== NOTRE REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE == Semaine du 15 au 21 octobre 2018

Télécharger en PDF
Lecture : 27 min
Print Friendly, PDF & Email

Église orthodoxe russe. (Sputnik)

 

 

L’Église orthodoxe russe rompt ses liens avec le patriarcat de Constantinople

L’Église orthodoxe russe a décidé de mettre un terme à ses relations avec le patriarcat de Constantinople, après que celui-ci a décidé de reconnaître en Ukraine une Église indépendante du patriarcat de Moscou.

Source : RT France (15 octobre)

Un schisme religieux de cette ampleur n’arrive pas tous les jours, et celui-ci a une cause éminemment politique. Le coup d’État ukrainien du Maïdan, orchestré par Washington, aura réussi non seulement à plonger l’Ukraine dans la guerre civile, mais aussi à créer un schisme majeur au sein de l’Église orthodoxe. Diviser pour régner, une devise encore et toujours appliquée par les États-Unis, et par ailleurs très bien expliquée dans Le Grand échiquier, écrit par feu le stratège auprès de la Maison-Blanche, Zbigniew Brzezinski.

 

France

Pas de défilé militaire pour l’armistice du 11 novembre : Macron ne veut pas froisser l’Allemagne

Emmanuel Macron a décidé de ne pas faire parader l’armée pour commémorer la victoire française lors de la Première Guerre mondiale. L’Élysée redoute « une expression trop militaire » qui se déroulerait sous les yeux d’Angela Merkel. Si les armées organisent leur propre cérémonie aux Invalides pour rendre hommage aux militaires français, « le président de la République ne sera pas présent », précise l’Élysée.

Source : Marianne (21 octobre)

D’une pierre trois coups : 1) Macron refuse de commémorer dignement le sacrifice des millions de morts pour la France de la Grande Guerre, 2) Macron se vautre une nouvelle fois devant l’Allemagne qui n’en demandait sans doute pas tant et 3) Macron humilie une nouvelle fois l’armée. Chapeau l’artiste…

 

Et l’américain Palantir a désormais un rival « made in France »

Un groupe de 22 entreprises françaises propose dès à présent une offre commerciale qui permet de répondre aux enjeux du renseignement et du traitement massif des données.

Source : la Tribune (16 octobre)

C’est une très bonne nouvelle qui nous montre la voie à suivre : récupérer la souveraineté sur nos données stratégiques pour assurer notre sécurité, et sur les données de nos citoyens pour garantir le respect de leur vie privée, tout en rétablissant le secret des correspondances. Il faut espérer que nos services stratégiques pourront se passer rapidement des entreprises américaines.

 

Blanquefort : Bruno Le Maire « met la pression » [sic !] sur Ford

Au grand dam du ministre de l’Économie, le constructeur américain privilégie la fermeture du site, qui emploie 850 salariés, plutôt qu’une reprise par le belge Punch Powerglide.

Source : les Échos (15 octobre)

Une « pression » qu’on imagine épouvantable et absolument insupportable : la direction de Ford est-elle morte de peur ou de rire ? Car elle sait pertinemment que les déclarations de Bruno Le Maire ne servent qu’à faire diversion et à apaiser la colère des salariés; Bruno Le Maire n’a en réalité aucun moyen de pression ; il a les mains liées par les traités européens, qui, en vertu de l’article 63 du TFUE, interdisent le contrôle des mouvements de capitaux et donc des délocalisations.

L’avenir des 850 salariés du site Ford de Blanquefort s’inscrit toujours en pointillé. (Sébastien Ortola – REA)

 

Et si le Monde passait sous pavillon tchèque

Daniel Kretinsky devrait prendre une grosse part du capital du Monde, en rachetant de 40 à 49 % des participations de Matthieu Pigasse.

Source : Challenges (18 octobre)

La presse française est en pleine restructuration. Après Russia Today, qui a apporté une voix différente de la pensée dominante occidentale, après Marianne passé en mains tchèques, voilà que le Monde pourrait passer sous forte influence tchèque. Cela va-t-il profiter à la qualité de l’information ? Avec son Décodex et ses articles souvent peu objectifs, le Monde est devenu aujourd’hui bien plus un organe de formatage de la pensée liée à l’oligarchie européiste qu’une référence journalistique indépendante et objective. On notera cependant qu’il est quand même triste et incongru que le premier « journal de référence » français ait bientôt pour premier actionnaire un milliardaire tchèque.

 

Les journalistes Alexis Poulin et Jacques Cotta quittent Le Média

L’UPR salue le professionnalisme et l’ouverture d’esprit de ces deux journalistes. En 2017, ils avaient permis à François Asselineau d’exprimer son point de vue dans une interview et dans une émission de débats sur Le Média.

Source : UPR (16 octobre)

 

Comptes de campagne : Sophia Chikirou, la chère communicante de Jean-Luc Mélenchon

Prestataire incontournable de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon, Mediascop est au centre de l’enquête préliminaire qui vise l’entourage du candidat. L’agence de communication a facturé pour près de 1,2 million d’euros de prestations, soit 11 % du budget total de la campagne. Situation inhabituelle, Mediascop employait une dizaine des membres du staff du candidat.

Source : France Info (20 octobre)

Le doute est permis sur les comptes de campagne du candidat Mélenchon, et c’est une des raisons de la perquisition récente de La France insoumise. Si l’on raisonne selon un principe d’égalité républicaine, quand les médias vont-ils s’intéresser aux zones troubles du financement de la campagne de Macron, à commencer par l’affaire Havas France ?

Pour d’autres précisions sur ce qui est reproché à Sophia Chikirou et aux comptes de campagne de Mélenchon :  https://www.boursorama.com/bourse/actualites/france-la-communicante-de-lfi-sophia-chikirou-entendue-par-la-police-f2f7580dc2cef95b04e7268679a583d8

 

 

80 km/h sur route : quand le doute s’installe

Le rebond de la mortalité routière en septembre ne va pas exactement dans le sens souhaité par Édouard Philippe et sa réforme du 80 km/h qui peine à s’imposer.

Source : le Point (18 octobre)

Rappelez-vous : alors que la France abaissait la limitation à 80 km/h pour réduire les accidents, le Danemark la faisait passer de 80 à 90 km/h pour la même raison. Les faits semblent montrer pour l’instant l’inefficacité (au minimum) et les risques (au maximum) amenés par cette mesure. Une chose est sûre : ce qui a été profondément modifié, ce sont les rentrées fiscales en raison de l’explosion du nombre de flashs de radar. Ou comment introduire une nouvelle taxe cachée pour mieux remplir les objectifs de réduction de la dette imposés par le https://fr.wikipedia.org/wiki/Pacte_budgétaire_européen

 

France – Au portefeuille…

Taxe d’habitation : la majorité présidentielle lance une campagne de dénigrement contre les maires

Le gouvernement avait annoncé que, dès cette année, la taxe d’habitation allait diminuer pour « 80 % des Français », avec dès 2018 « une diminution de 30 % » pour 22 millions de foyers. Or un certain nombre de contribuables ont constaté, en recevant leur avis, que leur taxe d’habitation avait stagné, voire augmenté. La République en marche a lancé une campagne de dénigrement contre les maires ayant augmenté la taxe, alors que ces maires cherchent juste à faire fonctionner les services publics dans leur commune, malgré les baisses importantes de dotations de l’État.

Source : Maire Info (12 octobre)

La présidence de la République, par l’intermédiaire de LREM, affiche ouvertement son mépris des maires, qui sont les élus préférés des Français et représentent pour eux un lien démocratique de premier ordre. Pourtant, l’échelon communal est amené à disparaître à terme pour être fondu dans des ensembles intercommunaux plus lointains et moins démocratiques. Revoir à ce sujet la conférence sur les euro-régions.

 

La carte grise pour les vélos bientôt obligatoire

La dernière version du projet de loi d’orientation des mobilités ne fait pas l’impasse sur les vélos. Le texte s’inspire du plan « vélo », qui proposait un marquage d’identification des bicyclettes, avec un « certificat de propriété » équivalant à une carte grise.

Source : BFM TV (17 octobre)

Une nouvelle piste pour de futures taxes et verbalisations ? Quoi qu’il en soit, dans la mesure où la bicyclette est depuis des décennies un symbole de joie de vivre, de liberté et d’insouciance, ce projet de carte grise pour les vélos constitue un nouveau pas contre la liberté individuelle et vers l’instauration d’une surveillance généralisée de la société. À quand une carte grise sur les patins à roulettes, les skis, les palmes et tubas et les chaussures de ville ?

 

Une arnaque fiscale de 17 milliards environ pour la France dans le cadre de l’Union européenne

L’arnaque consiste à acheter et à revendre des actions autour du jour de versement du dividende, si vite que l’administration fiscale n’identifie plus le véritable propriétaire. Le Monde et 18 autres médias européens ont démonté le mécanisme de cette fraude inventée par des financiers qui ont opéré en bande organisée dans 11 États européens qu’ils ont volés en toute impunité depuis quinze ans, pour une somme de 55 milliards d’euros.

Source : la Tribune (18 octobre)

La libre circulation des capitaux (art. 63 du TFUE) a permis cette escroquerie monumentale, opérée tout en douceur. Bien entendu, plutôt que de pointer ces fraudes fiscales massives  permises par la libre circulation des mouvements de capitaux imposée par l’UE, les européistes préfèrent incriminer le prétendu poids excessif des services publics dans l’impossibilité pour l’État d’avoir un budget en équilibre.

 

France – Services publics en péril

357 sportifs adressent une lettre ouverte à Emmanuel Macron

Ces 357 sportifs, dont 19 champions olympiques, se sont adressés au président de la République pour s’élever contre la réduction du budget des sports et certaines suppressions d’emploi.

Source : le Figaro (18 octobre)

Le sport, son enseignement et sa pratique sont essentiels pour la vitalité et la cohésion de la nation. Au-delà des « champions », en effet, ce sont des milliers de fédérations qui animent des activités dans toute la France pour différents publics, notamment les jeunes, les seniors et les handicapés. L’austérité imposée par les GOPÉ nous oblige à abandonner ce précieux lien social.

 

L’ENA, menacée de banqueroute, affiche 2,8 millions d’euros de déficit

L’École nationale d’administration pourrait faire faillite d’ici quatre ans, a révélé le Parisien ce dimanche 14 octobre. « L’État lui a imposé de grossir sans vraiment revaloriser la subvention qu’il lui verse », analyse le journal.

Source : Ouest-France (15 octobre)

L’ENA, aussi décriée qu’elle puisse être par certains, est une grande école de la nation, qui forme les futurs hauts fonctionnaires pour les grands corps d’État. Sa disparition serait un grave coup porté à la France et à la qualité de son administration.

 

La SNCF cède plusieurs milliers de logements

La SNCF, deuxième propriétaire foncier français après l’État, a engagé « la mise en vente » de sa participation majoritaire de 80 % dans la société foncière Vesta.

Source : l’Essentiel (12 octobre)

La SNCF avait expliqué en avril, par la voix de son président Guillaume Pepy, qu’elle allait vendre des actifs immobiliers afin de financer des investissements. Naturellement, ce sont des fonds étrangers qui sont principalement sur les rangs.

 

Pôle Emploi s’inspire de « The Voice » pour ses recrutements

Au moins 8 agences auraient fait passer des entretiens d’embauche sur le mode du célèbre télé-crochet. Des agents de Pôle emploi s’en sont émus. La direction de l’institution ne voit pas le problème.

Source : Capital (17 octobre)

Nouvelle étape de la culpabilisation des chômeurs, avec rires et paillettes. De qui se moque-t-on ? Rappelons que le chômage de masse est une conséquence directe de notre appartenance à l’UE et à l’euro. Nos concitoyens demandeurs d’emploi méritent mieux que ce traitement méprisant. Non, décrocher un prix dans « The Voice » et décrocher un travail pour subvenir à ses besoins ou à ceux de sa famille, ce n’est pas la même chose.

Qui se retournera ? (Photo : Pôle emploi)

 

France – Nouveau gouvernement déjà en perdition ?

Les sénateurs LR quittent l’hémicycle, Christophe Castaner hué

À la fin des questions d’actualité du Sénat, les sénateurs LR ont décidé de quitter l’hémicycle, « sidérés » par la réponse de Christophe Castaner sur la mort d’un adolescent aux Lilas, ce week-end.

Source : Public Sénat (16 octobre)

Le nouveau ministre fait déjà l’unanimité contre lui : parler de nouveaux moyens mis en œuvre alors que tous les fonctionnaires de terrain connaissent des difficultés liées à l’austérité, c’est en effet le moyen le plus sûr de se faire des ennemis.

 

Quand la nouvelle secrétaire d’État à l’Écologie défendait l’huile de palme

ll y a trois mois, Emmanuelle Wargon, qui était encore directrice générale aux affaires publiques de Danone, défendait l’utilisation de l’huile de palme pour les laits infantiles. Les écologistes montent au créneau.

Source : le Figaro (17 octobre)

Le gouvernement ne semble pas vraiment sensible au principe de non-contradiction : tel semble être l’effet pervers du « en même temps ». À défaut d’être un tant soit peu cohérent, voire d’avoir un minimum de décence, pourrait-il essayer de ne pas nous prendre pour des imbéciles ?

 

Didier Guillaume demande de « faire la preuve » des conséquences des pesticides sur la santé

Le nouveau ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, s’est attiré les foudres d’ONG et des écologistes en déclarant que les scientifiques devaient faire la preuve que l’usage de pesticides avait des conséquences sur la santé. La loi dispose au contraire que c’est au producteur du pesticide de prouver que son produit n’a pas d’effet sur la santé.

 

Source : le Monde (19 octobre)

Un début sacrément « prometteur » pour ce nouveau ministre qui apparaît d’emblée comme l’homme des lobbies, qui ignore la loi.

 

Macron, naïf comme un « lapin de 6 semaines », peut-il défendre sérieusement les intérêts de la France ?

L’inénarrable Benalla vient de refaire parler de lui. Il a déclaré à la presse, au sujet de la ravageuse photo prise à Saint-Martin représentant Macron rayonnant de bonheur, coincé entre deux repris de justice : « Avec moi, la photo n’aurait jamais pu être prise. Les mecs n’auraient pas pu toucher le président, et le selfie, je l’aurais évité. Il s’est fait avoir comme un lapin de six semaines. »

Source : UPR (19 octobre)

 

Des députés LREM font défection et rejoignent un nouveau groupe à l’Assemblée

Un huitième groupe parlementaire a fait son apparition mercredi à l’Assemblée nationale. Parmi les seize députés qui le composent, deux ont préféré ce groupe aux bancs de LREM.

Source : BFM TV (17 octobre)

« Le poisson pourrit par la tête. » L’ambiance est tellement crépusculaire à la tête de l’État que non seulement il devient dur de trouver des ministres pour monter à bord du Titanic, mais qu’aussi des parlementaires commencent à reprendre leur indépendance vis-à-vis du groupe de la majorité.

Le nouveau groupe de députés baptisé « Liberté et Territoires ».

 

Italie

Matteo Salvini à Sputnik : « Nous devons créer une nouvelle Europe »

En visite à Moscou, le ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini a une nouvelle fois critiqué les sanctions occidentales visant la Russie et a commenté à Sputnik les résultats des législatives régionales en Bavière, pointant que les partis restés pendant des décennies au pouvoir en Europe connaissaient une vague de revers.

Source : Sputnik (17 octobre)

« Une nouvelle Europe » : c’est le cri de ralliement de tous les alter-européistes. En France, c’est le credo du RN/FN, de La France insoumise, de DLF, de LR, du PS, d’EELV, etc. Notons bien d’ailleurs qu’à l’intérieur de chaque pays, chaque parti alter-européiste a son propre projet d’autre Europe, différent de celui du voisin ! En Grèce, c’était Syriza qui promettait « une autre Europe », avec les résultats que l’on sait. Sortons de quarante ans de mensonges : une autre Europe n’est pas possible, car elle requiert l’accord de TOUS les pays membres de l’UE (art. 48 du TUE) ! Seule est possible une sortie de l’UE, comme le font avec courage les Britanniques et comme le prône l’UPR pour la France depuis onze ans.

 

Les Italiens et les Tchèques les moins favorables à rester dans l’UE ?

Seuls 44 % des Italiens voteraient pour rester dans l’UE si un référendum était organisé demain, selon un sondage Eurobaromètre non publié, mais qui a circulé dans les médias. L’Italie et la République tchèque (avec 47 %) sont les deux seuls pays sans majorité pour rester dans l’UE. Le sondage affirme également que 53 % des Britanniques voteraient maintenant pour rester dans l’UE.

Source : EU Observer (17 octobre) – en anglais

Pourquoi pose-t-on toujours aux peuples européens la question de savoir s’ils veulent approfondir la construction européenne, mais jamais, à l’exception du Royaume-Uni, s’ils souhaitent sortir de l’UE ? Le 18 février 2018, Macron a avoué au micro de la BBC que si un référendum avait lieu en France, les Français décideraient très probablement de sortir de l’UE.

 

Juncker ne peut accepter le budget italien

Le président de la Commission européenne a déclaré aux médias italiens qu’il ne pouvait accepter les dépenses supplémentaires budgétées par le gouvernement italien, par peur de se faire « insulter » par les autres États membres.

Source : Euractiv (19 octobre)

Le TSCG impose ses règles drastiques sur les États membres de l’UE. La seule façon légale et sereine d’éviter ces contrôles est de sortir de l’UE.

 

L’agence Moody’s dégrade la note de l’Italie et le gouvernement se déchire

Le budget 2019, présenté lundi à Bruxelles, prévoit un déficit de 2,4 %. Les deux hommes forts du pouvoir, Luigi Di Maio et Matteo Salvini, ne parviennent pas à s’accorder sur une politique économique.

Source : le Monde (20 octobre)

La pression se renforce sur le gouvernement italien, qui semble ne pas avoir de stratégie claire. Vouloir mener une politique économique indépendante tout en restant dans l’UE est une impasse. Notons aussi encore une fois la scandaleuse ingérence d’agences privées dans les affaires des États. Qui détient Moody’s et décide de la vie ou de la mort budgétaire de grandes nations comme l’Italie ?

Présentation du budget italien par le Premier ministre, Giuseppe Conte, entouré de Luigi Di Maio (à gauche) et Matteo Salvini (à droite), à Rome, le 15 octobre. (Filippo Monteforte – AFP)

 

Asie

En Inde, Visa, MasterCard et American Express sont désormais hors la loi

Les trois géants américains de la carte bancaire, malgré un lobbying intensif, n’ont pas pu se conformer à temps à la nouvelle législation indienne très stricte sur la souveraineté des données. Ils pourraient se voir infliger des amendes. Ces mesures protectionnistes visent à favoriser l’émergence de start-up locales sur un marché en pleine croissance.

Source : les Échos (16 octobre)

Tout comme les États-Unis de Trump, les grands pays émergents ont recours à un protectionnisme ciblé pour défendre leurs intérêts économiques stratégiques et s’assurer une place dans le monde de demain. Seule l’Union européenne accepte un libre-échange sans limites, par idéologie.

 

La Corée du Nord serait assise sur une mine d’or de 3 000 milliards d’euros

Avec la détente dans la péninsule, Séoul s’intéresse de nouveau aux fabuleuses ressources minérales du sous-sol nord-coréen. Mais Pékin a déjà tissé sa toile.

Source : les Échos (12 octobre)

Cette chasse aux richesses minières pourrait expliquer en partie le rapprochement voulu par Trump ; il s’agit de faire des affaires. Mais la Chine risque d’être la première bénéficiaire.

 

François Asselineau a été reçu à Tokyo par M. Banri Kaieda

Il s’est agi d’un entretien très détendu et cordial avec un ancien ministre de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie, député du Parti constitutionnel démocrate et vice-président du groupe d’amitié franco-japonaise à la Chambre des députés.

Source : UPR (15 octobre)

Tokyo, le 15 octobre 2018. François Asselineau et Banri Kaieda posent devant une grande calligraphie, peinte par M. Kaieda lui-même, qui reprend les 17 articles de la première Constitution japonaise.

 

Monde

Washington annonce son retrait d’un accord nucléaire avec Moscou

Donald Trump a annoncé, samedi 20 octobre, que les États-Unis allaient se retirer d’un traité sur les armes nucléaires conclu avec la Russie pendant la guerre froide, accusant Moscou de le violer « depuis de nombreuses années ». Les autorités russes ont en retour accusé Washington de saper les bases de ce traité depuis longtemps. Washington bloque aussi toute négociation pour une extension du traité New Start sur les missiles stratégiques, qui arrive à expiration en 2021 et que Moscou cherche à prolonger.

Source : Libération (21 octobre)

Un nouveau pas est franchi dans la décomposition de l’architecture de sécurité mise en place pendant la période de la détente, lors de la guerre froide. Les États-Unis imposent à nouveau une rhétorique de confrontation entre les deux premières puissances nucléaires du monde.

 

Le Burkina Faso désormais sur la carte du djihadisme

Trois attentats d’ampleur perpétrés à Ouagadougou, des attaques dans le nord du pays et désormais dans l’Est, le Burkina est devenu la cible régulière des islamistes armés.

Source : le Monde (18 octobre)

Le Burkina Faso est confronté à un voisinage instable et au défi de restructuration de son appareil sécuritaire, après la révolution de 2014. Le gouvernement est contraint de surmonter certaines réticences et de solliciter un appui militaire de la France, avec l’opération Barkhane. Le pays n’aurait-il pas été plus sûr si Cameron et Sarkozy n’avaient pas détruit la Libye de Kadhafi ?

 

La capitale du Burkina Faso, Ouagadougou, vendredi 2 mars, après plusieurs attaques. (Ahmed Ouoba – AFP)

 

« C’est la vie » : quand armer des djihadistes en Libye fait plutôt rire Fabius

Le chef de la diplomatie russe est revenu sur les propos insolites tenus par Laurent Fabius, en 2013, qui sollicitait un appui contre les terroristes au Mali. « Vous allez réprimer les activités des gens que vous avez armés en Libye », lui a rétorqué Sergueï Lavrov, qui rappelle la réponse de Fabius : « Il a ri et m’a dit : “C’est la vie”. »

Source : Sputnik (19 octobre)

Ces confidences du ministre russe permettent de mesurer le degré à peine croyable d’irresponsabilité du chef de la diplomatie française de l’époque, qui en vient à rire de sa propre incohérence stratégique. Aujourd’hui, Fabius est parti mais l’incohérence demeure. Peut-être cela fait-il rire Macron et Le Drian.

 

Vos retours et propositions d’articles sont les bienvenus sur selection_infos@upr.fr.

Pour changer les choses, nous vous invitons également à partager massivement cette revue de presse ! En pratique, nous vous proposons d’envoyer à toutes vos connaissances, dans un courriel, la photo à la une et son commentaire, suivis du lien sur cette revue de presse (l’utilisation de la copie cachée est recommandée). Vous pouvez aussi recevoir chaque semaine le courriel prêt à diffuser sur simple demande à selection_infos@upr.fr.

Coordination de la revue de presse : David Pauchet
Rédacteurs : Alexis Comte, Antoine Carthago, Maxime Forner, Thierry Lacour, David Pauchet
Relecture : équipe de relecture
Validation finale : François Asselineau

 

Bas débit ? Vous pouvez retrouver les conférences de l’UPR en téléchargement sur le site d’un militant : http://www.upr.world/Asselineau.html.

Si vous avez trouvé une erreur dans ce contenu, vous pouvez nous la signaler en la sélectionnant et en appuyant simultanément sur les touches Ctrl + Entrée.

Aidez-nous ! Partagez :