À l’occasion de l’anniversaire de la République, l’UPR du Finistère fait parler d’elle dans le journal quotidien « Le Télégramme »

Télécharger en PDF
Lecture : 6 min
Print Friendly, PDF & Email

upr-le-telegrammeC’était samedi 21 septembre 2013,  le 221ème anniversaire de la proclamation de la (1ère) République, le 21 septembre 1792, le lendemain de la Bataille de Valmy du 20 septembre.

Les élus, notamment socialistes, du département avaient prévu de commémorer officiellement cet événement historique à Quimper, préfecture du Finistère, en veillant à lui assurer un certain retentissement médiatique dans la presse locale. Les journaux annonçaient en particulier la présence de :

  • M. Jean-Jacques Urvoas – Député PS du Finistère,
  • M. Bernard Poignant – Maire PS de Quimper, député européen et ultra-européiste,
  • et Mme Maryvonne Blondin – Sénatrice PS du Finistère.

Cette célébration de la République par des responsables politiques qui soutiennent un gouvernement et une construction européenne qui sont précisément en train de détruire la République a paru tellement indécente à notre équipe départementale qu’elle a pris l’initiative de manifester.

Sur une idée de Cathy Mercier, notre très active militante de La Forest-Fouesnant, et avec la coordination de Jean-François Gourvenec, notre Délégué départemental, notre Délégation départementale du Finistère a préparé un tract spécifique appelant à la « Mobilisation Générale ».

Validé par le Bureau national, ce tract a rappelé les déclarations de François Mitterrand, faites à Georges-Marc Benamou au crépuscule de sa vie, et consignées dans le livre « Le dernier Mitterrand » paru chez Plon-Omnibus le 27 janvier 1997.

mitterand-marc-benamou

François MITTERRAND :

« La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort…apparemment.

Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde… C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort ! »

 

 

 

tract-upr-mitterand

Et le tract de conclure :

LA FRANCE EN GUERRE AVEC L’AMÉRIQUE ?!
QU’EST-CE QU’A VOULU DIRE MITTERRAND AVEC CE STUPÉFIANT TESTAMENT POLITIQUE ?
DÉCOUVREZ LES EXPLICATIONS SUR LE SITE INTERNET DE L’UNION POPULAIRE RÉPUBLICAINE : WWW.UPR.FR

Ce tract, distribué dans les rues de Quimper, a fait son petit effet. Les militants du PS mobilisés pour l’occasion avaient en effet du mal à s’indigner d’un tract reprenant les confidences de François Mitterrand….

Du coup, le journaliste du quotidien Le Télégramme, très lu dans le Finistère, ayant enfin du neuf à se mettre sous la dent, a décidé de consacrer un article, avec photographie à l’appui, sur l’action de nos militants. Cet article a été publié dans l’édition datée du 22 septembre.

On peut bien entendu y regretter la formulation grossièrement erronée (volontairement ?) selon laquelle l’UPR « revendique 25 adhérents » (nous en comptons davantage dans le seul département du Finistère et notre Délégué ne s’était pas fait faute de préciser au journaliste que l’UPR compte plus de 3 300 adhérents au niveau national…), il n’en demeure pas moins que c’est la première fois que nous obtenons une couverture dans ce média et que des milliers de lecteurs ont pu découvrir l’existence de l’UPR.

Par ailleurs, nos militants ont eu l’occasion d’interpeller publiquement le député socialiste Jean-Jacques Urvoas et le maire de Quimper socialiste Bernard Poignant. Jean-François Gourvenec a notamment demandé à ce dernier d’accepter un débat sur l’Europe avec moi-même. Il a également proposé la même chose à l’un des colistiers de la liste EELV aux prochaines élections municipales.

bernard-poignant-hollandeDéputé européen depuis 15 ans (1999), Bernard Poignant, par ailleurs maire de Quimper, préside depuis 2004 la délégation socialiste française au Parlement européen.

Ultra-européiste et partisan forcené de la promotion des « Euro-régions » et des langues régionales, il s’est rendu célèbre dans ce domaine en rédigeant, avec Nicole Péry, un rapport sur la « Charte européenne des langues régionales ou minoritaires », réalisé à la demande du Premier ministre Lionel Jospin. Il a ardemment milité pour que le gouvernement français fasse ratifier cette Charte, alors que certains socialistes accusaient jusqu’alors ce texte – et ils avaient raison – de contrevenir aux principes républicains et à la Constitution française.  

Rappelons que François Hollande avait annoncé, pendant la campagne présidentielle de 2012, qu’il ferait ratifier cette Charte : « Je ferai ratifier la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires ». (Promesse n°56). Aux dernières nouvelles, il y a renoncé. Provisoirement ?

Depuis l’élection de François Hollande à la présidence de la République, Bernard Poignant occupe un bureau à l’Élysée, tout proche de celui du chef de l’État, pour le compte duquel il rédige des « notes d’ambiance » sur l’état de l’opinion publique. Question : acceptera-t-il, en définitive, le débat qui lui a été proposé avec moi sur l’Europe, ou bien se défilera-t-il comme Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ?

Au total, la promesse a été obtenue qu’un débat sur l’Europe aurait lieu avec moi au printemps prochain à Quimper, dans la perspective des élections municipales ou européennes. Nos militants vont maintenir la pression pour que cette promesse soit honorée.

En bref, un grand bravo à la Délégation UPR du Finistère, dont le dynamisme a permis de fissurer le mur du silence et d’indifférence qui nous est opposé par les tenants de l’ordre établi.

François Asselineau

Vous avez relevé une erreur dans le contenu de cette page, et vous souhaitez la signaler ?
Pour cela, surlignez-la, puis appuyez simultanément sur les touches Ctrl + Entrée. Nous procéderons aux corrections si nécessaire et dès que possible.

Aidez-nous ! Partagez :