La scandaleuse initiative Macron-Merkel : Les plans de relance de l’UE – Chapitre 2

Télécharger en PDF
Lecture : 5 min
Print Friendly, PDF & Email

Retour sur la scandaleuse initiative Macron-Merkel, qui souhaite voir la France s’endetter de 100 milliards d’euros en passant par la Commission européenne, et à des taux sûrement moins intéressants que ceux habituellement accordés à la France. Cette initiative est évidemment couverte d’éloges par la presse Française, mais sur les 100 milliards qui viendraient endetter les futures générations, il est prévu que la France n’en récupère que 39.

Initiative Macron Merkel pour la relance de l’économie en Europe

Sommaire :
00:00 Introduction
03:58 Le plan Macron/Merkel
09:36 La première tactique des Frugaux
14:20 Seconde tactique des Frugaux
15:57 Première conséquence
21:09 Seconde conséquence
38:19 Les coûts du plan Macron-Merkel
43:03 Troisième conséquence
44:23 Quatrième conséquence
47:06 Le double jeu allemand
49:49 Conclusion

Initiative Macron-Merkel

Il s’agit d’un plan d’aide de 750 milliards d’euros financé par des emprunts sur les marchés remboursables entre 2028 à 2058. Il s’agit de 500 milliards de hausse du budget européen déjà prévus auxquels s’ajouteraient 250 milliards d’euros d’augmentation.

L’initiative Macron-Merkel ne fait pas l’unanimité.

C’est peu dire que ce plan de relance ne fait pas l’unanimité des pays membres. En particulier les pays dits frugaux (Autriche, Pays Bas, Suède et Danemark) s’opposent fermement à une augmentation du budget européen.

La France grande perdante de ce plan d’aide

La réalité de ce moment qualifié d’Hamiltonien par ursula Von Der Leyen, est que la France perd sur deux tableaux.
Tout d’abord, la clé de répartition des aides lui est très défavorable. Alors même qu’elle a été aussi touché par la pandémie COVID 19 que l’Italie ou l’Espagne, elle se voit attribuer une aide moindre (de 39 milliards d’euros) contre à peu près le double à chacun des deux autres pays parmi les plus fragilisés.
Par ailleurs elle remboursera probablement un montant proportionnel à sa contribution au budget européen qui est de 20% soit 100 milliards d’euros.

La France devra appliquer plus strictement les GOPE

Les traités prévoient que les pays qui bénéficient du MES, s’engagent en contre partie à mettre en oeuvre les réformes dictées par la commission européenne (les fameuses GOPE). Or, ainsi que François Asselineau l’a expliqué dans sa vidéo sur les GOPE 2020-2021 ces réformes ne sont pas conformes aux intérêts de la France.
Non seulement la France n’a aucun intérêt à l’application de ce plan dont elle bénéficie peu et auquel elle contribue largement, mais en plus elle devra supporter des contraintes renforcées.

Initiative Macron-Merkel : deuxième d’une série de 4 vidéos

La première présentait l’ensemble des 5 plans de relance de l’économie dans l’UE. La seconde (celle-ci) présente l’initiative Macron-Merkel. La troisième portera sur le PEPP (plan de rachat d’actifs) de la BCE qui est une ralonge du premier plan de relance. Et la quatrième vidéo explicitera le contenu du TLTRO III de la BCE.

Dans cette vidéo, François Asselineau renvoie à la vidéo dans laquelle il analysait le retour de la réforme des retraites . Et également à l’article dans lequel il demandait qu’un débat national soit organisé sur la contribution nette de la France au budget européen.

Aidez-nous ! Partagez :