Revue de presse du 16 au 22 mars 2020

Télécharger en PDF
Lecture : 33 min
Print Friendly, PDF & Email
Le 12 mars dernier, neuf médecins chinois et plusieurs tonnes de matériel sanitaire sont arrivés à Rome à bord d’un vol spécial. (Alfredo Falcone – AP – Sipa)

Coronavirus : la Lombardie demande l’aide de la Chine, de Cuba et du Venezuela

Le système sanitaire du nord de l’Italie n’arrive plus à faire face à l’afflux de patients. Les effectifs sont trop faibles et le personnel médical est épuisé. Des équipes cubaines et chinoises viennent prêter main-forte à la Lombardie.

Source : les Échos (20 mars)

Quelle humiliation pour une Union européenne qui prétendait faire la leçon au reste du monde… La réalité est qu’une Europe sur le papier a précipité, avec l’austérité imposée par les GOPÉ, le délabrement de systèmes de santé qui étaient déjà exsangues avant même l’arrivée de la pandémie de coronavirus.

France et coronavirus – Conséquences sur le monde du travail

Cri d’alarme des pêcheurs : « Il faut manger du poisson frais ! » 

Après une météo exécrable ces quatre derniers mois, « on pêchait bien à nouveau, mais il n’y a plus de marché à cause de la crise sanitaire. […] Si les gens ne mangent que des conserves, ils vont tous avoir le scorbut dans un mois ! Il faut inciter les gens à acheter et manger du poisson frais », a déclaré à l’AFP le président de la première Région française de pêche.

Source : Boursorama (18 mars)

Le coronavirus va-t-il achever notre filière pêche ? Si le gouvernement avait fait preuve de prévoyance et d’efficacité comme la Corée du Sud, la situation aurait probablement été différente.

(AFP – Stéphane de Sakutin)

La loi « urgence coronavirus » risque de revenir sur les droits aux congés spéciaux, les 35 heures… et sans date limite

Le projet de loi d’urgence lié au coronavirus modifie les règles du Code du travail. Une remise en cause des acquis sociaux… qui pourrait prospérer jusqu’à une période indéterminée après la fin de la crise, mais néanmoins soumise aux accords d’entreprise et/ou aux accords de branche.

Source : Marianne (20 mars) 

Comble de l’indécence : le gouvernement utilise le coronavirus comme excuse pour permettre une avancée vers la convergence demandée par les GOPÉ. Cette remise en cause des acquis sociaux pour une période indéterminée marque un pas de plus dans le mépris des salariés. Macron veut-il une guerre sociale après la guerre sanitaire une fois le confinement terminé ?

La situation devient explosive entre le BTP et le gouvernement sur le chômage partiel

Pour que le BTP retourne au travail, l’État a mis en suspens certains dossiers de demande de chômage partiel. La fédération du bâtiment, de son côté, a envoyé une lettre incendiaire à la ministre du Travail. 

Source : les Échos (19 mars)

C’est de l’inconscience : ce gouvernement semble plus intéressé par l’économie que par la vie des Français.

Comment le gouvernement va soutenir les entreprises face au coronavirus

Emmanuel Macron et Bruno Le Maire ont dévoilé une série de mesures pour venir en aide aux entreprises affectées par l’épidémie de covid-19 : report de charges, chômage partiel, éventuelles nationalisations… 

Source : France info (17 mars)

Le Maire annonce que seuls les indépendants qui auront perdu 70 % de leur chiffre d’affaires en mars 2020 seront indemnisés à hauteur de 1 500 euros, ce qui est déjà très insuffisant. Mais ensuite, les principales mesures de confinement, à commencer par la fermeture des bars et des restaurants, ont été mises en place entre le 15 et le 16 mars. De sorte que la perte de chiffre d’affaires des entreprises concernées sera plutôt de l’ordre de 50 % : une majorité d’entreprises ne seront donc pas indemnisées… bref, un nouveau coup fourré de la part du gouvernement.

« Restez chez vous » et « faites tourner le pays » : les consignes difficilement lisibles du gouvernement

Au troisième jour du confinement national, à l’heure où l’urgence sanitaire percute l’impératif économique, le message gouvernemental semble se brouiller. D’un côté, l’exécutif cherche à inciter les Français à rester confinés. « Trop » de Français prennent les consignes « à la légère », a déploré Emmanuel Macron. Une flopée « d’imbéciles », a sermonné le ministre de l’Intérieur. De l’autre, le gouvernement cherche à maintenir autant que possible une activité économique. Au risque d’édicter des consignes d’appel sanitaire contradictoires ou peu lisibles.

Source : l’Obs (20 mars)

Le fameux « en même temps » cher à Macron n’est pas seulement ambigu, mais aussi, en l’occurrence, insensé en l’absence d’équipements de protection individuels – masques et gel hydroalcoolique.

Des CRS ont fait valoir mercredi 18 mars leur droit de retrait en raison de l’absence de matériel de protection

Selon le document, les fonctionnaires n’ont pas assuré le contrôle dans le cadre de l’épidémie de coronavirus.

Source : France info (18 mars)

Le gouvernement, incapable de protéger ses fonctionnaires, met en péril toute la nation.

Gérald Darmanin : « Il faudra faire revenir en France la production essentielle pour la vie de la nation » 

Beaucoup d’auditrices et d’auditeurs ont appelé RMC à propos du manque de masques de protection. Des infirmières, des policiers, des surveillants de prison ne sont pas équipés. « Ils doivent aller en priorité au personnel soignant », a répété Gérald Darmanin sur RMC et BFM TV. Mais, face à cette pénurie de masques, le gouvernement réfléchit à long terme, a fait savoir le ministre.

Source : BFM TV (18 mars)

Comme tant d’autres, Darmanin méconnaîtrait-il l’article 63 du TFUE, qui a provoqué la fuite des « productions essentielles » à l’étranger ? Tous nous vendent l’UE sans en connaître le moindre rouage. Le comble de l’incompétence et « en même temps » de la propagande stérile. Les mêmes propos ont par ailleurs été tenus par Willy Borsus, ministre wallon de l’Économie. Comme son confrère, il occulte la nécessité de sortir de l’UE pour relancer l’économie et protéger les productions.

France et coronavirus – Système de santé débordé

L’hôpital privé appelé à la rescousse

Les autorités sanitaires ont demandé jeudi 19 mars la « déprogrammation immédiate » des opérations chirurgicales « non urgentes », et elles ont enjoint au secteur privé de mettre à disposition 100 % de leurs lits de réanimation d’ici à lundi.

Source : le Parisien (12 mars)

À force de trop tailler dans les dépenses (GOPÉ), on constate qu’à la moindre crise le système ne peut faire face.

La France n’a que trois lits en soins intensifs pour 1 000 habitants pour mener la guerre contre le covid-19

Selon l’OCDE, la France ne disposait en 2018 que de 3,1 lits d’hôpitaux en soins intensifs pour 1 000 habitants. Elle se classe seulement au 19e rang, loin, très loin des trois premiers pays ayant le plus de lits en soins intensifs à offrir à leurs habitants : Japon (7,8 lits pour 1 000 habitants), Corée du Sud (7,1) et Allemagne (6).

Source : la Tribune (18 mars)

Il n’est donc pas étonnant que la France ait beaucoup plus de morts que les pays cités. Les coupes incessantes dans le budget de la santé et des hôpitaux ont des conséquences désastreuses. Les médias étrangers s’en rendent d’ailleurs compte pour notre plus grande honte.

(OCDE [2020], lits d’hôpitaux [indicateur] – doi : 10.1787/9b82df80-fr)

Pénurie de masques : le docteur Jean-Paul Hamon dénonce « l’imprévision et la nullité » de l’administration

Il fustige la pénurie de masques de protection face à l’épidémie de coronavirus. Selon lui, pour équiper tous les soignants, il faudrait que la France produise un million de masques FFP2 par jour. « L’administration devra rendre des comptes ! Je veux une commission d’enquête pour savoir comment on a pu laisser la France sans protection », a-t-il annoncé.

Source : France info (20 mars)

Un peuple a les élus qu’il mérite. Sous manipulation médiatique, les Français ont voté pour des incompétents qui ne se sont souciés jusque-là que d’intérêts étrangers à ceux des Français.

À Marseille, l’institut du Pr Raoult dépiste tous les patients fébriles

L’institut hospitalo-universitaire Méditerranée-Infection, dirigé par le Pr Didier Raoult à Marseille, assure le dépistage de toutes les personnes « fébriles » qui s’y présentent, au rebours des consignes nationales. En outre, les médecins signataires du communiqué de l’IHU, dont le Pr Didier Raoult, annoncent que tous les patients atteints du covid-19, « dont un grand nombre peu symptomatiques ont des lésions pulmonaires au scanner », sont traités par l’association d’hydroxychloroquine – un dérivé de la chloroquine, une molécule utilisée contre le paludisme – et d’azithromycine.

Source : la Croix (22 mars)

À l’hôpital de la Timone à Marseille, une équipe de professeurs français écoutés dans le monde entier décide de soigner les malades avec ce qui leur apparaît aujourd’hui comme le meilleur traitement au nom du serment d’Hippocrate.

Le Conseil d’État rejette la demande de confinement total

Deux syndicats de soignants, soutenus par le Conseil national de l’Ordre des médecins, déposaient ce dimanche un recours en référé devant le Conseil d’État. Ils souhaitaient « contraindre le Premier ministre à prendre en urgence les mesures qui s’imposent », à savoir « le confinement total de la population et l’arrêt des activités économiques jusqu’à ce que l’expansion du virus soit endiguée ». Le Conseil d’État a refusé en raison du risque de rupture d’approvisionnement, mais propose un durcissement des mesures.

Source : Ouest-France (22 mars)

France et coronavirus – Autres scandales

Une ministre marocaine tacle Macron sur la question du rapatriement des Français du pays

Dès le début de la pandémie de coronavirus, le Maroc a pris à bras-le-corps la menace qui pesait sur le pays, instituant les mesures d’urgence nécessaires sans attendre « un ordre inapproprié » de quiconque, a affirmé la ministre du Tourisme tout en rassurant les touristes étrangers bloqués dans le royaume chérifien.

Source : Sputnik (17 mars)

Quand un pays est souverain, il est souverain. Au lieu de se mettre à dos le royaume chérifien, Macron ferait bien de méditer cette leçon.

Municipales : une semaine après le scrutin, des assesseurs et présidents de bureau de vote positifs au covid-19

Il y a une semaine, de nombreuses personnalités politiques, médiatiques et scientifiques s’étaient opposées au déroulement du scrutin et appelaient à son report en raison de la crise du coronavirus.

Source : CNews (23 mars)

Encore une lâcheté de Macron, qui a préféré se coucher face à Larcher et Fabius, alors qu’il connaissait le danger de maintenir le scrutin.

Le bilan tragique au stade 3 de l’épidémie

« Malheur à toi, pays dont le roi est un enfant ! » (Ecclésiaste 10:16)

L’incompétence du gouvernement face à l’épidémie de coronavirus analysée par François Asselineau.

Source : UPR (15 mars)

Un collectif de soignants saisit la Cour de justice de la République contre Buzyn et Philippe

Le collectif estime que le Premier ministre et l’ex-ministre de la Santé ont fait preuve de « négligence coupable » dans la gestion de la crise liée au covid-19.

Source : BFM TV (19 mars)

L’UPR incite tous les citoyens – et notamment les malades, les soignants, les pompiers et les forces de l’ordre qui auraient été victimes d’un préjudice direct du fait de la mauvaise gestion de l’épidémie de coronavirus – à se regrouper de la même façon et à se rapprocher d’avocats pour saisir également la Cour de justice de la République à l’encontre de M. Édouard Philippe, M. Christophe Castaner et Mme Agnès Buzyn, pour violation des articles 121-3 et 221-6 du Code pénal.

Pourquoi Agnès Buzyn provoque un scandale politique

L’ancienne ministre de la Santé et toujours candidate à la mairie de Paris, Agnès Buzyn, a suscité l’indignation mardi de responsables politiques pour des propos rapportés par le Monde. Ses confessions, selon lesquelles l’exécutif aurait été mis au courant de la gravité de la crise dès le début de l’épidémie de coronavirus, auront au minimum des conséquences politiques.

Source : le JDD (17 mars)

Madame Agnès Buzyn… par votre inaction coupable, vous êtes responsable de la maladie de milliers de Français. Les Français et l’histoire s’en souviendront. Tôt ou tard, il sera nécessaire de rendre des comptes comme l’ensemble de ce gouvernement et le président.

La France anticipe un déficit public à 3,9 % du PIB en 2020, selon Darmanin

Le déficit public de la France va bondir cette année à 3,9 % de son produit intérieur brut en raison de l’impact économique de l’épidémie de coronavirus, déclare mardi le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, cité par le quotidien les Échos.

Source : la Tribune (17 mars)

Cela valait-il bien la peine de faire des économies sur le système de santé ?

Union européenne – Coronavirus

La Chine décuple son aide envers l’Europe, nouvel épicentre de la pandémie

L’Europe est désormais l’épicentre de la pandémie de covid-19 ; c’est pourquoi la Chine, où les contaminations et décès liés au virus se sont considérablement réduits, a décidé de proposer son aide humaine et matérielle, ainsi que son expertise.

Source : RT France (17 mars)

Ironie de l’histoire : l’UE, qui ne cesse de prétendre faire contrepoids à la Chine, se retrouve aidée par ce même pays.

Les Tchèques ont volé 680 000 masques et respirateurs à l’Italie

C’est l’effroyable mensonge de la « solidarité européenne » : ce sont 680 000 masques et respirateurs que la Chine avait donnés à l’Italie pour sauver des milliers d’Italiens en urgence absolue ! 

Source : UPR (22 mars)

BCE : la bourde de Christine Lagarde

Par un ton abrupt, Lagarde a renvoyé aux États l’essentiel de la réponse sanitaire et économique à cette crise, quand son prédécesseur Mario Draghi avait habitué les marchés à beaucoup attendre des banques centrales. Enfin, interrogée sur la défiance entourant la dette italienne, qui hypothèque le financement du pays au moment où il est submergé par l’épidémie, elle a répondu que la BCE n’avait pas pour « mission de réduire les spreads », soit l’écart entre le taux italien et le taux allemand de référence.

Source : le Point (13 mars)

Cette déclaration sur les spreads a eu des conséquences désastreuses, comme l’a écrit Vincent Brousseau. Christine Lagarde est-elle compétente pour le poste qu’elle occupe ? La BCE en tout cas rétropédale.

L’UE annonce une suspension inédite des règles de discipline budgétaire

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a décidé de déclencher « la clause dérogatoire générale ». Celle-ci permet de suspendre les règles de discipline budgétaire de l’UE pour répondre à la crise du coronavirus.

Source : BFM TV (20 mars)

Ursula von der Leyen n’avait nul autre choix que d’entériner une décision déjà prise par les États pour protéger leurs populations.

Solidarité européenne face au covid-19 ? Un « conte de fées » selon la Serbie, qui se tourne vers Pékin

Le président serbe, Aleksandar Vucic, a dénoncé l’absence d’aide de l’Europe dans la lutte contre le coronavirus, se désolant que « la solidarité européenne n’existe pas ». Il a annoncé vouloir se rapprocher de la Chine.

Source : RT France (18 mars)

Il est maintenant temps que les Français, eux aussi, arrêtent de voir l’UE comme un conte de fées, mais plutôt comme un instrument de malheur des peuples.

Le président serbe, Aleksandar Vucic, le 31 janvier 2020, à Belgrade, en Serbie. (Andrej Isakovic – AFP)

Le « coronabond », nouveau soin palliatif pour les eurolâtres

À lire les pro-euro, cette crise sanitaire d’ampleur continentale serait l’occasion de précipiter certaines réformes qui leur paraissent (à raison) pouvoir renforcer les maigres chances de survie de leur euro chéri. D’un mal sortirait un bien, en somme.

Source : UPR (22 mars)

Alors que les signes de déliquescence de l’UE se multiplient, les derniers eurolâtres veulent croire qu’une innovation financière, le coronabond, rendra tout soudain l’euro miraculeusement indestructible. Simple erreur de raisonnement causée par la montée irrépressible de l’angoisse.

États-Unis

Vaccin : l’Allemagne fait bloc face à l’offre américaine

Berlin a opposé une fin de non-recevoir à Donald Trump, qui s’était rapproché du laboratoire CureVac pour s’approprier les résultats de ses recherches.

Source : Libération (17 mars)

Alors que la Chine montre l’exemple en offrant son aide aux autres pays touchés, les États-Unis s’abaissent à des manœuvres indignes. Beaucoup voient dans cette attitude immature un changement d’époque géopolitique.

Plan de relance envisagé de 1 000 milliards de dollars, aide directe aux Américains

L’administration Trump souhaite soutenir une économie mise à mal par l’épidémie de coronavirus et envisage d’envoyer aux Américains des chèques de 1 000 dollars dans les deux semaines.

Source : les Échos (18 mars)

Après avoir donné l’impression de ne pas prendre la mesure de la catastrophe sanitaire et économique à venir, il semble que l’administration Trump ait finalement réagi avec une détermination colossale, en inondant le pays de liquidités. Cela sera-t-il suffisant pour traverser la crise qui s’annonce ?

Le pétrole au plus bas en presque 20 ans, chute de 24 % à New York

Les cours du pétrole ont continué de s’enfoncer mercredi, atteignant leurs plus faibles niveaux depuis près de vingt ans, pris en étau entre une offre surabondante et une demande mondiale éprouvée par la pandémie de coronavirus. 

Source : la Presse (18 mars)

L’industrie nord-américaine du pétrole de schiste ne peut résister à de tels prix, et elle a commencé à s’écrouler malgré les mesures d’aide du gouvernement fédéral. Mais l’Arabie saoudite a aussi besoin d’un pétrole beaucoup plus cher pour équilibrer son budget. Seule la Russie peut endurer de tels taux à moyen terme. De grandes incertitudes pèsent donc sur le marché des hydrocarbures.

Extraction de pétrole de schiste. (Mark Ralston – AFP)


Asie

Coronavirus : après l’épidémie, la Chine règle ses comptes avec le reste du monde

Les autorités de Pékin affirment que l’épidémie de coronavirus est dépassée et elles se lancent dans une campagne de règlement de comptes avec les autres pays, à commencer par les États-Unis.

Source : le JDD (15 mars)

À l’heure où beaucoup demandent et reçoivent aide et expertise chinoises pour lutter contre ce fléau, il n’est guère étonnant que les dirigeants de Pékin s’irritent d’avoir été stigmatisés.

Le dénigrement du masque en Europe suscite la consternation en Asie

Le port préventif du masque a contribué à juguler les contaminations dans les pays développés d’Extrême-Orient, où l’appel à ne pas en porter en France si l’on n’est pas malade est vu comme une grave erreur.

Source : le Monde (21 mars)

L’incompétence et l’abandon de la nation par les gouvernements successifs, au profit de la chimère européenne, ont conduit à la tiers-mondisation de notre système de santé.

Dans les rues de Taipei, à Taïwan, le 5 mars. (Chiang Ying-Ying – AP)



Vos retours et propositions d’articles sont les bienvenus sur selection_infos@upr.fr.

Pour changer les choses, nous vous invitons également à partager massivement cette revue de presse ! Vous pouvez recevoir chaque semaine le courriel prêt à diffuser sur simple demande à revue-de-presse@upr.fr.

Enfin, vos dons sont très importants pour permettre à l’UPR de continuer à vous fournir encore et toujours du contenu de qualité.

Coordination de la revue de presse : David Pauchet

Rédacteurs : Maxime Forner, Thierry Lacour, Gilles Marceau, Geoffrey Marhoffer, Isabelle Ninvirth, David Pauchet

Relecture : équipe de relecture menée par Jean-Baptiste Villemur

Validation finale : François Asselineau

Débit faible ou difficultés pour visionner sur Youtube ? Vous pouvez télécharger les conférences de l’UPR à partir du site d’un militant sur : http://www.upr1.world/Asselineau.html. Quant aux derniers entretiens d’actualité, ils sont téléchargeables à cette adresse : http://www.upr1.pw.

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ? Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :