles, hôpitaux privatisés, fermés, massacrés… C’est le « nouveau monde » de Macron au service total de l’UE.

Grève aux urgences : manifestation nationale à Paris pour « maintenir la pression »

Les personnels soignants des urgences étaient appelés à défiler mardi. Ils revendiquent 300 euros de hausse de salaire, des effectifs supplémentaires et un « moratoire » sur les fermetures de lits.

Source : le Monde (2 juillet)

Les personnels soignants peuvent manifester, le gouvernement français est sous le talon de fer des directives et traités européens, qui imposent le démantèlement de la protection sociale en France.

Manifestation d’urgentistes, le 20 juin à Strasbourg. (Patrick Hertzog/AFP)

CHRU de Nancy-Brabois : 598 postes supprimés !

C’est l’annonce faite par la direction générale au conseil de surveillance du CHRU avant

le passage devant le COPERMO le 16 juillet.

Source : l@ semaine (4 juillet)

Entre un service hospitalier de qualité et l’appartenance à l’Union européenne, il faut choisir !

Avec la fermeture définitive de 400 écoles, la destruction de la France rurale s’accélère

En conclusion du pseudo-« grand débat », Emmanuel Macron avait affirmé qu’il n’y aurait « plus aucune fermeture d’école… sans l’accord des maires ». Beau cynisme ! Une étude du ministère de l’Éducation nationale a en effet révélé, ce 3 juillet 2019, que quelque 400 établissements ruraux devraient définitivement fermer d’ici à la rentrée, la plupart sur décision des mairies et des communautés de communes. Et cet « accord des maires » leur a en fait été arraché : ils sont contraints de fermer leur école du fait de l’étranglement de leurs ressources financières décidé par l’État !

Source : UPR (4 juillet)

France – République bananière

LREM accusé de détournement de fonds publics sur la base d’une note de l’Assemblée

Le premier secrétaire du PS a révélé une note, portant l’en-tête de l’Assemblée nationale, dans laquelle Jean-Marie Girier trace la feuille de route de la majorité pour les municipales. Olivier Faure accuse LREM de détournement de fonds publics.

Source : RT France (5 juillet)

Olivier Faure a raison: les membres des cabinets ministériels ne devraient pas remplir d’autres missions que celles pour lesquelles ils sont payés. Encore le signe d’un abus de pouvoir de la part de LREM, qui se croit tout permis. 

Alexandre Langlois, policier et lanceur d’alerte, suspendu « sur ordre de Castaner »

Alexandre Langlois, secrétaire général du syndicat de police VIGI, a été suspendu de ses fonctions de gardien de la paix affecté au renseignement territorial pour douze mois, dont six avec sursis. Il paie ses prises de position contre sa hiérarchie et dénonce une « décision personnelle » du ministre de l’Intérieur. Il s’est confié à Sputnik.

Source : Sputnik (4 juillet)

La dérive autoritaire du régime de Macron se poursuit avec cette sanction injustifiée contre un syndicaliste de la police. Il est possible de le soutenir via une cagnotte pour s’opposer à l’objectif de cette punition, qui est de l’asphyxier financièrement.

(Crédit : Frédéric Migeon)

La fortune secrète de Raymond Barre découverte en Suisse

L’ancien Premier ministre aurait dissimulé quelque 11 millions de francs suisses à Bâle, révèle le Canard enchaîné. Une fortune découverte par le fisc français.

Source : le Point (2 juillet)

Comme le rappelle l’UPR sur son site, Raymond Barre ne s’était pas privé de faire la morale aux Français en jouant aux pères-la-vertu. C’était un européiste acharné qui fut vice-président de la Commission européenne de 1967 à 1973. L’origine des fonds qu’il a perçus demeure inconnue : qui les avait versés ? Quand ? Et en échange de quels services ?  

France – Restriction des libertés

Le droit de grève sera encadré dans la fonction publique territoriale

Députés et sénateurs se sont mis d’accord en commission mixte paritaire sur le projet de loi de « transformation de la fonction publique ». Ils y ont notamment inscrit une disposition du Sénat visant à imposer un préavis de grève pour les fonctionnaires des collectivités locales.

Source : LCP (4 juillet)

Sous couvert de « modernisation » et de défense de la continuité du service public, ce projet de loi est une véritable régression républicaine : le droit de grève – pourtant garanti par la Constitution – y est bridé, la liberté universitaire bâillonnée, la précarité encouragée, etc.

« On n’a jamais vu ça » : des journalistes accusent les forces de l’ordre de les avoir empêchés de travailler lors de l’occupation du siège d’Amazon

Quelques dizaines de militants écologistes ont occupé mardi le siège du géant de la vente en ligne. Des journalistes affirment avoir été évacués manu militari par des gendarmes.

Source : France info (3 juillet)

Cette entrave à la liberté d’informer n’est qu’une étape supplémentaire d’un processus déjà dénoncé par le syndicat national des journalistes CGT, qui expliquait en avril que le pouvoir cherche « à intimider les journalistes en les empêchant d’informer les citoyens de ce pays ». Le régime de Macron tolère de moins en moins la critique.

Résultats du bac : « Après coup, je me suis dit : ce n’est pas vrai, on n’a pas fait ça »

Un chef d’établissement dans l’académie de Créteil raconte son état de stress, jeudi, et cette prise de conscience, « après coup », d’avoir obéi à un ordre peut-être illégal.

Source : Libération (5 juillet)

Cette crise du monde de l’éducation, liée au projet de réforme du bac, est ancienne : des grèves ont eu lieu au mois de mars, suivies d’une rétention des notes, puis de l’actuel bras de fer. Au lieu de recourir au dialogue pour sortir du conflit, Blanquer, directement soutenu par Macron, vient de choisir une solution radicale qui invalide le principe républicain d’égalité de l’examen. Un dangereux précédent.

Gilets jaunes : Jérôme Rodrigues va entamer une grève de la faim devant le ministère de l’Intérieur

Jérôme Rodrigues, l’une des figures du mouvement des Gilets jaunes, avait été blessé à l’œil en janvier alors qu’il se trouvait face à des forces de l’ordre, place de la Bastille, à Paris. Depuis, il attend les résultats de l’enquête.

Source : France info (2 juillet)

Cette forme extrême de contestation – la grève de la faim – est assez rare en France. On se souvient que Gandhi l’a utilisée pour ébranler le joug colonial britannique. Il est alarmant de constater qu’un des leaders des Gilets jaunes en soit réduit à cela pour simplement obtenir ce que la justice lui a accordé : l’accès aux documents de l’enquête de l’IGPN le concernant.

Jérôme Rodrigues pendant une manifestation des Gilets jaunes, le 9 avril 2019 à Paris. (Stéphane de Sakutin/AFP)

France – Économie

Les vrais chiffres du chômage en France

Une excellente synthèse de la situation.

Source : Neon Mag (4 juillet)

Des explications claires et simples sur la réforme en cours. Les chiffres du chômage sont bien supérieurs à ceux dont voudrait s’enorgueillir le gouvernement.

Le déficit budgétaire plonge de 28,8 milliards d’euros à la fin de mai (Bercy)

Le déficit cumulé sur les cinq premiers mois de l’année s’élève à 83,9 milliards d’euros, contre 55,1 milliards d’euros à la fin de mai 2018, selon un communiqué du ministère des Comptes publics.

Source : la Tribune (2 juillet)

Le déficit augmente parce que les recettes fiscales baissent. Le gouvernement minimise le problème en arguant des changements induits par le prélèvement à la source, mais c’est pour mieux taire les questions de l’ISF, du CICE et des paradis fiscaux européens. Demain, il arguera du déficit pour justifier un peu plus d’austérité. Prend-il vraiment les Français pour des imbéciles ? 

Assurance chômage : la réforme pourrait pénaliser un chômeur indemnisé sur cinq
Un document confidentiel de l’UNEDIC estime à environ 500 000 le nombre de personnes dont l’ouverture du droit à indemnisation serait retardée ou annulée à partir d’avril 2020, comme le prévoit la réforme de l’assurance chômage.
Source : les Échos (4 juillet)

Pour faire baisser le chômage, il suffit de faire baisser le nombre de chômeurs indemnisés… en leur retirant leur indemnisation. C’est simple comme bonjour ! C’est à son cynisme et à son mépris des plus faibles que l’on reconnaît le macronisme.

L’accord commercial avec le Canada (CETA) approuvé par la France

Alors que la plus grande partie du CETA, l’accord commercial avec le Canada, avait déjà été adoptée, la France s’est prononcée en faveur d’une approbation totale de ce traité controversé ce 3 juillet.

Source : RT France (3 juillet)

Toujours plus de libre-échange, quelles que soient les conséquences néfastes pour les Français. Rappelons que l’UPR appelle à se mobiliser contre ce traité depuis plusieurs années. L’UPR dénoncera ce traité lorsqu’elle arrivera au pouvoir.

Le président Emmanuel Macron raccompagne le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, après une réunion à l’Élysée à Paris le 7 juin 2019. 

Traité avec le Mercosur : au Sénat, l’opposition dénonce une « grosse erreur » du gouvernement

Les membres du gouvernement ont été interpellés à cinq reprises par des élus dénonçant l’accord de libre-échange conclu il y a une semaine entre l’UE et le Mercosur.

Source : le Monde (4 juillet)

Bien entendu, le commissaire européen aux Affaires économiques et financières, Pierre Moscovici, appuie l’accord. Et le gouvernement adopte son habituelle posture hypocrite : il jure qu’il n’est pas encore prêt à le ratifier, ou en tout cas pas en l’état, mais ne fait que feindre de résister à un ordre venu de Bruxelles. Les agriculteurs français ont compris qu’ils seraient les dindons de la farce et ont prévu de nombreuses actions de protestation. 

Union européenne – Nominations

Qui est Josep Borrell, l’Espagnol qui prend la tête de la diplomatie européenne ?

L’ancien président espagnol du Parlement européen prend le poste de haut représentant aux Affaires extérieures après la décision des chefs d’État et de gouvernement lors du sommet européen organisé ce mardi pour les nominations aux postes clés des institutions européennes.

Source : Ouest-France (2 juillet)

Josep Borrell, ancien ministre espagnol des Affaires étrangères, qui avait notamment scandalisé par ses propos sur le génocide des Amérindiens, est un européiste forcené. En croyant bon de souligner les prétendues menaces qu’est censée faire peser « la Russie, notre vieille ennemie », sur l’Union européenne, il donne clairement le ton de sa future politique.

Josep Borrell lors d’un événement au Parlement européen en 2019. (Stéphanie Lecocq/Epa/Maxppp)

Portrait. Qui est David Sassoli, le nouveau président du Parlement européen ?

Le nouveau président du Parlement européen, élu mardi 2 juillet, entame son troisième mandat sur les bancs de l’institution. Ancien journaliste, il est connu pour être un « facilitateur » pour faire passer les textes.

Source : Ouest-France (3 juillet)

Suffit-il d’être à l’aise à l’oral (journaliste), sans relief (consensuel) et centriste (bien sûr) pour être président du Parlement ? Gageons qu’avec une telle personnalité, issue du sérail et choisie par défaut, le législateur européen ne fera pas de vagues et obéira sagement aux propositions de la Commission. 

Choisie suite au caprice de Macron, l’Allemande Ursula von der Leyen, future présidente de la Commission européenne, est une ultra-atlantiste passionnée

À la fois par tradition familiale et par goût personnel, Ursula von der Leyen est une admiratrice sans réserve des États-Unis et une européiste acharnée.

Source : UPR (4 juillet)

TVLibertés : François Asselineau décrypte le nouveau visage de l’UE

Six semaines après les élections européennes, et alors que l’appui à l’UE baisse dans l’opinion publique française, les nouveaux grands patrons de l’UE ont été nommés. À la tête de la Commission, pour remplacer l’inénarrable Jean-Claude Juncker, une Allemande proche d’Angela Merkel, Ursula von der Leyen. Du côté de la BCE, c’est la Française Christine Lagarde qui quitte son poste au FMI. Malgré les résultats des élections, les nouvelles orientations des instances européennes ne semblent pas près de changer. Qui sont ces nouveaux dirigeants ? À quoi faut-il s’attendre ? François Asselineau décrypte l’actualité de l’UE.

Source : UPR (6 juillet)

Union européenne – Brexit

Royaume-Uni : Boris Johnson prédit une « extinction politique » en cas de report du Brexit

Boris Johnson, favori pour prendre la tête du gouvernement britannique, a estimé que, si l’échéance du Brexit n’était pas respectée, les électeurs pourraient « s’éloigner de la vie politique » faute de confiance en leurs représentants. 

Source : RT France (30 juin)

On peut donner raison sur ce point à Boris Johnson quand on voit en France les dégâts occasionnés dans l’opinion publique par l’adoption par la procédure du Congrès du traité de Lisbonne en 2008, alors qu’un texte quasiment identique avait été rejeté par référendum par les Français en 2005.

Brexit : Boris Johnson veut un accord de libre-échange ou… pas d’accord du tout

Le futur Premier ministre n’entend pas renégocier l’accord conclu entre Theresa May et l’UE. Et si Bruxelles refuse, le Royaume-Uni optera pour un Brexit sans accord le 31 octobre.

Source : la Tribune (2 juillet)

Le feuilleton du Brexit continue et il est probable que Boris Johnson en sera bientôt un protagoniste de premier plan en tant que Premier ministre. Il reste à voir quels seront ses actes.

(Reuters)

Les Britanniques du Brexit Party tournent le dos lors de l’hymne européen au Parlement

Scène surprenante ce mardi au Parlement européen. L’ensemble des députés britanniques ont décidé de tourner le dos alors que l’hymne européen retentissait dans l’hémicycle.

Source : le Figaro (2 juillet)

Scène symbolique mais néanmoins salutaire : il est impossible de respecter le symbole d’une construction politique toxique. Les membres du Brexit Party démontrent en l’occurrence leur cohérence intellectuelle.

Monde – États-Unis

Les États-Unis se servent du droit comme d’une arme de destruction contre l’Europe (rapport)

Le député LREM de Saône-et-Loire Raphaël Gauvain a remis son rapport le 26 juin au Premier ministre Édouard Philippe. Il souhaite protéger plus efficacement les entreprises françaises des lois et mesures à portée extraterritoriale.

Source : la Tribune (1er juillet)

Si même LREM s’aperçoit qu’il y a un problème avec l’extraterritorialité agressive des normes juridiques américaines… Encore un effort, monsieur Gauvain : pour faire respecter la souveraineté française dans toutes ses dimensions, il faut sortir de l’Union européenne et de l’OTAN.

Raphaël Gauvain (DR)

Comment Trump veut sanctionner Airbus

L’administration Trump profite du travail des autorités anti-corruption françaises et britanniques pour s’attaquer à Airbus, le principal rival de Boeing.

Source : l’Expansion (3 juillet)

Article instructif qui montre que les États-Unis utilisent des procédures judiciaires pour poursuivre des objectifs politiques. De plus, le gouvernement américain justifie ces nouvelles sanctions en avançant une condamnation de l’OMC à l’encontre de l’UE pour subvention abusive de son secteur aéronautique, en oubliant de dire que l’OMC a condamné les États-Unis pour des faits similaires.

Les États-Unis envisagent des taxes punitives sur des fromages et whiskies européens

Les États-Unis ont annoncé lundi le lancement de consultations en vue d’imposer à l’Union européenne de nouvelles taxes, notamment sur des fromages et whiskies européens, en rétorsion à ce qu’ils estiment être des subventions abusives aux constructeurs aériens de la part de l’UE.

Source : la Presse (1er juillet)

En utilisant comme prétexte le différend expliqué dans l’article précédent, les États-Unis envisagent d’instaurer des taxes punitives aux exportations européennes. Le gouvernement américain semble décidé à pousser son avantage toujours plus loin, et ce sans justification crédible.

Monde – Divers

En visite en Italie, Poutine déclare souhaiter l’aide de Rome pour améliorer les relations entre l’Union européenne et Moscou

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré jeudi 4 juillet qu’il espérait que l’Italie lutterait pour restaurer des relations complètes entre l’Union européenne et la Russie et aiderait à persuader les nouveaux dirigeants de l’UE que les sanctions contre Moscou étaient contreproductives.

Source : Euractiv (5 juillet) – en anglais

Poutine tend la main à ceux qui, en Europe, cherchent à se libérer du joug de l’Union européenne et de l’OTAN. La France devrait saisir cette occasion de renouer son alliance traditionnelle avec la Russie et de développer une politique extérieure indépendante des intérêts anglo-saxons, en mettant fin à des sanctions qui pèsent sur son agriculture.

Le Premier ministre italien, Giuseppe Conte (au centre), reçoit le président russe Vladimir Poutine (à droite) au palais Chigi à Rome, le 4 juillet 2019. (Maurizio Brambatti/EPA/EFE)

Brésil : Bolsonaro défend le travail des enfants

Une nouvelle polémique a éclaté au Brésil après des déclarations de Jair Bolsonaro qui a défendu le travail des enfants en mettant en avant son exemple personnel : « J’ai travaillé depuis l’âge de 8 ans […] et, aujourd’hui, je suis qui je suis. »

Source : la Presse (6 juillet)

Contrairement à ce qu’il prétend, Bolsonaro n’a pas travaillé lorsqu’il était enfant. Sa nouvelle sortie, d’un cynisme calculé, vise à décomplexer les entrepreneurs peu scrupuleux qui exploitent sans vergogne une main-d’œuvre infantile vulnérable dans un pays où le taux de chômage frôle pourtant les 14 %.

Le Brésil et l’Argentine lancent des négociations commerciales avec les États-Unis d’Amérique, après l’accord du Mercosur avec l’Union européenne

La fin des négociations avec Bruxelles, qui ont duré presque deux décennies, donne des ailes aux grands du Mercosur. 

Source : El Pais (6 juillet) – en espagnol

L’accord avec les États-Unis sera plus difficile à obtenir, car les économies sont moins complémentaires que dans le cas de l’Union européenne, et entrent davantage en rivalité. Ce souhait illustre surtout les bonnes relations que les deux dirigeants sud-américains entretiennent avec leur voisin du Nord et leur désir de réorienter leur politique étrangère, en prenant leurs distances avec les BRICS.


Vos retours et propositions d’articles sont les bienvenus sur selection_infos@upr.fr.

Pour changer les choses, nous vous invitons également à partager massivement cette revue de presse ! Vous pouvez recevoir chaque semaine le courriel prêt à diffuser sur simple demande à selection_infos@upr.fr.

Enfin, vos dons sont très importants pour permettre à l’UPR de continuer à vous fournir encore et toujours du contenu de qualité.

Coordination de la revue de presse : David Pauchet

Rédacteurs : Antoine Carthago, Maxime Forner, Thierry Lacour, Gilles Marceau, David Pauchet

Relecture : équipe de relecture

Validation finale : François Asselineau

Débit faible ou difficultés pour visionner sur Youtube ? Vous pouvez télécharger les conférences de l’UPR à partir du site d’un militant sur : http://www.upr.world/Asselineau.html. Quant aux derniers entretiens d’actualité, ils sont téléchargeables à cette adresse : http://www.upr1.pw.

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

Aidez-nous ! Partagez :