Revue de presse du 30 mars au 5 avril 2020

Télécharger en PDF
Lecture : 31 min
Print Friendly, PDF & Email
Dans les rues de Saint-Petersbourg en Russie.

Coronavirus : vers un port généralisé du masque ?

Alors que le gouvernement n’a cessé de répéter que les masques n’avaient aucune utilité pour les individus non porteurs de la maladie, le discours est en train d’évoluer.

Source : le Figaro (4 avril)

Cet énième changement de positionnement traduit encore une fois le fait que le gouvernement réagit et improvise plutôt qu’il ne prévoit. Il est à noter que ce défaut d’anticipation remonte à bien plus loin, comme relevé par le professeur Raoult dans un rapport au ministre de la Santé Jean-François Mattei en 2003. Les premières victimes de cet amateurisme sont malheureusement les Français, que le gouvernement est censé protéger. Il faudra demander des comptes à l’issue de la crise et relancer le dossier de destitution de Macron.

Chloroquine

« Ne perdons plus de temps ! », l’appel de personnalités médicales

Lancé par l’ancien ministre de la Santé Philippe Douste-Blazy, professeur de santé publique et d’épidémiologie, un manifeste demande au Premier ministre que les médecins puissent prescrire plus facilement de l’hydroxychloroquine contre le covid-19.

Source : le Parisien (3 avril)

Le gouvernement est pris à son propre piège : les incohérences et les conflits d’intérêts sont mis au grand jour, comme dans cette analyse comparative de François Asselineau. Les Français ne sont plus dupes et les médecins ont lancé une pétition afin de pouvoir utiliser le traitement préconisé par le professeur Raoult plus largement.

Coronavirus en Algérie : tous les malades seront traités à la chloroquine

Alors que le gouvernement français rechigne à généraliser l’usage de l’hydroxychloroquine pour le traitement du coronavirus et la réserve seulement aux cas graves, de l’autre côté de la Méditerranée, l’Algérie a décidé que la chloroquine serait administrée en traitement à tous les cas confirmés de covid-19.

Source : RT France (1er avril)

La France tergiverse, l’Algérie agit.

Un homme utilise un distributeur de désinfectant, à Alger, le 21 mars 2020.
(Ramzi Boudina – Reuters)

Famar Lyon, producteur de Nivaquine, a enfin reçu une offre ferme de reprise

L’épidémie de coronavirus aura-t-elle au moins permis de sauver Famar Lyon ?

Une offre ferme de reprise est enfin arrivée dans les mains des administrateurs judiciaires. Car le producteur de Nivaquine basé à Saint-Genis-Laval et employant 250 salariés est en redressement judiciaire depuis bientôt un an et risquait de ne pas passer l’été.

Source : Lyon mag (3 avril)

Espérons que cette reprise se conclura rapidement. Si tel n’était pas le cas, une nationalisation de l’entreprise en urgence tomberait sous le sens. Quand bien même un tel procédé est contraire aux traités européens : 1) les autres pays européens bafouent certains articles des traités en ce moment même devant l’urgence ; 2) « nous sommes en guerre », a dit Macron.

Pénurie

Coronavirus. Neuf grands hôpitaux européens craignent une pénurie de médicaments

« Les hôpitaux seront bientôt à court de médicaments essentiels pour traiter les patients atteints du covid-19 hospitalisés en unités de réanimation », expliquent-ils. En France, la lettre a été adressée le mardi 31 mars au président de la République, au Premier ministre ainsi qu’au ministre de la Santé, explique le Monde

Source : Ouest-France (31 mars)

La mondialisation a eu pour résultat de voir les pays se spécialiser dans un seul domaine d’activité. Mais une épidémie de coronavirus plus tard, quand vient le temps de s’approvisionner en médicaments, les pays européens s’aperçoivent qu’ils sont dépendants d’autres pays pour soigner leur population. Ainsi, devant la fragilité de ce système, c’est tout le dogme mondialiste de la « construction européenne » qui tombe à terre face à l’horreur de la situation.

Inovie, qui ouvre 40 centres de dépistage du virus, dénonce la pénurie d’écouvillons

En pleine crise du covid-19, Inovie, acteur indépendant de biologie médicale français rassemblant 340 laboratoires en France, ouvre 40 centres de dépistage, sous forme de « drive », à destination du personnel soignant. Le groupe estime avoir la capacité de réaliser à partir de la semaine prochaine 5 000 tests par jour.

Source : les Échos (26 mars)

Pénurie de masques, pénurie de médicaments et pénurie d’écouvillons… mais qu’est donc devenu l’État stratège ? Tandis que l’Allemagne, prenant le taureau par les cornes, fait 500 000 dépistages par semaine, le gouvernement français laisse des entreprises privées faire ce qu’elles peuvent pour pallier la défaillance étatique.

Les routiers envisagent d’exercer leur droit de retrait dès ce lundi

Les chauffeurs de poids lourds et salariés de la logistique demandent que le transport routier soit recentré sur l’essentiel et un meilleur accueil dans les stations et restaurants autoroutiers qui rechignent à les accueillir par peur de la contagion.

Source : Libération (29 mars)

Les protections contre le covid-19 manquent terriblement. Les routiers, maillons indispensables de la chaîne d’approvisionnement pendant cette crise, semblent être d’autres grands oubliés du gouvernement.

Un camion sur le parking de l’Escale, près de Châteauroux, le plus grand restaurant routier de France, qui a fermé ses portes le 26 mars. (Guillaume Souvant – AFP)

Le monde menacé d’une crise alimentaire, alerte l’ONU

Trois hauts dignitaires de l’ONU et de l’OMC alertent sur le risque de pénurie alimentaire au niveau mondial, en raison des perturbations sur la chaîne d’approvisionnement liées à la pandémie de coronavirus (covid-19).

Source : LCI (1er avril)

De très nombreuses chaînes de production exigeaient que les aliments fassent plusieurs fois le tour de la planète avant d’arriver dans les assiettes des consommateurs. L’épidémie actuelle les désorganise durablement. Il apparaît urgent de relocaliser notre production et de viser la sécurité alimentaire de la France. Mais, pour y parvenir, le préalable consiste à dénoncer la libre circulation des marchandises (art. 32 du TFUE) et des capitaux (art. 63 du TFUE).

Pillages

Les États-Unis accusés de « piraterie moderne » après la confiscation de masques destinés à Berlin

Le sénateur à l’Intérieur de la Ville-État de Berlin a accusé les États-Unis d’un « acte de piraterie moderne » après qu’une commande de 200 000 masques de protection contre le covid-19 destinés à la police de Berlin a été « confisquée » à Bangkok.

Source : l’Obs (3 avril)

En ces temps troublés, les États sont prêts à tout pour servir leurs intérêts. Il faudrait être naïf pour ne pas en avoir conscience.

Coronavirus : des masques commandés par la France rachetés « sur le tarmac » par les Américains

Face à l’épidémie de coronavirus, tous les coups sont permis. Des masques prêts à  s’envoler pour la France sont rachetés à la dernière minute par les Américains sur le tarmac des aéroports chinois d’où les avions de livraison doivent partir, s’alarme le président de la Région Grand-Est, Jean Rottner.

Source : France info (2 avril)

De Gaulle disait : « Les États n’ont pas d’amis. Ils n’ont que des intérêts. » Recouvrer notre indépendance est absolument vital.

Quatre millions de masques destinés à l’Espagne et à l’Italie réquisitionnés à Lyon

Quatre millions de masques ont été saisis le 5 mars dernier à Lyon. Le stock, envoyé par une société suédoise, transitait par la plateforme de l’entreprise nordique basée à Lyon, et devait être redirigé en partie vers l’Espagne et l’Italie.

Source : Lyon mag (1er avril)

Ces masques étaient en transit donc « sous douane ». De ce fait, ils ne pouvaient pas être saisis. Le gouvernement français se comporte en voyou, comme l’a fait le gouvernement tchèque.

(Lyon mag)

Dérives de la Macronie

M. Macron, je suis infirmière et je ne me sacrifie pas, c’est vous qui me sacrifiez.

« Arrêtez de parler des soignants comme de bons petits soldats. Les soldats ont des armes. Nous, on a des sacs poubelles. » Il faut lire ce témoignage pathétique, qui en confirme tant d’autres. Le sentiment d’indignation, et même de révolte, qu’il suscite explique pourquoi nous refusons, quant à nous, toute « union nationale » derrière un président de la République et un gouvernement incompétents, imprévoyants, inconséquents, menteurs, lâches, meurtriers et totalement indignes de leurs fonctions.

Source : UPR (4 avril)

(Mélany Le Barz-Ceretta)

Suppression de 598 postes et de 174 lits au CHRU de Nancy ? Véran tente de calmer le jeu

En pleine pandémie de covid-19, le directeur de l’ARS Grand-Est a confirmé le projet visant à supprimer des postes et des lits d’ici à 2025 au CHRU à Nancy. Des personnalités locales sont montées au créneau, poussant le ministre de la Santé à réagir.

Source : RT France (5 avril)

Alors qu’une crise sanitaire et économique inédite paralyse la France et fait peser un risque de mort sur chaque Français et chaque entreprise et alors que nous sommes confinés et ne pouvons pas nous exprimer, la politique d’austérité dictée par l’UE (GOPÉ) se poursuit, inexorablement, comme si de rien n’était. C’est ce même aveuglement, ce même refus de voir la réalité en face qui ont provoqué l’agonie et l’explosion finales de l’URSS.

Accusée d’« instrumentaliser » son aide, Pékin recadre un membre du gouvernement français

Accusée par la secrétaire d’État Amélie de Montchalin d’instrumentaliser son aide internationale, la Chine riposte en reprochant à la responsable française son cynisme et son incurie dans la lutte contre le virus.

Source : RT France (30 mars)

Ces pathétiques contre-feux médiatiques ne trompent personne. Nos (ir)responsables font pitié au monde entier et honte à tous les Français. Ils pourraient avoir au moins la décence de se taire plutôt que de faire diversion par des accusations puériles.

Emmanuel Macron met en garde ses ministres : « On se souviendra de ceux qui n’ont pas été à la hauteur »

Bourdes lors des discours, messages privés polémiques… Alors que la France est confinée pour lutter contre le coronavirus, Emmanuel Macron a mis ses ministres en garde lors du dernier Conseil des ministres. Il a prévenu que la population allait se souvenir de ceux qui avaient été exemplaires dans cette crise sanitaire, et des autres.

Source : Gala (28 mars)

Il serait plus simple de remplacer tout le monde, y compris lui-même, puisqu’il n’a pas été à la hauteur et qu’il est le premier responsable.

Improvisation et incompétence de la Macronie

La France appelle Cuba au secours dans nos départements des Antilles et de Guyane pour faire face au coronavirus

Quelle ironie de l’histoire ! Avec un système de santé démoli par 21 ans de réductions budgétaires « pour sauver l’euro », la France se voit contrainte d’appeler Cuba au secours dans nos départements des Antilles et de Guyane pour faire face au coronavirus.

Source : UPR (2 avril)

Coronavirus : un bâtiment du marché de Rungis transformé en morgue 

Un entrepôt réfrigéré du « ventre de Paris » avait déjà été réquisitionné en 2003 pour faire face à la mortalité « hors normes » causée par la canicule.

Source : le Parisien (2 avril)

La préparation d’une morgue géante, la livraison de housses mortuaires aux EHPAD et le « recours aux sédations profondes et continues jusqu’au décès » par décret du 28 mars 2020 précèdent la livraison des masques et la fourniture d’un traitement curatif. La question de savoir s’il s’agit des conséquences d’un manque d’organisation ou d’un réel cynisme se pose.

Entrepôt de Rungis réquisitionné pour les personnes décédées du covid-19.
(
LP – Marine Legrand)

Les employeurs « responsables » des moyens de protection pour leurs salariés, selon Muriel Pénicaud

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a rappelé dimanche que les employeurs étaient « responsables » de « mettre en place les protections » nécessaires pour leurs salariés contre le coronavirus, citant les exemples des chauffeurs routiers ou d’Amazon. Elle a insisté sur le nécessaire exercice du « dialogue social » dans chaque entreprise pour définir des moyens et des règles de protection suffisants, et sur le « rôle » joué par « l’inspection du travail », qui continue son activité pendant le confinement.

Source : le Figaro (29 mars)

Cela aurait été plus facile si Pénicaud, à la suite de nombreux autres ministres des gouvernements précédents, n’avait pas détricoté le droit du travail et affaibli l’inspection du travail. Les Français s’en souviennent.

Union européenne

La Commission européenne a demandé 63 fois aux États de réduire les dépenses de santé

Martin Schirdewan, coprésident de la Gauche unitaire européenne : « À 63 reprises entre 2011 et 2018, la Commission européenne a recommandé aux États membres de l’UE de privatiser certains pans du secteur de la santé ou de réduire les dépenses publiques en matière de santé. Ces recommandations ont visé quasiment tous les États, qui ont en général obtempéré. » 

Source : l’Humanité (2 avril)

L’Union européenne est en effet directement responsable de la politique d’austérité qu’elle impose aux États membres en fixant chaque année les « grandes orientations des politiques économiques » (GOPÉ), que met ensuite en œuvre le gouvernement français. Contrairement à ce que pense cet homme politique, une autre Europe, protégeant les services publics, n’est pas possible (art. 48 du TUE).

L’Union européenne se mobilise enfin contre le coronavirus pour aider avec notre argent 6 pays des Balkans non membres de l’UE

Alors que l’UE est incapable de faire preuve de solidarité envers ses membres les plus anciens (dont l’Italie, membre fondateur), quel sens des priorités peut laisser croire à Ursula von der Leyen et à son commissaire Olivér Várhelyi que le plus urgent est d’aider des pays des Balkans extérieurs à l’UE, dont certains sont gangrenés par les mafias ? Voilà à quoi conduit concrètement le délire de l’idéologie européiste.

Source : UPR (1er avril)

Matteo Salvini furieux contre l’Union européenne

« Ce n’est pas une union, c’est un repaire de serpents et de chacals. Nous devons d’abord vaincre le virus, puis repenser l’UE. Et, s’il le faut, nous dirons au revoir. » L’ancien ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini a fait part de sa colère contre l’UE et sa gestion de la crise actuelle sur Twitter.

Source : TV Libertés (27 mars)

Si le constat sur l’inutilité de l’Union européenne dans cette crise est juste, force est de constater que Matteo Salvini a encore des illusions sur le caractère réformable de l’UE. Or l’UE n’est pas réformable. Le salut de l’Italie, comme celui de la France, passe par la libération de l’UE.

En Hongrie, la dérive autoritaire continue

Le Premier ministre nationaliste et conservateur, Viktor Orban, profite des pleins pouvoirs qu’il vient d’obtenir du Parlement pour rogner les droits des minorités. Une dérive qui inquiète la droite européenne.

Source : Libération (3 avril)

Il faut juste espérer que ces pouvoirs accrus dont se dotent plusieurs gouvernements européens (dont le nôtre) seront rendus au peuple après la crise sanitaire.

Viktor Orban, le 30 mars, lors d’un vote au Parlement d’une loi pour lutter contre la pandémie. (AFP)

Des migrants mineurs de Grèce « probablement » évacués la semaine prochaine vers l’Allemagne, la France, etc.

Des enfants migrants actuellement en Grèce vont « probablement » être accueillis la semaine prochaine au Luxembourg, a annoncé vendredi la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, alors que les appels à l’évacuation des camps insalubres se multiplient.

Source : le Figaro (4 avril)

L’UE nous est vendue comme nécessaire pour faire contrepoids à la Chine et aux États-Unis, mais elle est incapable de faire respecter son propre espace territorial par la Turquie quand celle-ci utilise les migrants comme arme de chantage.

Pétrole

Il n’y aura bientôt plus de place pour stocker le pétrole sur la planète

L’or noir coule à flots. Car, malgré l’effondrement sans précédent de la demande en raison de la crise du covid-19, l’offre continue d’abonder dans un contexte de guerre des prix entre la Russie et l’Arabie saoudite. Conséquence : la surabondance pourrait être telle que le monde n’aura bientôt plus de place pour stocker les innombrables barils de pétrole inutiles, expliquent nos confrères de CNN mercredi 1er avril 2020.

Source : le Point (2 avril)

Alors que les grandes puissances du pétrole se livrent une guerre impitoyable en inondant le marché d’or noir, la crise mondiale du coronavirus fait chuter la demande drastiquement. Il ne leur restera bientôt plus que les navires pour servir de lieux de stockage flottants. Les lois du marché libéral confinent à l’absurde, incapables de s’adapter à une situation imprévue. Seul avantage : devant la baisse des cours, les exploitations « sales » de pétrole, comme le pétrole de schiste aux États-Unis, perdent leur rentabilité (Cf. article suivant).

À Wall Street, les compagnies de pétrole de schiste plongent de plus de 70 % depuis le début de l’année

Aux États-Unis, les compagnies pétrolières sont en première ligne des risques de faillite. Whiting Petroleum est la première à s’être placée sous la protection du chapitre 11. Les actions des foreurs plongent de plus de 70 % sur les premiers mois de 2020, et ce en dépit du fort rebond de ce jeudi qu’ont déclenché les espoirs d’un accord entre la Russie et l’Arabie saoudite.

Source : les Échos (2 avril)

Le chapitre 11 de la loi sur les faillites permet aux entreprises menacées de se réorganiser rapidement. C’est un bouclier protecteur. Il ne suffira vraisemblablement pas à sauver les producteurs de gaz de schiste qui ont besoin d’un pétrole à 50 dollars pour survivre. La pression saoudienne et russe sur les prix vise-t-elle à tuer le pétrole américain ?

Extraction de pétrole de schiste dans le Montana. (Sipa)

Monde

Donald Trump envoie des navires de guerre dans la Caraïbe

C’est le plus grand déploiement militaire américain dans la Caraïbe depuis l’invasion du Panama en 1989 pour arrêter le président Noriega, accusé de narcotrafic. Aujourd’hui, les États-Unis veulent arrêter le président du Venezuela, Nicolas Maduro, accusé de trafic de drogue.

Source : France info (3 avril)

Après avoir soutenu diplomatiquement Juan Guaido, président autoproclamé du Venezuela, dans une action d’ingérence visant un changement de régime, les États-Unis décident de recourir à la force brute, ce qu’on appelait autrefois la politique de la canonnière. Le motif juridique de cette opération n’est qu’un prétexte puisque, comme le souligne l’article, un État plus impliqué que le Venezuela dans le narcotrafic soutient ce déploiement militaire.

Les États-Unis envoient un déploiement militaire important dans la Caraïbe. (USNAVY archives)

Les autorités américaines recommandent désormais le port du masque, même artisanal

Le gouvernement américain recommande désormais aux Américains de se couvrir le visage sur la base du volontariat afin d’endiguer la propagation du nouveau coronavirus. Par contre, Donald Trump ne veut pas en porter.

Source : France info (4 avril)

C’est une mesure de bon sens, sachant que les sujets porteurs du coronavirus contaminent leur entourage en toussant. Elle est utilisée depuis des années par les populations d’Asie. Malheureusement, le gouvernement français a tenu la position contraire pendant des semaines.

« Tuez-les » : l’ordre du président philippin Duterte face aux contrevenants du confinement

Fidèle à sa réputation sulfureuse, le président des Philippines, Rodrigo Duterte, s’est montré intransigeant, mercredi, en prévenant les contrevenants aux règles de confinement qu’ils risquaient d’être abattus par l’armée ou la police.

Source : France 24 (2 avril)

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ? Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :